Attentat aérien raté : suspect inculpé et renforcement de la sécurité

 |   |  500  mots
Après l'attentat manqué contre un avion américain, un jeune homme de 23 ans a été inculpé. Les Etats-Unis renforcent leur sécurité.

L'homme de 23 ans, accusé d'avoir voulu faire exploser un avion en plein vol, a été inculpé. Il a comparu samedi pour avoir "tenté de détruire un avion Northwest Airlines en approche finale de l'aéroport de Detroit le jour de Noël, et avoir introduit un explosif à bord de l'appareil", a indiqué un communiqué du ministère de la Justice.

Le suspect a été admis à l'hôpital pour des brûlures consécutives à sa tentative d'activer de la penthrite, un puissant explosif, pour faire sauter l'Airbus A330 qui transportait 278 passagers et 11 membres d'équipage.
Umar Farouk Abdulmutallab a avoué avoir injecté grâce à une seringue un liquide chimique dans une poudre qu'il avait cachée sur sa cuisse, pour tenter de faire exploser l'avion.

Il a déclaré au juge ne pas avoir les moyens de se payer un avocat et s'en est vu commettre un d'office. Pourtant, le suspect serait le fils d'un riche banquier, président du conseil d'administration de la First Bank of Nigeria jusqu'à sa retraite mi-décembre, qui avait alerté les autorités américaines sur le radicalisme religieux de son enfant.

Les autorités américaines ont déclaré qu'Umar Farouk Abdulmutallab était inscrit depuis novembre 2009 dans une base de données officielle de 550.000 personnes susceptibles d'avoir un lien avec le terrorisme, mais il ne figurait pas parmi les 4.000 personnes interdites de vol vers les Etats-Unis.

Sécurité renforcée aux Etats-Unis

Des parlementaires américains ont annoncé samedi la tenue d'auditions en janvier au sujet de l'attentat raté. Ils s'inquiètent que le suspect ait pu embarquer avec des explosifs dissimulés sur lui.

"Toute tentative d'attentat contre nos citoyens est extrêmement grave. La Commission du Commerce au Sénat organisera des auditions en janvier pour examiner cet incident et les questions de sécurité qui y sont liées", a déclaré John Rockefeller, président démocrate de la Commission sénatoriale du Commerce, des Sciences et du Transport.

Le président de la Commission sur la Sécurité intérieure à la Chambre des représentants, Bennie Thomson, a déclaré qu'il "suivait de très près l'incident". "L'acte terroriste en question, qu'il soit ou non lié à Al-Qaïda, et la réponse à y apporter seront au centre d'une audience de contrôle le mois prochain".

Les mesures de sécurité étaient renforcées samedi dans les grands aéroports européens, à la demande des Etats-Unis. "Les mesures supplémentaires (de sécurité) s'appliquent dans le monde entier à tous les vols vers les Etats-Unis pour une durée indéterminée", ont indiqué les services du coordinateur national contre le terrorisme (NCTB) aux Pays-Bas, annonçant une demande américaine de renforcement de la sécurité aux compagnies aériennes du monde entier.

Cela consiste à des "palpations corporelles" sur tous les passagers s'envolant pour les Etats-Unis et de "vérifications de leur bagage à main". Ces procédures pourraient rallonger le temps d'embarquement, selon les autorités françaises.
 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :