Berlin songe à augmenter les prélèvements obligatoires

 |   |  245  mots
(Crédits : © 2010 Thomson Reuters)
Le grand argentier allemand, Wolfgang Schäuble (en photo ici avec son homologue française Christine Lagarde), a prévenu que des arbitrages seront rendus d'ici juillet. Une hausse de la TVA est sérieusement envisagée.

Non seulement l'Allemagne ne baissera pas ses impôts, ainsi qu'Angela Merkel l'a reconnu début mai après le basculement de la majorité au Bundesrat, chambre haute du parlement allemand, mais Berlin envisage désormais clairement un alourdissement des prélèvements obligatoires. 

Le ministre des Finances, Wolfgang Schäuble, dans une interview au Bild de ce dimanche, a ainsi réaffirmé que l'Allemagne devait assainir ses finances publiques. "A moyen terme, les déficits élevés des exécutifs fédéraux, régionaux et locaux doivent être réduits pour empêcher l'inflation", a-t-il prévenu. Et il a précisé que les arbitrages, dans le sens d'une augmentation des prélèvements, seraient rendus dès ce mois de juillet, à l'occasion du projet de budget pour 2011.

Il s'agit pour l'Allemagne, dont le déficit public devrait atteindre 6% du PIB cette année, de revenir dans les limites autorisées par le pacte de stabilité européen (3% de déficit) d'ici 2014, ce qui implique 72 milliards d'euros d'économies, qui devraient passer tant par des réductions de dépenses publiques (de l'ordre de 10 milliards d'euros par an de 2011 à 2014) que par des hausses de taxes. Selon Bild, le gouvernement pourrai revenir sur le taux de TVA réduit à 7% sur certains produits, augmenter la TVA dans l'hôtellerie à 19%, voire instaurer un taux normal de TVA à 25%. L'impôt sur le revenu pourrait aussi être mis à contribution, comme certaines dépenses sociales qui seraient réduites.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/06/2010 à 6:51 :
un taux de tva à 25 % paraît confiscatoire et déflationiste ! oseront-ils casser la croissance pour une idéologie des déficits qui fatalement exploseront ? si l'argent ne circule plus, si on affame les consommateurs en créant du chômage car restaurants plus chers= moins de clients etc.... ils vont dans un mur !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :