Tensions sur le marché de la dette souveraine espagnole

 |   |  475  mots
Le Trésor espagnol a réussi à émettre jeudi pour 3,479 milliards d'euros d'obligations à 10 et 30 ans, mais à des taux en augmentation. Pour rassurer les marchés, la Banque d' Espagne a annoncé sa décision de publier les résultats des stress tests des banques espagnoles. L'Allemagne lui a emboîté le pas.

Le Trésor espagnol a réussi à émettre jeudi pour 3,479 milliards d'euros d'obligations à 10 et 30 ans, dans le haut de la fourchette de ses objectifs, mais à des taux élevés, contrairement à la tendance observée en mai (bons à 5 ans). Les inquiétudes ont donc projeté les rendements des emprunts d'Etat à 10 ans à des niveaux proches de leurs plus hauts depuis huit ans, la forte demande suscitée par l'adjudication à 10 et 30 ans permettant toutefois de calmer le jeu.

L'Espagne a ainsi émis 3 milliards d'euros d'obligations à 10 ans, à un taux marginal de 4,911%, proche du dernier plus haut du 25 juillet 2008 à 4,996%, au début de la crise financière internationale. Il a également émis 479 millions d'euros d'obligations à 30 ans, au taux de 5,937%, en sensible augmentation par rapport à la dernière émission d'obligations à 30 ans (4,768%, le 18 mars).

Selon la ministre de l'Economie Elena Salgado, l'Espagne pourrait par ailleur puiser dans le Fonds de restructuration ordonnée des banques (Frob), créé l'an dernier, pour couvrir les besoins de financement de ses banques. La Frob a la capacité d'émettre jusqu'à 99 milliards d'euros au profit des établissements de crédit. Le gouvernement pourrait y puiser jusqu'à 30 milliards, selon la ministre.

"Stress tests", ces tests de résistance des banques

L'Espgne est actuellement observée à la loupe par les marchés qui doutent de sa solidité financière, tandis que les dirigeants de l'Union européenne, réunis ce jeudi à Bruxelles, entendent durcir leur discipline budgétaire et poser les jalons d'un gouvernement économique commun. Ils comptent notamment prendre des engagements pour durcir le Pacte de stabilité, qui encadre les politiques budgétaires de l'Union européenne (UE).

Pour rassurer les marchés, la Banque d' Espagne a finalement annoncé sa décision de publier les résultats des stress tests (tests de résistance pratiqués sur les banques) des banques espagnoles, afin que les marchés connaissent parfaitement la situation du système bancaire du pays, objet de rumeurs alarmantes.

Lors d'une conférence de presse avec Nicolas Sarkozy lundi, Angela Merkel avait notamment relancé les spéculations en déclarant que l'Espagne savait désormais qu'elle pouvait faire appel à un filet de sécurité de 750 milliards d'euros. Mercredi, les autorités européennes et le gouvernement espagnol avaient démenti la mise en place d'un éventuel mécanisme d'aide à Madrid.

Suite à la décision espagnole sur les "stress tests", le gouvernement allemand, longtemps réticent, va, lui aussi, donner son feu vert à la publication de ces résultats.

Le gouverneur de la Banque de France Christian Noyer en a profité pour redire ce jeudi qu'il était "favorable à une publication des  européens par pays et par banque". L'entourage de la ministre de l'Economie française, Christine Lagarde, a affirmé ce jeudi à l'AFP que les résultats des tests de résistance pratiqués sur les banques françaises ne suscitaient "pas d'inquiétude particulière".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :