Défense : comment Paris et Londres comptent faire cause commune

 |   |  667  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2010. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
L'accord de défense signé ce mardi entre Londres et Paris est absolument sans précédent. Passage en revue des mesures phares de ce traité.

La France et le Royaume Uni ont décidé un renforcement majeur de leur coopération dans le domaine de la défense et de la sécurité. L'accord porte sur une douzaine de points clés.

DÉFENSE ET SÉCURITÉ

Londres et Paris prévoient de développer la coopération entre les forces armées des deux pays et leur déploiement conjoint, le partage et la mutualisation de matériels et d'équipements, des procédures d'acquisition en concertation, la construction d'installations communes, l'accès mutuel des deux pays à leur marché de défense, la coopération industrielle et technologique.

Ce traité, signé par Nicolas Sarkozy et David Cameron, est conclu sans durée particulière. Sa mise en oeuvre fera l'objet d'un examen annuel lors des sommets franco-britanniques.

TECHNOLOGIES NUCLÉAIRES

Conclu pour 50 ans, l'accord prévoit le partage d'installations visant à vérifier la viabilité et la sûreté des arsenaux nucléaires des deux pays par des expériences de laboratoire.

Par ailleurs, les deux pays financeront ensemble le développement en commun d'équipements pour les futures générations de sous-marins nucléaires. L'accord porte sur les sous-marins lance-missiles comme les sous-marins d'attaque et tous leurs équipements, hors parties missile et propulsion nucléaire.

CRÉATION D'UNE FORCE EXPÉDITIONNAIRE COMMUNE INTER-ARMÉES

Destinée à mener des opérations de "haute intensité", ce nouveau corps comprendra une composante terrestre, une composante maritime et une composante aérienne, avec leurs états-majors, la logistique et les fonctions de soutien associées. Des exercices aériens et terrestres combinés commenceront dès 2011. Elle diffèrera de la brigade franco-allemande en ce qu'elle ne sera pas permanente mais "disponible avec un préavis pour des opérations bilatérales, de l'Otan, de l'Union européenne, de l'ONU ou en coalition", explique l'Elysée.

FORCE AÉRONAVALE D'ATTAQUE INTÉGRÉE

D'ici les années 2020, la marine française et la Royal Navy, disposeront de deux porte-avions à catapulte, un français et un britannique.

ACCORD AVEC AIRBUS SUR l'A400M

Les deux alliés s'engagent à signer d'ici fin 2011 un accord avec Airbus sur le soutien aux flottes françaises et britanniques d'avions de transport militaire A400M .Ce "plan de soutien commun permettra de réduire les coûts, d'améliorer la disponibilité des avions et d'ouvrir la voie à une coopération renforcée en matière de maintenance, de logistique et de formation", souligne l'Elysée. Londres et Paris souhaitent également que les pilotes et les équipages des A400M soient formés conjointement.

ÉQUIPEMENTS ANTI-MINES MARINES

Une harmonisation est programmée ainsi que la définition d'un prototype anti-mines commun aux deux pays.

SATELLITES ET DRONES

Développement en commun de satellites et drônes. Mise en service de nouveau satellite prévue en 2018 pour la France et 2022 pour le Royaume-Uni.

MISSILES CLASSIQUES

"Nous allons travailler à la mise en place d'un maître d'oeuvre industriel européen unique, qui permettra de réaliser des économies pouvant aller jusqu'à 30%", explique l'Elysée. Une série de projets seront lancés dès 2011, comme le développement du missile anti-surface, l'amélioration du missile de croisière Scalp et une "feuille de route commune" pour la défense aérienne à courte portée.

BUDGET ANNUEL COMMUN DE 100 MILLIONS D'EUROS

Il sera dédié à des projets de recherche et développement dans dix domaines prioritaires dont les communications par satellites, les drones, les systèmes navals, les missiles, les capteurs, la guerre électronique et la simulation.

CYBER-SÉCURITÉ

Londres et Paris s'engagent à renforcer leur coopération en la matière.

LUTTE CONTRE LE TERRORISME

Les deux pays veulent travailler ensemble à la détection précoce des activités terroristes et de recrutement des terroristes, au partage d'informations, à la prévention des menaces terroristes nucléaires, radiologiques, biologiques, chimiques et explosifs, à la protection des populations et des infrastructures critiques, à la sûreté de l'aviation commerciale, au soutien aux capacités des partenaires non européens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :