Les entreprises canadiennes viennent recruter en France

 |   |  727  mots
Vue de la ville de Quebec dans la brume Copyright Reuters
Vue de la ville de Quebec dans la brume Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Malgré la crise, le Canada affiche un taux de chômage de 7,9%. Le manque de main d'œuvre chronique dans certains secteurs pousse les entreprises canadiennes à recruter à l'étranger, et notamment en France.

La situation a de quoi surprendre. Il est loin en effet le temps où des employeurs, en mal de salariés, venaient offrir des emplois. Dans les années 1980, cela arrivait encore dans les universités qui formaient de jeunes loups de la finance, mais à part cela... Et voilà qu'il y a quelques jours, des entreprises sont venues offrir des milliers de postes à des candidats à l'embauche dans l'Hexagone

Des postes par milliers

Des entreprises canadiennes, cela dit. Elles étaient plusieurs dizaines, dans la high tech, le tourisme, l'hôtellerie, la santé, la finance, les mines, installées à l'Espace Charenton, à Paris, à l'occasion des journées Destination Canada. Ce pays, qui souffre d'un manque de main d'?uvre chronique - malgré la crise, son taux de chômage n'est que de 7,9% actuellement - cherche non seulement à recruter, mais aussi, et surtout, à attirer de nouveaux immigrants. Et, bilinguisme oblige, le Canada recherche aussi des francophones. A l'inverse de nombreux autres pays, le Canada ouvre les bras aux candidats à l'aventure. Avec un discours qui fait mouche : "nous offrons une qualité de vie incomparable", précise ainsi l'une des représentantes présente. Sur l'estrade, autant de femmes que d'hommes, ainsi que des représentants d'origine africaine, asiatique, indienne, sont là pour illustrer la diversité du pays, et présenter, d'Ouest en Est, le potentiel des provinces et des territoires du Canada.

Qualité de vie

Si l'emploi retient l'attention, c'est aussi la perspective d'une vraie carrière, un coût de la vie modéré, un équilibre entre vie professionnelle et vie privée, ou encore des caisses de retraites solvables, qui semblent porteurs pour Marie Dominique, une jeune journaliste qui cherche à sortir de petits boulots comme celui qu'elle vient de quitter, dans une radio autoroute. Jacqueline, elle, a constaté que malgré son expérience dans l'informatique, en France, en Allemagne et en Irlande, à la cinquantaine, elle n'arrive plus à trouver un emploi dans l'Hexagone. "Je veux aller rejoindre mon fils, qui fait ses études au Canada, je crois qu'il va s'y installer", dit-elle. Quant à ces deux jeunes guinéens, étudiants en finance à Rouen, ils cherchent, un peu au hasard, un poste, dans n'importe quelle province.

Iront-ils dans le grand Nord ? En tout cas, Demba Diakhate, le représentant des territoires du Nord Ouest, a fait un tabac en présentant sa région. "Nous avons dompté le froid", proclame ce sénégalais d'origine, qui a « perdu quelques années à Montréal », comme il le dit, avant de tomber en amour avec le grand Nord. "Des familles africaines y sont installées, assure-t-il. Grâce aux mines, nous avons des spécialistes d'Afrique du Sud et du Zimbabwe, ainsi que des camerounais. Et ma femme est ivoirienne", dit-il. S'ennuyer dans le grand froid, lui ? Jamais ! "Nous avons beaucoup d'activités sociales, avec les populations locales, et l'hiver est le meilleur moment pour cela", poursuit-il, dans un grand sourire.

"Nous avons des difficultés à trouver des jeunes pour travailler dans nos échoppes", remarque de son côté Glen Mortimer, de Tim Hortons, la grande chaîne canadienne d'établissements de restauration rapide, connue pour son café. "Comme nous avons des débouchés dans tout le pays, nous visons plutôt les jeunes qui veulent faire l'expérience du travail/vacances", ajoute-t-il. C'est l'une des possibilités pour aller voyager à travers le pays pendant un an, un visa de tourisme/travail en poche, histoire de voir si le pays, au climat rude leur plaira ; "mais moins 25 degrés, avec un temps sec et un beau soleil, c'est plus facile à supporter que quelques degrés par temps gris et pluvieux, comme à Paris", remarque l'un des représentants canadiens présents.

Capital sympathie

"Le Canada bénéficie d'un vrai capital sympathie", se réjouit quant à elle  Caroline Decloedt, de l'ambassade du Canada à Paris. Et pour cause : quelque 12.000 candidats au départ se sont présentés pour Destination Canada. "Nous en avons sélectionné 700 par jour, et les avons invités sur trois jours", précise l'ambassade. Les Français, surtout s'ils parlent aussi anglais, sont appréciés pour leurs qualifications professionnelles et la qualité de leur éducation. "Il suffit qu'ils s'habituent à n'avoir que 2 ou 3 semaines de vacances par an", sourit un représentant. Mais l'équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle, cultivé par les Canadiens, est là pour y remédier...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/06/2013 à 17:00 :
je suis congolais de Brazzaville ;licencié en économie je soutiens votre revu mais j'aimerai travailler au canada pour compléter le manque de la main d??uvre , vraiment je suis a votre disposition . Aidez moi s'il vous plait
a écrit le 12/04/2011 à 12:06 :
Bonjour a tous!

Moi je suis Québécoise Canadienne, établie en France depuis maintenant 2ans et je n'ai pas trouver un boulot depuis, ont dirait qu'ils ont peur de moi....Je pense sérieusement a vouloir retourner au Québec.. J'ai du refaire un bilan de compétence pour me refaire et obliger de changer d'emploi aussi par ce que ici ne prenne pas en considération de mes emplois fait au Québec..
Si toute fois il y aurait une compagnie établie dans le nord de la France lolll .
Réponse de le 04/12/2012 à 17:36 :
Les Français sont particulièrement envieux de ceux qui réussissent...Et il y a des familles
qui sont à la tête de PME prospères,qui préfèrent vendre plutôt que confier leur patrimoine
productif aux salariés...!!Voilà la mentalité des "possèdants"...Et les "prêts" aux start-up
se font à la "tête du client"...En Allemagne,en Suisse,un entrepreneur,c'est d'abord un créa
reur de richesses dans la collectivité ambiante,environnante...Et les "employeurs",les entre
prises qui ont reçu le "créateur" d'entreprise le soutiennent dans son oeuvre...Pas comme
en France,où il devient un concurrent,un adversaire s'il crée son "affaire"...Un état d'esprit
à part,quoi...Et une source de "prélèvements" pour les ASSEDIC,les collectivités locales,l'
Etat...
Réponse de le 05/12/2012 à 3:57 :
ca c'est faux! ce qui se passe en france comme dans la plus part du continent exepte les pays du nord, c'esy que la mentalite n'est pas bonne. refus de travaila un parceque il a l'experience et pas le diplome, refuse parce que il n'est pas francais etc etc. j'ai vecu 22 ans a londres tout ce que j'ai vu en travailant dans le luxe avec les francais malgre les charges plus bases, des salaires qui ne suffisent pas pour y vivre, le refus de donner du travail meme si besoin, avec les italiens, 8 millions en banque un ca de 65 millions et des rares poste offer au goute a goute et des salaires qui baissent chaque anne et un ca qui augement chaque annees. on a baisser la tva en france pour la restauration ou sont les postes creer. non se qui se passe en france comme partout ailleur sauf dans des pays responsable comme les pays du nord, le canada et l'australie c'est une volonte de maintenir un capitalis modere ou on ne prime pas l'enrichissement personel, ou les ecars de salaires sont resonable ainsi tut le monde peu vivre. arreter vos penses irreflechies sans faits. moi 23 ans a londres et quoi un coup de vie exessif des salaires bas des patrons qui se gavent t pourtant jai fais une carriere professionelle examplaire references a l'apuis mais non ce qui se passe c est que dans ces pays a on voit la reussite individuelle (tout pour moi) je ne la vois pas ainsi. et la france a raison de ne pas se laisser faire sinon ca sera comme leUk du boulot et des salaires 3 fois plus bas que le cout de la vie sauf pour les gents avec des masters et encore si ils bossent dans la finance, la loi, et la medicen privee, le reste excalavage, jespere vous avoir ouvert l'exprit. dans les pays du nord ils payent encore plsu d'impot, ca coute encore plus cher de donner du travail et isl vivent touts bien! l'un des meilleur pays du monde ou vivre alors quoi? vous allez me dire que on paye trops d'impot non on en paie pas asser, certains sont trop goutmants et pas mal ne paient pas leur impots et nous sommes dans la merde. et nos politiciens on laisse l'etat aux mains des plutocrates. et la on ait fini quand un citoyeb ne paie meme pas assez d'ompots en france pour maintenir le systeme, ou me une multi nationale. l'etat doit etre la a veiller mais il est trop faible et c'est la deroute! arrter de vus demander combien vous avez en banque demander ce que vous pouvez donner a votre pays! on ppeu touts etre heureux comme eux seulement si il y 2000 en banque et que un prend 1500 y a pas grand chose pour donner du travail et ce c'est la mentalite du monde capitaliste incontrole. tout pour moi le reste n'a qua crever. Au danmark en suede en novege en finland ce n'est pas comme ca on entend jamais parler d'eux avec des problemes!
Réponse de le 30/05/2013 à 7:03 :
Tu devrai te relire...corriger tes fautes...tu serai plus lisible et crédible

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :