En Europe, seuls les consommateurs allemands ont encore le moral

Selon une enquête publiée par l'Observatoire Cetelem, la consommation est de plus en plus affectée en Europe par le manque de confiance en l'avenir des ménages. Le pessimisme ambiant, que ne partagent pas les Allemands, incite les consommateurs à tout comparer et à se ruer sur les promotions.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

La crise économique rend les consommateurs plus pessimistes dans la plupart des pays européens, Allemagne exceptée, et ce sentiment les incite à se méfier de plus en plus des vendeurs, montre une enquête publiée jeudi par le Cetelem.

Si la consommation des ménages a relativement bien résisté à la crise, celle-ci favorise le changement de comportement des acheteurs, qui s'informent de plus en plus en amont de leur démarche d'achat, explique aussi la filiale de crédit à la consommation de BNP Paribas.

L'enquête de l'Observatoire Cetelem menée en décembre dans 13 pays européens reflète évidemment l'impact de la conjoncture économique sur le moral des consommateurs: leur jugement sur la situation actuelle est globalement en baisse, à 4,1 sur 10 contre 4,2 il y a un an.

Mais les situations nationales reflètent les évolutions divergentes des économies: la note attribuée par les consommateurs à leur pays est en forte baisse au Portugal (à 2,6/10), l'un des pays les plus touchés par la crise de la dette, stable en France (à 4,1) et elle ne progresse qu'en Allemagne (à 5,8), sortie plus tôt et plus vite de la crise.

"Les jeunes Européens, pourtant plus touchés par le chômage que leurs aînés, ont une vision moins pessimiste que ces derniers", précise l'enquête. Les moins de 30 ans donnent en effet une note moyenne de 4,4/10 à leur pays, contre 3,9 pour les plus de 50 ans.

Promos et achats en ligne privilégiées

Dans un contexte d'accélération de l'inflation, favorisée notamment par la flambée de cours du pétrole et de nombreuses autres matières premières, 59% des consommateurs disent comparer "très attentivement" les prix avant un achat. Et la moitié d'entre eux (52% au total, 49% en France) déclarent rechercher systématiquement les promotions.

Pour les achats importants, 48% des Français déclarent qu'il se passe plus d'un mois entre le moment où ils commencent à se renseigner et celui où il se décide. Près de 90% des consommateurs utilisent désormais internet pour préparer leurs achats importants, une proportion qui ne varie désormais quasiment en fonction de leur âge ou de leur nationalité.

Mais les jeunes sont bien plus nombreux à attacher de l'importance au Web "2.0", à savoir les blogs, les réseaux sociaux et les forums de discussions : la proportion d'utilisateurs de ces médias atteint 61% chez les Européens de moins de 30 ans, contre 40% seulement pour les plus de 50 ans.

Cette mutation des comportements d'achat se fait en partie au détriment de l'image des vendeurs: 38% seulement des consommateurs juge que le vendeur rencontré lors de leur dernier achat important connaissait bien son domaine, et un quart seulement qu'il leur a évité de faire le mauvais choix.

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 8
à écrit le 06/02/2011 à 0:39
Signaler
BIEN LEUR FASSE SORTIR DU CARCAN DE L EUROPE

à écrit le 04/02/2011 à 15:04
Signaler
Donc il faut cesser d'acheter Allemand _ _ _ donc il faut ABAISSER le pouvoir d'achat de ceux qui achètent allemand : la nombreuse CLASSE MOYENNE! _ _ en effet , moins elle aura d'argent à dépenser, moins elle dépensera , et moins elle dépens...

à écrit le 04/02/2011 à 10:14
Signaler
On a demandé au consommateur d'être un agent écononomique responsable. Qu'y-a-t-il d'étonnant dans les pays où contrairement aux discours et stats officiels le consommateur ressent une baisse de son pouvoir d'achat qu'il réfléchisse avant d'acheter? ...

à écrit le 04/02/2011 à 8:04
Signaler
On n?est pas plus pessimistes, on est moins cons. On compare, on fait des économies,... et alors ? Utiliser le terme "pessimiste" fait partie d'une tentative marketing. Le terme "prudent" serait plus approprié. On tente de nous culpabiliser. La p...

le 04/02/2011 à 13:21
Signaler
Bonjour , Très bien cette analyse et cher Coco , je te suis acr je trouve celà très juste. Rien ne sert de "surconsommer" mais bien de consommer prudement. Bravo

à écrit le 03/02/2011 à 17:03
Signaler
Si l'enquête n'avait pas exclu la majorité des pays de l'UE le résultat aurait été différent. Pourquoi ce sondage n'est pas effectué au pays scandinaves par example?

à écrit le 03/02/2011 à 16:19
Signaler
Si le mot "Allemands" désigne les personnes ayant la nationalité allemande, le titre de l'article pourrait être à peu prés correct, si par contre il désigne toute personne vivant en Allemagne et dont le revenu provient d'Allemagne, alors le titre de ...

le 04/02/2011 à 15:13
Signaler
notre monde est une compétition (une guerre d'intérêts) enter les pays, et ele se répercute sur les familes et individus! ces derniers , quand ils sont divorcés , étant encore plus exposés ! _ _ _ il est alors normal qu'il y ait des perdants (des fa...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.