Cisco, Microsoft et d'autres entreprises occidentales impliquées dans la censure chinoise ?

 |   |  609  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Alors que la surveillance et la censure se renforcent en Chine, le Wall Street Journal révèle que plusieurs firmes occidentales, dont Cisco, participent à la mise en place d'un énorme système de surveillance à Chongqing.

Plusieurs entreprises occidentales dont le géant américain des systèmes informatiques Cisco, seraient prêtes à mettre en place un nouveau système de surveillance en Chine à la demande des autorités de Pékin, affirme le Wall Street Journal. Le réseau de ce système comprendrait 500 000 caméras. Les responsables chinois se félicitent de ce nouveau système appelé "Chongqing Paisible" mis en place, selon eux, pour améliorer la prévention des crimes à Chongqing, ville qui a le statut de province au même titre que Pékin et Shanghaï.

Des militants pour les droits de l'homme dénoncent ce système de surveillance en affirmant que les dissidents chinois y seraient ciblés. Ce système serait mis en place sur une surface qui dépasserait celle de la ville de New York, précise le quotidien américain.

Ce n'est pas la première fois que Cisco est mise en cause pour la vente de ses produits au pouvoir chinois et la mise en place de sa censure et sa propagande.

Le "Bouclier d'or"

En mai 2011, une plainte a ainsi été déposée au Tribunal de San José (Californie) contre Cisco par l'organisation non gouvernementale Human Rights Law Foundation basée à Washington, dénonçant la coopération étroite des dirigeants de Cisco avec Pékin dans la traque des membres du mouvement Fa Lun Gong réprimé par le pouvoir communiste. Les dirigeants de Cisco auraient "joué un rôle majeur dans la conception élaborée, la mise en place et le suivi après installation" d'un projet appelé le "Bouclier d'Or" d'après la plainte. Dans un communiqué du 22 mai dernier cité par la BBC, Cisco rétorquait qu'elle "n'opère de réseaux ni en Chine ni ailleurs, ni même n'adapte [ses] produits en aucune manière pour faciliter la censure ou la répression".

L'enjeu ici est le degré de responsabilité d'un fournisseur, en l'occurrence Cisco, et notamment de l'utilisation de ses produits par ses clients.

"Ennemi technologique"

Le moteur de recherche américain Google estime que l'entreprise se doit d'être responsable. La firme s'est ainsi retirée du marché chinois en 2010 à la suite d'une controverse avec les autorités sur sa collaboration pour censurer les contenus web affichés aux utilisateurs chinois. Google aurait ignoré les avertissements de la Chine en ce qui concerne le filtrage des informations sur son moteur de recherche, et aurait ainsi "rompu sa promesse" d'autocensure, avaient signalé les responsables chinois. A la suite d'une cyberattaque, supposée venir de Chine selon Google, le groupe américain avait supprimé tout filtrage d'information sur son site en Chine ce qui avait l'ire de Pékin. Depuis, Google redirige sa page chinoise Google.cn vers la page Google de Hong Kong, non assujettie à la censure.

Néanmoins, ce positionnement de Google, ou l'avis tranché du fondateur du site Wikileaks qui considère la Chine comme son "ennemi technologique", n'est pas partagé par tout le monde. Ainsi, la multinationale informatique américaine Microsoft de signer un accord lundi avec le plus gros moteur de recherche chinois Baidu. Celui-ci aurait accepté de rediriger les recherches en anglais vers son moteur de recherche Bing, qui à son tour renverrait gratuitement les résultats vers Baidu. Implicitement, Bing se soumet donc aux règles de censure imposées par Pékin. Microsoft espère ainsi faire des bénéfices grâce à la publicité sur Baidu qui représente 74% du marché de la recherche sur Internet en Chine. La dimension du marché chinois est apparemment plus importante pour Microsoft que le droit à l'accès à l'information en Chine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 05/07/2011 à 18:26 :
Et le mieux, c'est qu'après ils vont donner des leçons de démocratie aux autres :-) Tiyt ce qui compte dans la société capitaliste, c'est le fric. Alors épargnez-nous vos discours creux auxquels vous ne croyez pas vous-même !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :