La Suisse fixe un cours plancher pour la parité franc-euro

 |   |  650  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La Banque nationale suisse (BNS) est intervenue pour freiner la surévaluation actuelle de la devise suisse qu'elle juge "extrême". Sa décision a aussitôt fait chuter le franc face à l'euro.

La Banque nationale suisse (BNS) a annoncé ce mardi qu'elle fixait un cours plancher de 1,20 franc pour 1 euro afin de répondre à la surévaluation actuelle de la devise suisse qu'elle juge "extrême", une décision qui a aussitôt fait chuter le franc. A la mi-journée, la monnaie plongeait ainsi de plus de 8,5% face à l'euro, à 1,2031 franc et reculait de plus de 7,5% face au dollar. De son côté, l'euro avançait de plus de 1% par rapport au billet vert (lire le communiqué de la BNS).

Valeur refuge en temps d'incertitudes

Le franc suisse, valeur refuge fortement recherchée par temps d'incertitudes, avait atteint des plus hauts historiques début août face à l'euro et au dollar et n'avait pas sensiblement baisse malgré l'injection massive de liquidités par la BNS depuis près d'un mois. A la Bourse suisse, le SMI bondissait de plus de 4,5%, entraînant dans son sillage les autres places européennes, qui profitent également d'un rebond technique après le plongeon de la veille.

L'or perd de son éclat

L'or, l'autre valeur refuge traditionnelle à côté du franc suisse par temps d'incertitude, perdait de son côté plus de 2% à la suite de la décision de la BNS après avoir atteint dans la matinée un nouveau record en raison des inquiétudes sur la crise de la dette dans la zone euro. Tom Kendall, analyste chez Crédit suisse pense toutefois que l'or, déjà en hausse de 34% depuis le début de l'année, devrait bénéficier de la perspective de voir la BNS intervenir à répétition sur le franc.

Une "grave menace pour l'économie suisse"

Selon la banque centrale suisse, l'envolée du franc "constitue une grave menace pour l'économie suisse et recèle le risque de développements déflationnistes". Dans un communique, la BNS souligne qu'à partir de ce jour, elle ne tolérera plus de cours inférieur à 1,20 franc pour un euro sur le marché des changes et qu'elle fera prévaloir ce cours plancher avec toute la détermination requise, ajoutant qu'elle était prête à acheter des devises en quantité illimitée. La BNS précise toutefois que "même à 1,20 franc pour un euro, la monnaie helvétique reste à un niveau élevé" et que "si les perspectives économiques et les risques de déflation l'exigent, la Banque nationale prendra des mesures supplémentaires".

Inévitable dépréciation

"Je suis relativement optimiste que la BNS pourra y arriver. A 1,10 le franc était clairement surévalué à tel point que tôt ou tard, une dépréciation était inévitable. On peut penser que le franc va se stabiliser à proximité de ce niveau de 1,20 et même aller au-delà", a estimé Martin Neff, autre analyste de Credit suisse.
La Banque centrale européenne (BCE) a dit qu'elle avait pris note de la décision de la BNS qui a été prise "sous sa propre responsabilité", a précisé le conseil dans une communiqué. C'est la première fois qua le BCE commente directement les efforts de la BNS pour limiter la force du franc .

Pressions politiques

Cette décision intervient alors que se sont multipliés récemment les appels à un cours fixe. La veille, le ministre de l'Economie suisse, Johann Schneider-Ammann, appelait la Banque nationale suisse (BNS) a prendre des mesures au sujet de la surévaluation du franc, estimant qu'un taux de change euro- franc suisse proche de la parité de pouvoir d'achat serait idéal". Selon Johann Schneider-Ammann, la parité de pouvoir d'achat entre l'euro et le franc suisse se situe vers 1,35 franc pour un euro. Il faisait écho à l'inquiétude de l'Union syndicale suisse qui avait plaidé peu auparavant pour que la BNS impose un taux plancher de 1,40 franc pour 1 euro. Selon les médias locaux, les partis politiques ont unanimement soutenu la décision de la BNS.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2011 à 11:31 :
Si nous avions été intelligent, nous aurions indexé l'euro sur le dollar à un euro pour un dollar; sans possibilité de changement. Ce qui n'aurait pas plût aux américains. Nos politiciens et nos économistes étant des "putains" US; cela ne s'est pas fait et ne se fera pas. C'est nous qui allons couler et eux vont rire et s'associer avec la Russie.
Bonjour les dégâts! Les suisses sont plus intelligents que nous...Jean-Claude Meslin
a écrit le 07/09/2011 à 10:31 :
Le cas Suisse est instructif. On peut être dans l'euro sans être dans l'euro. Il est évident que l'ouverture des pays de l'est allait créer une zone qui fatalement irait au rapprochement des devises. Ceux qui étaient opposés à l'euro n'ont donc pas exprimé économiquement leur position, à savoir celle du temps de la convergeance et non de sa finalité. Un serpent plus formel et large avec des devises diverses était-il plus adapté sur plus longue période ? C'était mon calcul : par zones progressives sur une convertibilité volontaire (il est évident que si l'on avait posé une convertibilité de 1/1 du franc français avec le belge, le premier aurait inondé physiquement le plat pays). Le second point est la convergeance administrative. La question était beaucoup plus douteuse tout comme celle de la gouvernance. Le demi siècle aurait été nécessaire, le siècle peut être. Sans opposition -il n'y avait que le FN- structurée les gouvernants contre les peuples ont confondu vitesse et précipitation au prix de la casse sociale. Un choix qui n'est pas le mien.
a écrit le 07/09/2011 à 8:21 :
La semaine dernière près de Zurich dans un Môvenpick : 2 café + 1 croissant = CHF 10.40 ! Et tout le reste à l'avenant. Désormais les touristes traversent le pays avec leurs victuailles comme le font les "NL" depuis des lustres.
a écrit le 07/09/2011 à 7:56 :
Ca peut ce comprendre ! Dans la mesure ou les friqués convertissent leurs euros et franc suisse !
Pour être politiquement correcte je suis en crédit négatif !
(les rats quittent le navire)
Comme disait coluche ... je peux sortir la tête haute ... personne me doit rien !

a écrit le 07/09/2011 à 5:16 :
combien de centaines de milliard ça va couter et les dettes 100000000000000000000fs
a écrit le 06/09/2011 à 20:31 :
Pourrait-on dire - dans un langage plus explicite - que la Suisse qui est un état souverain et libre vis à vis des marchés spéculatifs, contrairement à la plupart des autres états européens, vient de dévaluer sa monnaie de 8,6% par rapport à l'Euro pour préserver son économie ?
a écrit le 06/09/2011 à 18:33 :
La valeur d'une monnaie non basée sur l'or reflète la confiance que les investisseurs lui accordent. Aujourd'hui ils doutent de la qualité du leadership politique en Europe. Et ils ont raison. Ils ont la même analyse vis à vis des USA. Donc le $ et l'euro descendent. Ils sont remplacés par les devises d'Etats mieux gérés. Il en va du CHF et du yen comme, hier, du florin, du doublon, de l'aureus...
a écrit le 06/09/2011 à 15:22 :
Il est clair que dans le monde dans lequel nous vivons, certaines devises sont notoirement surévaluées....le franc suisse, les dollars australien et néo-zélandais, les couronnes nordiques, la couronne tchèque, le Yen et quelques autres.....en font partie... et il faut vivre avec....
juste un exemple...
1 plaquette de beurre ordinaire coûte environ 1.15 euro chez nous, plus de 1.90 euro en suisse, 1.40 en australie et presque 2 euros en NZ, aux USA, c'est plus de 2.50.....faites le calcul.... comme jadis avec le Big Mac, calculez la juste valeur de l'euro par reapport à la plaquette de beurre... hihihi
Réponse de le 06/09/2011 à 15:55 :
La faute à qui si l'euro est une monnaie de fait chère et faible ? Le franc suisse à la valeur faciale qu'on lui prête au détriment de l'euro.
Réponse de le 06/09/2011 à 16:25 :
Sauf que si l'euro et/ou le dollar disparaissent le Franc Suisse ne vaudra pas plus que le papier lui aussi. La seule valeur non plus de refuge mais de sauve garde à l'heure actuelle c'est l'or !!.
Réponse de le 06/09/2011 à 16:58 :
Le franc suisse a la valeur que les spéculateurs veulent bien lui donner. Economiquement une monnaia aussi surévaluée c'est du suicide......mais un euro aussi sous évbalué idem... pour mémoire du temps de feu le franc, un 1 FS = 4FF soit 61cents.... aujourdui, 1FS= 5.48FF soit presuqe 83cents ...cela fait du plus presque 40%!!!!! même en euro c'est la même hausse....mais je sais que certains adorent le franc....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :