La Libye, un marché de 200 milliards de dollars que lorgne le patronat français

 |   |  294  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le marché de la reconstruction de la Libye est évalué à 200 milliards de dollars, estime le patronat français, qui espère une place de choix pour les entreprises françaises dans ce vaste chantier.

Quelque 200 milliards de dollars pour la reconstruction de la Libye, telle est l'estimation fournie par Thierry Courtaigne, directeur général de Medef International, au lendemain d'une réunion d'information sur la Libye, qui s'est tenue mardi au siège du Medef à Paris, en présence de 400 chefs d'entreprise français.

"L'objectif était de mettre tout le monde à niveau sur ce qui se passe en Libye, ce qu'on pourrait faire, les priorités, la façon de s'organiser", a résumé Thierry Courtaigne. Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat au Commerce extérieur, a participé à la réunion, de même que de nombreux directeurs de groupes du Cac 40 comme Total, Alcatel ou Bouygues.

La France espère profiter de son rôle moteur dans la coalition internationale contre les troupes fidèles à Mouammar Kadhafi pour bien se placer sur un marché riche en opportunités, comme l'ont promis les nouvelles autorités libyennes. "La France bénéficie d'un climat de sympathie", s'est réjoui Thierry Courtaigne. "Je ne vois pas comment il pourrait en être autrement vu ce que le président de la république a fait, mais il est clair que le marché n'est pas à prendre mais à gagner", a-t-il ajouté. "Il va y avoir une très forte concurrence, italienne, américaine ou anglaise. Il faut que l'offre française soit parfaitement ciblée, préparée et compétitive."

Les secteurs où la demande est la plus forte sont les infrastructures, la santé, l'agro-alimentaire et la sécurité, a précisé Thierry Courtaigne.

Des marchés sont notamment à saisir dans les télécommunications et les transports, terrestres et aériens. Les entreprises, dont certaines sont déjà à l'oeuvre, savent pouvoir compter sur l'aide du gouvernement français, a-t-il ajouté.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/09/2011 à 20:02 :
ont voir enfin le vrai visage de notre très cher président sorkozy qui fait la guerre pour
soit disant libéré la Libye à butte humanitaire mais non c'est juste pour rendre service a c'est amis
et aussi en passent ce faire du frics par de juteux contrats
il faut qu'il arréte de nous prendres pour des c....
a écrit le 07/09/2011 à 17:54 :
Faut pas rever.EN FRANCE
Les firmes sont noyautées par les syndicats qui n'ont aucune culture économique,et feront capoter les démarches commerciales*
Nous avons eu l'exemple de EDF/ARAVA/SUEZ/sur le projet Arabie Saoud.
a écrit le 07/09/2011 à 16:02 :
Si on lui a promis 35%... il a raison de mettre la barre très haut, tant qu'à faire.
Réponse de le 12/09/2011 à 12:17 :
les républiques bnanières vont se faire bananées
le Cow boy Kénian court plus vite que Saquii x le ongrois
faut pas rever

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :