La Turquie pourrait doper la croissance européenne, selon son président

 |   |  246  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
La crise de la dette dans la zone euro n'a pas entamé la volonté de la Turquie d'intégrer l'Union européenne, dont Ankara pourrait devenir le "moteur de croissance", estime le président turc Abdullah Gül dans une interview publiée dimanche.

Les pays européens ont décidé à l'unanimité en 2005 d'ouvrir les négociations d'adhésion avec la Turquie mais les discussions sont dans l'impasse en raison des réticences de la France et l'Allemagne à intégrer ce pays musulman, situé à cheval sur l'Europe et l'Asie.

Avec la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Nicolas Sarkozy est en première ligne de l'opposition à une adhésion pleine et entière de la Turquie, prônant comme alternative un partenariat privilégié avec Ankara.

"Les personnes qui ont une vision restreinte et qui manquent de perspective stratégique, considèrent l'adhésion de la Turquie comme un fardeau", souligne Abdullah Gül dans les colonnes du Sunday Telegraph.

"Mais ceux qui peuvent se projeter dans les 30, dans les 60 prochaines années et qui prennent en compte les évolutions économiques et les changements de centres de pouvoir, peuvent comprendre quelle force la Turquie peut apporter à la puissance dont est déjà dotée l'Europe."

L'économie florissante de la Turquie, qui a connu une croissance de 11% au premier trimestre 2011, devrait être prise en compte dans les négociations avec l'Union européenne, considère le président turc.

"Regardez le potentiel de la Turquie : la position de la Turquie, ses avoirs, la valeur qu'elle peut ajouter en termes de ressources énergétiques, sa population, le dynamisme qu'elle peut apporter à l'Europe et également la croissance qu'elle peut lui apporter, avec une Turquie moteur de croissance", conclut-il.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/11/2011 à 19:24 :
Bon, je crois qu'on est globalement d'accord. Le débat est clos.
Réponse de le 14/12/2011 à 21:29 :
Le débat est clos oui pour toi mais il est clos car nous avons éviter de répondre à ces critiques plutôt racistes que réalistes et puis depuis le temps nous avons compris qu'un raciste ne change pas ces clichées ( même aves des statistiques officielle!) je suis francaise d'origine turc et je vois trés bien l'émergence de la Turquie moi j'en suis juste fière et sincérement je ne veule pas qu'elle adhère l'UE mais plutôt une alliance entre pays musulmans en essor (comme UE) donc allez-y continuer à parler pendant ce temps nous on investit en Turquie.....
Réponse de le 22/12/2011 à 10:50 :
La Turquie n'a pas besoin de l'UE c'est sûr, et à ce compte-là comme n'importe quel autre pays d'ailleurs. Pour l'alliance entre musulmans, pourquoi pas, c'est une bonne idée. Par contre, les investisements en Turquie sont le fruit de la mondialisation qui a permis l'essor actuel.
a écrit le 21/11/2011 à 16:17 :
la turkie pretend pouvoir etre le moteur de croissance dont nous avons besoin ! mais les criteres d'integration sont ils resolus ? et la liberté dont jouissent les peuples europeens ne serait elle pas un handicap ? quand a se poser en initiateur il y a deja l'allemagne qui s'y emploie !
Réponse de le 21/11/2011 à 19:17 :
euh ...turkie c'est où ? Ce serait pas plutôt la Turquie dont vous parlez ?
a écrit le 21/11/2011 à 11:07 :
Moteur de croissance avec des kebabs non merci il y a déjà suffisament d'assistanat!
a écrit le 21/11/2011 à 11:01 :
Si la Turquie veut demeurer performante, il ne faut surtout pas qu'elle s'installe dans le lit confortable et douillet de Dame Europe.Trop de bien- etre tue l'envie.
Réponse de le 18/03/2012 à 10:19 :
oui je suis tt a fais d'accord avec cette analyse !
a écrit le 21/11/2011 à 10:42 :
Vous ne trouvez pas que c?est terrible de voir la Turquie proposer ses services à l?Europe pour lui venir en aide ?
Ailleurs dans le journal la Tribune, on nous explique que c?est l?Angola ( !) qui va sauver l?économie du Portugal?
D?ailleurs, les pays qui tirent l?économie mondiale sont bien ceux où il est vital de créer quelque chose pour se prouver qu?on peut faire aussi bien que les « grands pays » : Brésil, Chine, Russie, Inde, etc? Nous, nous n?avons plus rien à nous prouver, et donc on décide de ruiner petit à petit nos populations en leur enlevant le travail, qu?on envoie à des ouvriers moins chers?

La Turquie un jour cessera ses négociations d?adhésion à l?UE, pour adopter un statut comparable à celui de la Norvège : « regardez-moi bien », dira la Turquie,vous ne m?avez pas acceptée quand je souhaitais vous rejoindre, eh bien maintenant, venez me voir pour vendre vos produits. »

Réponse de le 21/11/2011 à 12:21 :
Et bien on verra, ce n'est pas pour demain. La Norvège vend qu'elle produits? La Norvège est le 6e exportateur mondial de pétrole. La Turquie n'a rien. Que du blabla menaçant comme savent le faire les intégristes et des chiffres bidonnés.
Réponse de le 21/11/2011 à 17:57 :
C'est vrai Lucien que la Turquie est en ruine, même la Grèce est dans un meilleur état. Allez, bonjour à Marcel.
a écrit le 21/11/2011 à 10:17 :
D'abord,avant d'adhérer à l'UE , le gouvernement turc doit restituer aux chypriotes le nord de l'île qu'ils ont envahi en1974,puis faire des élections au Kurdistan martyrisé depuis des années ,rendre au chrétiens les terres et églises squattées,reconnaître le génocide des arméniens ,etc..(la liste est longue) après l'on pourrait commencer un début de dialogue...je crois que c'est le minimum que peut exiger l'EU.
Réponse de le 21/11/2011 à 10:28 :
La Turqui ne prend pas le chemin de la réparation des torts causés aux uns et aux autres, bien au contraire.
Réponse de le 21/11/2011 à 10:45 :
"rendre aux chr?ens les ?ises squatt?": d'accord si la France abolit la loi de 1905 sur la s?ration de l'Eglise et de l'Etat, et rende ?'Eglise la propri? des biens dont elle a ? expropri?
a écrit le 21/11/2011 à 10:01 :
11% ? C'est peut-être rentable de se montrer "victime" des Européens, par les temps qui courent.
a écrit le 21/11/2011 à 8:31 :
Des clous !
a écrit le 21/11/2011 à 1:38 :
Comment aujourd'hui refuser l'adh?on de la Turquie quand, lors des d?ts sur le projet de Constitution Europ?ne en 2001-2006, la France a ? la premi? ?efuser l'insertion dans "les valeurs communes des peuples d'Europe" la r?rence au christianisme officiellement pour cause de "la?t? Belle politique de l'autruche et de voilage de face, sans jeu de mots.
Compte tenu de la fa? dont les politiques grecs ont g? la crise et se sont moqu?de l'Europe, outre l'aspect ?nomique, ouvrir les pourparlers d'adh?on avec la Turquie serait leur donner le retour de b?n de leur comportement ainsi qu'une le? ?eur arrogance. On ne peut se moquer de l'Europe et de ses institutions impun?nt surtout quand un pays a plus de le?s ?ecevoir qu'?n donner.
a écrit le 21/11/2011 à 0:45 :
1. Imaginons un instant que la Turquie fasse partie de l'UE: en quoi une croissance de 11% en Turquie permettrait de résoudre LE problème auquel on doit faire face, à savoir le surdendettement d'un certain nombre de pays de la zone euro.
A moins qu'avec la richesse supplémentaire Erdogan ne se mette à acheter de la dette grecque et italienne?
2. Les clash autour de l'euro ont mis en exergue le problème de forte hétérogénéité des économies nationales/régionales Europe - mais aussi la difficulté à résoudre des problèmes à 17 autour de la table. Et rajouter la Turquie nous rendrait la tâche plus facile??
3. On a très bien compris ce que veut Erdogan: accéder à la fontaine à subventions de l'Europe (PAC, FEDER etc.). Mais l'Europe a-t-elle les moyens d'aider un pays comme la Turquie dans les circonstances actuelles?
a écrit le 20/11/2011 à 23:24 :
Vous ?s entrain de couler avec votre sarco et merkel la France a vous la Turquie sans l'Europe a moi
Réponse de le 21/11/2011 à 11:01 :
Rien à ajouter...
Réponse de le 24/01/2012 à 13:58 :
on demande pas mieux
a écrit le 20/11/2011 à 21:55 :
Les 11% de croissance de la Turquie, on verra ce qu'il va en rester à la fin de l'année. Les rapports de l'Europe sur l'utilisation de fonds versés est clair : personne ne sait ou ils vont.
a écrit le 20/11/2011 à 21:50 :
Il est hors de question qu'un pays aussi belliqueux envers les Européens intègre l'Europe. On ne compte plus les menaces, la dernière en date étant contre Chypre et sa présidence. Que l'on commence par supprimer les fonds de pré-adhésion vers la Turquie et qu'ils soient orientés sur les pays Européens, après on verra. La Turquie n'a rien à voir avec L'Europe.
a écrit le 20/11/2011 à 21:06 :
Il ne se passe pas 6 mois sans que l'on entende parler de la volonté de la turquie "d'envahir" l'europe!!! Que l'on fasse un référendum européen sur ce sujet et là, on pourrait raffraîchir les prétntions de ce pays musulman d'orient dont la culture et le mode de vie sont totalement en contradiction avec la culture occidentale!!! Trouve ton de la viande non religieuse en turquie????Que ce pays qui se dit si florissant aide leurs frères dans le besoin comme ceux de la corne africaine plutôt que de vouloir s'imposer dans le système capitaliste!!!
Réponse de le 21/11/2011 à 7:43 :
Entièrement d'accord avec vous. On peut aussi parler de péril turque car l'entrée dela Turquie en Europe serait une catastrophe et un danger pour nos institutions. La Turquie a envahi Chypre pour protéger ses ressortissants. Une menace réelle pour tous les Etats de droit. Lors de l'invasion turque de 1974, plus de 180 000 Chypriotes grecs ont fui la zone nord, et 43 000 Chypriotes turcs ont quitté la zone sud. ...
Réponse de le 21/11/2011 à 11:14 :
Dardanelles... Un complexe?
Si vous aviez mis les pieds en Turquie, comme les 30 millions de touristes de cette année, vous auriez vu qu'en Turquie certains restaurants servant même du cochon... Cet été, pendant la polémique des prières de trottoir, j'ai eu l'occasion de visiter à Beyoglu (beaux quartiers d'Istanbul), une magnifique cathédrale... J'ai même appris qu'il y'avait près d'une centaine d'église juste à Istanbul... C'est drôle hein?
a écrit le 20/11/2011 à 17:46 :
Vous dites tous nimporte quoi. Vous conaissez rien mais dites vous juste que la turquie persiste a entrer en europe parce que si elle ne pretexte pas que cest un critere dentrer sa serai encore larmee qui gouvernerais. Mais le jour ou tous sera fait je sais pas si ce n est pas l europe qui va lui courrir derriere. Noubliez pass
Réponse de le 20/11/2011 à 19:07 :
Dormez tranquille, les peuples d'Europe feront tout pour que cela n'arrive jamais!
Réponse de le 20/11/2011 à 19:20 :
Mais non Ali. Pourquoi la Turquie aurait vocation à intégrer l'Europe ? Historiquement et culturellement ce serait un non sens.
Réponse de le 20/11/2011 à 19:46 :
@ALI : Quand le chariot est brisé,beaucoup de gens vous diront par où il ne fallait pas passer. (Sagesse turque)
a écrit le 20/11/2011 à 17:41 :
D'ici 30 ans, la Turquie sera l'Allemagne de l'Europe et l'Europe actuel aura bien disparu!!!
Réponse de le 20/11/2011 à 18:49 :
n importe quoi
Réponse de le 20/11/2011 à 19:42 :
Il y a des chances, oui
Réponse de le 20/11/2011 à 21:24 :
La Turquie d'Erdogan est agressive contre la Syrie, les Kurdes, une composante importante de son propre peuple, Chypre, un tout petit pays, mais malgré ses coups de gueule, il n'a pu rien faire, ni même pu faire condamner Israel qui a massacré 9 citoyens turcs qui voulaient forcer le blocus imposé à Gaza.
Réponse de le 20/11/2011 à 21:52 :
Donc la Turquie peut se débrouiller sans l'Europe. Qu'elle le fasse.
a écrit le 20/11/2011 à 17:32 :
économiquement ca n'est pas une mauvaise idée mais politiquement c'est un suicide, avec 73 million d'habitant la turquie au parlement européen serait autant voir plus puissant que l'Allemagne !!!!!!!! donc si il le veulent on leur fourgue notre euro pourri mais pas de turque dans l'espace schengen c'est déja problématique avec les roumains, on va arréter de se tirer des balles dans le pied. Mr erdogan merci de votre proposition mais on en repalera quand la turquie reprendra la voie de la démocratie et de la laicité.
Réponse de le 21/11/2011 à 8:19 :
Exactement
Réponse de le 24/11/2011 à 11:49 :
rien à ajouter!
Réponse de le 24/01/2012 à 14:03 :
+100
a écrit le 20/11/2011 à 16:32 :
NONNN, pas de turc en france !!!
Réponse de le 24/11/2011 à 11:49 :
Il y en a bcp déjà des Turcs en France...
Réponse de le 11/12/2011 à 11:15 :
stp arrete
a écrit le 20/11/2011 à 16:30 :
Il ne faut pas perdre de vue la politique de panturquisme de la Turquie. Ce pays accorde facilement la nationalité turque aux personnes ethniquement turques des républiques d'Asie centrale.Ne pas perdre de vue non plus ses frontières, avec l'Iran, l'Irak, la Syrie, le Caucase et les républiques d'Asie centrale par la Mer noire. Déjà qu'actuellement les frontières de l'UE ne peuvent être contrôlées, il faut voir un peu ce que cela serait avec la Turquie dans l'UE.Mais de nos jours tout est possible, avec des candidats aux présidentielles ignorants comme aux USA
Réponse de le 24/01/2012 à 14:04 :
vous avez tout compris
a écrit le 20/11/2011 à 16:21 :
Bravo les Trucs, finalement ils s'en sortent très bien sans être dans l'UE.
Réponse de le 20/11/2011 à 17:50 :
Oui, qu'il y restent, dehors!
a écrit le 20/11/2011 à 16:20 :
La Turquie aspire à redevenir la puissance coloniale qu'elle était au début du 20è siècle.Elle est intervenue en Libye, maintenant elle veut créer une zone tampon à l'intérieur de la Syrie! C'est elle qui arme les rebelles syriens, c'est à dire fomente une guerre civile en Syrie. Elle intervient militairement en Irak, par des bombardements aériens et par des incursions terrestres contre les Kurdes. Elle occupe une partie importante du territoire d'un pays membre de l'UE.
Réponse de le 28/11/2011 à 16:02 :
Tout comme la France la Turquie a soutenue la rebellion en Libye et fait de même en Syrie. L'armée Turque bombarde les camps terroriste sur le nord de l'Irak... Le PKK est une organisation terroriste et reconnue ainsi par tous les pays occidentaux dont la France! Ces terroristes font exploser des bombes quotidiennement en Turquie et tuent des femmes et des enfants!
a écrit le 20/11/2011 à 15:34 :
Nous avons intégré les pays de l'est qui ont permis de délocaliser une partie de notre production. La Turquie vit grâce à ses exportations vers l'UE et une partie de la délocalisation de notre insdustrie. La Turquie ne peut pas relancer la conso dans l'UE elle peut profiter d' une forte délocalisation donc un nouvel appauvrissement d'une partie de l'UE. Autre facteur son jeu trouble vis à vis de l'Islam, ses actes contre les kurdes... non l'UE et la Turquie ne sont pas encore prêtes à se réunir.
a écrit le 20/11/2011 à 15:01 :
Merci, mais nous arriverons à nous en sortir tout seuls....Cette solicitude est touchante mais je conseille plutôt à Ankara d'adhérer à la future union que la GB ne manquera pas de mettre en place quand la zone euro filera vers une fédération ou confédération devenue à présent incontournable si nous voulons nous en sortir.... mais au fait, pourquoi ne pas parler du coût d'une éventuelle adhésion Turque? 60 millions de Turcs dans les campagnes qu'il faudra bien aider, non? je préfère une union européenne entre européens.... les 17 c'est bien.... al GB qui est pourtrant européenne ne cessans de foutre la chienlit! Alors avec la Turquie, .....
Réponse de le 20/11/2011 à 15:36 :
Ce sont les entnreprises européennes délocalisées qui ont fait le PIB de la Turquie. Si la consommation flanche en Europe, la Turquie flanchera aussi et il ne faut surtout pas que les jeunes Turcs quittent une Turquie surpeuplée pour surpeupler l'Europe et venir grossir le nombre déjà dramatique de sans-emplois.
a écrit le 20/11/2011 à 14:22 :
Les Turcs ne sont pas européens mais leur perséverance a vouloir entrer dans l'Union européene malgré la crise est touchante. Je ne sais pas s'ils aideraient nuiraient ou n'influraient guère sur nous mais on aurait dû leur dire non si on ne voulait pas d'eux au lieu de les laisser espérer. Maintenant les refuser s'ils remplissent tous les critères qu'on leur demande est choquant.
Réponse de le 20/11/2011 à 19:25 :
Et s'il ne tient qu'à leur dire non, je veux bien leur dire :>>>>>> NON, nous ne voulons pas de la Turquie au sein de l'union européenne<<<<<<<. C'est déjà la merde, ce n'est pas la peine d'en rajouter.
a écrit le 20/11/2011 à 14:01 :
Le nombre de moustachus et de barbus serait aussi dopé...
a écrit le 20/11/2011 à 13:58 :
"la position de la Turquie, ses avoirs, la valeur qu'elle peut ajouter en termes de ressources énergétiques, sa population, le dynamisme qu'elle peut apporter à l'Europe et également la croissance qu'elle peut lui apporter, avec une Turquie moteur de croissance" = surtout comme les roumains et autres pays de l est , elle proposera une main d oeuvre pas cher ( esclavisé) , favorisera la délocalisation , présentera un danger dû à sa frontière avec la Syrie ... La turquie dans L'union Européenne c'est une porte ouverte sur l'orient , avec tous les avantages et les inconvénients ...
et puis 11 % de croissance ça ne veut rien dire .... Pour un pays dont les caractéristique sont plus proche du moyen-âge , 11% de croissance c est du vent ... 11 % appliqué à un pays comme l'Allemagne , la France ou les USA ...ça parle un peu plus déjà .
a écrit le 20/11/2011 à 13:57 :
L'insécurité aussi serait dopé...
Réponse de le 20/11/2011 à 15:38 :
En quoi "l'insécurité serait-elle dopée" ?
a écrit le 20/11/2011 à 13:07 :
La Turquie a d'ailleurs pas mal dopé les villes et les villages européens avec ses restaurants de Döner Kebap.
Réponse de le 20/11/2011 à 13:59 :
Je dirais plutôt dénaturé, pollué, gâché les centres des villes et des villages européens.
Réponse de le 21/11/2011 à 8:40 :
Ben est très lucide... mais il y a des vérités qu'il faut taire au nom d'un prétendu racisme ( à sens unique...)
a écrit le 20/11/2011 à 13:06 :
La croissance de l'Europe se doit d'abord d'être endogène. Ignorer ou snober ses voisins (la Turquie en est un) ne peut pourtant être que malsain tout en estimant que la Turquie, vaste et peuplée, est un peu une "mini Chine" aux portes de l'Europe, plus apte à profiter de ses débouchés que de lui insuffler une croissance. Ou alors, dans des accords de troc comme il se pratiquait il y a des décennies en arrière comme, "un véhicule léger tout terrain (russe) échangé contre x centaines de kg de noisettes"!
a écrit le 20/11/2011 à 12:51 :
si elle est tellement prospère, la Turquie n'a pas besoin de nous ...d'ailleurs, elle ne fait pas partie de l'Europe .
Réponse de le 20/11/2011 à 13:16 :
Oui. Que les Turcs s'occupent de leurs ChixxxxT ; la France s'occupe des siens.
a écrit le 20/11/2011 à 12:45 :
peut etre que la Turquie a raison , mais aujourd?hui l Europe et les européen sont victimes grave de la gestion financière turc donc je ne pense pas que dejas le peuple européen pardonneras le comportement de la Turquie . en 2 je ne pense pas que l Europe ce redresseras suite au mensonge de la Turquie . ce petit pays a instaurer le cancer ou la gangrène dans l europe , voir sur tout l économie de la planète . au turc dans 20 ou 60 ans vous serez un pilier de l europe , OK , MAIS L EUROPE N EXISTERAS PLUS . vous êtes rentrer dans l Europe comme profiteur
Réponse de le 20/11/2011 à 14:31 :
Quelle gestion financière aurions-nous à reprocher à la Turquie ? Quel mensonge ?
a écrit le 20/11/2011 à 12:42 :
On peut se demander, malgré sa croissance, pourquoi tant de citoyens turcs continent à affluer en Europe, où ils séjournent et travaillent même clandestinement?
Cette croissance ne profite pas apparemment à tout le monde. Par ailleurs, en Europe on ferme volontiers les yeux sur le conflit turco-kurde, les interventions militaires en Irak contre les kurdes, et bientôt une intervention en Syrie. En fait la Turquie de nos jours veut reprendre le rôle de l'empire ottoman, de concert avec les autres puissances occidentales.
a écrit le 20/11/2011 à 12:29 :
Oui ... et le Pakistan, et la Mongolie.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :