Delors stigmatise l'obstination de l'Allemagne et le manque de vision des autres Etats

 |   |  271  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters
Les erreurs commises lors de la création de la zone euro sont en partie responsables de la crise de la dette, estime Jacques Delors dans un entretien publié vendredi par le Daily Telegraph.

L'ancien président de la Commission européenne, qui est l'un des pères de la monnaie unique, juge en outre insuffisantes et trop tardives les initiatives des dirigeants européens actuels pour la soutenir.

La crise actuelle, dit-il, est imputable à "une erreur d'exécution" commise par les responsables qui ont supervisé l'introduction de l'euro. Ils ont délibérément fermé les yeux sur les faiblesses de certains Etats membres et sur les déséquilibres qui en découlaient, poursuit Jacques Delors, qui fut aux commandes de l'exécutif européen de 1985 à 1995.

"Les ministres des Finances refusaient de voir tout ce qui était désagréable et qu'ils auraient été contraints de régler.

"Chacun doit procéder à un examen de conscience", poursuit l'ancien ministre socialiste, âgé de 86 ans, selon lequel tous les Etats membres partagent les torts.

Il pointe toutefois l'Allemagne pour son hostilité à toute intervention de la Banque centrale européenne en faveur des pays les plus endettés.

La crise de la zone euro tient, selon lui, à "une combinaison de l'obstination allemande en matière de contrôle monétaire et d'absence de projet clair de la part des autres Etats".

L'ex-président de la Commission européenne dit en outre partager les réserves exprimées en Grande-Bretagne avant même le lancement de l'euro. Lorsque les "Anglo-saxons" disaient qu'une banque et une monnaie uniques sans gouvernement central seraient instables par nature "ils n'avaient pas tort", ajoute-t-il.

Dans un entretien accordé au Monde en octobre, Jacques Delors plaidait pour une réforme des traités européens qui permette d'exclure des Etats membres de l'Eurogroupe.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/12/2011 à 10:01 :
le mal était dans la place dès le début, y compris la période delors...on a voulu faire le mariage de la carpe et du lapiin, d'un côté des états dépensiers qui depuis 30 ans dépensent sans compter pour poursuivre leurs avantages et carrière,dont la France, de l'autre des pays qui savent que 1+1 =2 et non 3 comme le prétendent ces pays et que grace au creusement d'un nouveau trou (les euros obligations), on pourra boucher celui qu'on a fait depuis 30 ans. De l'autre côté, des allemands et autres nations savent compter et n'envisagent pas le crédit si ils pensent ne pas pouvoir rembourser...entre les deux, il y a un abime, juridique, comptable et fiscal. les mentalités sont complètement différentes et l'on n'en a jamais tenu compte dans la construction de l'europe : nous avons le groupe des pays, dont la France où en règle générale, on villipende l'entreprise, source de tous les maux et où l'on fait tout pour la surcharger de taxes, de règles, de normes...., de l'autre, les pays dont l'allemagne, où l'on affectionne l'entreprise car seule source de richesse et d'emploi. des accords sur la base de ce que devait être l'europe auraient dus être mis en place et sur ces différents points auraient dus être mis en place avant toute constitution de l'europe. cela n'a pas été fait et nous le payons actuellement
a écrit le 05/12/2011 à 16:21 :
Lui, au moins a l?honnêteté de reconnaître ses erreurs, ce qui n'est pas le cas de tous ceux:politiques, banquiers centraux(Mr.Trichet en particulier) qui encore aujourd'hui prétendent dire qu'il n'y a pas de hiatus quand on veut faire fonctionner la même monnaie dans des pays aussi différents que l'Allemagne et le Portugal ou la Grèce, et ceci avec les mêmes taux d'intérêt partout et sans une gouvernance commune. Malheureusement leurs âneries et leur prétention dès le lancement de l'euro et encore à l'heure actuelle, font que ce sont nous qui trinquons. Quand Madame Merkel et Mr.Sarkozy comprendront qu'ils sont ignares en économie et se décideront à écouter ce que leur disent les économistes ?
a écrit le 05/12/2011 à 16:01 :
Bien vu Monsieur Delors. Il est par contre bien dommage que vous n'ayez pas cru devoir faire graver dans le marbre ces mesures pourtant de bon sens quand vous étiez aux affaires
Il est aussi juste de vous rappeler que vous êtes en quelque sorte, et directement pour nous français, à l'origine de cette dette avec votre loi sur la banque universelle de 84, autorisant tout et surtout n'importe quoi, sur au final le dos du déposant lambda, qui trinque déjà et va devoir encore trinquer trés longtemps.
a écrit le 05/12/2011 à 13:53 :
il faut remettre au vite (des seuls parlements européens, et surtout pas des peuples) le traité élaboré par VGE !
a écrit le 05/12/2011 à 12:45 :
On rigole, Delors (père de Aubry martine) de a fait supprimer la loi sur la séparation de la banque de dépôts et d'investissement, la gauche au service de l'argent et des nantis, sans parler de giscard avec la loi de 1973 qui donne le pouvoir aux banquiers de prêter de l'argent à la france, des banquiers alors que nous sommes un pays souverain, si ça c'est pas un complot peut-être... RAS LE BOL
a écrit le 05/12/2011 à 11:10 :
couché ! le donneur de leçons qui a peur de prendre des responsabilités.
a écrit le 05/12/2011 à 10:05 :
un choix; ou bien on abandonne la zone euro ou bien on met une croix sur notre souverainete nationale en matiere budgetaire une monnaie une avec 17 politiques differentes ne marchera jamais.on parle de l'intervention des banques centrales aux usa et en grande bretagne mais pour chacune de ces banques il n'existe un seul etat cela n'a rien de comparable avec la zone euro,;
a écrit le 05/12/2011 à 3:34 :
Je trouve éclairants les propos de M. Delors. Par contre plusieurs des commentaires faits en marge de cet article me déçoivent beaucoup. N'est-il pas possible de juger d'un argument pour sa valeur, peu importe les allégeances politiques de l'auteur. Vu du Québec, certains commentateurs me font penser à des gamins qui s'engueulent dans une cour d'école primaire. Dommage ! Les héritiers de Décartes ne sont pourtant pas des imbéciles, que diable !
Réponse de le 05/12/2011 à 7:02 :
On ne pouvait pas faire mieux que Delors à l'époque: il fallait démarrer l'action puis l'améliorer en chemin. Exiger la perfection collective revient à ne rien faire.

J'espère que les Allemands vont tenir le cap de la rigueur. L'irresponsabilité de nos gouvernants est effrayante. Continuer à financer des tonneaux des Danaides est suicidaire. Et avec quel argent? et pourquoi ensuite les autres ne suivraient ils pas? Froid dans le dos.
a écrit le 04/12/2011 à 19:09 :
C'est le comble !! Lui le premier a voulu ce fourbis européen au détriment des individus, le tout enrobé de belles pensées collectivistes, c'est à dire mensongères et manipulatrices. Delors est un des principaux responsables de la chienlit actuelle, et de la monnaie papier euro, qui ne vaudra bientôt pus rien. Bravo Delors pour votre contribution à la déliquescence de la France, dictée par votre idéologie collectiviste d'un autre age.
a écrit le 04/12/2011 à 18:09 :
A propos de l'Allemagne, les socialistes de 27 à 87 ans montrent une face cachée de leurs sentiments vraiment indigne, disqualifiante pour des candidats à des maroquins....
Réponse de le 04/12/2011 à 18:56 :
je ne vois pas en quoi les sentiments des Socialistes sont indignes et les disqualifient .Il s'agit ici de la position rigide de la droite Allemande et de sa volonté de s'immiscer dans les affaires de ses partenaires en ne voulant pas intervenir dans la finance européenne.Lorsque l'on se conduit de la sorte , il ne faut pas s'étnner des réactions qui peuvent etre parfois violentes.l
Réponse de le 04/12/2011 à 19:13 :
S'immiscer dans les affaires des autres pays européens vous dites ? En somme vous voulez que les allemands paient pour tous les autres qui nous jamais eu le courage faire autant d'efforts et d'avoir autant de rigeur que ce pays, et ce peuple. Donc pour vous ils doivent payer pour tous les pays rigolos, menteurs et voleurs, comme la France, et le tout sans discuter. vous pourrez toujours attendre, ce grand pays qu'est l'Allemagne n'est pas ce pays de mafieux et de collectivistes comme la France, et certains autres. non chers Allemands ne donnez pas votre argent pour boucher les trous des dépensiers des autres ne voulant pas travailler comme vous chers Allemands.
JIP vous pouvez toujours virer l'ensemble de votre argent de votre compte pour l'europe, ainsi vous montrerez l'exemple plutot que de dire aux autres ou ils doivent mettre le leur.
Réponse de le 04/12/2011 à 20:44 :
J'aime les pays du club med ou viennent se reposer nos chers voisins de la droite Allemande et leur grosses limousines et je nepense pas qu'il fassent beaucoup plus d'efforts pour travailler car malgré nos 35h et nos grèves ,le constat est là : nous sommes plus productif que quiconque dans la zone euro.Quant a mettre de l'argent dans une europe pour laquelle je n'ai pas voté ! ne pas en mettre est un exemple!
Réponse de le 05/12/2011 à 10:18 :
Plus productif, oui obligé , le peu qui travaille doit le faire vite pour compenser tous ceux qui ne produisent pas beaucoup , une moitié de la France tire l'autre moitié qui se met en grève sur un caprice !
Réponse de le 05/12/2011 à 16:31 :
@ Libre et Jedi64 : révisez vos connaissances en économie: les allemands travaillent en moyenne 32 heurs par semaine et les français 36 heures(derniers chiffres de l'OCDE), contrairement à la légende entretenue depuis quelques années en France. Dernière précision : JE NE SUIS PAS SOCIALISTE. Simplement je me renseigne au lieu de répéter des âneries.
a écrit le 04/12/2011 à 17:21 :
Pourquoi continuer a faire confiance a des responsables politiques comme Delors et ses descendants qui se sont lourdement trompés depuis 25 ans et qui prétendent toujours et encore detenir le bon logiciel intellectuel ?

Notez quand meme que Jacques Delors passait pour l'un des meilleurs élèves de la classe des européistes !! C'est dire l'urgence qu'il y a a changer d'équipage politique pour la France ..
a écrit le 04/12/2011 à 14:58 :
pourquoi pas jacques delors comme ministre des finances dans le prochain gouvernement de mai 2012 !!!!
Réponse de le 04/12/2011 à 15:24 :
ont en a rien a foute de ce type
quand il a eu l'occasion de devenir président il c'est débiner alors aujourd'ui qu'il la ferme
Réponse de le 04/12/2011 à 16:27 :
dommage qu'il ait 86 ans ! il fait un bon commentaire ! on peut regretter qu'il soit parti trop tôt de la vie politique - mais aurait il pu gouverné dans une europe très ultra libérale avec Barroso l
a écrit le 04/12/2011 à 11:19 :
Tout à fait d'accord avec M. Delors, la crise actuelle n'est pas la crise des dettes souveraines (qui n'est qu'une conséquence), mais la crise de l'Euro et du fonctionnement de la BCE, qui a été incapable de relever ses taux au bon moment pour contrer l'emballement du crédit dans plusieurs pays européens.
Tout le monde est donc responsable, et en premier lieu l'Allemagne, qui dirige en sous main la BCE. La solution consiste donc tout simplement à rayer les erreurs du passé et à repartir de zéro, en monétisant massivement l'endettement des différents pays.
Certains, et en particulier les rentiers allemands vieillissant, ont peur de l'hyper-inflation. Mais si l'augmentation de la base monétaire des banques centrales devait amener de l'inflation, nous devrions avoir aujourd'hui une hyper-inflation, à voir comment la FED, la BoE, ... monétisent depuis 2008. Dans un monde où le libre-échangisme le plus absolu est la règle, qui met en concurrence entreprises et salariés du monde entier et tend à généraliser la déflation salariale, l'hyper-inflation est impossible, à part si elle est mondiale. La peur de l'hyper-inflation, et en particulier chez les allemands, est totalement irrationnelle.
Réponse de le 04/12/2011 à 12:58 :
Ce n'est pas la BCE qui a endetté les Etats européens, voyons ! Ce sont les charlatans comme Sylvio Berlusconi et Consorts. Et qui élit les charlatans ? C'est nous ! Et qui est donc responsable de la crise de l'euro ? C'est encore nous ! Ne cherchons pas de bouc émissaire. La crise environnementale est également traitée par ces mêmes charlatans. Le CO2 a encore augmenté en 2011 et ne diminuera pas tant que des hommes responsables avec un profil de profesionnel comme Yves Cochet, je me répète mais c'est vital, ne prendront les choses en mains.
Réponse de le 04/12/2011 à 14:15 :
La crise actuelle n'est que la conséquence de la crise de 2008. Mais, vous étiez peut-être sur une autre planète à cette époque !
La crise de 2008 est une crise bancaire, avec une explosion du crédit et des bulles immobilières, que la BCE aurait pu éviter si elle avait agi correctement, et non en vertu du seul dogmatisme monétaire allemand.
Pour éviter que cette crise bancaire ne se transforme en crise systémique, les Etats sont massivement intervenus par différents plans de sauvetage à destination des banques (dont certaines ont fait faillite), des constructeurs automobiles,... Ces plans ont été financés par l'endettement public et ont abouti à l'explosion des dettes publiques.
Que Sarkozy ne soit pas à la hauteur et ait tout fait pour favoriser ses amis de Neuilly, je suis entièrement d'accord avec vous, mais c'est un autre problème.
Il faudrait revoir vos analyses économiques, sous peine d'être aussi traité de charlatan.
Réponse de le 04/12/2011 à 15:59 :
Comprenons-nous bien. La crise peut être analysée sous différents angles. La BCE est un outil et les dirigeants doivent s'accomoder de cet outil.Il fallait savoir gérer en bon père de famille, ce qui pour des raisons électoralistes et aussi par manque de compétences n'a pas été fait. Que la BCE doive être réformée, nous sommes d'accord. La Fed n'est malheureusement pas un bon exemple de réussite pour une BCE car le problème de la dette est le même.
Réponse de le 04/12/2011 à 18:59 :
par contre vous ce que vous avancez est totalement une vue personnelle étroite voire bornée. Vous êtes socialiste car vous, ces gens là détiennent toujours la vérité, affirmez péremptoirement des choses sans amener AUCUN élément que du blabla, en parlant de charlatan excusez, mais vous êtes à la point. Je ne vous donne pas d'argument car un socilao ne comprend rien, hormis ce qu'il a essayé de comprendre dans des livres.
a écrit le 04/12/2011 à 11:10 :
Delors est un pauvre type !
C'est tout bonnement scandaleux de dire qu'on savait depuis le début que l'Euro était une c...nerie alors qu'on a soutenu sa création sans aucune retenue !
Bravo, monsieur Delors, vous venez de fournir des arguments très forts à tous ceux qui disent que les hommes politiques sont des pourris !
a écrit le 04/12/2011 à 10:04 :
Je suis le trois cents soixante seiziemes ...Si vous voulez faire reagir le peuple, la jalousie reste la meilleure arme.
a écrit le 04/12/2011 à 9:52 :
Moi je stigmatise Delors de ne pas s'être présenté a la présidentielle en son temps! Il vient dire quoi aujourd'hui? Quand on sait tout et qu' on est si intelligent on affronte ses responsabilités ou on la ferme. Il fait partie des gens de gauche qui laissent un boulevard a la droite, il n' a qu' a alors assumer et profiter de sa retraite
Réponse de le 04/12/2011 à 10:27 :
Je crois qu'il faut relativiser la responsabilité des dirigeants car il ne s'agit pas de surhommes mais de personnes ordinaires. Un homme très intelligent peut échouer en ayant une stratégie rationnelle excellente. En fait, pour réussir il faut fournir du travail, être intelligent, avoir de l'intuition, jouir de relations qui vous soutiennent et aussi de la chance. Mais en fait quel est notre problème aujourd'hui ? C'est de n'avoir pas su compter et d'avoir dépensé beaucoup plus que ce que l'on gagne. Un problème élémentaire, somme toute qui est du niveau du cours élémentaire 1ère année. Autre problème élémentaire, la crise environnementale et son corollaire, la crise del'énergie. Là aussi, il s'agit de ne pas dépenser plus que ce l'on a. Avec 7 milliards d'invidus, on dépense trop d'énergie et les ressources s'épuisent avec une saturation de l'atmosphère en CO2. La solution ? Elémentaire, mon cher Watson : il faut réguler la population de la planète. Et que font-ils ? Rien ! On voit bien que pour tous ces problèmes, les politiques sont loin d'être des lumières et qu'ils échoueraient tous au certificat d'études primaire. FL/Ing. diplômé en économie
Réponse de le 04/12/2011 à 11:01 :
nous avons tous une part de responsabilité, en ayant voté depuis des années pour ceux qui promettaient toujours plus, sans nous demander d'où venaient les financements.... mur droit devant !! attachez vos ceintures ça va faire mal
Réponse de le 04/12/2011 à 11:32 :
Oui, Letroll nous avons les dirigeants que nous méritons, c'est-à-dire des gens qui ne sont pas des professionnels mais des charlatans. Mario Monti est un professionnel, un économiste qui remplace in extremis mais trop tard, un charlatan comme nous avons beaucoup trop en France. Le problème du réchauffement est également confié à des charlatans qui ne veulent pas entendre parler de régulation démographique. Le professionnel que nous avons en France est Yves Cochet et de même sa voix est étouffée par les charlatans.
a écrit le 04/12/2011 à 7:46 :
Ce qui n'était pas prévu, c'est que les politiques européens et notamment français endettent les Etats à un niveau insoutenable. Curieusement, la France a un niveau d'endettement qui est aussi important que les "immenses" réserves de change de la Chine. L'économie est un système de bascule. La Chine a pris ce que les autres perdaient par le jeu des délocalisations. C'est ce qu'à bien compris Marine, mais toujours pas Nicolas qui gesticule, brasse du vent qui ne fait malheureusement rentrer aucune devise, au contraire, nous coûte cher avec toutes ces réunions à répétition pour sauver l'euro toujours agonisant. Le problème est insoluble sans début de paiement de la dette à hauteur de centaines de milliards d'euros que nous n'avons pas et que nous n'aurons jamais. C'est pourquoi, l'euro sera bientôt mort. FL/diplômé en économie
a écrit le 04/12/2011 à 2:26 :
Comment va finir la crise ? Dificile à déviner ! Facile à entendre que il aura tj " Les uns
et Les autres ".
Réponse de le 04/12/2011 à 6:36 :
la crise ne finira pas parce que ce n'est pas une crise, c'est juste la fin d'un monde.
Réponse de le 04/12/2011 à 8:17 :
@letroll,
je ne peux pas partager votre point de vue !
C'est une crise, la crise des la dette des etats !!!!
Si les états européen équilibraient coute coute leur budget en 2 ans !!
ils n'y auraient plus de crise de la dette!!!!!!
Réponse de le 04/12/2011 à 10:58 :
c'est la crise de la dette du public et du privé + l'insolvabilité de tout le monde + un déficit structurel du à nos modes de fonctionnement + une crise énergétique + une crise écologique + .... l'équilibre du budget est impossible dans l'état actuel des états ... il n'y aura pas de sortie facile et sans douleur
Réponse de le 04/12/2011 à 12:31 :
C'est surtout la crise de l'Euro. Certains pays sont bien plus endettes que nous et ne subissent pas d'attaques des marches ( US, UK, Japon par exemple ).
L'Eurozone actuelle est un patchwork de pays devenus trop differents du au manque de politique de convergence economique et industrielle.
Réponse de le 04/12/2011 à 13:11 :
le cas des USA est un peu différent , ils ne sont pas attaqués par les marchés car ils achètent eux-mêmes leurs propres dettes avec les dollars qu'ils impriment en pagaille :-)) je ne suis pas sur que la situation soit meilleure.
Réponse de le 04/12/2011 à 23:08 :
Et bien ! Il aura tj Les uns et Les autres !
a écrit le 03/12/2011 à 19:41 :
Jean-Pierre Chevènement : La France est-elle finie ? Editions Fayard.

Pages 38, 39

Trois cents directives pour déréglementer

Le cap avait changé : on peut dire, pour résumer, que la politique mise en ?uvre par Jacques Delors, devenu président de la Commission européenne en 1984, et par son successeur au ministère de l?économie et des Finances, Pierre Bérégovoy, mit la France à l?heure du néo-libéralisme alors triomphant dans les pays anglo-saxons. Ce que Ronald Reagan faisait aux Etats-Unis et Margaret Thatcher en Grande-Bretagne - La libéralisation financière et la déréglementation des marchés des capitaux. Bérégovoy et Delors le firent en France et en Europe en vertu de « l?Acte unique » , avec le soutien mais aussi sous la pression de Thatcher et d?Helmut Kohl.

Jacques Delors le reconnait sans barguigner : « (arrivant à la tête de la Commission européenne, je leur ai dit « aux chefs d?états et de Gouvernement): vous avez fait un traité en 1957 pour faire un marché commun, mais, je regrette, vous ne l?avez pas encore fait? Et si vous l?aviez fait, nous serions plus vigoureux, plus dynamiques, nous ferions plus de croissance. Et cette idée se croisait avec l?époque - on est le machiavel que l?on peut ! - une certaine époque de dérégulation, de montée de l?économie de marché. Donc, elle a été acceptée ? Madame Thatcher se disait : « En faisant cela, qui correspond à une partie de ma politique en Grande-Bretagne, je me place au c?ur de l?Europe. » Jacques Delors semble considérer qu?il a joué un bon tour à Mme Thatcher, mais en réalité c?est celle ci qui a empoché la mise !

Un jour Mitterrand dans mon bureau me dit : « Lisez cette lettre que m?envoie Bérégovoy (il s?agissait, si je me souviens bien, de mesures de détaxation fiscale dans le contexte européen). Vous le connaissez assez pour savoir que ce n?est pas lui qui l?a écrite ! Il a simplement signé une lettre rédigée par ses services ! » Je ne demandais au fond qu?à le croire, car je n?imaginais pas que le tournant de 1983, si contraire à la logique d?une gauche fidèle au monde du travail, ne finirait pas un jour par être renversé. Je ne prenais pas assez garde à ce qui se tramait à Luxembourg où l?Acte unique négocié en 1985 par Roland Dumas, sous le diktat de Mme Thatcher, une totale libération des mouvements de capitaux, y compris à l?égard des pays tiers. Le même traité faisait de la Commission Européenne la gardienne de la « concurrence » maître mot érigé en dogme, au nom duquel furent désormais pourchassées et réprimées les politiques industrielles et libéralisés les services publics.

Page 40

En 1987 la droite, revenue au pouvoir, ratifia « l?Acte unique » : quelques mois seulement avant les législatives de 1986, un épais document de plusieurs centaines de pages avait été déposé à la place de chaque ministre , à l?ouverture du Conseil qui devait l?entériner sans qu?aucun des ministres présents n?ait pu le lire. Et quel était son contenu ?
Ce n?était rien - nous dit Roland Dumas - que le Marché Unique », simple perfectionnement du « Marché Commun » conclu en 1957.
Le même discours fut tenu aux députés RPR par Jacques Chirac alors premier ministre, et son porte parole Jean de Lipovsky. Deux années plus tard, pour les convaincre d?y donner leur accord. Je fus moi-même dupe de cette présentation.

Je ne me doutais pas que plus de 300 directives seraient prises en application du traité de Luxembourg afin de déréglementer complètement l?économie. Aussi bien me sentais-je vaguement tenu par l?aval (qui ne dit mot consent) que j?avais donné en Conseil des Ministres. « L?acte unique » fut ainsi approuvé à la quasi-unanimité du Parlement (à l?exception des communistes).

Soutenu par la droite majoritaire à l?Assemblée, et par la gauche, loyale au précédent gouvernement qui l?avait négocié, le traité passa comme lettre à la poste, dans l?inconscience générale.

Les députés n?y comprenaient goutte : nul ne leur expliqua les conséquences qu?allait avoir la libération des capitaux, encore assortie, il est vrai, d?une clause d?harmonisation fiscale préalable. Plus tard, en 1989, celle-ci sauta sous la pression de Helmut Kohl, malgré l?opposition de son ministre des Finances, Gerhrard Stoltenberg, qui dut démissionner.

On présenta aux députés français, comme une simple application du traité de Rome, le principe de la concurrence qui devint tout autre chose dès lors que la Commission européenne s?en empara pour l?appliquer en tous domaines moyennant le renfort de la Cour de justice des communautés européennes (CJCE) avec un dogmatisme digne de l?inquisition espagnole. La mystification était complète et elle opère encore aujourd?hui sur beaucoup de bons camarades qui semblent n?y avoir vu que du feu !
a écrit le 03/12/2011 à 19:39 :
il fait partie de l'architecte et il n'a jamais évoqué le problème bien avant cette crise !!
C très bizarre
Réponse de le 04/12/2011 à 8:19 :
Nombreux sont ceux qui après cout !!!
disent, si l'on m'avait écouté avant, ou je l'ai toujours dit !!!
Alors qu'ils étaient pleinement d'accord !!
C'est l'age
a écrit le 03/12/2011 à 18:59 :
Tiens ? Il critique l'Allemagne et on ne le taxe pas de germanophobie ? Ben alors, où sont les censeurs politiquement corrects ?! C'est presque du populisme !
a écrit le 03/12/2011 à 18:09 :
L'hopital qui se moque de la charit?Malgr?out le respect que j'ai pour vous M. Delors vous faites partie de ceux qui contribu?nt ?a cr?ion de l'euro, mais surtout des crit?s de convergence du Traite de Maastricht pour les pays y adh?nt.
a écrit le 03/12/2011 à 18:02 :
Merci a Mr Delors de pointer du doigt ce qu'il n'a pu anticiper car c'était une première! L'idéologie peut être détourné à des fins particuliers et l'Europe en a subit les conséquences!
a écrit le 03/12/2011 à 17:38 :

A propos de la BCE, ,Delors me fait penser (comme tous les socialistes) à L Blum qui en 1936 disait « nous allons faire de la banque de France ,la banque de la France » On a vu la suite. Si les Allemands ne veulent pas céder (pour l'instant, car ils y viendront), c?est en raison du manque de rigueur budgétaire de la zone euros et de la France en particulier.
Le déficit budgétaire des Allemands est inscrit dans leur constitution pour un montant de 0.37 % en 2017.Nous n?avons qu?à en faire autant.
Delors est en plus un traître car donner une interview au Daily Telegraph est un peu facile, le rêve de tout Anglos saxons étant de dézinguer l?euro. Les euros-bonds sont une erreur de plus du PS qui veut faire aussi payer les autres et la réforme des traités ne serviront à rien.
a écrit le 03/12/2011 à 17:37 :
le mec a été president de la commission et donc bien placé pour dire à l'epoque ce qu'il souligne à present et il ne l'a pas fait .pathetique ce mec !!
a écrit le 03/12/2011 à 17:32 :
Finalement on fait 70 ans plus tard ce que les Allemands voulaient faire .On aurait laissé faire ça aurait fait 50millions de morts en moins et plus de 100 millions de blessés;sans compter une Europe à moitié détruite.
Réponse de le 04/12/2011 à 8:21 :
La domination par la guerre n'a jamais fonctionnée !!!
C'est vrai pour Alexendre, Napoleon, Gengis Khan, etc....
Par contre la domination économique semble etre en vogue depuis 1945!!
a écrit le 03/12/2011 à 17:25 :
En somme il boit sa propre pisse
a écrit le 03/12/2011 à 16:46 :
Nous sommes dans un continent que les Pères de l'Europe" ont construits; J Delors en est un et il faut lui reconnaître bien des mérites et un idéalisme à toute épreuve. Que ceux qui préfèrent conflits entre peuple, replis sur les tribus et frontières cadenasséees se taisent! Bravo! Jacques. Quant à la crise des dettes souveraines elle fera avancer une construction que nous voulons, n'en déplaise à des réactionnaires de tout poil!
Réponse de le 03/12/2011 à 17:18 :
<3 la pensee unique et la diabolisation de la pensee adverse.
Est-ce ainsi que vous comptez evangeliser les egares de l'Europe synonyme entre autre d'ouverture aux autres ? a coup de 'moi etre le bien toi etre le mal '?
Vous faites rever, autant que l'Eurozone actuelle :)
Réponse de le 03/12/2011 à 17:24 :
Vous revez ! Patientez encore quelques jours .... l'Euro et l'Europe vont disparaître Enfin !!
Réponse de le 03/12/2011 à 17:27 :
Bravo^pour avoir dirigé une Europe dont il savait qu'il y'avait plein de manquement
Réponse de le 03/12/2011 à 17:42 :
j'espère que vous avez compris que Delors voyait l'europe dans un rétroviseur !
Réponse de le 03/12/2011 à 17:43 :
Je suis d'accord avec vous.... pas sûr que les Bastien et autre Popeye the sailor man le soient...
a écrit le 03/12/2011 à 16:44 :
Cette Europe dont vous parlez est une Europe antidémocratique, qui ne tient compte ni des référendums, ni des avis des dirigeants de cespays qui veulent consulter leur peuple (Papandréou). Quant au nationalisme on y en plein dedans, il n'y a pas eu de période depuis la 2ème guerre mondiale qu'autant de guerres sont déclenchées par le monde par des pays de votre Europe contre l'avis de leurs populations exprimé par des sondages d'opinions, c'est une europe marchande et guerrière, qui fonctionne en appauvrissant les classes moyennes!
a écrit le 03/12/2011 à 16:36 :
Les erreurs dénoncées étaient de complaisances et non intentionnelles. En conséquence nous devons les rectifier et mettre l'économie en bon ordre de marche. l'allemagne à parfaitement raison de tenir sur des principes nécessaires à un changement réel. Il reste à espérer qu'elle sera suffisamment forte pour guider ses partenaires dans une nouvelle économies. Aprés et seulement aprés, il sera temps de donner à la BCE les moyens d'étouffer toutes les spéculations.
a écrit le 03/12/2011 à 15:46 :
Nous vivons en paix depuis plus de 60 ans, avons une maison commune, des frontières établies mais ouvertes, des politiques économiques communes, une monnaie commune et une citoyenneté commune et nous serions prêts à renoncer à notre confort, certes malmené par une crise sans précédent, pour retrouver un semblant d'indépendance? Franchement, nous européen devons saisir cette crise pour faire cette EU politique et démocratique que nous aspirons à voir naître. Que Merkel tappe du poing est légitime. Ce qui est grave c'est l'absence de réponses de la part des autres états de l'union monétaire. Si nous ne voulons pas fédéraliser l'EU alors il faut reconnaître que l'euro est une erreur ( comme les Britanniques) et quitter la zone euro mais il ne faudra pas venir pleurer quand notre nouveau franc sera dévalué régulièrement et que lm'UE aura disparu! Je n'arrive pas à comprendre comment certains fonctionnent. L'EU est la plus formidable chose qui nous soit arrivée, certes, imparfaite mais qu'avons nous d'autre à offrir? le retour en 1950? Après le grand bond en avant chinois, voilà le grand bond en arrière européen....Mon dieu, sommes nous devenus aveugles? Si l'EU fonctionne mal la responsabilité nous incombe. A nous de choisir des homes politiques avec des couilles et non des frileux nationalistes ...
Réponse de le 03/12/2011 à 16:42 :
Decidemment eurofederal vous essaimez votre eurobeatitude sur tous les sujets :)
Cessez de melanger paix et Euro, ces 2 choses la n'ayant rien a voir.
Le premier partenaire commercial de l'Allemagne en 39 etait la France. Le commerce n'empeche en rien les guerres. De plus il me semble que la periode actuelle, malgres cet Euro pare de toutes les vertus, voit un regain de tensions entre pays. Comme quoi ...
'des politiques économiques communes'=> euh.. ou ca ? c'est justement le manque de convergence depuis 10 ans qui nous a amene a cette situation ...
'faire cette EU politique et démocratique'=> parlez vous de cette Europe se construisant contre les volontes souveraines ( Traite de Lisbonne ) ? Parlez vous egalement de cette technocratie sans aucune onction populaire qui controlera bientot notre budget ?
'quand notre nouveau franc sera dévalué régulièrement et que lm'UE aura disparu'=> nous voyons tres bien ou va notre industrie et notre commerce exterieur depuis 10 ans sans aucune politique monetaire ( incluant la devaluation ) : dans le mur ! Quand a l'UE, quel rapport avec l'Eurozone ?
'L'EU est la plus formidable chose qui nous soit arrivée'=> l'UE oui, l'Eurozone non.

Bien a vous
Réponse de le 03/12/2011 à 17:22 :
L'Euro et l'Europe nous ont "foutus dans la m...." Qu'on en sorte et vite !!
Réponse de le 03/12/2011 à 17:42 :
Cette eurobéatitude est partagée par une majorité de citoyens de cette Union que vous détestez tant... Merci; Quant aux déficits, les seuls responsables sont nos industriels qui recherchent le moindre coût....et cessez de faire porter le chapeau à l'euro....Du temps du franc, la France n'arrivait pas à exporter davantage et quand notre euro valait moinsd e 70 cents US, le déficiut était identique...quant à votre discours, il est connu de tous. Repli "national" frontières hermétiques, etc.....quand on ne sait que dire, on fait porter le chapeau à l'euro, comme c'est commode. Le problème c'est l'absence de politique dans cette union imparfaite....
Réponse de le 03/12/2011 à 19:00 :
@eurofederal Vous avez raison, laissez donc les rétrogrades pédaler à l?envers. Leur discours n?est que le reflet de leur hargne et de leurs complexes. Bien sûr que nous avons besoin d?Europe, elle a existé beaucoup plus qu?on ne pense du temps de la royauté et d?une certaine façon sous Napoléon mais aujourd?hui, elle devra apprendre à se gérer autrement qu?avec des RSA, RMI et prébendes de toutes sortes toujours assumés par les mêmes. Le repli sur soi est une bêtise crasse et le Franc ne serait qu?une devise de pacotille de plus car l?or n?est même plus là pour le conforter. Ils n?ont aucune réponse valable à la crise que nous subissons. cordialement
Réponse de le 04/12/2011 à 1:11 :
Ce n'est pas la construction européenne qui amène la paix. Qui voudrait encore partir en guerre et contre qui ? Les communications étant ceux qu'elles sont, personne n'a envie d'aller se faire trouer la paillasse au nom de quel idéal ? Autrement je ne pense qu'à une chose : quitter cette union européenne au plus vite. C'est la misère pour tout le monde. En plus je souhaite finir mes jours en Terre Chrétienne et la prolifération des voiles et autres burqa m'angoissent un maximum de la même façon que les constructions de mosquées à chaque coin de rues m'effraient. Les prières dans la rue ne me rassurent pas d'avantage.
Réponse de le 04/12/2011 à 9:21 :
Il est vrai que suite à un bref passage à Mulhouse, j'ai été fort impressionné par une ville dont on ne sait plus très bien dans quel pays elle est située. Je ne me suis pas senti en sécurité du tout et certains quartiers dénotent une tristesse et un délabrement très inquiétant surtout à l'heure de la prière. J'avoue que j'étais très déprimé après ces quelques pas dans quelques quartiers typiques très déshumanisés et je n'ai plus envie d'y retourner de sitôt.
a écrit le 03/12/2011 à 15:20 :
C'est tout de même un comble de voir qu'un homme politique français qui a eu des responsabilités en France et en Europe choisit un journal britannique pour donner son opinion sur des problèmes qui concernent la zone euro et son pays. Encore, il aurait choisi un journal d'un pays de la zone euro... L'entrevue était en quelle langue ? Il a honte d'être français ? Pourquoi cette manie de lécher les bottes des anglo-saxons.
a écrit le 03/12/2011 à 14:34 :
Le papa de madame Aubry vient à la rescousse d'un Ps en panne sèche d'idées sur l'Euro, avec des remèdes de social-catho. On fait un groupe de prière entre Etats membres qui ont abusé, et on demande à la fille qui a réussi (l'Allemagne) en se serrant la ceinture de sauver le fils prodigue qui s'est ruiné en faisant n'imorte quoi. Ensuite on fermera la porte de l'église aux méchants. Super programme, au cathéchisme on l'a tous les jours. ! En revanche sur les marchés on entend une autre musique,
Réponse de le 03/12/2011 à 17:34 :
il y'a du vrai
Réponse de le 03/12/2011 à 18:10 :
mais papa a 87ans et ou ira t elle puise .....
a écrit le 03/12/2011 à 14:19 :
DELORS ne croyait sans doute pas à l'avenir de l'Europe fondée autour de l'Euro, de la méfiance des peuples qui à maintes reprises ont refusé soit l'Euro soit un traité. Aujourd'hui hors de la politique il vient donner des leçons sur une politique catastrophique dont il a été un des architectes, avec les socialistes et l'ump.
a écrit le 03/12/2011 à 14:10 :
Delors nous a foutu dans la merde avec sa vision irresponsable de l'Europe d'une part (c'est à dire la fuite en avant perpétuelle) et en même temps ce syndicaliste (il y en a des bons mais pas lui) a ouvert en grand les portes au mondialisme, il a accédé à toutes les demandes les plus ultra libérales du grand patronat européen, et ce type là est en train de critiquer les deux grands dirigeants européens qui rattrapent les conneries des Mitterrand, (Delors) et Chirac; ce monsieur ferait bien de la mettre en veilleuse et de se faire oublier. Prétendre par ailleurs que ça fille (Martine Aubry) est quelque de très doué, là aussi quand on dit ce genre d'ânerie on ferait mieux de se faire oublier.
Réponse de le 03/12/2011 à 17:36 :
mieux dit c'est mal
Réponse de le 03/12/2011 à 18:11 :
absolument
a écrit le 03/12/2011 à 13:46 :
Conclusion : L'Euro n'est pas viable. Il faut en sortir.
a écrit le 03/12/2011 à 13:18 :
En résumé, le socialiste Delors voudrait que les fourmis acceptent de se laisser dépouiller au profit des cigales surendettées. Comme quoi les vieilles rangaines sont pérennes, malgré leur stupidité !
Réponse de le 03/12/2011 à 13:47 :
Les allemands sont autant endettés que nous. Ce qui les sauve c'est une meilleure croissance. Il faut arrêter de raconter n'importe quoi.
Réponse de le 03/12/2011 à 15:48 :
Vous oubliez l'économie, deux fois plus puissante que celle de la Grande Nation ( la France) et quelque 200 milliards d'excédents.... c'est vrai cela calme tout de suite!
Réponse de le 03/12/2011 à 17:39 :
Mr winterfell ,relisez bien ce que dit Mr enerm;pourquoi une meilleure croissance ,car ils beaucent comme des fourmis pigé!
a écrit le 03/12/2011 à 13:09 :
C'est quand même lunaire de lire des trucs pareils...
Ce type est l'un des créateurs de l'euro et de cette Europe absurde, et il se permet de venir donner des leçons !
a écrit le 03/12/2011 à 13:04 :
ce monsieur qui s est DEGONFLE au lieu de prendre ses responsabilités MERCI .et bonne retraite .
a écrit le 03/12/2011 à 12:12 :
la pudeur voudrait que vous utilisiez la première personne et non la troisième(mais là c'est difficile pour un socialiste)
a écrit le 03/12/2011 à 12:09 :
même combat. Lui a élargi l'Union Européenne pour en arriver où nous en sommes aujourd'hui, ruine des Grecs et autres, la fille avec ses idées lumineuses telle que les 35 heures, prime de ci primes de là, a ruiné notre économie notamment nos PME-PMI. Ces deux fossoyeurs en plus nient toute responsabilité dans la situation qu'ils ont créée. Plus lâche pas possible.
a écrit le 03/12/2011 à 12:06 :
En résumé DELORS dit que l'on a mis le charrue avant les b?ufs ! ce qui est vrai !
a écrit le 03/12/2011 à 12:05 :
C'est très piquant de voir que le socialiste Delors met la faute sur les Allemands, donc les autres de son incurie, car c'est bien le Monsieur Delors qui a mis en place cette situation bancale qui finira un jour ou l'autre par éclater, mais c'est très socialiste mettre la faute sur les autres, charité bien ordonnée commence par soi-même.
a écrit le 03/12/2011 à 11:52 :
Père et fille même adn d'incompétence
Mr Delors ferait mieux de se taire et de rester tranquille dans sa maison de retraite dorée
Nous n'avons pas besoin de lire ses écrits stupides.
a écrit le 03/12/2011 à 11:24 :
Ce monsieur est à l'évidence l'un des plus mal placés pour venir donner des leçons. Le système qu'il a largement contribué à mettre en place était pourri dès l'origine mais cela ne l'a pas empêché d'y être favorable !!
a écrit le 03/12/2011 à 11:24 :
Si le père fondateur de l'Euro le dit, alors, nous n'avons pas de quoi être rassurés....
a écrit le 03/12/2011 à 11:19 :
"UP YOURS DELORS" : le gros titre bien gras du SUN le 1er Novembre 1990 en disait donc plus long sur la pertinence de la pensée deloriste que tous les discours Lepéno-friedmaniens qui démontraient de maniere plus universitaire et électoraliste l'impasse économique dans laquelle les technocrates et politiciens européistes étaient en train de faire renter des millions de citoyens européens !
a écrit le 03/12/2011 à 10:59 :
C'est lui et tous ses "amis" qui ont mis en place cette usine à gaz. Il serait intéressant de savoir ce qu'il touche comme retraite. Sans doute pas le minimum vieillesse !
Réponse de le 03/12/2011 à 12:34 :
En effet, ceux qui ont le plus à perdre de la sortie de l'euro, ce sont les très riches, les riches, les traders, les banquiers, et les pays qui profitent de la mondialisation comme la Chine. Le peuple français, le Français moyen, n'ont rien à craindre d ela sortie de l'euro, bien au contraire.
Réponse de le 03/12/2011 à 14:00 :
Sortie de l'euro : défaut de l'Etat, comptes courants évaporés, livrets A et assurances-vie liquidés, pourvoir d'achat laminé, litre de gasoil à 200 francs, smic gelé à 1000 francs, salaires non payés, 9 français sur 10 sous le seuil de pauvreté. Sûr, les français n'ont rien à craindre de la sortie de l'euro ! Les lendemains qui chantent, et tout et tout...
Réponse de le 03/12/2011 à 15:15 :
la vieille rengaine trop mdr !! j'espère tout de même que vous ne croyez pas en ce que vous copiez/collez........
Réponse de le 03/12/2011 à 15:52 :
@ déjà trop taxé:

En effet ce sont les anti-EU qui voudraient nous faire croire que la fin de l'UE serait indolore...soit ils sont stupides, idiots et ne lisent pas, soit les 3 à la fois. Il est bon de rappeler certaines vérités. la fin de l'euro et de l'EU c'est 40% de richesse en moins. les riches? bof ils ne risquent rien...voilà le discours dc'un certain parti "NF".....à l'envers
Réponse de le 03/12/2011 à 18:16 :
Les Français n'ont pas le moral et pas confiance en leur avenir il faut dire qu'ils n'ont surement pas tort -
Réponse de le 03/12/2011 à 18:23 :
@Eurofederal

Tut tut, nous n'avons jamais dit que cela serait indolore mais ce ne sont pas les détracteurs de l'UE actuelle qui vous ont mis dans la panades, ce sont les européistes dont vous êtes. En revanche, je préfère une dévaluation de 30 % de mes avoirs durant 2 ans comme à chaque fois qu'une nation a du dévaluer avant de rebondir (Argentine, Brésil, Islande ...) plutôt que mourir à petit feu pour n'avoir plus à la fin que des camions de papiers sans valeur pour aller faire mes courses. La situation actuelle est extrêmement proche de la république de Weimar dans son contexte et dans ses choix politiques. La suite, l'histoire la connaît.
Réponse de le 03/12/2011 à 18:30 :
@eurofederal, je crains hélas, que vous ne vous rendiez pas compte que nous sommes à un point de rupture de l'euro avec un risque d'explosion qui va hélas, entraîner toutes les conséquences énumérées plus haut par "déjàtroptaxé"
Réponse de le 04/12/2011 à 17:11 :
@ tous les anti de tous poils:) Vive le franc qui dévalue! Hourra!! Vive le retour à avant quand tout allait bien....On croit être en plein délire! Et ceux qui écrivent ces c####ries sont convaincus que sortir de l'euro et de l'EU aurait comme vertu un retour de la croissance.....la bonne chose est que ces gens là sont encore une minorité, entre le FN, les Mélenchon et quelques Attac.....mais j'ai peur que la gangrène ne se propage...mais si les français veulent tomber dans la apuvreté et la merde, pourquoi pas! Mais sans moi.... j'm tire en Allemagne ou ailleurs en Europe!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :