François Fillon cherche à calmer le jeu avec Londres

 |   |  428  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le Premier ministre a appelé ce vendredi le vice-Premier ministre britannique pour tenter d'apaiser la Grande-Bretagne, irritée par les commentaires peu obligeants sur son économie venus de Paris.

François Fillon a appelé vendredi le vice-Premier ministre britannique, Nick Clegg, pour tenter de calmer le jeu avec Londres, à la suite de commentaires peu obligeants sur son économie venus de Paris.

Des propos tenus jeudi à Sao Paulo par le Premier ministre lors d'un déplacement au Brésil ont été interprétés par la presse britannique comme un questionnement du "triple A" dont jouit la Grande-Bretagne. "La crise n'est pas finie et il est probable que nous ayons encore à affronter des secousses", a notamment déclaré le chef du gouvernement français. "Les marchés et les agences de notation ont leur logique. Ils sont, dans l'immédiat, dans l'instantané. Mais ce qui importe, ce n'est pas leur jugement d'un jour, c'est la trajectoire politiquement structurée et budgétairement rigoureuse que l'Europe, que la France ont décidé d'adopter", avait-il ajouté.

Le Premier ministre "ne voulait en aucun cas remettre en cause la notation du Royaume-Uni", déclare-t-on vendredi dans son entourage. Ses propos concernaient davantage la politique des agences de notation et visaient à militer pour davantage de gouvernance de la zone euro, ajoute-t-on de même source.

Nick Clegg, chef de file des libéraux démocrates britanniques, n'a pas tardé à réagir après sa conversation téléphonique avec François Fillon. "Le vice-Premier ministre a accepté son explication mais a fait comprendre que les récentes remarques émanant de membres du gouvernement français au sujet de l'économie britannique étaient tout simplement inacceptables et que des mesures devaient être prises pour baisser le ton", lit-on dans un communiqué de ses services.

Le ministre français de l'Economie, François Baroin, n'avait rien fait pour apaiser le climat entre les deux pays en estimant vendredi matin qu'il valait mieux être français que britannique dans la crise économique qui ébranle l'Europe. Le ministre s'exprimait sur Europe 1 après une attaque en règle du gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, sur les agences de notation, auxquelles il a reproché de ne pas regarder les données fondamentales de l'économie, prenant l'exemple selon lui très noir du Royaume-Uni.

François Baroin s'est adressé implicitement au gouvernement de David Cameron. "On n'a pas de leçons à donner, mais on n'a pas de leçons à recevoir. On en a reçu quelques-unes mais c'est vrai que la situation économique de la Grande-Bretagne, elle est aujourd'hui très préoccupante, et qu'on préfère être français que britannique en ce moment", avait déclaré encore le ministre français.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2011 à 10:28 :
La bêtise de ce Barroin me confirme dans le fait que ce gouvernement nous a amené ces 5 dernières années encore plus de problèmes qu'ils en avaient . Sans parler de l'agressivité que NS provoquent aux populations du pays . Ce gouvernement est vraiment puant et sur de lui ...enfin on les a élus!!!
Réponse de le 18/12/2011 à 10:58 :
provoque !!!
a écrit le 17/12/2011 à 13:44 :
Pure diversion, qui arrange les uns aussi bien que les autres.
a écrit le 17/12/2011 à 10:17 :
cameron sent le vent tourner en europe, les principaux états européens vont voter des taxes sur les flux financiers, les anglais n'en veulent pas, et il s'agit là d'un premier pas pour éviter d'avoir appliquer ce type de décision. Ainsi l'angleterre va capter les flux financers voulant échapper aux taxes. Le reste c'est du cinéma pour le petit peuple...
a écrit le 17/12/2011 à 9:29 :
Critiquez les agences autant que vous voulez, monsieur Fillon. Dans six mois , elles seront toujours ecoutees par les investisseurs et, vous, redevenu un elu local.
a écrit le 17/12/2011 à 9:02 :
Je trouve les propos des responsables politiques français d'une stupidité désarmante. On n'a pas à juger publiquement, à ce niveau de responsabilités, une autre nation. C'est ridicule car on n'a pas toutes les données, et c'est d'une incorrection totale. Que les 2 personnages incriminés s'occupent d'abord de bien faire leur boulot.
a écrit le 17/12/2011 à 8:56 :
Je trouve les propos des responsables français à l'encontre de la Grande Bretagne stupides. On ne juge pas publiquement, à ce niveau de responsabilités, une autre nation. Que ces 2 individus s'occupent d'abord de bien faire leur boulot pour leur état, c'est tout ce qu'on leur demande. Le Gouverneur de la banque de France devrait tout d'abord s'occuper de dégraisser son mammouth. Quant au ministre des finances, qu'il se débrouille à convaincre Sarko de rationaliser et simplifier les niches fiscales, entre autres...
Réponse de le 17/12/2011 à 11:41 :
Tout est bien dit.
a écrit le 16/12/2011 à 21:18 :
C'est pas faut, s'il suffit de aire tourner la planche a billet et de raser les pauvres pour garder son triple A , vaut mieux être français ... et nous on ne peut pas émigrer dans les "colonies" comme le Canada, l'Australie et les US ....
Réponse de le 18/12/2011 à 10:42 :
Le verbe falloir mérite dans votre première phrase les rayons x ! Non mais
a écrit le 16/12/2011 à 19:31 :
Ouais, mais ce qui est dit est dit.
a écrit le 16/12/2011 à 19:02 :
Pire que des gamins dans la cour de récré.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :