Air India : le gouvernement menace de remplacer les pilotes grévistes

 |   |  306  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : REUTERS)
Le gouvernement indien a menacé les pilotes grévistes de la compagnie publique Air India, en difficultés, d'embaucher du personnel pour les remplacer, après l'échec de pourparlers avec les représentants des protestataires.

Plus de 200 pilotes se sont mis en grève début mai pour protester contre la formation que reçoivent leurs collègues de Indian Airlines -- qui a fusionné avec Air India en 2007. Ceux-ci sont formés au pilotage des nouveaux Boeing 787 Dreamliner et les pilotes d'Air India estiment que cela risque de ruiner leurs propres perspectives de carrière. "Nous pouvons envisager d'embaucher de nouveaux pilotes", a prévenu le ministre de l'Aviation civile Ajit Singh à l'issue d'une réunion de 90 minutes avec le syndicat des pilotes indiens qui n'a pas pemis d'avancée majeure.

Cette rencontre était la première entre le gouvernement et les pilotes depuis le début de la grève, qui a obligé la compagnie à annuler ou à changer l'itinéraire de vols vers New-York, Chicago, Tokyo et d'autres destinations internationales. Les revendications des pilotes envers la compagnie aérienne, criblée de dettes, se sont maintenant étendues aux conditions de travail et aux accords salariaux. Le gouvernement a déjà licencié plus de 100 pilotes pour inciter les autres à reprendre le travail, mais a indiqué qu'il pourrait les réintégrer "au cas par cas" si tous les pilotes grévistes cessaient leur mouvement. Le syndicat des pilotes d'Air India affirme que ses membres ne reprendront pas le travail tant que la direction refusera de réintégrer inconditionnellement tous les pilotes licenciés.

Les vols interieurs ont été globalement peu affectés par la grève, qui a été déclarée illégale par la Cour suprême de Delhi. Mi-avril, le gouvernement a approuvé un plan de sauvetage de 5,75 milliards de dollars pour aider la compagnie, endettée à hauteur de 8,3 milliards de dollars et affectée par l'envolée des prix du carburant, la concurrence des compagnies à bas coûts et des conflits sociaux à répétition.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :