Chypre, les dessous d'une plaque tournante pour l'argent russe

 |   |  950  mots
Deux femmes discutent devant un magasin de Limassol vendant des produits russes, le 19 février 2013. Copyright Reuters
Deux femmes discutent devant un magasin de Limassol vendant des produits russes, le 19 février 2013. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Avec la crise financière chypriote, les Russes sont soudainement pointés du doigt, accusés de se servir de l'île comme d'un paradis fiscal. La réalité s'avère plus complexe, Chypre étant davantage un lieu de passage pour les capitaux russes dans leur circulation de et vers la Russie.

L'agitation qui touche le milieu financier de Chypre depuis l'annonce d'un plan de sauvetage négocié par la troïka - aujourd'hui remis en cause car refusé en l'état par le Parlement chypriote mardi soir - a soudainement attiré l'attention de l'opinion publique sur la présence russe à Chypre. L'occasion de établir un bilan des relations économiques entre la Russie et l'île méditerranéenne.

Une importante communauté russe, terreau des affaires

Premièrement, la communauté russe est importante sur l'île de Chypre : les estimations varient mais il y aurait environ 40.000 Russes qui vivent à l'année à Chypre, sans compter les nombreux touristes russes qui viennent en villégiature sur l'île dès qu'ils en ont l'occasion. 10 à 15 % d'entre eux auraient même demandé et obtenu la nationalité chypriote, selon un site de la communauté russe à Chypre. L'île "tend de plus en plus à devenir une réelle base touristique russe, au c?ur du monde méditerranéen", soulignait d'ailleurs l'analyste Français Alexandre Latsa dans une tribune parue début septembre 2012, en citant notamment un chiffre explicite : en 2011, 334.079 touristes russes se sont rendus à Chypre, et déjà 371.500 personnes avaient fait de même sur les seuls sept premiers mois de l'année 2012. Il pointe là une multiplication par plus de 2,5 du nombre de ces touristes depuis 2007.

L'activité immobilière des Russes à Chypre est également importante, certains d'entre eux s'étant fait construire de somptueuses villas sur les côtes de l'île pour venir y passer des vacances au soleil. La communauté russe est tellement importante dans la ville de Limassol située au sud de Chypre, que les russes l'ont rebaptisée 'Limassolgrad' : "Tout y est en russe, les menus des restaurants, les enseignes des boutiques, les annonces immobilières. Il y a à Limassol un journal russe, une chaine de télévision russe, une chaine de radio russe et deux écoles russes" décrit dans sa tribune Alexandre Latsa, qui vit à Moscou mais se rend régulièrement à Chypre. Un microcosme qui facilite les affaires.

Cette importante communauté est le résultat des vagues successives d'émigration, et en particulier celle qui a accompagné l'arrivée des capitaux offshore dans les années 1990. En effet, les Russes n'ayant pas confiance en leur système bancaire, ils privilégient les placements à Chypre (et dans d'autres pays à la fiscalité avantageuse) pour ensuite réinvestir une bonne partie de ces capitaux dans l'économie russe. C'est tout l'enjeu des relations économiques entre la Russie et Chypre. "L'île est une sorte de base arrière de l'économie russe" résume Philippe Migault, directeur de recherche à l'IRIS.

20 milliards d'euros russes sur des comptes chypriotes

Soucieuse d'attirer des capitaux, Chypre n'impose les entreprises qu'à hauteur de 10% (des discussions sont en cours pour élever ce taux à 12,5%) alors que dans de nombreux autre pays européens, cette imposition atteint généralement plus de 30%. Une stratégie similaire à celle de l'Irlande. Mais que l'on ne s'y trompe pas, c'est bien le manque de confiance des russes en leur système bancaire qui les pousse à placer des capitaux sur l'île, plutôt que l'appât des économies en termes d'impôts puisque le taux d'imposition qui leur serait appliqué en Russie serait de 13%.

Au final, le montant total des dépôts russes dans les banques chypriotes est estimé à environ 20 milliards d'euros, selon une note privée rédigée par Natalya Orlova, économiste et analyste en chef au sein de la banque russe Alfa Bank. Et le rapport entre les entrées et les sorties de capitaux russes de Chypre ne fait apparaître qu'un excédent d'environ 200 millions d'euros, une somme minime comparée au volume total des flux financiers entre les deux pays. Chypre est donc utilisée comme un "tuyau", une place de transaction, dans un circuit financier qui part de Russie pour (souvent) y revenir, en passant par des pays où l'imposition est très faible. Pour certains, c'est l'occasion de blanchir de l'argent sale, mais pas toujours.

Beaucoup de capitaux réinvestis en Russie

Tout ceci explique pourquoi on observe d'importants investissements "chypriotes" - ils ont atteint les130 milliards d'euros en 2012 - en direction de la Russie. Ce sont en fait dans la majorité des cas, de capitaux détenus par des russes à Chypre qui sont réinvestis sur le sol national. Mais Chypre est également utile à des sociétés non financières russes pour avoir un pied dans la zone euro, comme c'est le cas pour Gazprom ou Aeroflot par exemple.

Enfin, les liens financiers se précisent aussi quand on sait par exemple que l'aide de 2,5 milliards d'euros consentie en 2011 par la Russie à Chypre aurait probablement été conditionnée par un accroissement de l'influence d'oligarques russes sur des banques chypriotes. En se basant sur des sources allemandes et russes, le maître de conférences à l'université Paris 8 André Filler précise : "En contrepartie de cette aide, l'investisseur et milliardaire Dmitry Rybolovlev aurait négocié d'augmenter la part qu'il détient dans la Bank of Cyprus la faisant passer de 5,01 à 9,7% voire 9,9%".

Ces jours-ci, toutes ces relations économiques entre la Russie et Chypre sont fortement ralenties, les transactions étant gelées. Ce qui inquiète naturellement les Russes. Ils ont donc plutôt intérêt à ce qu'une solution soit rapidement trouvée pour renflouer les caisses chypriotes et permettre à l'économie de l'île de repartir. Des négociations portant sur un prolongement de l'aide de 2,5 milliards d'euros accordées en 2011 et sur une demande supplémentaire de 5 milliards d'euros (déposée le 5 juillet 2012) sont d'ailleurs actuellement en cours. Le ministre des Finances chypriote est à Moscou ce 20 mars afin d'en discuter.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 22/03/2013 à 6:22 :
Faites vos jeux, la roue est coincée !
a écrit le 21/03/2013 à 9:16 :
Français Alexandre Latsa dans une tribune paru début septembre 2012,
ou bien
paruE ?
a écrit le 21/03/2013 à 7:19 :
Pour votre information sachez que les Russes volent tous vers Chypre pour vider les comptes dès l'ouverture des banques. Autrement dit la situation peut devenir encore plus dramatique. Ponctionner d'office les comptes c'était la c...rie à ne pas faire. Les russes ont une longue expérience des banques en Russie.... Ils n'ont plus confiance.
a écrit le 20/03/2013 à 22:46 :
Vous faites erreur. Ce n'est pas parce que les banques chypriotes étaient plus sûres que les banques russes, mais bien pour leurs services de banque offshore qui ont permis de détourner les milliards de prêts du FMI à la Russie à la fin des années 90, ce que l'UE s'est empressée d'oublier au moment de l'adhésion de Chypre.
a écrit le 20/03/2013 à 22:33 :
Faux, c'est pas "le manque de confiance des russes en leur système bancaire qui les pousse à placer des capitaux sur l'île, plutôt que l'appât des économies en termes d'impôts puisque le taux d'imposition qui leur serait appliqué en Russie serait de 13%", mais bien le fait qu'il s'agit de malfrats avec des activités louches visant à voler le peuple russe qui seraient immédiatement arrêtés en Russie !!!
a écrit le 20/03/2013 à 20:39 :
N'oublions pas que les Chypriotes sont orthodoxes et utilisent l'alphabet cyrillique. El pour les Européens, la Russie est un coffre-fort énergétique et de matières premières.
Réponse de le 20/03/2013 à 22:29 :
@meslier: arrêtes le manuel :-) si les Russes maffieux vont à Chypre, c'est plutôt pour le soleil, l'éloignement de Poutine qui n'hésite pas à les mettre en tôle et le paradis fiscal qu'offre le pays. Je te parie qu'ils vont maintenat aller se réfugier dans les paradis fiscaux britanniques :-) mais les Anglais vont pas en faire la pub, car ils sont "démocrates" et les vilains, c'est les autres :-)
a écrit le 20/03/2013 à 16:25 :
Alors pourquoi en 2008 avoir accepté ce pays comme membre de l'EU et avec l'euro ? De la mise en scène les vrais bandits sont surement vers Bruxelles à mon avis!
Réponse de le 20/03/2013 à 17:56 :
@alors Lesbandits à Bruxelles , les syper-honnêtes gens vers Paris? Pourquoi pas.
Réponse de le 20/03/2013 à 22:34 :
"Cette adhésion est due en grande partie aux pressions diplomatiques de la Grèce, qui menaçait de bloquer les 9 autres adhésions prévues en 2004 (Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, République tchèque, Slovaquie et Slovénie) si Chypre en était exclue en raison de la partition4. Il est ainsi précisé aux termes du protocole no 10 du Traité d'Adhésion à l'Union européenne de 2003 que toute l'île de Chypre appartient de jure à l'Union européenne5, y compris la partie échappant de facto au contrôle de la République de Chypre et où l'acquis communautaire est suspendu. Le statut de l'île est donc devenu un point de contentieux majeur des relations entre la Turquie et l'Union européenne." Source: Wikipedia.
a écrit le 20/03/2013 à 15:58 :
La traite de centaines de femmes, majoritairement originaires de pays d Europe de l Est, exploitées et parfois séquestrées dans des maisons closes, avait fait scandale. La filière profitait des visas d "artistes" délivrés par l administration chypriote aux jeunes femmes, officiellement employées comme danseuses ou serveuses. Leur passeport et tout ou partie de leur salaire leur étaient confisqués. Pas moins de 3 000 visas avaient été ainsi accordés en 2007, une mesure désormais abolie. Pourtant, les associations de lutte contre la prostitution organisée jugent le phénomène toujours aussi préoccupant. "Rien n a changé à part quelques mots sur le contrat", Les statuts d artistes ont été remplacés par des visas de travail ou d étudiants. La prostitution de rue s est développée dans la vieille ville de Nicosie. , ce petit État de 850 000 habitants compte aujourd hui pas moins de 120 cabarets comptant chacun 10 à 15 femmes. Ces établissements ont vu leur nombre augmenter de 111 % entre 1982 et 2002 ! Selon le Conseil de l Europe, chaque cabaret dégage un chiffre d affaires annuel d un million de dollars, soit une industrie qui pèse, au plan national, près de 120 millions d euros. Dès leur arrivée d Ukraine ou de Moldavie, les filles sont conduites à l hôpital public, où elles subissent des tests de dépistage du sida. "Si elles sont "propres", elles sont amenées à la police, qui garde leur passeport et leur billet d avion. Là, elles sont rendues à leur trafiquant et envoyées dans les night-clubs ou elles sont enfermées dans les maisons closes pendant six mois, la durée de leur "visa de travail". A la merci de leur souteneur, les prostituées subissent dans ces bordels sordides les pires violences, attirées par une hypothétique rétribution de 2000 euros. Pour un manager d établissement, cela rapporte environ 100 000 euros par mois. Et le gouvernement chypriote encaisse des retombées fiscales" Le 7 janvier 2010 La Russie et la République de Chypre ont été condamnées jeudi par la Cour européenne des droits de l homme pour leur inaction vis-à-vis des réseaux de prostitution forcée entre leurs deux pays. Cette condamnation, fondée sur l article 4 de la Convention européenne des droits de l homme, qui interdit l esclavage et le travail forcé, fait suite à la mort d une prostituée russe de 20 ans (Justice rendue grâce à l activisme héroïque de son père , pour toute les autres c est la fosse commune). Le paradis financier de certains et un enfer pour d autres, et nous pauvres européens nous allons payer pour que les filles « exotiques » de moins que rien puissent continuer a être exploitée jusqu a leur dernier râle pour enrichir les oligarques et technocrates associes de l Europe libérale et inhumaine.
Réponse de le 20/03/2013 à 16:28 :
la pseudo traite des femmes n'existe que pare qu'il y a une demande et des bonnes femmes prêts à selouer, pour quelque (bonne ou mauvaise) raison que ce soit. cela n'a rien à voir dans le sujet.'il y a traite, et don offre, 'est parce qu'il y a demande.mais aussi parce qu'il y a main d'oeuvre. Toutes les nénettes "traitées" ne sont quand même pas complètement idiotes. ce serait faire preuve d'un violent anti-féminisme primaire que de s'imaginer que les femmes embringuées dans la "traite" soient toutes assez stupides et cr"tines que pour ty tomber "à l'insu de leur plein gré", non ??..
Réponse de le 20/03/2013 à 17:08 :
Il est dans l air du temps de déplacer l attention, non sur les faits dénoncés, mais sur ceux qui les dénoncent, accusés des pires maux, surtout s il s agit de violences touchant aux questions sexuelles, décidément dérangeantes. Et ainsi de censurer nos dénonciations. La question des trafics est inséparable du système qu ils alimentent : la prostitution. De même, elle est indissociable du tourisme sexuel, destiné selon la même logique à fournir aux "consommateurs" des corps exotiques et sans cesse renouvelés. C est un édifice dans son ensemble qu il convient de dénoncer : le système prostitutionnel dans sa complexité et sa perpétuelle aptitude à exploiter les personnes les plus vulnérables du point de vue économique, social, culturel et ethnique. Le bureau la réintégration de prostituées roumaine, en a dressé le portrait-robot. "Près de la moitié sont originaires de la Moldavie roumaine [région la plus pauvre du pays]. Elles ont entre 18 et 25 ans ; ont peu fréquenté les bancs de l école ; vivent dans un cadre familial décomposé, ont subi des violences familiales ou dans les institutions spécialisées dont elles proviennent ; plutôt que la religion, l argent est leur principale valeur. En quelques mots, elles ne voient aucune perspective d avenir",. "Le trafic est un phénomène social complexe dont on ne pourra échapper qu avec le développement économique du pays et l éducation de la population."La plupart des victimes des réseaux de prostitution viennent donc de Moldavie, Ukraine, Russie, Biélorussie, Roumanie, Albanie, mais aussi du Nigeria ou de Sierra-Leone.Quant au libre arbitre ou la tradition ? Parlons-en ! La maltraitance, la précarité, l absence d avenir. L abandon dès le plus jeune âge. Sans formation, sans secours, sans recours. La manipulation, les dettes, l alcool pour se donner du courage. La violence. Les stratégies sans fin pour éviter l agression ou même l assassinat. Les exigences des "clients", les humiliations. Aucune chance, jamais, de voir reconnues ses compétences, de nourrir ses goûts, ses désirs.l horreur de l abattage, les viols collectifs, les humiliations, les affrontements des mafias, la complicité des autorités, les tentatives de fuite, de suicide, le whisky pur. Vendue et revendue, nous connaissons l emprise d un pouvoir machiste illimité et d un système de terreur totale. Les proxénètes s offrent même le luxe de laisser les jeunes femmes voyager seules tant leur soumission est acquise. Et vous que connaissez vous de cette vie pour nous juger ? Défendre la prostitution sur la base du consentement et faire de celui-ci la preuve la plus évidente qu une prostituée choisit librement de s engager dans une activité de ce type, signifie ne pas prendre en compte sous quelles véritables conditions l individu choisit, ignorer plus ou moins volontairement la domination masculine exercée sur les femmes, tant dans la sphère privée que dans l espace public, et finalement croire que les êtres humains sont toujours des agents rationnels qui s autodéterminent après avoir défini leurs objectifs et les moyens nécessaires pour les mettre en ?uvre. Et cela sans considérer le fait que le droit à l autodétermination peut, une fois qu on met entre parenthèses les conditions réelles de vie de chacun, renforcer l oppression des plus faibles et le pouvoir des plus forts. Il importe aussi de rappeler que la prostitution est l une des pires manifestations de la violence sociale contre les femmes, à la fois physique et symbolique. Très ancienne, antérieure à l apparition du capitalisme, la prostitution est l une des expressions les plus violentes de la domination masculine Si les prostitués étaient des hommes, et les clients des femmes, qui l?accepterait ? Qui viendrait nous parler de la nature humaine Cela cessera-t-il un jour ?
Réponse de le 20/03/2013 à 17:24 :
Il est dans l air du temps de déplacer l attention, non sur les faits dénoncés, mais sur ceux qui les dénoncent, accusés des pires maux, surtout s il s agit de violences touchant aux questions sexuelles, décidément dérangeantes. Et ainsi de censurer nos dénonciations. La question des trafics est inséparable du système qu ils alimentent : la prostitution. De même, elle est indissociable du tourisme sexuel, destiné selon la même logique à fournir aux "consommateurs" des corps exotiques et sans cesse renouvelés. C est un édifice dans son ensemble qu il convient de dénoncer : le système prostitutionnel dans sa complexité et sa perpétuelle aptitude à exploiter les personnes les plus vulnérables du point de vue économique, social, culturel et ethnique. Le bureau la réintégration de prostituées roumaine, en a dressé le portrait-robot. "Près de la moitié sont originaires de la Moldavie roumaine [région la plus pauvre du pays]. Elles ont entre 18 et 25 ans ; ont peu fréquenté les bancs de l école ; vivent dans un cadre familial décomposé, ont subi des violences familiales ou dans les institutions spécialisées dont elles proviennent ; plutôt que la religion, l argent est leur principale valeur. En quelques mots, elles ne voient aucune perspective d avenir",. "Le trafic est un phénomène social complexe dont on ne pourra échapper qu avec le développement économique du pays et l éducation de la population."La plupart des victimes des réseaux de prostitution viennent donc de Moldavie, Ukraine, Russie, Biélorussie, Roumanie, Albanie, mais aussi du Nigeria ou de Sierra-Leone.Quant au libre arbitre ou la tradition ? Parlons-en ! La maltraitance, la précarité, l absence d avenir. L abandon dès le plus jeune âge. Sans formation, sans secours, sans recours. La manipulation, les dettes, l alcool pour se donner du courage. La violence. Les stratégies sans fin pour éviter l agression ou même l assassinat. Les exigences des "clients", les humiliations. Aucune chance, jamais, de voir reconnues ses compétences, de nourrir ses goûts, ses désirs.l horreur de l abattage, les viols collectifs, les humiliations, les affrontements des mafias, la complicité des autorités, les tentatives de fuite, de suicide, le whisky pur. Vendue et revendue, nous connaissons l emprise d un pouvoir machiste illimité et d un système de terreur totale. Les proxénètes s offrent même le luxe de laisser les jeunes femmes voyager seules tant leur soumission est acquise. Et vous que connaissez vous de cette vie pour nous juger ? Défendre la prostitution sur la base du consentement et faire de celui-ci la preuve la plus évidente qu une prostituée choisit librement de s engager dans une activité de ce type, signifie ne pas prendre en compte sous quelles véritables conditions l individu choisit, ignorer plus ou moins volontairement la domination masculine exercée sur les femmes, tant dans la sphère privée que dans l espace public, et finalement croire que les êtres humains sont toujours des agents rationnels qui s autodéterminent après avoir défini leurs objectifs et les moyens nécessaires pour les mettre en ?uvre. Et cela sans considérer le fait que le droit à l autodétermination peut, une fois qu on met entre parenthèses les conditions réelles de vie de chacun, renforcer l oppression des plus faibles et le pouvoir des plus forts. Il importe aussi de rappeler que la prostitution est l une des pires manifestations de la violence sociale contre les femmes, à la fois physique et symbolique. Très ancienne, antérieure à l apparition du capitalisme, la prostitution est l une des expressions les plus violentes de la domination masculine Si les prostitués étaient des hommes, et les clients des femmes, qui l?accepterait ? Qui viendrait nous parler de la nature humaine Cela cessera-t-il un jour ?
Réponse de le 20/03/2013 à 22:23 :
@ taranis: est-ce-que les femen sont allées manifester à Chypre au lieu de s'acharner sur le Pape ?
Réponse de le 21/03/2013 à 8:02 :
et, en parlant de prostitution, vous savez de quoi vous parlez, si je ne me trompe pas (voir un autre de vos com') ? Vous en avez retiré argent, plaisir, etc etc. Arrêtez de jouer maintenant les vierges (!!) effarouhées alors que vous avez largement profité d'un système. Crachez dans votre soupe si vous voulez, mais n'oubliez pas ensuite de l'avaler plutôt que de la présenter aux autres qui s'en moquent totalement. ous évoquez un "problème" qui n'a rien à voir avec la situation actuelle, purement socio-économique. C'est l'avenir de toute ne population qui est en jeu, alors, dans la balance, le sort de quelques dizaines de nénéttes qui savent très bien de quoi il s'agit avant de s'engager omme "danseuses" (à moins d'être les dernières des ...), et qui vont venir se plaindre ensuite de leur mauvais hoix, franchement ... Pffffff....
Réponse de le 21/03/2013 à 9:46 :
@anonyme: Vous , comme une partie de la société préfèrez croire à la liberté de la personne prostituée afin d éviter tout questionnement, toute culpabilisation. Si vous cessaient d entretenir ce mythe, vous seraient conduits à s interroger sur elle comme sur vous -mêmes. Or, le recours à la prostitution équivaut pour le hommes à une fuite, une facilité. C est un comportement infantile qui protège justement de toute interrogation fondamentale. Sans nier les aspects économiques qui peuvent pousser des personnes à ses prostituer, ou faire obstacle à la réinsertion, on peut affirmer que jamais une personne ne se prostitue uniquement pour des raisons d argent. Toujours invoqué comme objectif de la prostitution, il ne reste pas, paradoxalement, dans les mains de la personne qui le gagne. La personne prostituée est un rouage de la circulation de l argent. À peine gagné, il est évacué : besoin de dépenser cet argent perçu comme ?sale?, proxénètes, parasites et profiteurs qui pullulent dans l entourage de la personne prostituée..Argent mirage, argent écran, il sert de justification hâtive et cache le vrai sens de la démarche de prostitution. Pour certains, savoir que les autres sont "prêts à payer" est rassurant : cela prouve que l on a une "valeur", que l on "vaut" quelque chose Mais en contrepartie, la prostitution est un système qui fait de la personne prostituée un être de seconde zone, un objet de défoulement, le paiement conférant aux clients le droit à l irresponsabilité. Harcèlement, menaces, agressions, viols, rackets, meurtres font partie du paysage, et pas seulement dans la rue. Violence des clients, souvent considérés par les personnes prostituées comme des agresseurs potentiels, violence des mafieux, des proxénètes, des dealers, violences policières, violences sociales (mépris, insultes). Vous comprenez des lors que votre mépris et votre dégout ne peut plus m atteindre. Non tout le monde ne s en fout pas ,tout le monde n a pas votre inconsistence "L esclavage des femmes et des enfants soumis à la prostitution est incompatible avec la dignité de la personne humaine et avec ses droits fondamentaux."Résolution E/RES/1983/30 de l ONU, 1993. L esclavage sexuel est l un des esclavages majeurs de ce début de siècle. Ces Droits sont bafoués à chaque instant dans la prostitution, que ce soit derrière les murs des bordels ou sur les trottoirs. Refuser la prostitution n est pas une question de morale, mais bien de droits humains, de dignité, d égalité, de justice. Les trafiquants édifient de véritables marchés aux femmes, par exemple dans les Balkans et dans certains pays de l ex-URSS, qui égalent en horreur les pires heures de l esclavage des Noirs : les femmes y sont jaugées nues, estimées en fonction de l âge, des cicatrices, de la virginité, puis vendues aux enchères... Pour décourager toute rébellion, les victimes subissent souvent des viols à répétition et autres tortures. C est avant tout un monde marqué par la vulnérabilité, très majoritairement des femmes étrangères, en situation irrégulière, Les jeunes forment l énorme majorité du contingent : 75 % des prostitués "auraient entre 13 et 25 ans" et deux à trois millions sont mineurs, "environ 50 % des personnes concernées ont commencé la prostitution en étant mineures. L âge moyen d entrée dans la prostitution est de 13 à 14 ans au niveau mondial" et le phénomène est "en pleine augmentation", personnellement j ai été vendue à une mafia russe par ma tutrice je n avais pas 10 ans .Je ne souhaite à personne la vie que j aie eu?. Vous pouvez nous traiter de Salopes Vénales mais laissez nous la seule chose que personne ne peut nous prendre la « liberté de nos sentiments » Manifestement vous êtes un enfant gâté, qui ne comprends rien aux flux financiers et de qui dirige réellement le monde, les organisations criminelles, les lobbies, la corruption généralisée ; c est exact nous ne sommes qu un bras de la pieuvre ?les pauvres épargnants honnêtes ne sont pas leurs" bons petits soldats " comme nous mais seront néanmoins des dommage collatéraux ...Je crache effectivement dans la soupe, mais je sais aussi comment elle est préparée...
Réponse de le 21/03/2013 à 10:52 :
parce que vous croyez que c'est en se prostituant plus ou moins (in)-volontairement que l'on "comprend les flux financiers (d'autres flux peut-être, mais financiers ...) et qui dirige réellement le monde". Vous me faites bien rigoler. Aujourd'hui, et depuis des années, mon ocupation est d'assurer la saine gestion de mes actifs finaniers et, oui, je l'avoue sans la moindre honte, la "crise" est une opportunité exceptionnelle pour faire travailler son argent. Enfant gâté, dites-vous ? Oui, et je le revendique. Ce n'est pas parce que certains vivent dans la fange et choisissent (ou pas) de s'en sortir en s'allongeant qu'il faut imposer ce nivellement par le bas à tout le monde. Personnellement, je me contrefous du problème que vous évoquez et qui ne me concerne en rien.Il n'a d'ailleurs strictement rien à faire dans le cadre de l'article évoqué. Mais bon, cela vous fait passer le temps de répéter inlassablement les mêmes choses qui, manifestement, n'intéressent guère les foules, et pour cause. Le bonheur de chacun ommene avec soi et celui de ses prohes. Les grandes envolées vertueuses et souvent hyporites ne sont que de la poudre aux yeux pour tenter d'amadouer, de manipuler ou de culpabiliser le populo crédule. Rien à foutre !
Réponse de le 21/03/2013 à 14:38 :
[Derrière chaque grand décideur il y a une femme et par forcement la sienne]. Mais arrêtez de vous en prendre à ma personne en effet je suis une ex-Escort-girl trafiquée, la lie de "votre"société, mais vous pouviez me dédaigner et vous êtes venu me provoquer comme un gamin puceau et avec le culot de faire du négationnisme sur l existence des mafias et du trafic d être humain, alors qu il est reconnu à l ONU. Pourquoi ne pas avoir continuer à baigner égoïstement dans votre microcosme d aisance et en vous foutant du sort des laissées pour compte, d ailleurs le devenir des Chypriote les plus pauvres n est qu un subterfuge, une étincelle de sentimentalité qui masque vos seuls intérêts financiers mais vous êtes revenu à cet honnêteté. Laissez moi mon combat si c est pas le votre, il vaut votre vie Vous voulez me faire défendre un système que je condamne, on peut aussi changer dans une vie, je ne suis pas un déchet : La criminalité organisée transnationale drogue et le crime pèserait quelques 713 milliards d euros. A titre de comparaison, cela représente 1,5% du PIB mondial..Quant au rapport au sujet : Chypre est un paradis fiscal qui gagne son argent en attirant les exilés fiscaux européens et en blanchissant l argent sale de la mafia russe. Maintenant votre position nombriliste n a aucun intérêt dans un Forum. Je crois que c est de vous que tout le monde s en fout. Je veux juste porter à travers mes stigmates un message humaniste peu importe le nombre de personne qu il peut atteindre, une seule est je serais déjà conquise

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :