Chypre, les dessous d'une plaque tournante pour l'argent russe

Avec la crise financière chypriote, les Russes sont soudainement pointés du doigt, accusés de se servir de l'île comme d'un paradis fiscal. La réalité s'avère plus complexe, Chypre étant davantage un lieu de passage pour les capitaux russes dans leur circulation de et vers la Russie.

5 mn

Deux femmes discutent devant un magasin de Limassol vendant des produits russes, le 19 février 2013. Copyright Reuters
Deux femmes discutent devant un magasin de Limassol vendant des produits russes, le 19 février 2013. Copyright Reuters (Crédits : Reuters)

L'agitation qui touche le milieu financier de Chypre depuis l'annonce d'un plan de sauvetage négocié par la troïka - aujourd'hui remis en cause car refusé en l'état par le Parlement chypriote mardi soir - a soudainement attiré l'attention de l'opinion publique sur la présence russe à Chypre. L'occasion de établir un bilan des relations économiques entre la Russie et l'île méditerranéenne.

Une importante communauté russe, terreau des affaires

Premièrement, la communauté russe est importante sur l'île de Chypre : les estimations varient mais il y aurait environ 40.000 Russes qui vivent à l'année à Chypre, sans compter les nombreux touristes russes qui viennent en villégiature sur l'île dès qu'ils en ont l'occasion. 10 à 15 % d'entre eux auraient même demandé et obtenu la nationalité chypriote, selon un site de la communauté russe à Chypre. L'île "tend de plus en plus à devenir une réelle base touristique russe, au c?ur du monde méditerranéen", soulignait d'ailleurs l'analyste Français Alexandre Latsa dans une tribune parue début septembre 2012, en citant notamment un chiffre explicite : en 2011, 334.079 touristes russes se sont rendus à Chypre, et déjà 371.500 personnes avaient fait de même sur les seuls sept premiers mois de l'année 2012. Il pointe là une multiplication par plus de 2,5 du nombre de ces touristes depuis 2007.

L'activité immobilière des Russes à Chypre est également importante, certains d'entre eux s'étant fait construire de somptueuses villas sur les côtes de l'île pour venir y passer des vacances au soleil. La communauté russe est tellement importante dans la ville de Limassol située au sud de Chypre, que les russes l'ont rebaptisée 'Limassolgrad' : "Tout y est en russe, les menus des restaurants, les enseignes des boutiques, les annonces immobilières. Il y a à Limassol un journal russe, une chaine de télévision russe, une chaine de radio russe et deux écoles russes" décrit dans sa tribune Alexandre Latsa, qui vit à Moscou mais se rend régulièrement à Chypre. Un microcosme qui facilite les affaires.

Cette importante communauté est le résultat des vagues successives d'émigration, et en particulier celle qui a accompagné l'arrivée des capitaux offshore dans les années 1990. En effet, les Russes n'ayant pas confiance en leur système bancaire, ils privilégient les placements à Chypre (et dans d'autres pays à la fiscalité avantageuse) pour ensuite réinvestir une bonne partie de ces capitaux dans l'économie russe. C'est tout l'enjeu des relations économiques entre la Russie et Chypre. "L'île est une sorte de base arrière de l'économie russe" résume Philippe Migault, directeur de recherche à l'IRIS.

20 milliards d'euros russes sur des comptes chypriotes

Soucieuse d'attirer des capitaux, Chypre n'impose les entreprises qu'à hauteur de 10% (des discussions sont en cours pour élever ce taux à 12,5%) alors que dans de nombreux autre pays européens, cette imposition atteint généralement plus de 30%. Une stratégie similaire à celle de l'Irlande. Mais que l'on ne s'y trompe pas, c'est bien le manque de confiance des russes en leur système bancaire qui les pousse à placer des capitaux sur l'île, plutôt que l'appât des économies en termes d'impôts puisque le taux d'imposition qui leur serait appliqué en Russie serait de 13%.

Au final, le montant total des dépôts russes dans les banques chypriotes est estimé à environ 20 milliards d'euros, selon une note privée rédigée par Natalya Orlova, économiste et analyste en chef au sein de la banque russe Alfa Bank. Et le rapport entre les entrées et les sorties de capitaux russes de Chypre ne fait apparaître qu'un excédent d'environ 200 millions d'euros, une somme minime comparée au volume total des flux financiers entre les deux pays. Chypre est donc utilisée comme un "tuyau", une place de transaction, dans un circuit financier qui part de Russie pour (souvent) y revenir, en passant par des pays où l'imposition est très faible. Pour certains, c'est l'occasion de blanchir de l'argent sale, mais pas toujours.

Beaucoup de capitaux réinvestis en Russie

Tout ceci explique pourquoi on observe d'importants investissements "chypriotes" - ils ont atteint les130 milliards d'euros en 2012 - en direction de la Russie. Ce sont en fait dans la majorité des cas, de capitaux détenus par des russes à Chypre qui sont réinvestis sur le sol national. Mais Chypre est également utile à des sociétés non financières russes pour avoir un pied dans la zone euro, comme c'est le cas pour Gazprom ou Aeroflot par exemple.

Enfin, les liens financiers se précisent aussi quand on sait par exemple que l'aide de 2,5 milliards d'euros consentie en 2011 par la Russie à Chypre aurait probablement été conditionnée par un accroissement de l'influence d'oligarques russes sur des banques chypriotes. En se basant sur des sources allemandes et russes, le maître de conférences à l'université Paris 8 André Filler précise : "En contrepartie de cette aide, l'investisseur et milliardaire Dmitry Rybolovlev aurait négocié d'augmenter la part qu'il détient dans la Bank of Cyprus la faisant passer de 5,01 à 9,7% voire 9,9%".

Ces jours-ci, toutes ces relations économiques entre la Russie et Chypre sont fortement ralenties, les transactions étant gelées. Ce qui inquiète naturellement les Russes. Ils ont donc plutôt intérêt à ce qu'une solution soit rapidement trouvée pour renflouer les caisses chypriotes et permettre à l'économie de l'île de repartir. Des négociations portant sur un prolongement de l'aide de 2,5 milliards d'euros accordées en 2011 et sur une demande supplémentaire de 5 milliards d'euros (déposée le 5 juillet 2012) sont d'ailleurs actuellement en cours. Le ministre des Finances chypriote est à Moscou ce 20 mars afin d'en discuter.

5 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 22/03/2013 à 6:22
Signaler
Faites vos jeux, la roue est coincée !

à écrit le 21/03/2013 à 9:16
Signaler
Français Alexandre Latsa dans une tribune paru début septembre 2012, ou bien paruE ?

à écrit le 21/03/2013 à 7:19
Signaler
Pour votre information sachez que les Russes volent tous vers Chypre pour vider les comptes dès l'ouverture des banques. Autrement dit la situation peut devenir encore plus dramatique. Ponctionner d'office les comptes c'était la c...rie à ne pas fai...

à écrit le 20/03/2013 à 22:46
Signaler
Vous faites erreur. Ce n'est pas parce que les banques chypriotes étaient plus sûres que les banques russes, mais bien pour leurs services de banque offshore qui ont permis de détourner les milliards de prêts du FMI à la Russie à la fin des années 90...

à écrit le 20/03/2013 à 22:33
Signaler
Faux, c'est pas "le manque de confiance des russes en leur système bancaire qui les pousse à placer des capitaux sur l'île, plutôt que l'appât des économies en termes d'impôts puisque le taux d'imposition qui leur serait appliqué en Russie serait de ...

à écrit le 20/03/2013 à 20:39
Signaler
N'oublions pas que les Chypriotes sont orthodoxes et utilisent l'alphabet cyrillique. El pour les Européens, la Russie est un coffre-fort énergétique et de matières premières.

le 20/03/2013 à 22:29
Signaler
@meslier: arrêtes le manuel :-) si les Russes maffieux vont à Chypre, c'est plutôt pour le soleil, l'éloignement de Poutine qui n'hésite pas à les mettre en tôle et le paradis fiscal qu'offre le pays. Je te parie qu'ils vont maintenat aller se réfugi...

à écrit le 20/03/2013 à 16:25
Signaler
Alors pourquoi en 2008 avoir accepté ce pays comme membre de l'EU et avec l'euro ? De la mise en scène les vrais bandits sont surement vers Bruxelles à mon avis!

le 20/03/2013 à 17:56
Signaler
@alors Lesbandits à Bruxelles , les syper-honnêtes gens vers Paris? Pourquoi pas.

le 20/03/2013 à 22:34
Signaler
"Cette adhésion est due en grande partie aux pressions diplomatiques de la Grèce, qui menaçait de bloquer les 9 autres adhésions prévues en 2004 (Estonie, Hongrie, Lettonie, Lituanie, Malte, Pologne, République tchèque, Slovaquie et Slovénie) si Chyp...

à écrit le 20/03/2013 à 15:58
Signaler
La traite de centaines de femmes, majoritairement originaires de pays d Europe de l Est, exploitées et parfois séquestrées dans des maisons closes, avait fait scandale. La filière profitait des visas d "artistes" délivrés par l administration chyprio...

le 20/03/2013 à 16:28
Signaler
la pseudo traite des femmes n'existe que pare qu'il y a une demande et des bonnes femmes prêts à selouer, pour quelque (bonne ou mauvaise) raison que ce soit. cela n'a rien à voir dans le sujet.'il y a traite, et don offre, 'est parce qu'il y a deman...

le 20/03/2013 à 17:08
Signaler
Il est dans l air du temps de déplacer l attention, non sur les faits dénoncés, mais sur ceux qui les dénoncent, accusés des pires maux, surtout s il s agit de violences touchant aux questions sexuelles, décidément dérangeantes. Et ainsi de censurer ...

le 20/03/2013 à 17:24
Signaler
Il est dans l air du temps de déplacer l attention, non sur les faits dénoncés, mais sur ceux qui les dénoncent, accusés des pires maux, surtout s il s agit de violences touchant aux questions sexuelles, décidément dérangeantes. Et ainsi de censurer ...

le 20/03/2013 à 22:23
Signaler
@ taranis: est-ce-que les femen sont allées manifester à Chypre au lieu de s'acharner sur le Pape ?

le 21/03/2013 à 8:02
Signaler
et, en parlant de prostitution, vous savez de quoi vous parlez, si je ne me trompe pas (voir un autre de vos com') ? Vous en avez retiré argent, plaisir, etc etc. Arrêtez de jouer maintenant les vierges (!!) effarouhées alors que vous avez largement ...

le 21/03/2013 à 9:46
Signaler
@anonyme: Vous , comme une partie de la société préfèrez croire à la liberté de la personne prostituée afin d éviter tout questionnement, toute culpabilisation. Si vous cessaient d entretenir ce mythe, vous seraient conduits à s interroger sur elle ...

le 21/03/2013 à 10:52
Signaler
parce que vous croyez que c'est en se prostituant plus ou moins (in)-volontairement que l'on "comprend les flux financiers (d'autres flux peut-être, mais financiers ...) et qui dirige réellement le monde". Vous me faites bien rigoler. Aujourd'hui, et...

le 21/03/2013 à 14:38
Signaler
[Derrière chaque grand décideur il y a une femme et par forcement la sienne]. Mais arrêtez de vous en prendre à ma personne en effet je suis une ex-Escort-girl trafiquée, la lie de "votre"société, mais vous pouviez me dédaigner et vous êtes venu ...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.