Syrie, échange de données bancaires, Brics… ce qu'il faut retenir du G20 en Russie

 |   |  563  mots
G20 en Russie : entre guerre en Syrie et enjeux économiques (c) Reuters
G20 en Russie : entre guerre en Syrie et enjeux économiques (c) Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
En réaffirmant son soutien à Damas, Vladimir Poutine a secoué les marchés américains. A côté de la question syrienne, les enjeux économiques n’ont pas été totalement occultés pour autant.

Le G20 s'achève sur une question toujours en suspens. Les Etats-Unis (et peut-être la France, ainsi que d'autres alliés) attaqueront-ils la Syrie? Ce débat a occupé la majeure partie des rencontres à Saint-Pétersbourg, sur fond de tensions entre Vladimir Poutine et Barack Obama. Les enjeux économiques et financiers, pourtant toujours présents sont passés au second plan. 

  • Syrie: Poutine fait trembler les marchés

Vladimir Poutine, l'hôte de ce G20, a réaffirmé sa position. Il continuera de soutenir le régime de Bachar al-Assad. "Aiderons-nous la Syrie ? Oui, nous le ferons", a-t-il ainsi déclaré lors de la conférence de presse suivie notamment par l'agence de presse russe Tass.

 Il a en outre estimé que les pays souhaitant une intervention militaire (Etats-Unis, France, Arabie saoudite, Turquie et Canada) étaient en position de minorité.

Peu après son intervention, les marchés américains, déjà nerveux après la publication des chiffres du chômage, ont brutalement chuté. Le Dow Jones a par exemple perdu 0.9%. En revanche, à Paris, le CAC40 terminait sur une hausse de 1,06%. 

Malgré des tensions avant le sommet, le président américain a accepté de rencontrer son homologue russe. Barack Obama devrait s'exprimer mardi 10 septembre sur la situation en Syrie. François Hollande, de son côté, a dit attendre le rapport de l'Onu et la décision du Cnogrès américain pour se décider. 

  • Lutte contre l'exil fiscal : l'échange automatique des données 

Le principe même du G20 étant de régler avant tout les déséquilibres économiques mondiaux, le communiqué final, publié ce 6 septembre, s'attache avant tout à ces questions.

Parmi les engagements les plus concrets figure la mise en place de l'échange automatique de données fiscales d'ici fin 2015. A Moscou en février, les ministres des Finances de ces mêmes pays ont appelé à la création d'un tel système. 

  • Lutter contre l'optimisation fiscale 

Autre promesse : œuvrer pour limiter le "transfert des bénéfices", tel qu'il a été pointé du doigt par l'OCDE. "Les profits doivent être taxés là (…) où la valeur est créée", écrivent les dirigeants dans leur communiqué final.

  •  "Calibrer" les politique monétaires 

Avant le sommet, les Brics ont annoncé leur intention de créer leur propre réserve de devise afin d'éviter à l'avenir se subir les fluctuations que certains émergents comme l'Inde et le Brésil ont connues ces derniers mois. Leurs monnaies subissaient le contrecoup d'une probable révision de la politique monétaire américaine. A ce sujet, les membres du G20 se sont engagés, sur demande des Brics, "sur le fait que les changements futurs de politiques monétaires continueront d'être calibrées avec prudence et clairement communiquées."

  • Lutter contre le chômage et rétablir la croissance

Enfin, comme lors des éditions précédentes, les chefs d'Etats et de gouvernement du G20 ont promis d'oeuvrer pour réduire le chômage et accroître la production.

Du côté des ONG, il a donné lieu à des réactions mitigées. "Ce sommet du G20 permet un pas de plus contre l'évasion fiscale des entreprises au niveau mondial. Mais les chefs d'Etats n'ont donné aucune garantie sur l'implication des pays les plus pauvres," a par exemple commenté Sébastien Fourmy, Oxfam France, dans un communiqué. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/09/2013 à 15:31 :
Les pays Musulmans 4/6 Si vous avez des Rêves / Si vous voulez les faire devenir réalité / Mais que vous restez statue chez vous / Vos Souhaits, vos Désirs resteront dans l'ombre. / La Motivation est une chose qui ne peut rester longtemps dissimulée. / Comme le Soleil qui se lève derrière les Nuages, / Au bout d'un temps, il se met à découvert. / S'il y a des Nuages, vous aurez droit à la Pluie / C'est certain. / N'importe où, n'importe quand / Le Vent même est impuissant / La Publication donne naissance / À la Circulation / Petit à petit votre Hésitation disparaît / La Timidité ne sera jamais Bonne Conseillère / Partagez vos dons / Mais ne cédez jamais à la Force / Servez-vous de vos talents, servez-vous de votre pouvoir / Et accomplissez le Bien / Montre le Bien ou le Mal qui vous habite. / Laisse les autres voir, / Laisse les autres juger / Si vous ne montrez rien il n'y aura rien à aimer ni rien à condamner / Tous les plus grands Riches intellectuels seront là pour vous saluer / Le jour où vos Rêves seront Réalité.
Il est dur de traduire un poème d'une langue à une autre car elle ne produit pas la même impression. J'ai essayé de faire ce que j'ai pu. Mais finalement ce que ma grand-mère m'a dit s'est avéré vrai J'ai dû, moi et quelques autres démissionner. Il y avait aussi d'autres raisons qui nous ont poussé à abandonner l'association, que je vous dirais un autre fois si j?en ai le temps. Nous souhaitions dissimuler notre démission, car nous pensions que se serait une honte pour notre nation. Mais nous n'avons pas pu échapper aux journalistes et c'est paru dans les infos. C'est apparu dans le journal de Londres pour les Bangalis le « Bangali Weekly Deshbarta. » le 28 Juillet/3 Août 1989. Si
a écrit le 07/09/2013 à 14:06 :
Les pays Musulmans 4/4 Mais un jour j'ai compris que les gens de la boucherie me volaient. Mais en plus de me voler de l'argent, il me donnaient la mauvaise viande pourrie. Je leur en montrai une pièce, mais en rentrant dans l'appart, je voyais que c'était une pièce moche. Par exemple, si je prenais deux kg de viande, on me faisait payer le coût de 3 kg de viande. Donc, le jour d'après, j'ai bien fait attention de regarder si j'avais faux ou raison. J'ai pris deux kg de viande. Je n'avais ^pas faux, on me faisait payer plus. J'ai protesté. « Non, monsieur, j'ai pris deux kg et non trois, je devais payer moins. » il m'a dit qu'il y avait de la viande en plus. Je lui ai répété qu'il avait faux, que j'avais bien pris deux kg... je lui ai demandé de repeser la viande. J'avais donc raison. Quand je lui ai fait remarquer, il ne m'a pas fait d?excuse comme il le devait, il est devenu plus agressif. Il m'a demandé si moi je ne faisais jamais d'erreur. Je lui ai répondu qu'il devait me faire des excuses parce que c'était lui qui avait fait la faute, il ne devais pas me poser la question à moi. En nous entendant, les propriétaire de la boucherie est sorti. Je n'ai pas compris ce que le monsieur a dit en arabe. De toute manière, au lieu de s'en prendre au vendeur, le proprio s'en est pris à moi. Il m' a demandé si moi je ne faisais jamais d'erreurs. Cette fois, je lui ai répondu que « Non, je ne faisais jamais d'erreurs de la sorte, en tout cas pas pour voler des gens. » Je leur ai aussi dit que je ne voulais pas de leur viande. « Vous n'avez qu'à la reposer ». Mais le patron m'a dit ? je n'avais pas encore payé - « Que tu prennes ou non la viande, tu me dois de l'argent ». il n'y avait que des mecs arabes et j'ai été obligé de payer. Mais je n'ai jamais de ma vie vu de pire situation. J'ai été très en colère contre moi-même. Et ça m'a fait penser que cette viande elle-même était Haram et que c'était la viande de Carrefour qui était Halal. La viande me paraissait dégoûtante et puante alors j'ai laissé la viande à la boucherie. Halal, Haram, je m'en fichais, j'achetai la viande ou je voulais, sauf dans cette vielle boucherie.
a écrit le 07/09/2013 à 14:00 :
Les pays Musulmans 4/2 Quand j'étais dans mon pays, j'ai entendu beaucoup d'histoires sur l'Europe. J'avais entendu dire que même si il y avait un kilos d'or sur les routes d'Europe, personne ne le prenait. Quelques jours, même quelques mois après, le propriétaire qui l'avait perdu le retrouvait au même endroit dans le même état. Je marchais un jour dans la rue avec un copain étudiant depuis quelques années en France. Nous avons vu un homme ramasser une pièce, l'essuyer et la mettre dans sa poche. Il a ajouté quelque chose. J'ai demandé à mon ami ce qu'il avait dit. Il m'a dit « C'est une fortune ! » J'avais entendu dire au pays que personne ne ramassait l'argent perdu de quelqu'un d'autre, or, j'avais vu quelqu'un le faire. C?était injuste pour moi. Et ce que j'avais entendu était faux. Il y a des différences entre les rumeurs de notre pays et ce que l'on voit ici. Les médias de notre pays disent sur l?Europe du mal et du bien. Mais sur tout ce que j'ai vu arrivant ici, c'est les médias européens ne disent jamais rien de bon sur nous. Un jour j'étais dans le métro. Je m'étais assis sur une place libre. Il y avait une dame à côté de moi. Il y avait un sac à main avant sur la place. Quand j'ai voulu m?asseoir, la dame a arraché son sac de la place comme si j'étais un voleur. Elle ne s'est pas arrêté là. Elle n'arrêtait pas de me regarder comme si j'étais un voleur et elle tenait son sac comme si j'allais le voler. Elle ne me disait rien, mais j'avais la rage. Je ne supportais pas d'être traité comme tel. Mais je n'ai rien dit, j'ai continué mon trajet. Plus tard, j'ai raconté mon aventure à mon ami et lui ai dit la honte que j'avais ressenti. Mon ami m'a dit que cela lui arrivait à lui aussi mais la raison était que beaucoup d'étrangers volaient des sacs et que c'étaient des Musulmans. « En te voyant, ils ont vu que tu étais un étranger, tu es aussi venu d'un pays Musulman donc ils ont pensé que tu étais un voleur ». J'ai redemandé à mon ami pour m'assurer que j'avais bien compris «  Les voleurs viennent des pas Musulmans ? »
Réponse de le 09/09/2013 à 17:27 :
Les pays Musulmans 4/5 Un jour, lors d'une réunion d?association en France, nous avons vu à la télé qu'il y avait eu une grande tornade au Bangladesh et qu'ils avaient installés une « aide-aux-victimes ». Beaucoup ont fait des propositions de collecte d'argent à remettre au présidant de l'association. Je connaissais très bien le proprio, il maltraitait tout le monde faisait de mauvaises affaires... depuis le temps qu'il était en France, il n'avait jamais fait aucun travail légal. Il ne se déclarait jamais pour la feuille de déclaration d'impôt. J'ai entendu mon père dire que la déclaration et payement d'impôts étaient une preuve de citoyenneté. Même dans l'Islam, ça n'est pas inconnu. Je n'aimais pas cette homme et j'ai fait une proposition détournée. La tempête s'était passé dans le département de celui auquel je m'étais adressé. J'ai pensé que cet homme pouvait directement transmettre cet agent au gens de son départ'. Mais ma proposition a été refusé et la réunion s'est fini sur un coup de tête. Là a commencé mon différend avec l'association. Mais certains étaient d'accord avec mes propos. À partir de maintenant, pour n?importe quel sujets, lorsqu'il y avait une réunion, il était un propos sur lequel nous n'étions pas en accord. Certains d'entre nous, dont moi, ont p^ris la décision de démissionner. Mais tout d'abord, nous souhaitions faire quelque chose de bien, pour la France, pour notre pays... Nous souhaitions ici représenter notre nation. Nous souhaitions aussi transmettre une bonne image de la France ailleurs. Mais l'occasion ne s'est pas présenté à nous. Et à cet instant, les paroles de ma grand-mère me son revenus en mémoire. J'ai entendu de ma grand-mère que l'on ne pouvait pas tout réussir. Autrefois, quand elle me le disait, je ne la croyais pas et je lui disais que si on veut tout, tout peut-être possible. J'ai même été poète quelque temps. Je lui ai lu un poème qui s'appelait « Rêves ».
Réponse de le 09/09/2013 à 17:29 :
Les pays Musulmans 4/3 Mon ami m'a dit « oui, probablement ». Je me suis dit que la dame avait raison de son côté car peut-être qu'elle s'était déjà fait voler un sac avant. Je mes suis dit quand même que c'était pas très juste car elle ne me connaissait pas. Mais en étant Musulman, j'ai eu honte pour ceux qui volaient. J'ai aussi été étonné car ce n'était pas bien d'être comme çà. En plus un Musulman. Le caractère des Musulmans que j'avais vu dans mon pays et le caractère des Musulmans que je voyais en France étaient les mêmes. C'est cause de leur mauvais caractère que j'ai arrêté d'aller dans les mosquées. Les deux caractères étaient presque les mêmes. Après avoir vu tout ça, je ne suis plus jamais allé dans les Mosquées et je n'y ai plus jamais pensé. Plusieurs personnes me l'ont fait remarqué mais je ne les ai jamais suivi. Car ce que j'avais entendu dire sur le caractère des Musulmans ne correspondait pas du tout à ce que je voyais. Et cela me peine toujours. Le caractère que nous devons avoir n'est pas en nous, mais il est chez les européens. Je le vois par exemple quand je vais dans de grands super-marchés. C'est presque toujours sur ce sujet que je débats avec mes amis ou mes collègues de travail et associations Bangalis en France. Mais j'ai remarqué que nos points de vues n'étaient pas les mêmes. Mêmes les Bangalis avec qui je parle sont malhonnêtes. Ils parlent toujours de l'Islam, de la prière ; etc. Mais dans leur travail, rien ne prouve que ce sont de vrais Musulmans. Je vivais dans un appart ou vivais plusieurs personnes. Une ou deux fois par semaines je devais faire la cuisine. Quand c'était mon tour, j'allais faire les courses au super-marché. Un jour, quelqu'un de l'appart m'a vu et m'a dit : « Tu achètes de la viande d'ici ? C'est pas Halal ! ». je ne voyais pas le rapport entre eux et la viande Halal. Dans leur caractère déjà, il n'y a rien de Halal. De correcte. Mon « ami » m'a dit que je devais dorénavant acheter la viande des boucheries Halal auxquelles il m'a conduit. C'est ce que j'ai fait

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :