Ukraine : Gazprom menace de fermer le robinet de gaz

 |   |  233  mots
Gazprom a annoncé la suppression des rabais sur le gaz accordé à l'Ukraine en décembre et menace désormais de cesser ses livraisons.
Gazprom a annoncé la suppression des rabais sur le gaz accordé à l'Ukraine en décembre et menace désormais de cesser ses livraisons. (Crédits : reuters.com)
L'arrêt des livraisons de gaz russe en Ukraine par la Russie pourrait avoir des conséquences en Europe.

Et maintenant l'arme gazière. Le groupe public russe Gazprom menace de cesser ses livraisons de gaz à l'Ukraine. Raison invoquée officiellement: le pays n'a pas honoré une échéance pour le mois de février. Le directeur général du géant gazier, Alexeï Miller a lancé ce vendredi:

"Nous ne pouvons pas livrer du gaz gratuitement. Soit l'Ukraine assume ses dettes et règle ses achats en cours, soit l'on risque d'en revenir à la situation du début 2009."

Effet boule de neige en Europe

A l'époque, Gazprom avait cessé ses exportations de gaz vers le voisin ukrainien, entraînant de brutales chutes des livraisons en Europe, car une large partie de celles-ci transite en effet par l'Ukraine. En France, les importations de gaz russe avaient chuté de 70%

En plein conflit territorial en Crimée, Moscou a mis la pression sur Kiev en annonçant la suppression des rabais consentis sur le gaz. En décembre, la Russie avait accepté de réduire le prix de son gaz livré à Kiev, le fixant à 268,5 dollars par millier de mètres cubes, contre 400 dollars précédemment.

L'UE à la rescousse

De son côté, l'UE a annoncé le 4 mars son intention d'aider l'Ukraine à payer pour son gaz. Le commissaire européen à l'Energie, Gunther Oettinger a proposé de régler sa dette de 2 milliards de dollars et qu'elle pouvait d'ailleurs lui fournir du gaz. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 08/03/2014 à 10:46 :
Il est temps, pour l'Europe, d'arrêter d'utiliser 300 milliards de m3 de gaz par an pour produire de la chaleur.

En Europe, 2/3 du gaz naturel est utilisé pour produire de la chaleur (secteur résidentiel, tertiaire et industriel) contre 1/3 dans les centrales électriques.

La technologie, permettant de remplacer le gaz utilisé pour produire de la chaleur, est disponible des décennies.

Avec l’isolation, la géothermie, le chauffage solaire (dans le sud de l’Europe) et les chaudières biomasses, l’Europe peut diviser par 3 sa consommation de gaz naturel de l’Europe, ceci jusqu’à la fin des temps.

Ce qui serait un vrai atout géopolitique.
Réponse de le 08/03/2014 à 14:26 :
Merci, vous portez à la lumière ce que la majorité de la société civile pense. A se demander à quoi sert nos politiques !
Réponse de le 08/03/2014 à 14:37 :
tout à fait et je pense qu'il faudrait cloner des Mammouths pour obtenir du biogaz voir ceux disponibles actuellement .
a écrit le 08/03/2014 à 10:30 :
Quand Gaza, l'Irak, l'Iran sont victimes de blocus ... ça ne gène pas grand monde.
Mais que la Russie coupe la gaz quand on ne la paie pas (ce qu'infligent GDF et les autres opérateurs en France, au moindre quidam en difficultés)... et certains trouvent soudain cela barbare.
Poutine n'est certes pas un grand démocrate, ni un grand humaniste, mais combien de tyrans sanguinaires sont aujourd’hui les "amis de la France" ?
a écrit le 08/03/2014 à 2:55 :
L'Ukraine peut atteindre plus de 20% d'énergies renouvelables d'ici 2020 et 30 à 35% d'ici 2030 si elle poursuit la politique mise en place dans ce sens (programme "Energie naturelle") avec un fort potentiel de développement, notamment dans l'hydro vu le nombre très élevé de rivières et sites exploités mais délaissés, le biogaz et la biomasse avec notamment un important secteur agricole, l'éolien avec ses sites venteux, le solaire, la géothermie, les réseaux de chaleur etc. Les progrès dans l'efficacité énergétique devraient également nettement réduire les besoins en énergie d'ici là. Les intervenants étrangers sont nombreux, de même que les coopérations impliquant de passer par des composants ukrainiens. Dans les classements Ernst & Young c'était l'un des pays qui partait de loin mais disposait d'un des plus forts taux de croissance dans ce domaine et il a déjà bien avancé. Les investisseurs étrangers ne manquent pas non plus. L'Europe dépend à 40% du gaz russe dont la majorité passe par l'Ukraine et génère des conflits réguliers entre le russe Gazprom et l'ukrainien Naftogaz qui risquent de reprendre car c'est surtout un moyen de pression russe. Le gaz devrait être plus taxé en Ukraine pour financer une part des dettes et la transition énergétique. Si la dépendance au gaz russe décroit, elle tend toutefois à s'accroître pour le nucléaire exporté à partir d'un réseau concentrique antérieurement mis en place depuis la Russie et la Biélorussie de même qu'avec la fourniture de tout un package de centrales, retraitement etc par la Russie en concurrence avec les autres opérateurs français, japonais, etc. et ce pour les pays du groupe de Visegrad (V4), Pologne, Slovaquie, Rép. Tchèque, Hongrie. La Roumanie et l'Ukraine notamment pourraient éviter cette nouvelle dépendance.
a écrit le 08/03/2014 à 1:51 :
Nous avons plusieurs possibilités pour répondre à nos besoins en gaz.
La première dans l'urgence on importe du gaz de schiste(moins cher que le russe, mais moins écolo).
La seconde sur le long terme on met en place le biogaz en utilisant les boues d'épurations et les déchets ménagers inépuisables.
Ainsi fini de courber l'échine face à ce dictateur mafieux.
L'indépendance énergétique est la seule solution pour avoir une politique étrangère totalement indépendante.
Réponse de le 08/03/2014 à 14:31 :
Si il n'y avait que les dictateurs de Mafieux, on serait déjà arrivé l'indépendance énergétique ! Comme disait Chirac, la maison brûle, mais on regarde ailleurs. Les politiciens ont leurs part de responsabilité.
a écrit le 08/03/2014 à 0:04 :
Ils ont raison de couper le gaz moi quand je ne paie pas on me coupe le gaz.
Réponse de le 08/03/2014 à 0:36 :
@Co: c'est Nethanyaou qui va être content :-) si seulemet ils avaient pu faire ça en 40 :-)
a écrit le 07/03/2014 à 23:21 :
Les multinationales américaines vont remercier Monsieur Poutine car elles vont pouvoir planter des derricks pour extraire le gaz de schiste partout en Europe (donc en France). Que vont en penser les écolos associés au lèche-cul des USA François Hollande. Peut-être a-t-il des actions dans cette industrie... Affaire à suivre !
a écrit le 07/03/2014 à 20:59 :
Et pourquoi pas juste avant le vote en Crimée histoire de faire comprendre aux hésitants qui tient le manche. La Pologne qui reçois des F16 américains et qui est à la pointe dans la demande de sanctions contre Moscou pourrait être victime d'une défaillance dans son gazoduc, l'Allemagne continuant a être alimentée par la Baltique et le North stream. Malgré les réserves équivalentes à 1,5 mois de consommations les prix risquent de grimper.
Réponse de le 08/03/2014 à 14:38 :
Il est vrai que l'esprit de vengeance est tenace. Ceux qui ont le plus souffert durant la 2ème guerre mondial vous parlent encore de leurs malheurs aujourd'hui, et les Polonais sont en bonne position à ce jeu. Je ne ferais pas confiance une minute aux Polonais pour apaiser le conflit contre Poutine!!!
a écrit le 07/03/2014 à 20:15 :
Ca va peut-être faire réfléchir notre matamore de Président qui vient d'accueillir aujourd'hui un boxeur candidat à la Présidence de l'Ukraine pour bien montrer son hostilité à Poutine. Il va comprendre qu'à partir d'un moment, ça ne rigole plus,... Il ne suffit pas de lécher les bottes des USA, Monsieur Hollande, il faut aussi assumer les conséquences de vos actes en Europe. La France s'est déshonorée dans cette affaire, elle n'est plus qu'un laquais des USA.
a écrit le 07/03/2014 à 19:57 :
Et on commence aussi la fermeture des stockages de gaz en France....
a écrit le 07/03/2014 à 19:24 :
Le choc permettra peut être aux français de réfléchir un peu à la notion d'indépendance énergétique tout en ayant un peu frais à la tête.
a écrit le 07/03/2014 à 18:50 :
Nous allons payer le gaz des ukrainiens ( y compris la conso de la Crimée ! ) .Il est très bon Poutine . Hollande devrait aller à Sotchi .
Réponse de le 08/03/2014 à 0:30 :
On ne risque rien en France, Flamby avec tout ce qu'il mange produit à lui tout seul assez de gaz pour chauffer la France.
a écrit le 07/03/2014 à 18:48 :
Hollande a vraiment eu la bonne idée de vouloir arrêter nos centrales nucléaires ! quand quand on aura plus de gaz demandez lui ce qu'on fera ! et tout ça pour s'applatir devant ces Verts qui ont 2% aux dernieres présidentielles ! Merkel aussi doit de mordre les doigts d'avoir fermé ses centrales ! heureusement qu'elle a encore le charbon et la lignite sauf que ça produit un max de CO2
Réponse de le 07/03/2014 à 19:22 :
Pouvez vous nous citer les centrales qui sont fermées depuis 2012? Il me semble aussi qu'il y a un EPR en construction vers la manche (et qui nous coute fort cher).
Réponse de le 07/03/2014 à 19:50 :
Allez demander à Fukujima s'ils sont contre la fermeture des centrales nucléaires.
Réponse de le 07/03/2014 à 20:59 :
"romany",dans le bouquet énergétique Français (énergie finale) ,le premier poste de nos consommations est constitué par le pétrole (46%),puis l'électricité à hauteur de 22% (nucléaire à 80% soit 18%) et enfin le gaz pour 20%.Notre premier fournisseur gaz est la Norvège.Quant aux Russes ,ils constituent notre premier fournisseur en ... gasoïl car les automobilistes Français sont drogués au diesel.Donc sans vouloir marginaliser la place du nucléaire ,ce dernier est loin d'être majoritaire dans notre paysage énergétique.
Réponse de le 08/03/2014 à 7:27 :
@biomachin ..Les automobilistes français ne sont pas drogués au diesel mais drogués par les taxes.
Réponse de le 08/03/2014 à 14:43 :
Je confirme, les Français sont drogués au Diesel! Passez quelque jours dans les embouteillages à Barcelone ou à New York, qu'on y respire biennnnn! Faut dire que la part de Diesel est bien inférieur (voir nul aux US). Bon la bonne nouvelle c'est qu'en cas de durcissement du conflit avec Poutine, on aura moins de carburant Diesel à bruler.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :