Les Suisses adopteront-ils un salaire minimum à 3.300 euros ?

 |   |  438  mots
D'après un récent sondage, 64% des Suisses vont voter contre ce texte, 6% se déclarent indécis et 30% sont pour. (Photo : Reuters)
D'après un récent sondage, 64% des Suisses vont voter contre ce texte, 6% se déclarent indécis et 30% sont pour. (Photo : Reuters) (Crédits : Reuters)
Un référendum sur l'instauration d'un Smic à 18 euros de l'heure divise dans un pays où une personne sur deux gagne plus de 5.100 euros par mois. Les Suisses craignent une hausse du chômage.

18 euros de l'heure. À l'initiative des syndicats et des partis de gauche, les Suisses vont voter le 18 mai sur l'instauration d'un salaire minimum de 4.000 francs suisses bruts (3.300 euros) ou 22 francs suisses de l'heure (18 euros), considéré comme un seuil incontournable dans un pays qui compte parmi les plus riches au monde.

Ce salaire minimal, s'il est adopté, sera le plus élevé au monde. A titre de comparaison, le salaire horaire minimal en France est de 9,43 euros. En Espagne, il est de 5,05 euros et en Allemagne il sera à 8 euros à partir de 2015.

De nombreuses professions sont concernées par ce texte, comme les métiers de la vente, l'hôtellerie-restauration, l'agriculture, les métiers liés au nettoyage, la coiffure.

Vers un rejet massif par peur du chômage

Selon un sondage publié le 7 mai et réalisé fin avril, 64% des Suisses vont voter contre ce texte. 6% se déclarent indécis et 30% sont pour. Alors que ce texte, qui a pour but de donner "un salaire digne" aux quelque 330.000 personnes qui travaillent pour moins que ce montant, les Suisse craignent que de tels minima salariaux aboutissent à une hausse du chômage.

Pour les opposants, soit le Conseil Fédéral (gouvernement), les partis de droite et les organisations patronales, et même un syndicat, celui des employés, clament que ce texte ne résoudra pas le problème du soutien des personnes à bas revenus.

"Ce salaire minimal exigé mettrait des emplois en danger et rendrait l'accès à la vie professionnelle encore plus difficile pour les personnes peu qualifiées et les jeunes", explique le gouvernement.

Un salaire médian de 5.100 euros par mois

"Nous avons le taux de chômage général et le taux de chômage des jeunes les plus bas d'Europe (3,2% et 3%), nous avons les salaires les plus élevés au monde, notre système est basé sur les conventions collectives de travail, et cela marche", martèle Stéphanie Ruegsegger, de la Fédération des entreprises romandes, qui représente 40.000 entreprises. Et l'adoption d'un salaire minimum de 4.000 francs suisses "casse le système", ajoute-t-elle.

La Suisse connaît en effet un salaire médian très élevé. En hausse de 3,2% depuis 2010, il est de 5.100 euros par mois. Au niveau du pouvoir d'achat, les salaires les moins payés ont toutefois ressenti une baisse de 0,6% pendant cette période.

Des votes ont déjà eu lieu dans le pays au niveau cantonal, sur l'adoption d'un salaire minimum. Le principe a été accepté dans les cantons de Neuchâtel et du Jura. Dans les cantons de Vaud et de Genève, il a été refusé.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/05/2014 à 0:25 :
Un conseil aux Suisses restez en dehors de 'Union E. car après les salaires ne seront plus les mêmes et également les impôts !
a écrit le 12/05/2014 à 19:24 :
Je gagne 5.882,81 euros par mois....soit plus de 7100 FS,...oops, c'est ce que coûte à mon employeur..( erreur!!!) ..je gagne 3300 euros bruts ( 4200FS) et je perçois moins de 2630 euros par mois....moins 300 euros d'impôts sur le revenu, soit 2300 euros +/-... vous avez dit motivant? trop payé? Moi cela me fait franchement mal de ne pas savoir où tout cette différence va.
a écrit le 12/05/2014 à 17:04 :
Ou la Suisse est super compétitive ( ce que je crois) ou le cours du franc suisse est super surévalué ( ce que je crois aussi).....
a écrit le 12/05/2014 à 15:30 :
Le salarié français pourrait toucher un smic à 3000 euros, s'il touchait l'intégralité de son salaire. Il suffit de consulter une fiche de salaire et la comparer à celle des Suisses, pour voir ou va la différence !
Réponse de le 12/05/2014 à 16:34 :
Canton de Genève :
Pour un frontalier célibataire
- Salaire brut : 4000 CHF
- Charges sociales (15%) : 600 CHF
- Impôts à la source (6,68 % - Barème A) : 267,2 CHF
- Salaire net CHF : 3132,8 CHF
- Taux de change au 12/05/2014 : 1 € = 1,221 CHF

Salaire net EUR : 2565,76 €
Réponse de le 12/05/2014 à 16:59 :
Fiche de salaire en Suisse 5 lignes !
Fiche de salaire en France, minimum 1 page entière, voire plus !
a écrit le 12/05/2014 à 15:20 :
C'est un vrai/faux article qui veut nous faire croire que la vie est un long fleuve tranquille en SUISSE. Mais avec tous les frais annexes il est vrai que qu'il faut au moins 5100 euros de salaire médian pour subsister dans ce pays où les riches étrangers alimentent des bulles de tous ordres.
Réponse de le 12/05/2014 à 18:33 :
Bonne analyse
Réponse de le 13/05/2014 à 7:16 :
la faute à l'etranger hein. Alors vous voulez ni des frontaliers designés responsable du dumping social en "acceptant des salaires plus bas que les nationaux ", ni des riches dans ce pays? je croyais que c'etait un peu la strategie d'attirer toutes ces grandes fortunes d'un coté pour recuperer un max d'impots sur la fortune au depend des pays voisins et de l'autre de la main d'oeuvre étrangère a plus forte productivite peu habituée aux salaires suisses et forcement payes au bas de l'echelle car peu habitués a negocier leur salaire. Ne parlons pas non plus de l'impot sur les societes dont l'objectif est clairement d'attirer tous les sieges des multinationales. Bref, esperons que nous aurons un president de la commission europeennes qui defendra mieux les interets des europeens que ceux des suisses.
Réponse de le 13/05/2014 à 20:11 :
Toujours les mêmes poncifs... A en croire ce que pensent les français, la Suisse se résumerait à l'évasion fiscale et la xénophobie... On vous entend nettement moins quand il s'agit d'être critique envers des pays comme les USA, la GB, le Luxembourg ou l'Irlande, qui ont tous des pratiques discutables. Les états n'ont pas d'amis, ils ont des intérêts (citation de De Gaulle).
Au passage, quand vous aurez dans votre beau pays 23% de population étrangère comme en Suisse, on pourra peut-être échanger sur le sujet du dumping et de la préférence nationale.
a écrit le 12/05/2014 à 14:10 :
N'oublions pas qu'une proportion non negligeable de travailleurs sont etrangers et n'ont donc pas leur mot à dire dans cette votation. Je serais tres curieux de connaitre le salaire moyen/median des etrangers travaillant en Suisse en comparaison à celui des Travaileurs nationaux
Réponse de le 12/05/2014 à 18:32 :
Sachez que la majorité des travailleurs étrangers en Suisse sont des managers (exemple: Américains à la tête de Novartis et du Credit Suisse, Belge et Autrichien à la tête de Nestlé, Allemand à la tête de la compagnie aérienne Swiss, etc.) et des spécialistes.

Faites-vous pas de soucis pour leur salaire, il est de loin plus élevé que celui des petits travailleurs de nationalité suisse

Les manoeuvres travaillant sur les chantiers et les serveuses de bistrot sont protégés par des "conventions collectives" protegeant les travailleurs de ces domaines d'activité (ils ont déjà un salaire minumum supérieur à celui qui est actuellement exigé pour tous les travailleurs suisses)
a écrit le 12/05/2014 à 13:41 :
Peu importe le résultat de ce vote, ce qui compte, c'est le fait que ce soit le peuple qui décide, et cela s'appelle une démocratie.
C'est encore une bonne leçon à nos politicards avides et stupides qui font ce qu'ils veulent en profitant bien du gâteau de notre monarchie en voie d'implosion.
a écrit le 12/05/2014 à 12:30 :
Voilà l'idéal !
Réponse de le 12/05/2014 à 17:51 :
FAUX! La région frontalier a le même coût de vie élevé! C'est un miroir aux alouettes, justement nourri par ce genre "d'intox journalistique"!
Réponse de le 12/05/2014 à 18:10 :
"La région frontalier a le même coût de vie élevé!" : D'où les Suisses qui viennent faire leurs courses? Tout dépend peut-être de la région frontalière après car du côté de Valdahon, Morteau, etc. : Même après une multiplication par 3 des prix en 15 ans, une maison coûte moins cher qu'un 2 pièce dans Paris ou un 3 pièce en banlieue. De même, elle coûte deux fois moins cher qu'un équivalent en région PACA. Pour la bouffe : Idem, on est loin du prix du steak en Suisse!
a écrit le 12/05/2014 à 11:35 :
avec le steack à 400 frs le kg, 4000f c'est 1000€ en France
a écrit le 12/05/2014 à 11:29 :
il faut enlever l assurance maladie,1000 fs pour une famille , 600 fs par personne en moyenne le cout de la vie 30%plus cher qu en france ,les loyers 1200fs pour un 3 pieces ,a geneve en 2005 30% des genevois etaient en rouges dans les banques ...
a écrit le 12/05/2014 à 10:47 :
Ce que dit pas l'article c'est que chez nous en Suisse; ils faut cotiser en sus pour sa retraite et ses soins, c'est pas du "tout inclus" comme en France et ça coute très chère ! Donc les chiffres comparés à la France ne veulent rien dire...
Réponse de le 12/05/2014 à 11:02 :
oui c'est comme en Chine les gens gagnent 100 euros par mois mais le cout de la vie est en fonction.
a écrit le 12/05/2014 à 9:51 :
Est a préciser, qu'avec le coût de la vie que nous avons en Suisse, un salaire minimum de 3'300 € est inférieur au SMIC français à pouvoir d'achat équivalent
Réponse de le 12/05/2014 à 17:53 :
Tout a fait d'accord! On ne peux pas comparer ce qui n'est pas comparable.
Réponse de le 12/05/2014 à 22:00 :
Ceci est complétement faux. avec le futur SMIC suisse le salarié suisse s'en tire bien mieux que le smicard francais. Meme avec un SMIC suisse on peut épargner... impossible en france pour un smicard.
Réponse de le 17/05/2014 à 7:08 :
vas vivre 20 and en suisse comme moi et apres tu parleras !!
a écrit le 12/05/2014 à 9:49 :
Des emplois en danger? Le taux de chômage en suisse est au plancher et l'économie ne fonctionne qu'avec une cohorte de frontaliers.

Ce qui serait bien c'est que tous ceux qui nous serinent à longueur d'année que le SMIC à 9 euros c'est intenable, nous expliquent comment un pays européen qui n'est pas assis sur des réserves pétrolières, peut prospérer durablement avec un salaire médian qui est le triple de ses voisins et concurrents.

Pour ma part, si un smic à 3000 euros pouvait garantir un taux de chômage jamais vu depuis 35 ans, on devrait tenter le coup :-)
Réponse de le 12/05/2014 à 9:51 :
Beh il a sa propre devise par exemple.
Réponse de le 12/05/2014 à 10:47 :
Certes, mais un fois converti en n'importe quelle monnaie, le suisse moyen revient toujours 15 fois plus cher que le roumain moyen... Si l'on en croyait n'importe quel tenant de l'économie néolibérale, les suisses devrait être au chômage depuis longtemps et les espagnols ou les bulgares devraient être en train de les inviter comme travailleurs immigrés à Madrid.
a écrit le 12/05/2014 à 9:43 :
c'est quand même beau un pays ou l'on demande l'avis du peuple et pas seulement lors des élections!
Réponse de le 12/05/2014 à 10:16 :
tout à fait
a écrit le 12/05/2014 à 9:31 :
Le salaire minimum entraîné du chômage et la non-revalorisation des bas salaires. Il faudra bien un jour oser réformer ce systeme

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :