La croissance chinoise au plus bas depuis près d'un quart de siècle

 |   |  396  mots
Avec un marché immobilier qui devrait rester sous pression cette année encore et des investissements mitigés, les experts s'attendent à ce que Pékin ramène son objectif de croissance pour 2015 à environ 7%.
Avec un marché immobilier qui devrait rester sous pression cette année encore et des investissements mitigés, les experts s'attendent à ce que Pékin ramène son objectif de croissance pour 2015 à environ 7%. (Crédits : © Kim Kyung Hoon / Reuters)
Selon des données publiées mardi par la Bureau national des statistiques, le produit intérieur brut (PIB) a augmenté de 7,4% sur l'ensemble de 2014, niveau sous l'objectif de 7,5% fixé par le gouvernement et plus bas depuis 1990.

Un plus bas depuis 24 ans. La Chine a vu sa croissance économique ralentir fortement en 2014, à 7,4%, glissant à un niveau plus vu depuis 1990, année ayant suivi la répression du mouvement Tiananmenn d'après des indicateurs publiés mardi 20 janvier par le Bureau national des statistiques (BNS).

Si elle manque également pour la première fois depuis 1999 l'objectif de 7,5% fixé par le gouvernement, la progression sur un an du produit intérieur brut (PIB) de la deuxième économie mondiale, est toutefois légèrement meilleure que la prévision médiane d'un panel de 15 analystes interrogés par l'AFP (+7,3%). Et ce en dépit d'une stabilisation inattendue sur les trois derniers mois (octobre-décembre), où le PIB a crû de 7,3%, au même rythme qu'au trimestre précédent, alors que les analystes tablaient sur un nouveau ralentissement (à +7,2%).

Des mesures de soutien à efficacité réduite

"L'économie chinoise a enregistré une progression stable, d'une qualité améliorée, ce qui est "la nouvelle norme"", en dépit d'une "conjoncture compliquée", a commenté le responsable du BNS, Ma Jiantang.

La demande intérieure reste en effet terne, et le niveau des dettes publiques et privées, nourries par une "finance de l'ombre" non régulée et toujours vivace, alimente les inquiétudes. Plusieurs mesures, d'ampleur limitée, de soutien à l'activité économique n'ont pas empêché celle-ci de ralentir dans un contexte de déprime du marché immobilier, d'une situation de surcapacités industrielles, d'une baisse des investissements et d'une certaine volatilité des exportations.

La génération d'électricité a quant à elle connu une hausse de 3,2% en 2014, soit sa progression la moins marquée en 16 ans, qui s'explique par le ralentissement économique et une météo clémente tout au long de l'année. Et les investissements immobiliers ont pour leur part enregistré en 2014 leurs plus faible hausse depuis 2009.

Moins de 7% de croissance pour 2015

Avec un marché immobilier qui devrait rester sous pression cette année encore et des investissements mitigés, les experts s'attendent à ce que Pékin ramène son objectif de croissance pour 2015 à environ 7%.

Le Fonds monétaire international (FMI) se montre encore plus pessimiste en tablant désormais, à l'occasion de l'actualisation de ses perspectives économiques globales publiées mardi, sur un PIB en hausse de 6,8% cette année puis sur une croissance de 6,3% en 2016, contre 7,1% et 6,8% escompté précédemment.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/01/2015 à 13:37 :
Il y aurait une crise économique mondiale que cela ne m'étonnerait pas. Quelqu'un aurait-il des infos à ce sujet..??
a écrit le 20/01/2015 à 10:12 :
Quand je vois le nombre de voitures neuves que les Chinois achètent et pas des Dacia, je me dis que leur économie va bien.
Réponse de le 20/01/2015 à 10:31 :
Quand je vois le nombre de Chinois qui N'achète PAS de voitures, et même pas des Dacia, je me dis que leur économie ne va pas bien...
a écrit le 20/01/2015 à 8:59 :
Les chiffres de la croissance chinoise sont faux et cela depuis des années, ce n'est que la somme des croissances des régions chinoises dont les dirigeants sont corrompus jusqu'à l'os et pour satisfaire Pékin, ils augmentent le taux de croissance d'un tiers.
Un 7 % en Chine est un 4,5 % honnête ce qui n'est pas si mal mais qui serait très mal interprété par le peuple chinois. Pour le gouvernement chinois, un rythme inférieur à 6 % = troubles sociaux de grande ampleur.
Réponse de le 20/01/2015 à 10:05 :
La faible hausse de la consommation électrique et la baisse du pétrole cautionnent l'hypothèse d'un très fort ralentissement économique en Chine. L'inconnue principale est la solidité du système financier, on a du mal à croire qu'il puisse résister à une économie en perte de vitesse...
a écrit le 20/01/2015 à 7:35 :
Nous ont rêverait d'avoir seulement la moitié de la croissance chinoise!
Réponse de le 20/01/2015 à 9:41 :
@Toine
Compte tenu de fantaisie de chiffres chinois, c'est peu ou prou ce que nous avons.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :