Le Traité de Lisbonne ratifié par l'Allemagne

 |   |  349  mots
L'Allemagne a ratifié ce mercredi le Traité de Lisbonne, qui doit encore être approuvé par l'Irlande, la Pologne et la République tchèque pour entrer en vigueur et permettre aux institutions de l'Union européenne élargie à vingt-sept de fonctionner.

L'Allemagne a ratifié ce mercredi le Traité de Lisbonne. Ce sont désormais l'Irlande, la Pologne et la République tchèque qui scelleront l'avenir de ce texte devant faciliter les processus de décision au sein d'une Union européenne élargie à vingt-sept membres.

Le président allemand Horst Köhler a signé dans un premier temps des lois garantissant les droits du parlement allemand, puis le traité lui-même. La Cour constitutionnelle allemande avait en effet exigé l'adoption de ces textes d'accompagnement au traité. Ces derniers réaffirment les pouvoirs du parlement de Berlin face aux décisions prises par le gouvernement qui pourraient entraîner des transferts de souveraineté.

"C'est un véritable succès que la chambre basse du parlement et le Bundesrat [chambre haute] aient réussi [à adopter la loi] à un moment où nous sommes en pleine campagne électorale", a affirmé la chancelière Angela Merkel à la radio Bayerische Rundfunk.

Prochaine étape : le référendum irlandais

Les vingt-sept Etats membres de l'Union européenne doivent ratifier le Traité de Lisbonne pour qu'il entre en vigueur. Dublin, tenu par sa Constitution de le soumettre à un référendum, en organise un second le 2 octobre après le rejet du traité lors d'un premier référendum l'an dernier. Prague et Varsovie ont dit vouloir attendre un éventuel "oui" irlandais avant de signer.

La route vers la ratification risque d'être d'autant plus longue que, ce mercredi, l'opposition conservatrice britannique a promis d'organiser un référendum sur le Traité de Lisbonne si elle était élue aux prochaines législatives, et si à ce moment-là le traité n'était pas encore en vigueur. Le chef des "Tories", David Cameron, crédité par les sondages de la victoire aux législatives qui doivent être convoquées d'ici à l'été, a clairement souhaité la suspension de la ratification du traité par la Grande-Bretagne et sa mort au niveau européen.

Le Traité de Lisbonne a été élaboré à la suite du rejet de la Constitution européenne, par référendum en 2005, par les électeurs français et néerlandais.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :