Tempête Xynthia : Paris demande à Bruxelles de débloquer des fonds

 |   |  336  mots
Après la violente tempête Xynthia qui a sévèrement touché la Vendée et la Charente-Maritime, Pierre Lellouche, secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, s'est rendu à Bruxelles afin de faire appel à l'UE pour venir en aide aux régions sinistrées.

L?Union européenne est prête à aider la France. Dans un communiqué du 1er mars 2010, José Manuel Barroso, président de la Commission européenne, a déclaré que la Commission allait "apporter son soutien aux pays les plus touchés" par les dommages occasionnés lors du passage de la tempête Xynthia.

Les fortes bourrasques qui ont frappé la France les 27 et 28 février 2010 ont eu des effets dévastateurs surtout en Vendée et en Charente-Maritime. Le bilan provisoire faisait état, le 1er mars au soir, d'au moins 51 morts et 8 disparus.

Lundi 1er mars, le secrétaire d'Etat chargé des Affaires européennes, Pierre Lellouche, a rencontré le commissaire européen chargé de la politique régionale, Johannes Hahn, à Bruxelles, afin d?envisager les modalités de cette aide. La France a demandé l'activation du Fonds de solidarité de l'Union européenne (FSUE) pour réparer les dégâts causés par la tempête. Il s'agit d'une "aide précieuse, psychologiquement et politiquement utile", même si elle ne permet pas d'indemniser les dommages privés, souligne Pierre Lellouche.

Créé après les inondations survenues en Europe centrale en 2002, le Fonds de solidarité de l'Union européenne (FSUE) peut fournir une aide financière en cas de catastrophe naturelle, à condition que les dégâts occasionnés soit supérieurs à 3,4 milliards d?euros, ou qu'ils atteignent 0,6% du PIB du pays. Il dispose d?un budget annuel de 1 milliard d?euros.

Au cours d?un entretien d?une demi-heure, le commissaire a rappelé au ministre français la procédure à suivre. La France a dix semaines pour introduire sa demande, incluant une estimation chiffrée du montant des dégâts. Le commissaire aurait cependant refusé d?évoquer dès maintenant des montants précis, indiquant qu?il était trop tôt pour le faire.


Lire la suite de l'article Tempête Xynthia : Paris demande à Bruxelles de débloquer des fonds

Retrouvez toute l'actualité européenne, avec notre partenaire EurActiv.fr

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :