Ruée sur l'essence en Grande-Bretagne

 |   |  404  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : AFP)
Après les déclarations alarmistes du gouvernement sur les risques de pénurie, qui ont provoqué une ruée sur les stations-service du pays, les pompiers britanniques ont demandé vendredi aux autorités de mettre en garde les automobilistes sur les dangers du stockage d'essence.

Le légendaire flegme britannique a été mis à rude épreuve ces derniers jours. Outre-Manche, les ventes d'essences ont en effet bondi de 170% et celles de diesel de près de 80% jeudi dernier après des propos alarmistes des autorités sur des risques de pénuries. Sur fonds de hausse des prix du pétrole et craignant une grève des chauffeurs de camions-citernes, le gouvernement avait tout bonnement incité les automobilistes à stocker du carburant.

David Cameron avait estimé "judicieux" de remplir son réservoir au cas où

"Plus les gens ont du carburant dans leurs véhicules, peut-être un peu dans leur garage et dans un jerricane, plus les choses pourront fonctionner", avait notamment lancé mercredi Francis Maude, secrétaire d'Etat auprès du Premier ministre. David Cameron avait également estimé "judicieux" de remplir son réservoir au cas où. Résultat : un mouvement de panique et une ruée sur les stations d'essence. L'assureur automobile AA a déploré des comportements "stupides", racontant que des gens remplissaient des bouteilles de lessive ou des pots de peinture ou de confiture, sans se rendre compte des risques encourus.

Les pompiers britanniques inquiets

En réaction, les pompiers britanniques ont demandé vendredi au gouvernement de mettre en garde les automobilistes sur les dangers du stockage d'essence. Un appel lancé par le syndicat des sapeurs-pompiers des "Fire Brigades Union" (FBU) après l'accident survenu à une femme qui manipulait de l'essence. "Les gens ne se rendent pas compte des graves risques liés à la manipulation et au stockage d'essence. Il faut les en avertir de toute urgence", a souligné le FBU, demandant aux autorités de faire une mise en garde officielle le plus rapidement possible.

Le principe d'une grève voté mais à une date indéterminée

Première confédération syndicale du pays, Unite, qui représente quelque 2.000 chauffeurs de camions-citernes approvisionnant environ 90% des stations-service, a voté le principe d'une grève à une date encore indéterminée, en cas d'échec des négociations sur les salaires et les conditions de travail. Celles-ci devraient normalement s'ouvrir la semaine prochaine. Il a toutefois exclu vendredi de faire grève pendant le long week-end de Pâques au cours duquel des millions de Britanniques vont prendre leurs voitures et annoncé son intention de se concentrer sur les négociations.

Découvrez ci-dessous le reportage de BBC News (en anglais) dans une station d'essence vendredi

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/04/2012 à 14:54 :
Il ne fait pas bon d'être sur l'île en ce moment...God save the queen...mais pas éternellement...
a écrit le 31/03/2012 à 23:23 :
Il dit quoi l'Economist sur la grève des routiers? La grève en général? Comme les conservateurs néo-libéraux anglais, et il souhaite certainement un service minimum, puis un service maximum par instauration d'un STO, but final de toutes les démocraties européennes nostalgiques des dictatures.Il est remarquable que les 2 pays qui font l'unanimité des milieux financiers sont actuellement l'Allemagne et l'Italie. Des modèles pour les nostalgiques de l'Ordre.
Réponse de le 01/04/2012 à 7:39 :
Flop, Flop et Flop pour ton commentaire x3
a écrit le 31/03/2012 à 23:23 :
Il dit quoi l'Economist sur la grève des routiers? La grève en général? Comme les conservateurs néo-libéraux anglais, et il souhaite certainement un service minimum, puis un service maximum par instauration d'un STO, but final de toutes les démocraties européennes nostalgiques des dictatures.Il est remarquable que les 2 pays qui font l'unanimité des milieux financiers sont actuellement l'Allemagne et l'Italie. Des modèles pour les nostalgiques de l'Ordre.
a écrit le 31/03/2012 à 23:23 :
Il dit quoi l'Economist sur la grève des routiers? La grève en général? Comme les conservateurs néo-libéraux anglais, et il souhaite certainement un service minimum, puis un service maximum par instauration d'un STO, but final de toutes les démocraties européennes nostalgiques des dictatures.Il est remarquable que les 2 pays qui font l'unanimité des milieux financiers sont actuellement l'Allemagne et l'Italie. Des modèles pour les nostalgiques de l'Ordre.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :