Silvio Berlusconi tenté par un "come back"

 |   |  467  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Sorti par la petite porte du Quirinale, le palais présidentiel, en novembre dernier pour éviter les huées, Silvio Berlusconi tente de rentrer par la fenêtre à la faveur de l'incertitude politique italienne. Après avoir pendant des semaines indiqué que sa démission de la présidence du Conseil à la suite de la tempête financière qui avait secoué la péninsule était définitive et qu'il ne serait plus le candidat de la droite aux prochaines Législatives, le Cavaliere tente de remonter en selle.

Sixième candidature

Alors qu'il fêtera ses 76 ans à l'automne prochain, Silvio Berlusconi a en effet laissé entendre au cours des derniers jours qu'il sera pour la sixième fois depuis 1994 le leader de son parti (Pdl) aux élections. « De nombreux patrons m'ont dit que tout le monde de l'entreprise souhaite mon retour » a-t-il affirmé mercredi soir. « Ce n'est pas moi qui le souhaite, ce sont les gens qui me le demandent » a-t-il ajouté. Le jeune secrétaire du Pdl Angelino Alfano, un temps désigné comme son successeur a confirmé: « Berlusconi n'a pas officialisé sa candidature mais c'est nous qui le lui demandons et je suis sûr qu'il acceptera ».

Le parti berlusconien souffre du soutien à Mario Monti

La décision aurait été prise à la lecture des derniers sondages. Alors que le Pdl souffre de son soutien parlementaire, avec les centristes et la gauche, au gouvernement de techniciens de Mario Monti, les dernières enquêtes d'opinion montrent un écroulement de la droite. Par rapport aux 37% obtenus en 2008, le parti du peuple de la Liberté avec Angelino Alfano comme candidat au fauteuil de président du Conseil serait aujourd'hui crédité de moins de 10% des suffrages. Avec Silvio Berlusconi à ses côtés, comme président du parti et « parrain » de l'opération, le Pdl remonterait à plus de 17%. Dans le cas d'un ticket Berlusconi-Alfano, la liste obtiendrait plus de 28% des voix.

La droite orpheline de Berlusconi

Même s'il s'agit d'un sondage maison, réalisé sur demande du Cavaliere et qui de ce fait, suscite les doutes voire l'ironie de ses adversaires, l'étude établit un constat: sans la présence de son mentor le Pdl ne parvient pas à rebondir. Habitué aux revirements spectaculaires, l'annonce du retour au premier plan de Silvio Berlusconi pourrait n'être qu'un leurre. Mais en attendant et tandis qu'aucun responsable politique ne se dégage pour succéder au printemps prochain à Mario Monti (voire avant en cas d'élections anticipées), le patron de Mediaset s'emploie à réoccuper le terrain politique en multipliant les déclarations tonitruantes (« ce n'est pas blasphémer d'envisager une sortie de l'euro »), en prenant verbalement ses distances avec les mesures drastiques de l'actuel gouvernement et désormais en se plaçant au centre des spéculations politiques.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/07/2012 à 10:42 :
Under normal circumstances there would be no need to be too concerned about a group of Zionist Freemasons (like Bush, Berlusconi and Blair just to name few faces) wishing to enslave few billion people, but, when the weapon of deceit works in synchronism against a Humankind that is so mixed and so robotic and also includes the last children of the Stone Age the problem arises when "in good faith" too many people are about to fall victims in the trap of those few.

For a change of Direction it will take a "spark" that could dazzle even those who have been blinded.

There is only one Solution.

www.wavevolution.org
a écrit le 12/07/2012 à 15:22 :
Aucun politique ne pourra éviter que ce système basé sur la consommation ne s'écroule, de toute façon ce sont les matérialistes qui souffrent, ceux qui ne se trouvent pas bloqués dans ce système vive plutôt bien et sont loin de tout cela...pour preuve ils luttent et ceux qui vivent sont ceux qui luttent...bref bon courage pour sortir de votre marasme matérialiste...quoi que, vous y ete si bien...vous pouvez y rester...
a écrit le 12/07/2012 à 14:48 :
Qu'il revienne, l'Italie a grandement besoin de lui, il nous manque.
J'attends aussi le retour de Nicolas SARKOZY (pbsl) pour qu'il nous sorte du marasme.
Réponse de le 12/07/2012 à 17:48 :
avec l'approbation d'Angela et ses grosses bises aux 2.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :