Europe : la nef des fous ?

Les discours des dirigeants européens semblent de moins en moins cohérents avec la réalité. Aucune prise de conscience de la situation de la croissance européenne ne semble d'actualité.
Le radeau de la Méduse, de Guillemet et Ronjat, copie du tableau de Géricault. Copyright Reuters

Les dirigeants européens sont-ils embarqués dans une «nef des fous» digne de ce que Sebastien Brant décrivait au 15e siècle dans un des premiers romans européens? On ne serait pas loin de le croire si l'on prend la peine d'observer la situation. Ainsi, Mario Monti a bombé le torse lundi en affirmant que l'Italie a «contribué à mettre en place des politiques de croissance en Europe». Mettre en place des politiques de croissance! Celui-là même qui, par sa politique, a cassé le peu de croissance qui restait à l'Italie. Et alors que l'on venait d'apprendre que son propre gouvernement avait révisé à la baisse sa prévision de contraction du PIB de la péninsule de 1,2 à 2,4%! Mais sans doute n'y a-t-il là aucune contradiction puisque l'OCDE qui tenait la conférence où s'exprimait le président du conseil italien a appelé à «poursuivre les réformes du gouvernement italien» qui, précisément, ont plongé le pays dans la crise.

Croissance et austérité ensemble

Mais de ce côté-ci des Alpes, la schizophrénie n'est pas moindre. Ce mardi matin sur France Inter, le ministre français des Affaires européennes n'avait que la «réorientation de la politique européenne vers la croissance» à la bouche. Et pour entamer cette réorientation, Bernard Cazeneuve n'avait pas mieux à proposer que le vote du pacte budgétaire qui va peser sur l'activité de ces 5 prochaines années et va surtout, par son lien avec le MES, confirmer l'étranglement des pays en difficulté. Non, il avait également une autre proposition à formuler: le maintien de l'objectif d'un déficit public à 3% du PIB l'an prochain, manière la plus certaine de plonger la France dans le cercle vicieux de la dépression.

Plus d'efforts

Faut-il un ultime exemple de ce délire pathologique? La chancelière Angela Merkel a jugé que l'Europe va devoir «faire des efforts» pour «sortir plus forte» de la crise. Par «efforts», la chancelière entendait des «douloureuses réformes» et des «politiques budgétaires plus responsables». Autrement dit, l'Europe doit encore aller plus loin dans l'austérité. C'est du reste ce que vise précisément le pacte budgétaire tant vanté par le gouvernement français. Or, cette politique «d'efforts» que mène la chancelière en Europe depuis 2010 a contribué à plonger l'Europe à nouveau dans la récession. Lundi, le très mauvais indice Ifo montrait que l'économie allemande est à son tour frappée par la vague issue de cette politique. Mais peu importe.

La dérive dépressive européenne

Le bateau Europe va à vau-l'eau. Il se dirige droit vers les récifs de la dépression. Mardi, Standard & Poor's promettait un recul du PIB de la zone euro de 0,8 % cette année. Et les moteurs de croissance de la région sont désormais tous éteints. Tout se passe comme si la Grèce, loin d'être le cas isolé et «exotique» que l'on nous a présenté depuis deux ans, était en fait le précurseur de ce qui menaçait l'Europe. La BCE, qui a pourtant déclenché avec ses annonces du début du mois de septembre cette euphorie des dirigeants européens, ne semble rien pouvoir faire. Baisser ses taux serait inutile, ils sont déjà vainement à un niveau historiquement bas. Quant à sa politique de rachat de titres souverains, elle est soumise à des conditions déflationnistes qui n'auront certes pas d'effets positifs sur la croissance. Reste évidemment le «pacte de croissance» et ses fameux 120 milliards d'euros dont se vantent tant les dirigeants français. Son effet est évidemment nul. Passons même sur ses effets concrets, les révisions à la baisse de toutes les prévisions pour 2013 prouvent assez l'inefficacité de cet amas de mesures hétéroclites et recyclées. Le pire est encore ailleurs: nul n'a pris ce plan au sérieux, le choc de confiance si nécessaire pour les plans de relance n'a pas eu lieu. Et c'est pourtant au nom de ce plan que l'on entend imposer l'austérité généralisée.

Position morale

Mais si la position des dirigeants européens n'est pas cohérente, c'est qu'en réalité, elle est plus morale qu'économique. Elle est basée sur l'idée d'une pseudo faute budgétaire des Européens qui devra être réparée par la souffrance. Et elle se dissimule derrière le vieil argument europhile: quiconque se place en opposition aux dirigeants européens est «populiste» et, partant, discrédité. Ce qui est commode et permet d'avancer l'absence d'alternative à cette politique. C'est pourquoi, ceux qui tentent de s'opposer au pacte budgétaire ou au MES sont immédiatement discrédités, comme l'ont été en 2005 ceux qui se plaçaient dans le camp du «non» à la constitution. Bernard Cazeneuve qui, ce matin, prétendait qu'il n'y a pas de «non fondateur» doit certainement s'en souvenir: il faisait alors partie des chefs de file des «nonistes».

On connaît la chanson

80 ans après les effets dramatiques de la politique de déflation salariale et budgétaire des gouvernements européens, leurs successeurs sont aujourd'hui en passe de faire les mêmes erreurs. Du reste, les années 1930 sont tellement à la mode que les chefs de gouvernement européens n'hésitent pas à remettre au goût du jour le fameux succès de Ray Ventura de 1935: «tout va très bien, madame la marquise»...

 

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 86
à écrit le 02/10/2012 à 22:20
Signaler
Les serviteurs du système anglo-saxon ferez mieux de balayer devant leurs portes. Eux qui vivent en parasiyes sur le dos du monde et dont le système est en faillite depuis 2008.

à écrit le 27/09/2012 à 22:42
Signaler
A lire le nombre de conneries écrites par l'incompétent et dangereux journaliste de ces lignes, j'ai décidé d'arrêter mon abonnement à La Tribune. Cela fait plusieurs mois que j'hésite à le faire parce que je voulais soutenir le concurrent des Echos....

le 28/09/2012 à 0:56
Signaler
C'est intéressant de voir comment l'incompétence et la dangerosité sont relatives. Pour une fois qu'on a des articles critiques dans La Tribune, évidemment ça peut choquer... On a plutôt l'habitude de papiers bien orthodoxes et un peu benoîts (la co...

à écrit le 27/09/2012 à 13:31
Signaler
Les déficits des Etats doivent se résoudre. Cela conduit à la réduction massive du niveau de vie de la population. Alors à quoi sert-il de travailler si le politique démolit ce que la population construit? Comment tolérer le laxisme des comptes et la...

à écrit le 26/09/2012 à 22:25
Signaler
Ajout. La seule preuve d'intelligence eût été de lâcher les banques d'investissements avec lesquelles les politiques nous avaient un baiser vénéneux et mortels. La rue s'en chargera bientôt.

à écrit le 26/09/2012 à 20:29
Signaler
Diagnostic un peu plus cinglant que d'habitude, sur la crise de 'gouvernance' (beau terme sensé protéger coupables et responsables)... Réchauffé néanmoins, puisque les solutions existent, ont toujours existé, et ne se dérfinissent pas que dans le cad...

à écrit le 26/09/2012 à 17:17
Signaler
Bien sur il y a eu les subprimes,bien sur il y a le probleme des banques et de la finance,bien sur il y a les dettes souveraines cependant il eut été interressant de faire une projection a aujourd'hui (gains et pertes) à compter d'un Yuan réévalué a...

à écrit le 26/09/2012 à 16:08
Signaler
Perso lorsque je commencerais à voir ces charlots, , lorsqu'ils sont dans leur réunion de G machin, dormir dans des 3 étoiles bien modestes et se restaurer dans de simples petits restos sans prétention et donner des coûts de ciseaux dans leurs émolu...

à écrit le 26/09/2012 à 16:08
Signaler
Perso lorsque je commencerais à voir ces charlots, , lorsqu'ils sont dans leur réunion de G machin, dormir dans des 3 étoiles bien modestes et se restaurer dans de simples petits restos sans prétention et donner des coûts de ciseaux dans leurs émolu...

à écrit le 26/09/2012 à 13:14
Signaler
On ne peut qu'approuver votre point de vue, quand on dépense plus que l'on gagne, on vit mieux.

à écrit le 26/09/2012 à 12:58
Signaler
Toute politique de relance consiste a racheter des dettes pourries aupres des banques contre de nouvelles cautionnees par le contribuable...Un des plus gros vol mondial au profit d une minorite avec l appui des politiques parmi lesquels on trouvent d...

à écrit le 26/09/2012 à 12:51
Signaler
La disparité des compétitivités à l'intérieur de l'Union Monétaire est surtout due à des facteurs naturels et immuables (taille du marché intérieur, position géographique, topographie, climat, ressources et richesse naturelles (matières premières), t...

le 26/09/2012 à 14:32
Signaler
Votre démonstration oublie un volet de protection à mettre en place comme le font les pays émergents en subventionnant leurs exportations, en taxant fortement les importations,en manipulant leur monnaie comme les USA et la Chine, comme l'Amérique du ...

à écrit le 26/09/2012 à 11:30
Signaler
Vous écrivez de "la position des dirigeants européens" qu'elle est "basée sur l'idée d'une pseudo faute budgétaire des Européens qui devra être réparée par la souffrance." C'est probablement juste, mais de nombreux journalistes sont aussi responsabl...

à écrit le 26/09/2012 à 10:42
Signaler
ILS...? Qui sont ces "ils" mais les boys de Goldman and Sachs, bien sur La mort de l'Europe pour des dettes contractées par ses politiques, employés à temps plein d'un système qu'ils ne pilotent plus.

à écrit le 26/09/2012 à 10:38
Signaler
Excellent article de M. Godin. La vérité, une autre victime de la crise !

à écrit le 26/09/2012 à 10:14
Signaler
"Drôle" d'article, qui pour moi n'est pas du tout en phase avec la réalité. L'endettement des pays Européens est tel que tout nouvel ? de dette censé créer de la croissance ne résultera qu'en plus de dette, qu'on ne saura jamais rembourser! L'article...

à écrit le 26/09/2012 à 10:10
Signaler
http://www.urtikan.net/dessin-du-jour/mecanisme-europeen-de-stabilite-le-provisoire-devient-definitif/

à écrit le 26/09/2012 à 9:33
Signaler
Enfin quelqu'un qui a le courage d'exprimer une vision réaliste (bien qu'un peu excessive) de la situation réelle !! Le vent commencerait-il à tourner ?!

le 26/09/2012 à 10:17
Signaler
qu'elle vision réaliste? il y en a encore qui croit qu'en créant de la dette supplémentaire pour soit disant relancer la croissance l'économie repartira??? Pour cela il faudrait que chaque euro investi rapporte plus que sa valeur, et ceci suppose une...

le 26/09/2012 à 13:06
Signaler
@@Photoscope : paradoxalement, je suis en parti d'accord avec vous. Le fait de créer de la dette supplémentaire ne pourra, au mieux (et c'est pas gagné), que donner un petit coup de pouce provisoire (et à rembourser par la suite) à la relance de l'éc...

à écrit le 26/09/2012 à 9:29
Signaler
Le problème provient du fait que les états privilégient la fiscalité aux réformes de structure et à la réduction des dépenses publiques, en pârticulier en France: 30 milliards d'impôts en plus et aucune économie gagée sur des réformes de structure do...

le 26/09/2012 à 10:20
Signaler
exactement! la situation s'aggrave même. Notre gouvernement a dépensé plus (d'argent qu'on a pas!) au premier semestre 2012 qu'au premier semestre 2011. Comme vous l'écrivez, lever plus d'impôts sans réforme de fond sur le fonctionnement et les dépen...

le 26/09/2012 à 10:27
Signaler
@libéral le problème vient surtout du fait que les instances européennes sont des adeptes du dogme Libéral du TINA There Is No Alterantive qui renie l'interventionnisme des états. Pour les prétendus libéraux dès que l'on conteste leur point de vue on...

le 26/09/2012 à 10:45
Signaler
LIBERAL : J'ai voté contre Sarkozy et depuis le choix de la banque Lazard par Moscovici je sais que les amis de N.S font la politique de la France. Mais votre analyse ne résiste pas au bon sens paysan. N.S c'est 600 Milliards de dette en 5 ans, c'est...

à écrit le 26/09/2012 à 9:25
Signaler
Cela fait du bien de lire ce genre d'article c'est dommage qu'il n'y ai pas l'ombre d'une solution. Solution qui nous est donnée par des prix Nobel d'économie (excusez du peu) je cite Joseph Stiglitz "Ce sont les premiers pays qui quitteront l'Euro q...

à écrit le 26/09/2012 à 7:47
Signaler
ras le bol de ces politiques qui cumulent les mandats et les rémunérations qui vont avec , embauchent leurs femmes ou leurs fils, refusent de s'appliquer à eux-même ce qu'ils imposent aux citoyens lambda ! Une réforme en profondeur est nécessaire p...

à écrit le 26/09/2012 à 7:13
Signaler
Commentaires hallucinants du type : "L'Euro vit ses derniers jours" !!! A mourir de rire... Nous traversons une crise, c'est tout. Avez-vous vous-même déjà été malade ? Oui, alors, on se soigne, on suit éventuellement une diète, et cela passe ! Do...

le 26/09/2012 à 7:33
Signaler
Il est vrai que l'euro est une monnaie tellement adaptée à l'Europe du Sud que l'on peut croire encore à un avenir brillant pour cette monnaie.

le 26/09/2012 à 9:35
Signaler
@TARTARIN : sauf que quand la diète est trop sévère et qu'elle empêche de travailler, çà se transforme en jeun forcé et çà conduit ... à la mort !

à écrit le 26/09/2012 à 5:24
Signaler
l'europe est nulle!la croissance est nulle:le chomage est trop nul.la météo et françois hollande sont nuls.fleur pellerin et sylvia pinel sont nulles.les programmes télé sont nuls.tout ce pays est nul.je crois que ma vie est nulle......

le 26/09/2012 à 6:20
Signaler
Sans déflorer l'avenir qui nous guette, il est clair qu'une génération se fera sucer jusqu'à la moelle.

le 26/09/2012 à 9:13
Signaler
ce sera encore plus dure pour ceux qui prenent de l'age et ont les jambes plus raides que le restes et ne pourront plus rien faire

à écrit le 26/09/2012 à 1:20
Signaler
????Il est bien ce journaliste, et je me demande comment il est entré à la Tribune, où ce genre d'analyse est plutôt loin des ses standards habituels...Il a bien compris qu'on va dans le mur, et il est tout près de penser que le système est mort.

à écrit le 26/09/2012 à 0:12
Signaler
Belle tirade toute vide. Qui ne dit rien hors les imprecations. Excessif donc insignifiant. Baudruche pleine de vent.

le 26/09/2012 à 0:46
Signaler
Un peu comme votre témoignage en fait...

le 26/09/2012 à 1:37
Signaler
facile et sans intérêt non plus Lutner... retournez à vos lectures ou allez troller ailleurs

le 26/09/2012 à 6:44
Signaler
Belle tirade toute vide. Qui ne dit rien hors les imprécations. Excessif donc insignifiant. Baudruche pleine de vent.

à écrit le 25/09/2012 à 23:12
Signaler
On commence a comprendre apres avoir jeté en France 500 milliards d'euros par la fenetre, que la relance et le new deal n'ont eu aucun effet sur la crise e 29, mais que c'est la guerre qui une dizaine d'années plus tard a relancé la machine economiq...

à écrit le 25/09/2012 à 23:02
Signaler
cet article est un délire idéologique, on emprunte pour investir, devenir plus riche,afin de vivre mieux et rembourser en même temps. Emprunter pour vivre et soit disant consommer, ne relance rien, on s'appauvrit a grande vitesse et on finit criblé ...

le 26/09/2012 à 0:16
Signaler
À votre image, quel est il votre rêve, Réaliste?

le 26/09/2012 à 0:24
Signaler
Ça part dans tous les sens votre témoignage... Visiblement vous n'etes pas content, mais contre quoi au juste?

à écrit le 25/09/2012 à 22:56
Signaler
C'est fou et très heureux que nous puissions lire un tel article dans un journal financier. Romaric Godin à beaucoup de courage et n'a pas peur de se faire licencier. Il dépasse dans l'hérésie deux autres journalistes écos tout aussi intéressants...

à écrit le 25/09/2012 à 22:29
Signaler
Pour un éclairage objectif et lucide sur l'économie en Europe et les erreurs de nos dirigeants, je vous invite vous rendre sur : http://leblogalupus.com/ http://www.jpchevallier.com/ Laurent http://www.immobilier-finance-gestion.com/

le 25/09/2012 à 22:50
Signaler
N'oubliez pas celui de Paul Jorion... Une approche et un décryptage de la crise pour ceux et celles qui veulent comprendre ce qui est en train de se passer et vers quoi nous allons tous...

le 26/09/2012 à 9:00
Signaler
Ainsi que le blog de Frédéric Lordon, la tribune d'Olivier Delamarche le mardi sur BFM, le blog d'Olivier Berruyer et d'autres car il y en a d'autres pour porter la contradiction et c'est cela qui est important. Mais pour une fois la Tribune fait un ...

à écrit le 25/09/2012 à 22:27
Signaler
L'Europe n'a de sens que pour les hommes politiques qui se sont créés de la richesse sur le dos des contribuables. Vivement la chute de ce mammouth !!!!

à écrit le 25/09/2012 à 22:15
Signaler
Merci Aymeric Godin pour cet article dissonant et en phase avec le réel.

à écrit le 25/09/2012 à 21:06
Signaler
Tnt qu' on aura pas compris que compte tenu de l' énormité des dettes publics, la seule solution est de modifier le mandat de la BCE afin par création monétaire et donc inflation de rembourser ces dettes "en monnaie de singe", on ne s en sortira pas...

le 25/09/2012 à 21:36
Signaler
Vous ne semblez pas bien percevoir le fait que la création monétaire est encore pire car elle créée une dépréciation de la monnaie et donc réduit les capacités d'investissement par la perte de valeur. Il faut relancer l'investissement en permettant a...

à écrit le 25/09/2012 à 21:05
Signaler
Vu les commentaires, en effet, la propagande fonctionne vachement bien.

à écrit le 25/09/2012 à 20:47
Signaler
TOINETTE: ...De quoi dit-il que vous êtes malade? ARGAN: Il dit que c'est du foie, et d'autres disent que c'est de la rate. TOINETTE: Ce sont tous des ignorants: c'est du poumon que vous êtes malade. ARGAN: Du poumon? TOINETTE: Oui. Que sentez-vo...

le 26/09/2012 à 9:48
Signaler
magnifique tirade du "Malade imaginaire" félicitations si c est du par coeur !!! Décidement Moliére n a pas pris une ride et finalement les temps changent mais la politiques et les hommes restent les mêmes

à écrit le 25/09/2012 à 20:42
Signaler
Il pourrait y avoir encore 30 milliards de déficits annuel chez les grecs!!Les hommes politiques grecs se sont bien foutu de nous, les chiffres sont toujours aussi fantaisistes et les réformes n'on guère touché que les salariés des classes intermédia...

le 25/09/2012 à 21:33
Signaler
Ils ont bons dos les Grecs! Bref... Trouvez plutôt l'origine du mal plutôt que ses conséquences. Pensez vous une minute que la Grèce est la main que l'on ampute pour stopper la gangrène alors que la presque totalité du corps est infectée? La Grèce n'...

le 26/09/2012 à 10:49
Signaler
D'accord avec toi Lutner. Mais ces arrangement entre" amis" n'enlève rien a la responsabilité des politiques grecs qui on piloté se radeau jusqu'au récifs. Et surtout ils avaient 4 ans pour reprendre la barre. A part presser comme des citrons la clas...

à écrit le 25/09/2012 à 20:09
Signaler
Eh bien, moi, j'ai plutôt l'impression que la nef des fous, c'est La Tribune, qui tantôt dit blanc, tantôt dit noir, tantôt dit qu'il faut assainir les finances, tantôt dit qu'il est nécessaire de relancer la croissance !!! Messieurs, après les orgie...

le 25/09/2012 à 20:34
Signaler
Ce que vous appelez "la nef des fous" à propos de la Tribune, cela s'appelle tout simplement le pluralisme. Mais les européistes sont tellement défoncés à la pensée unique que la moindre pensée déviante, voire pensée tout court, les déroute et les pa...

le 25/09/2012 à 20:42
Signaler
L'économie, un cadavre qui respire?

à écrit le 25/09/2012 à 20:02
Signaler
La décroissance, c 'est bien ça permet de découvrir ou de redécouvrir ce qui compte vraiment dans la vie et on s'aperçoit que c'est pas les biens de consommation, ni les prestations de services . L'essentiel dans la vie, c'est les relations humaines ...

à écrit le 25/09/2012 à 19:48
Signaler
tout le travail de super Mario n'a servit à rien ! C'est dramatique !

à écrit le 25/09/2012 à 19:47
Signaler
Voyons, l'EU c'est 27 états "indépendants" qui veulent garder leur souveraineté mais voudraient tout de même être considérés comme une puissance unique...et pour ajouter une dose , au sein de cette union européenne qui n'a riend 'unie, une union de 1...

le 25/09/2012 à 22:10
Signaler
C'est touchant une telle candeur. Le saut fédéral de Merkel, mais voyez vous au moins de quoi il s'agit sinon que mettre tous les pays à sa botte ? D'ailleurs, je place volontiers les fédéralistes dans cette nef des fous.

le 26/09/2012 à 9:58
Signaler
L Europe n est pas fichue d avoir une politique internationale cohérente et parlant d une seule voix , pas de politique fiscale commune , pas ou peu de defense commune , pas de politique économique clairement et unaniment reconnue et décidée et vous ...

le 28/09/2012 à 23:28
Signaler
@ Eurofederal: Quand on veut aller trop vite, on casse la machine. c'est bel et bien ce que l'euro, instrument d'intégration accéléré, sera parvenu à faire.

à écrit le 25/09/2012 à 19:24
Signaler
enfin un article qui a des idées. Cependant, ce ne peut être mon analyse, car la vie et la croissance financées à crédit....je ne sais pas, il me semble que cela équivaut à une catastrophe programmée. Je préfère l'assainissement des budgets et une...

à écrit le 25/09/2012 à 19:21
Signaler
Merci pour cet article, cela change de la propagande ....

à écrit le 25/09/2012 à 19:16
Signaler
Un grand bravo à l'auteur de cet article

à écrit le 25/09/2012 à 19:14
Signaler
LA NEF DES FOUS....voilà qui leurs sied à merveille. Mais dans quelle galère sommes-nous donc embarqués ?

à écrit le 25/09/2012 à 19:00
Signaler
enfin un article intelligent: ceux qui pensaient qu'il fallait la rigueur sont en train de vioder la cruche la veuve Il faudrait qu'ils relisent PASINETI et KALECKI, mais encore faut il les avoir lus.

à écrit le 25/09/2012 à 18:56
Signaler
Ce que tous les dirigeants nationaux et européens souhaitent avant tout c'est conserver leur belle situation. Ils racontent tout et son contraire. Ils sont issus du même moule et n'ont que mépris pour le peuple étant issus de la haute bourgeoisie.

à écrit le 25/09/2012 à 18:55
Signaler
Trop de dépenses publiques de fonctionnement, financées par de la dette, ne peuvent que conduire à une "cellule de dégrisement". Quand la gestion publique sera sortie de l'ornière où tous les politiques d'une majorité de pays européens l'ont conduit,...

à écrit le 25/09/2012 à 18:55
Signaler
il est clair que la crise n'est qu'Européenne... D'ailleurs, les subprimes n'ont même pas été inventés par les US car ces derniers n'ont même pas une bulle immobilière qui a éclaté mais ont par contre le plein emploi. Quelle propagande ridicule.

le 25/09/2012 à 21:37
Signaler
C est sur. D ailleurs "subprime" n est pas un mot americain.

à écrit le 25/09/2012 à 18:55
Signaler
je me suis arrete au premier paragraphe: "avait révisé à la baisse sa prévision de contraction du PIB de la péninsule de 1,2 à 2,4%!" Si c'est une prevision de contraction, elle a ete revisee a la hausse. Une prevision de croissance de -1,2% a -2,4% ...

le 25/09/2012 à 19:19
Signaler
Concentrez vous sur le contenu, plutot que de couper les cheveux en 4. Quand on sera dans le mur, vous aurez tout le temps de compter les lentilles une par une ...

à écrit le 25/09/2012 à 18:48
Signaler
Merci pour cet article objectif qui dit ce que beaucoup d'europeens pensent et ce que constate les europeens chaques jours dans leur quotidient ou celui de ses voisins. Cette europe la va droit dans le mur,les dirigeants ne veulent que sauver leur si...

le 25/09/2012 à 19:26
Signaler
Vous remarquerez que tous ceux qui demandent des efforts (banquiers, politiques de hauts niveau, technocrates) sont des gens pour qui la crise n'existe quand dans les journaux. Quand on gagne 10 000 euros par mois et beaucoup plus pour certain, c'est...

le 25/09/2012 à 21:42
Signaler
Détrompez vous Jeff, ces "technocrates" ou "banquiers" puisque vous les denomez ainsi, sont en train de creuser leurs propres tombes. L'austérité, la croissance en panne pour longtemps font qu'il n'y a plus grand chose à grignoter. Les bourses sont l...

à écrit le 25/09/2012 à 18:47
Signaler
Plus l'ajustement sera rapide, plus vite le rebond sera là. Tous les pays Européens ont vécu au dessus de leurs moyens depuis les années 80. Les politiques d'austérité visent à remettre les pays au train de vie qu'ils auraient toujours du avoir et la...

le 25/09/2012 à 19:23
Signaler
Personne ne parle de dépenser à tout va. Mais peut être que l'on va trop vite dans le rythme de désendettement, sans laisser le temps au corps malade de souffler un peu

le 25/09/2012 à 20:21
Signaler
2 ans de répis pour la Grèce c'est 15 milliards d'Euros à trouver en plus pour financer leur déficit (dixit le ministre grec des finances aujourd'hui). 15 milliards de fichus de plus par la fenêtre donc... et ce serait ça une politique de croissance ...

le 28/09/2012 à 23:33
Signaler
@ Poivreblanc: Plus la crise dure, plus la reprise sera forte. On le sent dans la capacité de certaines valeurs cycliques à rebondir brutalement à chaque nouvel espoir de fin de crise. C'est très sensible dans les minières et les sidérurgiques. On as...

à écrit le 25/09/2012 à 18:47
Signaler
Plus l'ajustement sera rapide, plus vite le rebond sera là. Tous les pays Européens ont vécu au dessus de leurs moyens depuis les années 80. Les politiques d'austérité visent à remettre les pays au train de vie qu'ils auraient toujours du avoir et la...

à écrit le 25/09/2012 à 18:38
Signaler
et pour le journaliste aussi, il a dépassé le stade de la dépression le pauvre ...

à écrit le 25/09/2012 à 18:36
Signaler
ce monsieur oublie deux trucs: 1/ un traite de croissance europeenne a ete vote en 2002 ( le traite de lisbonne), et tt le monde s'est poliment assis dessus, a commencer par les francais 2/ oui, monti a mis en place des reformes structurelles, vu qu'...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.