Erasmus fera-t-il les frais de l'austérité européenne ?

 |   |  583  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : Reuters)
Victime de la crise des dettes, le célèbre programme d'échanges d'étudiants de l'Union européenne, qui fête cette année ses 25 ans, est à court d'argent. Si la Commission a demandé mardi une rallonge de près de 9 milliards d'euros, destinée à combler les coupes du budget 2012 qui menacent ces bourses universitaires, rien n'est encore joué pour les années à venir. Explications.

Erasme a dû s'en retourner dans sa tombe. Pour sûr, le célèbre prêtre, écrivain et théologien néerlandais du XVe siècle, qui a bourlingué à travers le Vieux Continent pour s'enrichir de ses différentes cultures, n'a pas dû apprécier la triste nouvelle : le plus connu des programmes d'échanges européens, qui porte son nom, serait sur le fil du rasoir. Conséquence de la crise des dettes et de l'austérité budgétaire, Erasmus, après 25 ans d'existence cette année, n'a plus un rond. Concrètement, il lui manquerait quelques 90 millions d'euros pour achever l'exercice.

Erasmus n'est pas le seul programme communautaire destiné à l'éducation et à la recherche menacé. Et pour cause : pour clôturer l'exercice 2012 à l'équilibre, Bruxelles a demandé aux 27 pays membres de l'UE une enveloppe de 132,7 milliards d'euros. Problème : ceux-ci ne sont prêts qu'à lui en reverser 129,1 milliards. A cela, il faut ajouter quelques 5 milliards d'euros dépensés cette année pour régler les factures de l'exercice précédent, dont le budget était déjà dans le rouge.

Un porte-étendard des valeurs de partage et d'intégration européenne

Troublé par ces chiffres, Alain Lamassoure a tiré la sonnette d'alarme. Le 2 octobre dernier, le président de la commission des budgets du Parlement européen a déclaré que bientôt, "ce sera [au] tour d'Erasmus" de se retrouver en cessation de paiement. Quelques dépêches plus tard et moult reprises dans les médias, ses propos font mouche auprès de l'opinion. Alain Lamassoure le sait bien : Erasmus, qui a permis à 2,3 millions de jeunes d'étudier sur le Vieux Continent, s'est au fil des ans imposé comme un porte-étendard des valeurs de partage et d'intégration européenne.

Surtout, le programme concerne les jeunes, cette population touchée de plein fouet par la crise, qui compte désormais 14 millions de laissés pour compte au sein de l'UE. Et dont une large frange a affiché son ras-le-bol des politiques nationales et communautaires à travers le mouvement des Indignés. En clair : pas touche...

Bataille pour les budgets à venir

Profitant de l'émoi suscité par une possible fin du programme, la Commission européenne a adopté mardi une rallonge de près de 9 milliards d'euros pour combler son trou dans le budget 2012. Victoire? Pas tout à fait. En premier lieu, les Etats membres devront accepter de mettre la main au portefeuille, à l'heure où l'UE s'est presque intégralement mise au diapason de l'austérité. Surtout, des interrogations demeurent pour les années à venir.

De fait, le budget communautaire de l'UE pour 2013 est au centre de la polémique. Alors que la Commission l'a évalué à 138 milliards (+6,8% par rapport à 2012), plusieurs pays rechignent à passer à la caisse. Parmi eux, des contributeurs aussi important que la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni, membres éminents du club des "amis du dépenser mieux".

Risque d'un veto britannique

Pis, ces pays souhaitent aussi tailler dans les propositions de la Commission européenne pour le budget pluriannuel 2014-2020. Signe des tensions qui caractérisent ces négociations, David Cameron, en proie à une vive grogne sociale, a fait parlé la poudre. Début octobre, le Premier ministre britannique s'est dit prêt à dégainer son veto lors du sommet extraordinaire des 22 et 23 novembre, lorsque la question du budget communautaire reviendra sur la table. Si ces négociations devaient capoter, Erasmus, comme d'autres projets européens liés à la recherche ou l'éducation, pourrait alors trinquer.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/12/2012 à 13:48 :
Les véritables objectifs de la mondialisation
http://www.mecanopolis.org/?p=1517
a écrit le 20/12/2012 à 13:48 :
De Gaulle est revenu au pouvoir en 1958, et c est sous sa présidence que la France s est relevée. Il est vrai que ce n est pas avec la 4ème République, la République des Partis, qu'elle allait s en sortir, et c est la raison pour laquelle les français ont fait confiance au Général. Nous avons longtemps vécu sur les acquis mis en oeuvre par le gouvernement du Général De Gaulle. Le signal fut envoyé dès son départ et son décès par Georges Pompidou, ancien banquier de la Banque Rothschild et sa géniale idée d obliger la France à emprunter, pour ses investissements public, de l argent auprès des banques privées au lieu de la Banque de France, cette décision a été parachevée sous le Président Giscard d Estaing en Août 1973 et imposée dans la Traité de Maastricht. De 1973 à 2010, la dette de la France s est élevée à 1400 Milliards d euros.
http://www.u-p-r.fr/sortie-de-leuro/faut-il-avoir-peur-de-sortir-de-leuro
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est

a écrit le 20/12/2012 à 13:45 :
A lire absolument "Circus Politicus" de Christophe Deloire et Christophe Dubois, éditions Albin Michel.
Résumé:
Mesure-t-on les conséquences du Putsch qui a été commis à notre insu, contre la démocratie ?
Après l'immense succès de Sexus Politicus, Christophe Deloire et Christophe Dubois s'attaquent au théâtre d'ombres qu'est devenue la politique française.
Désormais, celle-ci est dominée par la scène européenne mais aussi par des réseaux aussi invisibles que puissants.
S'appuyant sur des documents secrets et des archives inédites, les auteurs dévoilent les coulisses à la fois édifiantes et surprenantes de notre Circus Politicus, sur fond de crises gouvernementales et de chaos européen.
Une enquête percutante qui démontre que le système politique de l'Europe est entièrement à reconstruire.
http://www.u-p-r.fr/videos/conferences-en-ligne/pourquoi-leurope-est-elle-comme-elle-est
a écrit le 26/10/2012 à 16:49 :
C'est un vrai bonheur de voir que la réalité fini par se venger.
On ne crée pas un "peuple européen" de toute pièce et contre le trèfond des consciences nationales, même abreuvée d'argent et de sur-égo la jeunesse de la néo-aristocaratie européiste fini elle aussi par comprendre l'impasse culturelle et politique de l'Europe. Si les trentenaires restituent sans reflexion la propagande européenne les plus jeunes se rebellent ; l'état-nation va bientôt ressurgir.
a écrit le 26/10/2012 à 7:07 :
Les europeens paient les semestres de vacances a l'etranger des etudiants Erasmus qui passent plus de temps a la plage que dans les amphis (notamment en Espagne ou Italie ou c'est la fiesta permanente, les diplomes sont donnés par les universites ... Une belle maniere de les preparer au chomage de masse.
Réponse de le 29/10/2012 à 13:25 :
J'ai été Erasmus en Espagne et effectivement ca n'est pas le semestre ou j'ai le plus travaillé dans ma vie...mais Erasmus ca apprend a se debrouiller seul loin de sa famille, on decouvre plusieurs cultures car c'est un réel point de rencontre ou les etudiants discutent de leurs différences, on y apprend une langue...mais en France on croit encore qu'avoir des bonnes notes dans telle ou telle matiere, c'est tout ce qui compte pour se développer et mettre les chances de son coté. J'en ai recontré quelques uns des scientifiques au chomage parce qu'ils ne parlent pas 3 mots d'anglais

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :