Aller à l'école en vélo ou en bus, un acte civique qui réduit... les bouchons

 |   |  538  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Pour de nombreuses familles, rentrée rime avec voiture, nécessaire pour emmener les enfants à l'école. C'est moins le cas en Allemagne ou en Belgique, où les municipalités enseignent aux enfants à se déplacer en vélo ou en transports en commun, afin de réduire la circulation, sur fond d'apprentissage de la citoyenneté.

Accompagner les enfants à l'école est souvent un casse-tête pour les parents. Et dès lors que ceux-ci sont obligés d'utiliser leur voiture, ce souci familial alimente le cauchemar collectif des routes bouchées et de l'air pollué. Dans certains pays étrangers, les municipalités ont néanmoins trouvé, contre ce problème quotidien, une solution qui veut aussi être un investissement pour l'avenir. C'est ce que l'on apprend dans un article du quotidien italien Il Sole 24 Ore, signé par Beda Romano.

Ainsi, en Allemagne, les autorités publiques ont pris le parti d'enseigner aux enfants à circuler en vélo dans la ville. C'est la police qui s'en occupe. Habillés d'un gilet orange, les jeunes cyclistes suivent en file indienne un policier qui leur explique comment éviter de devenir un danger pour les autres et de subir un accident. Le cours termine avec un examen et un diplôme, qui contribue d'ailleurs à l'estime de soi des plus jeunes.

En Belgique, les municipalités apprennent aux enfants à utiliser les transports en commun et à y tenir un comportement correct. Dans la province belge de Hainaut, par exemple, les leçons se tiennent justement cette semaine, qui est aussi celle de la rentrée. De la durée de deux heures, elles sont organisées par la Société régionale wallonne du transport (via sa filiale TEC Hainaut) et prévoient une partie théorique, une partie pratique ainsi que des exercices ludiques. Les enfants apprennent à consulter les horaires et les cartes des lignes de bus, de tramway et de métro. On leur explique les comportements à adopter et leurs raisons: attendre le véhicule au bon endroit et se signaler clairement au chauffeur, demander l'arrêt à temps, ne pas manger afin… de ne pas salir son voisin en cas de coup de frein intempestif!

Trois villes françaises parmi les 25 les plus congestionnées du monde

L'objectif est clair: pallier le stress des parents, des enfants eux-mêmes, des autres voyageurs, ainsi que construire de meilleurs citoyens. Mais, surtout, réduire la circulation dans les villes. Selon la liste des 25 les plus congestionnées du monde, publiée en août par la société américaine Inrix, Bruxelles figure à la première place et Anvers à la deuxième, alors que Gand «n'est que» 12e. L'Allemagne participe au classement avec Stuttgart (17e) et Cologne (21e). En Belgique les conducteurs perdent presque 60 heures par an dans la circulation, en Allemagne 34h30.

Faudrait-il aussi éduquer les enfants français à se déplacer sans voiture ? Ce qui est sûr, c'est que dans l'Hexagone les conducteurs passent un peu plus de temps dans les bouchons qu'outre-rhin (presque 37 heures). Paris, où le nombre d'heures perdues monte à 60, figure à la 6e place des 25 villes les pires, suivie par Lyon, (20e, presque 46 heures), Bordeaux (24e, 43h30) et Grenoble (25e, 42 heures). Si cet excès de circulation routière ne dépend sans doute que partiellement de l'école, toute initiative évitant aux parents de prendre leur véhicule aurait probablement un impact sensible sur la vie des familles, voire des autres conducteurs. Sans oublier que les écoliers d'aujourd'hui sont les travailleurs de demain: les bonnes habitudes, il vaut mieux les prendre tôt.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/01/2014 à 10:02 :
En France les gens sont accro a leur caisse c’est tout. Ils prennent leur bagnole pour aller chercher le pain a la boulangerie qui est a 500 m. Comment voulez vous éduquer les jeunes avec des exemples comme ca ?
a écrit le 13/09/2013 à 9:07 :
Si les pouvoirs publics faisaient des pistes cyclables et trouvaient un moyen de garer un vélo sans se le faire voler ou dépecer, on pourrait faire du vélo en ville et à la campagne. Je fais du vélo en ville et c'est très dangereux les automobilistes n'ont pas l'habitude de faire attention donc il faut des pistes cyclables. Je travaille à 8 KM à plat de mon travail mais je me tâte pour essayer le vélo parce que la départementale que je devrais emprunter à souvent 10 à 20 cm de "bande d'arrêt d'urgence" cela veut dire à certains endroits que je devrais à 20 KM/H compter sur le civisme des automobilistes pour ne pas me faire percuter alors qu'ils sont pressés d'aller au boulot ou d'en revenir... Les routes françaises sont si étroites qu'il est souvent impossible de trouver le mètre supplémentaire pour doubler un vélo (50 cm le vélo, 50 cm d'espace). Le code de la route qui exige 1,50 entre le vélo et la voiture lors d'un dépassement a été fait pour les voies américaines...
a écrit le 04/09/2013 à 11:06 :
Le vélo OK, mais quand on habite loin c'est pas évident, et comme c'est le cas de beaucoup de français c'est difficile. Transport en commun, train bus ?? Ben quand on voit les horaires, les prix, les grèves (pas pour les bus). Si je veux aller de Abbeville à Amiens ça me coute 12 euros aller retour avec en contrainte les horaires et le déplacement dans la ville plus le surcout si je prends le bus. Faut pas s'étonner que les gens prennent leur voiture.
Réponse de le 05/09/2013 à 9:57 :
Inexact: la plupart des français habitent relativement près de l'école de leurs enfants. L'article pointe donc très justement un moyen de réduire les bouchons quand on voit que le réflexe est encore trop souvent d'amener ses enfants à l'école en voiture.
a écrit le 04/09/2013 à 9:33 :
merci pour ces exemples étrangers, qui nous rappellent que c'est possible. A Paris, la politique des maires successifs pousse à éviter le vélo si l'on est un minimum prudent, et le fonctionnement de la RATP....Pour mes enfants, la voiture c'est 15 mn en voiture, 35 en bus. Le choix est vite fait.
a écrit le 04/09/2013 à 8:43 :
incompatible avec la politique francaise de l immobilier cher. Si les parents (car jeunes) doivent habiter loin car ils ont pas les moyens d habiter plu spres, ils sont obliges de prendre leur voiture car faire 1 km a velo est une chose, en faire 5 en est une autre.
Sinon dans le cas de la RFA, il y a plein de pistes cyclables. Les enfants peuvent donc aller seul a velo sans grand risque. en france, ils doivent se melanger aux voitures ...
Mais bon nos maires preferent investir dans l equipe de foot locale (et le stade a 95 % vide) qui va avec
Réponse de le 04/09/2013 à 11:40 :
LES ENFANTS NE VOTENT PAS ;!!!!!
Réponse de le 06/09/2013 à 22:52 :
Bonjour
Juste un petit mot pour dire qu'en principe il me semble qu'en milieu urbain (y compris banlieue, je suppose qu'il en est question vu la problématique d'éloignement pour cause d'immobilier cher) l'école est rarement extrêmement éloignée du domicile (sauf choix d'une école spécifique plutôt que celle à côté), surtout en primaire du moins, peut-être pas non plus à moins d'1km (parce-que là autant y aller à pied!) mais 5 km en vélo par contre c'est assez vite fait, ça doit mettre 1/4h). Ceci dit c'est pas pour autant que c'est une solution pratique pour tous, et de toutes façons c'est une question de choix personnel aussi bien sûr chacun fait ce qu'il veut, mais c'est juste pour rebondir sur ce qui était dit ;-) après l'idée est juste de dire que c'est possible je pense (pas tout le temps et pour tout le monde, comme tout).
a écrit le 03/09/2013 à 19:03 :
Je suis curieux de savoir si les parents qui emmènent leurs enfants en voiture habitent si loin que ça, ou si c'est une facilité, voire un argument de sécurité (à l'abri dans la boîte en métal à roulettes. Ne pas oublier les ceintures !!). Ça peut parfois aussi leur permettre de partir travailler ensuite sans rentrer chez eux à pieds, donc pas facile de savoir. Certains vont bien acheter le pain en voiture, avec les warnings (ça ne sert pas à ça !!).
Réponse de le 03/09/2013 à 19:22 :
Les parents qui emmènent leurs zenfants à l'école , c'est juste les mamans qui veulent taper la frime avec la bagnole de leur mari. J'ajoute ici que les mecs y en nont marre que les meufs elles prennent leur bagnoles et l'esquintent et qu'en plus elles payent pas lés réparations. Sans blague...Mer.e !!!
a écrit le 03/09/2013 à 19:02 :
N'envoyez plus vos enfants à l'école , il y aura encore moins de bouchons. N'allez plus travailler , ce sera encore mieux.
a écrit le 03/09/2013 à 17:19 :
Je travaille sur Antony (92) et tous les matins je vois ce qu'on appelle je crois un "pedi-bus" qui me semble être une solution tres maligne et peu couteuse. Les parents emmenent leurs enfants à un horaire fixé au coin de la rue et ils sont récupérés par 1 ou plusieurs animateurs qui les accompagnent jusqu'à l'école. Pour peux que le trajet de ce pédi-bus soit correctement étudié voila une solution rafraichissante (mais qui doit surement existé depuis bien longtemps)
a écrit le 03/09/2013 à 17:07 :
On dit : "aller à vélo" et non "en vélo", car "en" renvoie à l'idée d'être dedans (dans une voiture, dans un bus), on n'est pas dans un vélo, mais dessus.
a écrit le 03/09/2013 à 16:59 :
La voiture, ou plutôt la non-voiture est un gisement énorme de pouvoir d'achat
Réponse de le 03/09/2013 à 18:49 :
faut pas trop le dire car les socialistes vont vouloir taxer ceux qui ne possèdent pas de voiture

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :