Rentrée scolaire : les parents aimeraient un coup de pouce de leurs banques

 |   |  460  mots
Pour la rentrée scolaire, les parents ont prévu de dépenser entre 415 et 495 euros par enfant, selon l'Observatoire ING Direct.
Pour la rentrée scolaire, les parents ont prévu de dépenser entre 415 et 495 euros par enfant, selon l'Observatoire ING Direct. (Crédits : AFP)
Un tiers des parents épargne tout au long de l'année, afin de financer la rentrée scolaire, selon une étude réalisée par Ipsos pour l'Observatoire ING Direct. Et ils regrettent que les banques n'offrent pas des solutions adaptées comme elles le font pour les étudiants.

Livres, cahiers, classeurs, calculatrices, etc... Ce soir, les parents des quelque 12 millions d'enfants et d'adolescents qui ont repris aujourd'hui le chemin de l'école auront une première idée des fournitures nécessaires à la réussite de l'année scolaire de leurs chères têtes blondes. Et du coût desdites fournitures... Selon une étude réalisée en juillet par l'institut Ipsos pour l'Observatoire ING Direct, et publiée fin août, les Français prévoient de dépenser pas moins de 415 euros, en moyenne, pour la rentrée des classes d'un enfant scolarisé en primaire.

A noter que ce montant ne comprend pas seulement les fournitures scolaires proprement dites, mais également le nouveau blouson de Théo ou le tout dernier jean de Léa, ainsi que les cours de judo du premier et l'école de danse de la seconde. Les besoins (et les exigences) des bambins augmentant avec l'âge, la facture de la rentrée scolaire s'élève, en moyenne, à 445 euros pour un collégien et à 495 euros pour un lycéen.

Près d'un quart des familles se disent contraintes de piocher dans leur épargne

Certes, il existe une allocation de rentrée scolaire, d'un montant de 360,47 à 393,54 euros, versée par les Caisses d'allocations familiales. Mais elle ne concerne que les familles aux revenus modestes, soit cinq millions d'enfants au total. Aussi, un tiers des parents interrogés par Ipsos avouent épargner tout au long de l'année, pour financer la rentrée scolaire de leurs enfants. Près d'un quart des familles se disent même contraintes de piocher dans leur épargne, alors qu'elles n'avaient nullement prévu de recourir à leur bas de laine.

Dans ces conditions, 44% des parents sondés par Ipsos seraient bien aises de disposer d'un coup de pouce de la part de leurs banques. Soit sous la forme de produits d'épargne adaptés aux besoins financiers de cette période de l'année, soit par le biais de services spécifiques, comme l'organisation de bourses aux livres.

Les banques voient dans les étudiants de futurs clients à brève échéance

Le hic, c'est que les banques concentrent leurs efforts sur la rentrée scolaire des... étudiants. Et elles ne lésinent pas sur les moyens. LCL commercialise ainsi une offre intitulée "Votre banque à partir de 1 euro pendant un an", qui promet aux jeunes une carte bancaire à 1 euro, une assurance de leurs moyens de paiement à 1 euro encore, et une assurance-habitation à 1 euro toujours. Dans la même veine, la Banque Populaire propose "L'essentiel de la banque pour 1 euro par mois, pendant toutes vos études." Il faut dire que les étudiants sont de futurs clients potentiels pour les banques. Les écoliers aussi, mais à plus longue échéance...

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/09/2013 à 12:28 :
Halte a l assistanat!!! Et pourquoi ne pas demander a son banquier de faire la lessive en plus! Les produits d épargne existent mais il est vrai que si on épargne on ne peut pas s acheter le dernier modèle de téléviseur .....
a écrit le 04/09/2013 à 10:36 :
Les médias devraient arrêter un peu de relayer les doléances permanentes d'assistanat dans ce pays.. Il s'agit vraiment d'une exception française, pourquoi serai ce à l'état (les banques ou qui sais je encore) de prendre en charge les coûts inhérents à la parentalité. Ca reste un choix que je sache, les gamins on les fait on les assume... cette mentalité vraiment..
a écrit le 03/09/2013 à 19:31 :
l'achat d'un nouvel iphone, ainsi qu'une paire de church ou de nike toute neuve est devenu absolument indispensable, alors forcement, le budget...
a écrit le 03/09/2013 à 17:18 :
Autrement dit : vivre de longue à crédit......
a écrit le 03/09/2013 à 17:00 :
Mon neveu vient de rentrer en 4éme, sans se priver le montant des achats de sa liste se monte à 100 euros, sans se priver, je me répète....pour 380 euros de prime de rentrer.....Je crois qu'il y en a marre de cette clique famili-familo toujours en train de se plaindre du coût de leurs enfants.....Et qui va me garder mes enfants, et qui va payer la cantine et qui va etc, etc, etc...Ben vous ?..
Réponse de le 03/09/2013 à 18:44 :
parce que vous croyez vraiment que tous les "amants des mères", leur financent les trains de vie..... à notre époque?? faut s'accrocher ! mon cher....
Réponse de le 03/09/2013 à 19:35 :
attendez lachcor, il faut acheter un nouvel iphone, ainsi qu'une tablette galaxy 3, et je ne parle meme pas de l'ordi ( oui, meme s'ils ne programment pas); pire, quand ils approchent de la terminale, s'ils ont 18 ans, il faut acheter une voiture, ce qui necessiterait ( <- ca veut dire que les eleves sont des necessiteux, comme on dit) une prime bien plus importante, surtout si on veut acheter une bm !
a écrit le 03/09/2013 à 16:56 :
Le père Noel c'est dans la nuit du 24 au 25 décembre. Il suffit juste de décaler la rentrée des classes
a écrit le 03/09/2013 à 16:56 :
Les banques ne prêtent qu'aux riches.. ! autre chose, il y a bien une aide à la rentrée, non? faut dire aussi qu'à certains, il leur en faut de plus/plus! ! eh! pour la rentrée, faur aussi les écrans plats, les habits neufs, pas qu'aux enfants de toute façon...on n'en sortira PAS !!
Réponse de le 04/09/2013 à 9:09 :
les banques ne prêtent qu'aux riches..? c'est peut être le cas du crédit immobilier (et encore le terme "riche" est un peu fort puisqu' 1 français sur 2 est propriétaire) mais sûrement pas du prêt personnel qui est sollicité quasi exclusivement par les "non-riches" ! Depuis début 2013 et arrêté à fin mai, les Français ont emprunté 14,2 milliards d'euros sous la forme de crédits à la consommation...
a écrit le 03/09/2013 à 16:35 :
Les alloc,les banques et puis quoi le pmu peut etre.Aux assistés les mains pleines.
a écrit le 03/09/2013 à 16:29 :
Euh et puis quoi encore: Caf, Prime de rentree scolaire, part fiscale..... et en plus ils veulent que leur banque "subventionne" les achats de rentree..... Quand on fait des momes on les assumes ou on en fait pas!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :