La droite allemande promet des cadeaux fiscaux... mais prépare l'austérité budgétaire

 |   |  691  mots
(Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
CDU et FDP ont fait beaucoup de promesses fiscales. Un document interne au ministère de l’Économie montre qu'elles ne sont guère compatibles avec les objectifs budgétaires de la coalition au pouvoir.

La classe politique allemande a souvent bonne réputation à l'étranger. Mais elle n'est pourtant pas à l'abri de certains dérapages. Dans le cadre de la campagne électorale en vue des élections au Bundestag du 22 septembre prochain, l'Union CDU/CSU d'Angela Merkel et son partenaire libéral, le FDP, sont fiers de présenter leurs succès sur le plan budgétaire. Outre le retour à l'équilibre des administrations publiques (qui ont dégagé un excédent de 0,2 % du PIB en 2012), la coalition au pouvoir depuis 2009 affiche également l'ambition de réduire en 2014 de 25,1 milliards d'euros à 6,2 milliards d'euros le déficit du budget de l'Etat fédéral (qui compte environ pour la moitié des dépenses globales). En 2015, le plan budgétaire du gouvernement actuel envisage même le retour à l'équilibre de ce budget fédéral. Ce serait la première fois depuis 2001.

 L'argument électoral des finances saines

Les deux partis au pouvoir ne se privent pas de se vanter de ce bilan et de ces ambitions dans leurs campagnes électorales. Dans sa réclame télévisuelle diffusée actuellement sur les ondes, le patron des députés FDP Rainer Brüderle résume ainsi le choix des électeurs  entre les « faiseurs de dettes » de la gauche et les « finances solides » assurées par la coalition « jaune et noire. » L'ennui, c'est que les programmes des deux partis sont particulièrement généreux et bien peu compatibles avec cette rhétorique.

Un déficit plus que doublé en 2014

Ainsi, le quotidien de Düsseldorf Rheinische Post a rendu public ce jeudi matin un document interne au ministère fédéral de l'Économie (tenu précisément par le président du FDP Philipp Rösler) qui indique que l'application stricte des promesses électorales entraînerait un déficit fédéral de 14 milliards d'euros au lieu des 6,2 milliards d'euros prévus. Certes, il n'y a pas là de drame dans la mesure où le déficit de l'État fédéral restera encore inférieur de plus de 10 milliards d'euros à celui enregistré cette année. Mais enfin, ceci ne semble pas entièrement en cohérence avec les propos de campagne des deux partis, car il faudra sans doute, dans ces conditions, abandonner l'objectif d'équilibre en 2015.

Multiples promesses

Il est vrai que, tant le FDP que la CDU et la CSU n'ont pas manqué, comme en 2009, de multiplier les promesses fiscales. La CDU entend ainsi augmenter la déduction fiscale par enfant de plus de 1.000 euros, ce qui coûtera 1,2 milliards d'euros annuels de recettes au budget fédéral, tandis que le FDP entend réduire la progressivité de l'impôt (coût estimé : 2,4 milliards d'euros par an) et réduire progressivement le supplément de solidarité  (le « Soli ») créé après la réunification et qui frappe de 5,5 % supplémentaire la plupart des impôts pour un coût annuel de 6 milliards d'euros. Si l'on ajoute à cela le programme d'infrastructure de 1,5 milliards d'euros promis par la CDU et l'égalisation des retraites entre l'ouest et l'est, on peut arriver à la même conclusion que le document révélé par le Rheinische Post : « la poursuite d'une politique de consolidation budgétaire est peu ou pas compatible avec la réalisation de ces promesses, à moins de réaliser des économies substantielles dans d'autres domaines. »

L'exemple de 2009

Que l'on se rassure néanmoins. En 2009, les deux partis vainqueurs des élections avec promis des baisses d'impôts considérables : le FDP avait atteint le plus haut score de son histoire à près de 15 % des voix en affichant un objectif de réduction de 50 milliards d'euros. Lors du « contrat de coalition » conclu entre la CDU, la CSU et le FDP après la victoire, on prévoyait encore une baisse d'impôt de 25 milliards d'euros. Autant de promesses qui n'ont jamais vu le jour puisque, en mai 2010, la chancelière avait repoussé sine die les cadeaux fiscaux, faisant de la consolidation budgétaire sa priorité. Autrement dit : ces belles promesses de campagne ne seront pas - loin de là - toutes mises en œuvre.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 06/09/2013 à 13:10 :
"France à vendre".
Réponse de le 06/09/2013 à 14:58 :
L'Allemagne va pouvoir faire une offre ... En foutant tout le système en l'air, les énarcotechnocrates et les profs à la porte, c'est une bonne affaire pour un euro. (pas plus avec les dettes)...!
a écrit le 06/09/2013 à 9:23 :
Déjà , il serait urgent d'instaurer 2 zones euro. Une première zone avec les pays nordiques autour de l'Allemagne. Et une seconde avec la france , l'Espagne , l'Italie , le Maghreb.
Réponse de le 06/09/2013 à 9:38 :
Non Louis, la France devrait figurer en 3ème et dernière zone avec la Grèce.
Réponse de le 06/09/2013 à 10:20 :
Bon sang mais c'est bien sûr , la Grèce...!!! Mille pardons...;-)
a écrit le 06/09/2013 à 9:10 :
Pourquoi "mais" ? Il faut baisser les dépenses si l'on veut baisser les impôts, ce que l'on refuse de comprendre en France, sous prétexte qu'il peut y avoir des décalages conjoncturels (mais dans les deux sens).
a écrit le 05/09/2013 à 23:06 :
Oui il est urgent d'instaurer une austerite budgetaire pour pouvoir baisser les impots,ras le bol des impots.
a écrit le 05/09/2013 à 19:39 :
le pb de l'allemagne, c'est que les gens aient un boulot, le pb de la france, c'est que les gens puissent bien vivre sans travailler... forcement il y a des pbs de comprehension
a écrit le 05/09/2013 à 16:19 :
La droite allemande fait tout pour favoriser une classe bourgeoise riche et aisée, au détriment du peuple qu'elle affame. Notre Très Cher Leader Kim Jong Hollande a déjà prévenu : il fera tout pour lutter contre l'impérialisme et le capitalisme allemand exploiteur du peuple !
Réponse de le 05/09/2013 à 17:05 :
La droite allemande est dans son rôle, le petit peuple n'est pas sa préoccupation.
Réponse de le 05/09/2013 à 22:37 :
@ Mécatroid. Bizarre , depuis que je vis et travaille en Allemagne , mon salaire à fait X2. Et je ne suis même pas cadre.
a écrit le 05/09/2013 à 15:50 :
Il n'y a ni droite ni gauche en Allemagne pas plus qu'ailleurs mais des ambitions personnelles qui s'emparent de ce ouistiti "des politiques différentes" pour s'emparer du pouvoir. La même économie sera poursuivie. L4allemagne comme prévu recevra le coup de gourdin européen. Rien de nouveau en somme.
Réponse de le 05/09/2013 à 19:44 :
je vois pas ce que vous voulez dire par coup de gourdin europeen... je pense que vous connaissez tres mal les allemands... au passage si on leur casse trop les noix et qu'ils quittent l'europe, vu les remoults economiques dans les pays peripheriques ( si vous voyez a quel pays je pense en particulier!!!) , une 3 eme guere mondiale est tt a ft envisageable... l'allemagne reste le seul socle de stabilite en europe...ils vont faire les cheques indispensables, pour le financement des retraites des francais a 50 ans via l'europe il faudra attendre tres longtemps...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :