Les socialistes pourraient redevenir le premier groupe au parlement européen

 |   |  951  mots
Les Socialistes seraient à nouveau le premier groupe au parlement européen
Les Socialistes seraient à nouveau le premier groupe au parlement européen (Crédits : Reuters)
Un sondage a réalisé des projections concernant les groupes au prochain parlement européen. Le centre-droit s'effondrerait et les Eurosceptiques atteindraient près de 30 % des élus.

Selon une enquête réalisée pour PollWatch d'après un modèle développé par des professeurs du Trinity College de Dublin et de la London School of Economics, le centre-gauche pourrait être le premier groupe politique du prochain parlement européen. Ce sondage, réalisé selon une méthode qui, en 2009, avait permis de prédire 98 % de la répartition par siège, estime que le groupe Socialistes & Démocrates (S&D) pourrait disposer en mai prochain de 221 sièges, soit 29,4 % des votes au parlement, contre 202 voix au parti populaire européen de centre-droit, son principal « rival. »

France et Allemagne assurent la remontée des Sociaux-démocrates

Le centre-gauche obtiendrait 8 députés de plus dans un parlement qui en comptera 15 de moins. Une bonne performance qui tient en réalité plus de la stabilisation que de la progression. En revanche, le centre-droit connaîtrait une sévère défaite avec 72 députés de moins, soit un poids dans le parlement en recul de neuf points de pourcentage (de 35,8 % à 26,9 %).

Aussi étrange que cela puisse paraître, c'est la France et l'Allemagne qui devrait être les socles de la progression des Sociaux-démocrates. Ces deux pays devraient apporter 12 sièges de plus au groupe S&D (5 pour le PS et 7 pour la SPD) en raison principalement de la très mauvaise performance des socialistes dans ces deux pays en 2009. Voici cinq ans, la SPD n'avait obtenu que 20,8 % des voix, son plus mauvais résultat pour un scrutin national depuis 1949, tandis que le PS n'avait obtenu que 16,5 %. Il y aurait cette année une forme de « rattrapage. »

Italie et France plombent le PPE

En revanche, les partis de centre-droit qui avaient réalisé de bonnes performances en 2009 accusent le coup. Il y a à cela plusieurs raisons. La première, c'est l'usure du pouvoir en Espagne (- 5 sièges) ou en Pologne (-12 sièges). C'est aussi les difficultés internes du camp conservateur en France (-10 sièges) ou encore en Italie (-14 sièges). Quant au cas de la CDU/CSU en Allemagne qui, selon l'étude, perdrait 7 sièges alors qu'elle devrait légèrement progresser dans les sondages, ce recul s'expliquerait à la fois par le nouveau mode de scrutin qui place la limite pour participer au partage des sièges à 3 % des voix (au lieu de 5 %) et par les trois sièges en moins accordés à l'Allemagne cette année (96 au lieu de 99).

Recul des groupes qui forgent les compromis

Reste que, au final, les deux grands groupes sont encore très loin de pouvoir obtenir la majorité absolue nécessaire à « élire » le président de la Commission (376 voix). Il faudra donc bâtir un compromis sur le président de la Commission. On notera cependant que la majorité des quatre grands groupes qui forgent habituellement les compromis (S&D, PPE, libéraux de l'ALDE et Verts) serait bien moindre et passerait de 79,8 % des sièges à 70,7 %.

Progression de la gauche communiste

Si donc il n'y aura pas de « majorité » pour les partis eurosceptiques, il y aura bien une montée de cette tendance. Mais sous des formes bien diverses. Le groupe communiste de la GUE (Gauche unitaire européenne) pourrait ainsi passer de 35 à 56 membres et peser pour 7,5 % du futur parlement, en grande partie en raison de la poussée de Syriza et du Parti communiste (KKE) en Grèce et d'Izquierda Unida en Espagne, mais aussi du Front de gauche français (qui en 2009 n'avait obtenu que 6 % des voix) : ces trois pays apporteraient 14 députés européens de plus au groupe GUE.

La montée des Eurosceptiques de droite

De l'autre côté de l'échiquier politique, le groupe EFD (Europe des Libertés et de la Démocratie) qui regroupe, entre autres, le parti eurosceptique britannique UKIP et la Ligue du Nord italienne ne devrait pas progresser (30 sièges au lieu de 32) puisque si le UKIP a le vent en poupe au Royaume-Uni et pourrait doubler le nombre de ses députés européens, la Ligue du Nord pourrait voir sa représentation divisée par deux.

Les "non inscrits" tripleraient leur score

Les grands vainqueurs se seront donc les « non-inscrits » qui passeraient de 31 à 92, soit trois fois plus. Parmi ces « non-inscrits », le principal contingent viendra de France où le FN pourrait compter sur 22 élus au lieu de 3, mais aussi de nouveaux venus en provenance d'Italie avec le « Mouvement 5 Etoiles » de Beppe Grillo (24 élus), d'Allemagne avec le parti eurosceptique Alternative für Deutschland (7 élus). On y trouvera aussi des partis fédéralistes comme l'UPyD espagnol qui pourrait disposer de 5 élus ou des partis néo-nazis franchement infréquentables comme les Hongrois de Jobbik (3 députés, comme en 2009) ou les Grecs d'Aube Dorée (3 élus). Tous ces partis ont en réalité peu de choses en commun et ne devraient pas pouvoir constituer un groupe. D'autant que pour former un groupe, il faut non seulement 25 députés, mais aussi des députés provenant de 7 pays différents de l'UE.

Pas de changement dans les faits ?

Le poids de ces partis ne sera donc pas en mesure de peser sur la capacité législative du parlement européen qui, on l'a vu, bénéficiera encore d'une solide majorité europhile. Mais ils pourraient apporter un ton différent au sein du parlement. A Bruxelles, on se montre cependant assez serein. « Ces partis participent en fait assez peu à la vie du parlement, parce qu'ils sont précisément opposés à l'UE comme système », indique un responsable de la communication du parlement. Autrement dit, malgré cette montée du vote de protestation, tout devrait au parlement continuer comme maintenant…

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/02/2014 à 19:38 :
"Selon une enquête réalisée pour PollWatch d'après un modèle développé par des professeurs du Trinity College de Dublin et de la London School of Economics".

Je ne sais pas pour la Trinity College de Dublin, mais la LSE à Londres est un nid de la gauche caviar british. Personellement, je prends ces résultats avec des pincettes.
a écrit le 21/02/2014 à 15:09 :
TOUT SAUF LE FN .BRAVO LE SYSTEME DOIT ETRE CONTENT DE BIEN AVOIR FORMATE VOTRE ESPRIT .QUE CONNAISSEZ VOUS DU FN A PART LA DESINFORMATION MEDIATIQUE HABITUELLE?L EUROPE DE BRUXELLES OPPRIME
LES HOMMES PAR LE POLITIQUEMENT CORRECT ET LE DUMPING SOCIAL ET LES ANIMAUX DANS DES ELEVAGES CONCENTRATIONNAIRES.SURTOUT NE CHANGEONS RIEN.
a écrit le 21/02/2014 à 12:41 :
Un article méthode Coué ? Il semblerai que les Européens en ont marre de cette crise, quand même propre à notre continent (les US en sont sorti) et ils vont donc sanctionner ceux qui n'ont pas su y mettre fin. Aujourd'hui vous pouvez sauver l'Europe, ou l'Euro, faudra choisir. J'ai toujours voté a Gauche, mais la coupe est pleine, je crains qu'il n'y ai qu'un vote possible pour faire tomber ce système, complètement aveuglé par la 'construction' Européen qui en fait monte les peuples les un contre les autres. Je ne veux pas d'une Europe ou les Grecs haïssent les Allemands, STOP.
Réponse de le 21/02/2014 à 13:26 :
Oui tout sauf le FN
Réponse de le 21/02/2014 à 15:03 :
@Gaston

Gaston, c'est la droite qu dirige en Europe, c'est une politique de droite qui a été imposée à tous.

C'est l'échec de la droite européenne que vous avez sous les yeux.
Réponse de le 21/02/2014 à 15:27 :
Tout sauf l'umps
Réponse de le 21/02/2014 à 18:58 :
Vous voulez dire tout sauf l'UMP ou le PS, qui ont bafoué le NON du référendum de 2005? Ceci inclus donc le FN...
Réponse de le 21/02/2014 à 19:04 :
Là où on en est, le PS = la Droite. Le NON au référendum de 2005 ne serait jamais passé en Traité de Lisbonne si le PS avait respecté ce vote démocratique. Et FH n'a pas non plus renégocié quoi que ce soit au lendemain de son élection de 2012 alors qu'il a été élu sur ces promesses. Je suis modéré, mais là il ne reste que les extrêmes, et pour ne plus perdre de temps, quel est plus populaire des Extrêmes?
a écrit le 21/02/2014 à 7:15 :
Tout cela finira mal. L'avenir, ce sont les Petits Pays et non les blocs bureaucratiques de libertins paresseux qui créent des enfers fiscaux...
Réponse de le 21/02/2014 à 9:35 :
j'adore votre pseudo foi et liberté comme si c'était compatible, les exemples pullulent dans l'histoire et aujourd hui...En même temps vu la teneur de votre commentaire, je doute de vos capacités d'analyse mais vous avez peut être entendu parler de Chypre, de l'Irelande ou de l'Islande, non?
a écrit le 20/02/2014 à 20:48 :
On comprend mieux pourquoi la Suisse ne veut r ien a faire avec l'europe.Socialo = pauvrete e t depression.
Réponse de le 20/02/2014 à 21:41 :
lemans tu n es qu un lamentable idiot...
Réponse de le 21/02/2014 à 7:17 :
Pas si sur David3232. L'avenir nous dira. Pour ma part je suis sorti de cet enfers européen et je m'en sors très bien!... Bon courage les cocos!
Réponse de le 21/02/2014 à 9:23 :
Ni la Suisse ni la Norvège, pays aux économies florissantes, ne veulent pas de l'Europe, allez savoir pourquoi!
Réponse de le 24/02/2014 à 19:17 :
Si tu avais inventé l'eau chaude ça se saurait.
a écrit le 20/02/2014 à 20:48 :
On comprend mieux pourquoi la Suisse ne veut r ien a faire avec l'europe.Socialo = pauvrete e t depression.
Réponse de le 21/02/2014 à 13:23 :
Pour infos la Suisse coopère plus avec les socialistes qu'avec d'autres.
a écrit le 20/02/2014 à 17:46 :
La droite et les socialistes unis pour la meme politique ultra liberale mais contrairement a ce que dit l'article il y aura bien plus de 30% d'opposants plutot 50%
a écrit le 20/02/2014 à 17:46 :
La droite et les socialistes unis pour la meme politique ultra liberale mais contrairement a ce que dit l'article il y aura bien plus de 30% d'opposants plutot 50%
a écrit le 20/02/2014 à 17:35 :
Franchement, vous pensez réellement que le PS fera mieux que 16.5% ?
Sachant qu’en plus dernière, EELV avait réalisé 12% qu’ils seront très très loin de rééditer.

On annonce l’UMP à 22% et le FN à 20% en France. Dans ce cas, l’UMP ne bougera pas excessivement en termes d’élu. Par contre, le FN en tant que seconde formation, aura à peu près autant d’élu que ce qu’avait le PS + les députés que vont perdre l’UMP.

Et si le front de gauche fait un bon score, il n’est pas impossible que le PS ait un record historiquement sous les 15%.
Réponse de le 20/02/2014 à 20:30 :
@testatio: si tes pourcentages étaient les résultats du 1er tour, on aurait au 2e tour UMP/FN. Tu crois que cela se terminerait comment ? Et crois-tu que les Français veulent plus l'UMP que le FN ou le PS ? C'est le système qu'il faut changer pour qu'un quidam ne se targue pas d'une légitimité qu'il n'a pas quand on regarde les résultats du 1er tour :-)
a écrit le 20/02/2014 à 17:29 :
conduite dans l'avenir comme l'est la France aujourd'hui, vous pourrez faire de trés beaux articles
a écrit le 20/02/2014 à 17:07 :
avec le socialisme le peuple est en danger de mort en cas de mecontement dans la rue
a écrit le 20/02/2014 à 16:57 :
Je vais conserver précieusement votre article jusqu'aux résultats des prochaines élections européennes, et nous verrons ainsi si ce modèle de sondage résiste effectivement ou bien s'il s'agissait tout simplement d'une intox façon "concours de beauté" de Keynes. En tous cas, merci d'avoir ça par écrit.
Réponse de le 20/02/2014 à 17:53 :
Entièrement d'accord avec vous, le lavage des cerveaux est permanent, mais la lessive n'est plus la bonne.
Réponse de le 21/02/2014 à 10:32 :
Excellent

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :