Zone euro : "La pression fiscale sur le travail est probablement trop élevée" (Eurogroupe)

 |   |  258  mots
Nous avons besoin d'une croissance plus forte pour récupérer des emplois, a fait valoir Jeroen Dijsselbloem. (Photo : Reuters)
"Nous avons besoin d'une croissance plus forte pour récupérer des emplois", a fait valoir Jeroen Dijsselbloem. (Photo : Reuters) (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Jeroen Dijsselbloem estime que tous les efforts de l'Union européenne doivent se porter sur la création d'emplois et sur la mise en place de conditions favorables à une croissance durable.

"La pression fiscale sur le travail dans la zone euro est élevée, probablement trop élevée. Dans la plupart des pays de la zone euro, cette pression est supérieure à la moyenne de l'OCDE", a déclaré mardi le président de l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem en marge du forum sur la politique monétaire organisé par la Banque centrale européenne (BCE) à Sintra, près de Lisbonne.

À l'issue des élections européennes de dimanche dernier, celui qui est également ministre des Finances néerlandais était plus convaincu que jamais de la nécessité pour l'Union européenne de porter tous ses efforts sur la création d'emplois.

Accélérer la reprise

Il a ajouté que l'UE devait également s'attacher à créer les conditions favorables à une croissance durable. Selon lui, les charges pesant sur le travail sont un frein à la croissance, estimant également que, le cas échéant, les baisses d'impôts devaient être coordonnées en Europe.

"Les élections n'ont fait que renforcer mon sentiment que nous devons nous concentrer sur la création d'emplois."

"La confiance est de retour dans la zone euro et la croissance est revenue dans presque tous les pays. Mais nous avons besoin d'une croissance plus forte pour récupérer des emplois", a fait valoir Jeroen Dijsselbloem.

La croissance avait déçu au premier trimestre dans la zone euro, avec un produit intérieur brut (PIB) en hausse de seulement 0,2%, alors que les analystes tablaient sur une croissance de 0,4%.

>> ANALYSE : La BCE agira en juin, mais a minima

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 28/05/2014 à 17:07 :
Y a qu'a réformer l'Europe pourquoi paye t'on autant de parlementaire européen pour si peu de résultats? Et je suis gentil en employant "peu" !
a écrit le 27/05/2014 à 17:48 :
pour faire baisser les charges sur le travail, il faut d'abord diminuer sérieusement les prestations chômage. comment ne pas comprendre que ce qui pèse le plus sur le travail est la prestation chômage.Continuer à imposer honteusement ceux qui bossent pour trop distribuer souvent sans impôts à ceux qui ne bossent pas est le comble du comble
Réponse de le 27/05/2014 à 23:09 :
Le chômage comme la retraite est lié à la production (c'est du salaire différé)...par contre ces 2 charges pourraient être déportées vers la TVA puisqu'un coût de production charge les prix
a écrit le 27/05/2014 à 17:01 :
et ce monsieur propose quoi pour baisser les taxes sur le travail ? supprimer des postes a l UE ? mettre a la diete les retraités (suicidaire electoralement) ? reduire les prestations sociales (mais lesquelles ?) ou les depenses de santes (qui va avoir le courage de ne plus rembourser les cures ?) ...
Réponse de le 27/05/2014 à 23:13 :
Réponses : la TVA pour la retraite et le chômage, une flat tax sur le patrimoine, une CSG redistribuée pour baisser le coût du travail faiblement qualifié (ici baisser les charges ne suffit pas)
a écrit le 27/05/2014 à 15:38 :
L'européen coûte plus chers que le chinois qui coûte lui même plus chers que le taiwanais... Voilà des constats sur la pression fiscale fort instructif.

Quelles solutions sont préconisées exactement ? Faire vivre des gens avec un salaire chinois et des prix à la consommation bien européenne ? On va aller loin comme ça.
Réponse de le 27/05/2014 à 23:17 :
Oui et subventionner la différence par une allocation universelle financée par l'impôt direct...car si l'état est endetté et les entreprises appauvries, il reste que les personnes physiques dont le revenu est supérieur à la moyenne et qui ont plus d'épargne que dans d'autres pays elles vont très bien...
a écrit le 27/05/2014 à 15:21 :
Tout est dans le "probablement".Ces fonctionnaires européens sont un peu comme des ethnologues,qui observent les travailleurs dans un bocal.Pour eux le travail est une chose étrange,ils essayent de comprendre pourquoi cela fonctionne dans certains cas et moins dans d'autres.Ils ont le temps de mener leurs recherches ils sont fonctionnarisés
a écrit le 27/05/2014 à 14:50 :
Allez répétez après moi :
- "Nous avons besoin d'une croissance plus forte pour récupérer des emplois" ...

C'est devenu un dogme.

Il y a aussi :
- "un air saturé en vapeur d'eau est humide"

Pourtant ... Pour qu'il y ait des emplois, il faut la *volonté* d'en créer. C'est tout.
La volonté, c'est visible par les actes.
On voit donc, qu'ils ne veulent pas créer d'emploi. point barre.

Pourquoi? parce que cela les arrange de mettre tout le monde dans la soumission.
Ne pas le voir, c'est être aveugle. L'argent n'est pas la cause, ni le moyen.
Si la volonté de partager existe, le travail devient pléthorique.

Personne ne veut partager? Et bien .. la conséquence c'est qu'on partage _quand même_ les problèmes.

A l'origine d'une action, il y a une volonté, rien d'autre.
a écrit le 27/05/2014 à 14:46 :
je crois réver : faut il faire des grandes études pour penser cela ?

Pas d'emploi, pas de consommation , plus de délinquance certainement .... plus de chômeurs à rémunérer !
Par contre pour en faire profiter qui les européens ? désolé de poser la question mais des fois j'ai des doutes !!!
a écrit le 27/05/2014 à 14:21 :
La croissance est de retour dit-il. Il faudrait qu'il s'achète des lunettes. Les Pays-Bas, ont connu la récession en 2012 et 2013 et la "croissance" était de -1.4% au premier trimestre 2014. C'est ça la reprise, -1.4% ?
a écrit le 27/05/2014 à 14:18 :
La croissance... bla bla bla.. est là .. bla bla.. mais nous avons besoin de plus pour embaucher.. bla bla... donnez nous *maintenant* vos sous... bla bla bla.. et on embauchera (*plus tard* , un jour, peut-être, si on n'a vraiment pas le choix).
Promis cette fois, c'est juré vous pouvez me croire!
Je mens depuis.. toujours.. !
Qui suis - je ?
Réponse de le 27/05/2014 à 23:09 :
bof, on peut aller travailler gratuitement, ainsi plus de coût du travail, et les patrons seront ENFIN contents, c'est pas génial, ça?! quoique...pour nous avoir permis de travailler gratuitement, ils attendent peut-être qu'on leur file en plus une prime! ...qui sait ?
Réponse de le 28/05/2014 à 10:30 :
La différences entre "travailler gratuitement" et ce qu'il me reste pour vivre n'est plus si grande quand je compare ça à mon cout salarial ...

...
a écrit le 27/05/2014 à 14:14 :
Jeroen Dijsselbloem doit donner l'exemple et baisser son salaire pour faire baisser les impots.
a écrit le 27/05/2014 à 14:13 :
c'est l'euro surtout qui est trop élevé. il doit baisser pour relancer les économies européennes.
Réponse de le 27/05/2014 à 23:21 :
Inutile ; avec la TVA sociale et l'impôt négatif pas besoin de dévaluer
a écrit le 27/05/2014 à 14:07 :
Qui est ce monsieur? Par qui a t il été élu? Qui représente t il?
Réponse de le 27/05/2014 à 14:16 :
ça me fait penser au réferendum de 2005 sur le traité de lisbonne !
Réponse de le 27/05/2014 à 23:10 :
ils s'élisent entre eux ! pas besoin de nous !
a écrit le 27/05/2014 à 13:46 :
C'est clair : en Chine, ils n'ont pas de retraite, assurance santé, scolarité gratuite, et ils s'en sortent "mieux"...
Réponse de le 27/05/2014 à 20:13 :
Il faut voir d'où ils viennent !
Au XVIIIe siècle, la Chine était l'un des pays les plus riches du monde.
Puis il y a eu la révolution industrielle. Le Japon a suivi le mouvement, la Chine a refusé de s'adapter.
Résultat : Déclassement, crises économiques, guerres civiles, guerres étrangères, dictature communiste...
Après 80 années terribles, la Chine est en train de recoller au peloton de tête.
Est-ce ce qui nous attend avec notre refus de toute adaptation ?
a écrit le 27/05/2014 à 13:39 :
Trop de taxes sur le travail tue le travail.
a écrit le 27/05/2014 à 13:38 :
C'est une évidence, mais personne le croit. Il faut harmoniser les fiscalités de la zone euro. Et basculer la fiscalité du travail sur la fiscalité énergétique.
Réponse de le 27/05/2014 à 23:24 :
Il ne faut surtout pas harmoniser. Le système socialo fiscal est la seule respiration (ou potentiomètre) qu'il reste à une économie souveraine dans une zone monétaire

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :