Commission européenne : retour aux vieilles recettes pour choisir le président

Avant le scrutin, il était dit que, selon la logique démocratique, le leader du parti arrivé en tête serait automatiquement désigné comme président de l'exécutif européen, en l’occurrence Jean-Claude Juncker. Finalement, ce sont les chefs d’États et de gouvernements qui vont en décider. Voici comment.

7 mn

C'est Angela Merkel qui décidera si Jean-Claude Juncker présidera ou pas la commission européenne.
C'est Angela Merkel qui décidera si Jean-Claude Juncker présidera ou pas la commission européenne. (Crédits : Reuters)

Le Conseil européen a donc décidé de botter en touche et d'apporter un démenti cinglant à toute la propagande électorale des « Spitzenkendidaten » (terme allemand adopté à Bruxelles pour désigner les candidats désignés par les partis européens) et à celle du parlement européen. Non, l'UE n'est pas une démocratie parlementaire et le candidat arrivé en tête n'est pas automatiquement celui qui sera soumis aux votes du nouveau parlement pour devenir président de la Commission européenne. Mardi soir, les chefs d'Etats et de gouvernements ont donc décidé de prendre leur temps et ont confié à Herman van Rompuy, le président du Conseil européen, le soin de « trouver des candidats. »

Pied de nez aux électeurs

C'est un joli pied de nez au slogan officiel de ces élections européennes 2014 : « Cette fois, c'est différent ! » Car en demandant au responsable belge amateur de haïkus de « trouver » des candidats, le Conseil rejette d'un revers de main les six candidats qui ont été mis à leur disposition par les partis européens, et, donc, du moins en théorie, par les électeurs. C'est donc affirmer sa puissance et son pouvoir suprême et rappeler que la nécessité nouvelle d'obtenir la majorité absolue des députés pour le président de la Commission ne change rien à ce fait. Car les monarques de jadis le savaient bien : faire attendre dans une antichambre, c'est faire sentir à celui qui attend toute l'étendue de son pouvoir. Bref, c'est bien le Conseil qui décide.

La force institutionnelle du Conseil

Le traité de Lisbonne dont on a tant vanté les vertus durant cette campagne confirme du reste cette puissance. Non seulement le parlement ne peut choisir lui-même un candidat à la présidence de la Commission, qui doit lui être soumis par le Conseil, mais c'est aussi le Conseil qui, ensuite, doit désigner avec le président de la Commission les commissaires, lesquels ne seront que validés en bloc par le parlement. Autrement dit, les chefs d'États et de gouvernements doivent trouver un président de la Commission qui soit assez docile pour sanctionner leurs choix de commissaires. La meilleure façon d'en obtenir un, c'est de faire en sorte que sa nomination ne dépende pas du parlement, mais bien du conseil. Bref, on le voit, le ver était dans le fruit et la « démocratie européenne » était déjà agonisante dans ses langes. Mais le Conseil est-il vraiment à blâmer ?

Jean-Claude Juncker, perdant du scrutin

Rien n'est simple en effet. En toute logique purement parlementaire, Jean-Claude Juncker devrait être le prochain président de la Commission. Mais nul ne peut dire qu'il a existé un mouvement populaire de fond en faveur de Jean-Claude Juncker. Terne, faible, ennuyeux, l'ancien Premier ministre luxembourgeois incarne l'Europe d'hier, celle que les électeurs ont assez massivement repoussé dimanche (car il n'y a pas que les Eurosceptiques qui ont rejeté le fonctionnement traditionnel de l'UE). Il a aussi subi un revers notable, faisant perdre 61 sièges au PPE, alors que, voici cinq ans, le candidat implicite de ce parti était le bien peu populaire José Manuel Barroso ! Enfin, Jean-Claude Juncker est le candidat de la stratégie Merkel et de l'austérité. C'est le candidat de ce qui a perdu dans les urnes le 25 mai. Sa candidature est donc assez peu légitime malgré son avance en sièges. Certains leaders conservateurs qui ont "gagné" dimanche (en Hongrie ou en Finlande) soulignent ce fait.

La défaite de tous les Spitzenkandidaten

L'ennui, c'est qu'aucun des autres Spitzenkandidaten n'est capable d'incarner une alternative. Tous ont perdu des plumes dans cette élection. Martin Schulz n'a pas été capable de mobiliser contre le candidat PPE sur son nom. Les Sociaux-démocrates ont, eux aussi, subi le revers de l'austérité. Même Guy Verhofstadt, le candidat des Libéraux et des centristes, qui était un recours possible, a subi une défaite puisque le nombre d'élus de son groupe ALDE est en net recul. Même constat pour les Verts. Et le grec Alexis Tsipras, qui n'était pas vraiment une option, doit lui-même reconnaître que, malgré sa victoire en Grèce, son groupe parlementaire reste très faible et sa « victoire » (c'est le seul groupe à progresser en nombre d'élus) bien réduite. Bref, ces élections européennes ont consacré le rejet de tous les Spitzenkandidaten. C'est le désaveu par les urnes du système mis en place par le traité de Lisbonne. Rien de plus logique donc que le Conseil ne reprenne la main en tentant de « trouver » un candidat qui ne sera pas entaché par cette défaite.

Révolte parlementaire ?

Mais les Spitzenkandidaten se sont trop avancés durant la campagne pour accepter le fait accompli. Qu'on se souvienne du débat du 15 mai où tous, sans exception, avaient juré qu'ils ne laisseraient pas le Conseil passer outre le choix des électeurs. « Le parlement n'acceptera pas d'élire un autre candidat que l'un d'entre nous », avait proclamé Martin Schulz. Mardi, les groupes socialistes et conservateurs ont donc logiquement demandé que Jean-Claude Juncker, le candidat du parti arrivé en tête dimanche, soit chargé de former la nouvelle commission. La réponse d'Angela Merkel a cependant été un non doucereux, comme d'habitude, mais catégorique. « J'ai soutenu Jean-Claude Juncker, et je ne l'oublie pas, mais il faut trouver un président qui fasse consensus », a-t-elle déclaré. C'est très clairement une fin de non-recevoir.

Comment Angela Merkel va l'emporter

Tout se passe comme si la chancelière avait utilisé le malheureux Jean-Claude Juncker comme « l'idiot utile » de la démocratie européenne. On se souvient qu'en début d'année, elle rechignait à suivre les pas des socialistes et à nommer un Spitzenkandidat. Mais débordée par la demande et menacée par la candidature d'un Michel Barnier assez incontrôlable, elle s'est résolue le 8 mars à Dublin à adouber le Luxembourgeois. Angela Merkel est trop intelligente pour ne pas s'être rendu compte que cette candidature était peu enthousiasmante. Elle aurait pu la désirer précisément pour cette raison. Car, il faut bien l'avouer, on a peine à croire qu'il existe une levée de boucliers des parlementaires européens et des opinions publiques pour défendre l'ancien chef du gouvernement grand-ducal. Malgré les indignations et les soutiens de principe, il y a fort à parier que socialistes et conservateurs pourraient accepter de le sacrifier pour une personne plus « consensuelle. » Dans ce cas, le nouveau président de la commission devra sa nomination au Conseil et à Angela Merkel en particulier. Il sera docile.

Il ne faut cependant pas croire que la candidature de Jean-Claude Juncker soit totalement écartée. Bien au contraire. Mais en lui faisant faire antichambre. En affirmant d'emblée que sa nomination n'est pas naturelle, on s'assure là aussi de sa docilité face au Conseil en lui rappelant de qui il va tenir son poste. Non pas de sa majorité parlementaire, mais bien des chefs d'Etats et de gouvernements. Jean-Claude Juncker ne sera ainsi pas tenté (l'a-t-il jamais été ?) de se « libérer » de cette tutelle en s'appuyant sur le parlement.

Le parlement, victime quoi qu'il arrive

Au final, la manœuvre est habile et elle fera, quoi qu'il arrive, une seule victime : le parlement européen. Son « pouvoir » acquis par le traité de Lisbonne a, ce soir, été réduit en miettes. Certes, les élus pourront toujours rejeter le candidat proposé par le conseil. Mais le feront-ils réellement si ce candidat est un candidat de « consensus », capable de mettre d'accord les deux principaux camps et de faire oublier à ces mêmes camps leur amère défaite du 25 mai ? Les élus européens s'opposeront-ils aux consignes nationales venus des chefs de gouvernement ? C'est peu crédible. Et s'ils le font et que le Conseil leur soumette un autre candidat de consensus ? Bloqueront-ils les institutions ad aeternam pour sauver l'honneur de Jean-Claude Juncker ? C'est peu probable. Trois jours après le vote, la réalité a rattrapé la fiction démocratique : c'est bien le Conseil qui décide. Cette fois encore, ce ne sera pas différent…

 

7 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 54
à écrit le 07/06/2014 à 12:59
Signaler
le baiser de judas !! on veut mettre des carriéristes moins compétents sans tenir compte du vote de ceux qui sont allés voter avec beaucoup d'espoir dans une belle Europe. et qui ont beaucoup chercher le débat des candidats non passe sur les chaines...

à écrit le 03/06/2014 à 0:16
Signaler
Pauvre europe, petite Merkel, la fin des rêves se rapproche

à écrit le 30/05/2014 à 8:35
Signaler
l'europe de la dictature et du non respect des peuples apres avoir vote ces dirigeants ignore les resultats pour continuer leur magouilles et soutenir la finance contre l'industrie la speculation contre le travail

à écrit le 29/05/2014 à 12:33
Signaler
Quelle triste société que nous fabriquent ces oligarques. Paupérisation des individus, restrictions alimentaires, sorties et autres finie la culture ! ciné , théatre, quelques jours de vacances.....On ne peut plus se soigner selon ses besoins (lunett...

à écrit le 29/05/2014 à 11:04
Signaler
Pourquoi croire que cette UERSS va appliquer une méthode un peu plus démocratique pour désigner un président de la commission, méthode qui n'est pas dans les traités européens ? Le cerbère Merkel est là, qui veille aux grains et au respect des traité...

le 29/05/2014 à 13:00
Signaler
ben, tiens! elle veut garder sa place, comme les autres! intéressée, avec des oeillères! COOL !

le 30/05/2014 à 11:19
Signaler
Intéressée ou pas, là n'est pas le problème. Si ce n'est elle, ce sera quelqu'un d'autre qui demandera que les traités soient respectés à la lettre. D'ailleurs, sur ce plan, elle n'est pas la seule dans l'Union, contrairement à ce que veulent bien la...

le 30/05/2014 à 12:47
Signaler
En 2005 le peuple a dit non à 55% le TCE est illégitime et anti constitutionnel en plus (et c'est un oui-iste repenti qui vous le dit)

à écrit le 29/05/2014 à 10:54
Signaler
Une image qui me reste imprégnée à la mémoire depuis le 13 février 2013, à Nantes, et hante mes jours et mes nuits jusqu'à aujourd'hui, c'est celle de ce chômeur en fin de droits n'aurait pas supporté de voir son dossier rejeté alors qu'il estimait a...

le 29/05/2014 à 11:01
Signaler
Par une affreuse méprise j'ai envoyé un commentaire sous une fausse rubrique, je vous prie de ne pas considérer le commentaire ci-dessus et si c'est possible de l'éliminer. Merci.

le 29/05/2014 à 12:51
Signaler
Ce n'est peut-être pas vraiment le sujet, mais vous savez, tout est lié, c'est à cause de ces personnages que certaines personnes attentent à leur vie car désespérés!! nous menons une mauvaise vie actuellement, je comprends votre désarroi, j'aurai ré...

à écrit le 29/05/2014 à 10:36
Signaler
l ue bricole toujours la démocratie comme cela l'arrange !

à écrit le 29/05/2014 à 9:17
Signaler
il est navrant de voir tous ces chefs d Etat au sommet de jeudi dernier demander une autre Europe, qu elle entende le resultat des urnes. Alors meme que cette europe que l on a est le resultat de leur montage foireux depuis 20 ans...

à écrit le 29/05/2014 à 5:35
Signaler
On vous a fait croire que, par l'intermédiaire de votre vote, c'était vous qui élisiez le Président de la commission. La vraie démocratie! Et, une fois ce vote établi, on change les règles et on en revient aux bonnes vieilles magouilles! Ils n'ont do...

le 29/05/2014 à 11:05
Signaler
Ce sont les socialistes qui vous ont fait croire que c'était possible. Mais les autres gouvernements, dont celui de Merkel, les rappellent à l'ordre !

le 29/05/2014 à 13:15
Signaler
...une, deux, une, deux, une deux...! eh! oui.....comprenne qui pourra !

à écrit le 28/05/2014 à 17:19
Signaler
Et une preuve supplémentaire de l'absence de démocratie en EURSS...

le 28/05/2014 à 17:42
Signaler
Moi je suis sûr que vous avez voté pour votre EURSS tout ce temps là. Et que vote toujours pour l'EUSA jusuq'au jour où celle-ci dégringole. Ah l'opportunisme quand tu nous tiens....

à écrit le 28/05/2014 à 17:17
Signaler
Raah c'est beau l'Europe, ça me donne tellement envie de revoter Marine la prochaine fois !

le 28/05/2014 à 19:30
Signaler
et de plus en plus !!!

le 28/05/2014 à 21:59
Signaler
Marine elle n'était pas, mais après que j'ai voté pour elle le 25 mai, elle est donc devenue ma candidate de choix et je revoterai pour elle tant de fois qu'elle se présente. Tchin-tchin, mes camarades !

le 29/05/2014 à 8:03
Signaler
Tchin -Tchin à vous aussi ! VIVE MARINE !!!!

le 29/05/2014 à 19:13
Signaler
Tchin-tchin ! VIVE MARINE, Marie !!! au plaisir !!!

à écrit le 28/05/2014 à 16:23
Signaler
Les institutions politiques europeennes, anciennes ou renovees, mais toujours aussi incomprehensibles pour les citoyens europeens, n ont jamais brille par leur caractere democratique. Donc arretons de pointer du doigt vers l allemagne ou Merkel. Les ...

à écrit le 28/05/2014 à 15:28
Signaler
Le PM britannique, David Cameron, a déclaré hier que l'UE est "trop grande pour ses bottes" et qu'elle "ingère trop aussi" dans les affaires des Etats. Et cela le lendemain des élections européennes après que le parti d'extrême-droite britannique SKI...

le 28/05/2014 à 17:57
Signaler
Cameron a raison. Je ne comprends pas pourquoi Hollande ne s'associe pas avec lui. C'est la conclusion qui s'impose après ces élections. Peu importe le président de la commission, C'est le conseil européen qui doit reprendre la main. C'est ce que veu...

le 28/05/2014 à 18:42
Signaler
Pour Hollande s'associer à Cameron signifiera que la France s'associe au Royaume-Uni et par conséquent à sa politique vis-à-vis de l'Europe. Perso je ne pense pas que Hollande en aurait un tel culot, la France en aurait énormement à perdre.

le 29/05/2014 à 7:56
Signaler
Que nous reste-t-il à perdre au juste ? Nous n'avons plus d'armée, une diplomatie à la remorque du département d'état US, nous n'avons plus de monnaie, nos gouvernants sont soumis aux banksters, nos jeunes talents partent ...

le 29/05/2014 à 8:07
Signaler
vous m'avez oté les lettres de la plume, " que nous reste t-il au juste? c'est clair, notre pays se délite, on a presque plus rien, on brade, on vend, et, les gouvernants s'en battent l'oeil, pour ne pas dire autre chose ! on se meurt lentement.....e...

le 29/05/2014 à 17:56
Signaler
vous m'avez ôté les plumes d'arrière…. les pensées, les mots perdus. suivez moi, notre pays se délecte, on tout ce qu'il nous reste, le ballon ovale. voui, nos dirigeants se battent à coeur perdu, se rincent les yeux avec les bonnes choses de ce mond...

le 30/05/2014 à 10:19
Signaler
...Faut suivre ..! mon gars...

à écrit le 28/05/2014 à 14:20
Signaler
Le baiser d'Angela avec J.C Junker est-ce un baiser à la « Judas » Car la Chancelière préfère Papa Schultz !! Hier j'ai vu sur la RST (ex TSR) le journaliste Darius Rochebin interviewer Viviane Reding vice président de la commission Européenne ...

le 28/05/2014 à 15:25
Signaler
A la Judas, "il bacio della morte", plutôt.

à écrit le 28/05/2014 à 14:09
Signaler
Merkel, elle a été toujours comme cela, tirer a son profit toutes situations, elle gère l'instant avec sa vision a court terme, jamais je n'ai entendu cette dame évoquer une vision stratégique à long terme pour son pays ou pour l'Europe. L'Europe est...

le 28/05/2014 à 14:37
Signaler
pas faux!

le 28/05/2014 à 15:44
Signaler
C'est tout à fait compréhensible que Dame Merkel soit ainsi, somme toute, l'UE qu'elle dirige est une entité aux visions à longue terme toutefois menée par les petites actions dans l'immédiat. En fait, la politique de Merkel n'est pas autre que la po...

le 28/05/2014 à 16:57
Signaler
cette fois ci, pourtant, elle a perdu des voix....

le 28/05/2014 à 17:44
Signaler
Perdre des voix ça veut pas dire perdre son mandat nest-ce pas ?

le 28/05/2014 à 19:32
Signaler
bien sûr que non, mais , les gens réfléchissent......doucement......

le 29/05/2014 à 19:32
Signaler
alors réfléchissons nous aussi... doucement...... un jour nous verrons notre MARINE à sa place.... ça viendra.... doucement....

le 30/05/2014 à 10:21
Signaler
Quelle mauvaise foi !

à écrit le 28/05/2014 à 13:39
Signaler
Pour ma part, je continue à parier une bouteille de breuvage festif sur le scenario suivant : 1. 25 mai : le PPE "gagne" les européennes en arrivant premier, mais sans majorité absolue au PE 2. jours qui suivent : les libéraux et les socialistes ...

à écrit le 28/05/2014 à 13:06
Signaler
Supprimons la Commission européenne plutôt que revenir à des magouilles politiciennes pour faire élire son président, ce qui ne fera que faire grandir le rejet des institutions européennes. Cela fera faire des économies même si il en restera encore 3...

à écrit le 28/05/2014 à 12:47
Signaler
Sortons de l'union jamais elle ira dans le bon sens

le 28/05/2014 à 17:46
Signaler
L'Allemagne elle va déjà dans le bons sens.... vers l'Eurasie !! :-)

à écrit le 28/05/2014 à 12:45
Signaler
La prochaine fois je vote Fn

le 28/05/2014 à 17:33
Signaler
Allez sur le site de Marine, lisez, voyez ses vidéos, ça vous confortera dans votre choix pour les prochaines élections......

à écrit le 28/05/2014 à 12:40
Signaler
Parlons en de l'Allemagne ! ceux ci sont obligés de s'expatrier , s'ils le peuvent pour se faire soigner!! (ce midi sur ARTE), on nous cache ce que pensent vraiment le peuple, faudrait pouvoir interroger les gens de tous bords, ça changerait , un peu...

à écrit le 28/05/2014 à 12:30
Signaler
Tout n'est que fadaises, gabegies, mensonges, hypocrisie, cupidité......ça n'engage plus du tout à voter, puisqu'ils FONT CE QU'ILS VEULENT !

à écrit le 28/05/2014 à 12:26
Signaler
Comme d'habitude, l'UE fait l'inverse de ce qui a été décidé L'UE c'est "fait ce que je te dis, ne fais pas ce que je fais" ; en matière de démocratie, on fait facilement mieux ... Après, ils vont pleurer pour que nous allions voter ... pour leur do...

à écrit le 28/05/2014 à 11:58
Signaler
Voilà que au lendemain des élections européennes, se confirme le gros mensonge de chacun des candidats qui expliquaient qu'ils désigneraient le Président, c'est un gros mensonge, et c'est aussi un énorme camouflet aux candidats.

à écrit le 28/05/2014 à 11:36
Signaler
siderant , les traités disaient pas le retour aux vieux principes .. pire cela conforte ceux qui ont voté démagogues et extrêmes et cela sera pire encore dans les prochaines consultations , merci pour cela pour nous faire détester ces méthodes de dén...

à écrit le 28/05/2014 à 11:27
Signaler
D'après ce que l'on peut lire ici ou sur d'autres journaux européens, c'est Cameron qui fait blocage à Juncker. Il essaye de constituer une minorité de blocage avec notamment d'autres dirigeants appartenant au PPE (curieux!)... Mme Merkel, même si il...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.