Il y a "beaucoup de possibilités de créer de la croissance sans argent supplémentaire" (Merkel)

 |   |  321  mots
Angela Merkel a salué les efforts très ambitieux prévus en France pour les prochaines années, notamment ceux visant à relever la compétitivité des entreprises.
Angela Merkel a salué les "efforts très ambitieux" prévus en France pour les prochaines années, notamment ceux visant à relever la compétitivité des entreprises. (Crédits : Fabrizio Bensch/Reuters)
Lors de sa conférence de presse commune à Berlin avec Manuel Valls, la chancelière a douché les espoirs de la Banque centrale européenne qui espérait une hausse des dépenses publiques allemandes.

L'argent n'est pas le seul moteur de croissance. C'est ce qu'Angela Merkel a estimé ce lundi 22 septembre à Berlin lors de sa conférence de presse commune avec le Premier ministre français Manuel Valls. Selon elle, il existe "beaucoup de possibilités de créer de la croissance sans argent supplémentaire". Et d'affirmer:

"L'Allemagne a montré qu'on pouvait à la fois consolider ses finances et crééer de la croissance."

Une façon pour la chancelière allemande de doucher les espoirs de la Banque centrale européenne, mais également de Paris et Rome, qui espéraient une hausse des dépenses publiques allemandes.

      Lire >> Nouvel assaut de la BCE contre l'immobilisme allemand

Si Berlin reconnaît le besoin d'investissement pour faire repartir la machine économique, l'Allemagne préfère se concentrer sur les moyens de stimuler l'investissement privé, pour ne pas mettre en péril son objectif d'équilibre budgétaire l'an prochain.

Pour Valls, la France n'est pas "l'enfant malade de l'Europe"

De fait, Angela Merkel a salué les "efforts très ambitieux" prévus en France pour les prochaines années, au premier rang desquels ceux visant à relever la compétitivité des entreprises"Ces réformes seront mises en oeuvre dans les domaines les plus pertinents, à savoir pour relancer la compétitivité de la France", a estimé la chancelière.

Le Premier ministre français a, quant à lui, prié les responsables, le peuple et la presse allemands d'oublier la vision caricaturale présentant la France comme "l'enfant malade de l'Europe".

      Lire >> La mission impossible de Manuel Valls à Berlin

Répondant aux critiques liées à la stagnation de l'économie française et au report à 2017 du retour à la limite européenne d'un déficit à 3% du PIB, il a assuré que le gouvernement relèverait la compétitivité des entreprises, dégagerait 50 milliards d'euros d'économies et réformerait les seuils sociaux et le travail dominical.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/09/2014 à 21:59 :
«beaucoup de possibilités de créer de la croissance sans argent supplémentaire», notamment lorsqu'un pays s'attaque à «sa bureaucratie». Merkel..
Je pense qu'elle a totalement raison...et à ce niveau, la France a des marges d'économies considérables......C'est bien pour cela qu'elle l'a suggéré (gentiment) à Valls....
a écrit le 23/09/2014 à 21:11 :
«beaucoup de possibilités de créer de la croissance sans argent supplémentaire."..en particulier en réduisant de manière drastique la bureaucratie...qui sclérose le fonctionnement de l'économie...
a écrit le 23/09/2014 à 16:57 :
La politique Allemande amène l'ensemble de l'Europe et des européens dans le mur. Mme Merkel est la fossoyeur, avec la complicité passive des autres états européens qui se laissent faire.
Si l'Allemagne a de la croissance, qui commence a faiblir par ailleurs, c parce qu'elle syphonne les économies des autres états européens et que sa croissance s'est faite avec la croissance de la Chine, où elle exportait énormément. Le modèle Allemande n'est pas transposable, si on est tous Allemand, que fera l'Allemagne pour de nouveau être compétitif?! Un cercle vicieux, il faut sortir de cette logique du moins disant social, et de la guerre sans merci que se livre les états européens entre eux
Réponse de le 23/09/2014 à 17:23 :
Et commet mais aussi avec qui pensez vous en sortir ?? : "il faut sortir de cette logique du moins disant social, et de la guerre sans merci que se livre les états européens entre eux "... La guerre sans merci est intentionnelle dans cette Europe d'inspiration US conçue par nos maitres pour être divisée et entretenue dans cette division et leur permettre de régner! Lire "qui gouverne réellement la France et l'Europe de F ASSELINEAU président de l'UPR permet de comprendre les enjeux de cette Europe là et le pourquoi de son dysfonctionnement volontaire!
a écrit le 23/09/2014 à 16:16 :
L'élève Manu va montrer ses notes au prof Merkel qui trouve qu'il peut mieux faire. Sacrés allemands !
a écrit le 23/09/2014 à 13:46 :
L'Allemagne impose au reste de l'Europe des politiques économiques sans tenir compte du reste de l'Europe.
La seule façon d'entrer en résistance est DE NE PLUS ACHETER DE PRODUITS ALLEMANDS puisque manifestement tous les gouvernements de l'Europe sont dans un processus de collaboration avec l'Allemagne.
a écrit le 23/09/2014 à 9:39 :
L' Allemagne rate une chance historique de sauver l' Europe et par ricochet de laver son honneur !!!
Réponse de le 23/09/2014 à 10:04 :
vous croyez vraiment que vous allez culpabiliser les allemands avec des arguments a deux balles? les allemands ne veulent ni payer pour les fonctionnaires francais ( 2 fois plus nombreux a population constante), ni la retraite a 40 ans pour tous que la france ne va pas manquer de s'offrir avec l'argent commun, a la moindre opportunite... c'est a la france de laver son honneur, et de respecter sa parole ( une fois par millenaire, ca doit etre possible, non?)
a écrit le 23/09/2014 à 9:33 :
Je vois déjà des légendes pour cette photo.
VALLS : Je suis un mauvais graçon, je ne viens plus faire la manche en Allemagne.
MERKEL : Non, faut pas dire PLUS, mon enfant, ma réponse sera toujours la même, mais tu peux venir de temps en temps...
a écrit le 23/09/2014 à 9:15 :
Pour résumer, si la France souhaite s'en sortir, il faut qu'elle devienne allemande... Il nous faudrait peut-être des élus allemands en France, non ?
a écrit le 23/09/2014 à 9:04 :
RAs le bol de cette arrogance Allemande donneuse de leçons qui vit sur le dos des économies du sud de l' Europe. L' Allemagne est le prédateur de l' Europe
Réponse de le 23/09/2014 à 16:38 :
il ne fallait pas leur filer notre SOUVERAINETE !!!!!!!
a écrit le 23/09/2014 à 8:53 :
Merkel affirme que la France fait des réformes "impressionnantes"....quelle ironie de sa part! et quel tacle à Hollande et Valls.!
a écrit le 23/09/2014 à 6:45 :
Sur cette photo, On dirait un eleve de primaire qui recite sa recitation a sa maitresse.
Réponse de le 23/09/2014 à 7:08 :
Sur cette photo, Valls rend copie blanche et souhaiterait avoir 20/20. Désolé, ce qui est possible à l' Education Nationale, n' est pas possible en Allemagne !
Réponse de le 23/09/2014 à 7:44 :
Valls : "Je rends copie blanche (je n'ai fait aucune réforme de structure), pourrais-je avoir 20/20 ?" Merkel : "Non, désolé, ce qui est possible à l' Education Nationale en France, n'est pas possible à Berlin".
a écrit le 22/09/2014 à 22:56 :
Au vu de mon grand age et l'expérience acquise , j'avais déjà signalé ce fait observé à des copains : une personne du sexe féminin est promue à la tete d'une entreprise ou tout va bien , peu de temps après , c'est la chianlit , tout le monde se dispute , et tout fout le camp , l'entreprise est mise en liquidation : bizarre !
a écrit le 22/09/2014 à 21:41 :
Voilà Manuel qui, après François, nous rejoue La Mascotte : les dindons font toujours glouglouglou et les moutons font bêêêêê... Pendant ce temps, Angela rigole sous cape.
Réponse de le 22/09/2014 à 23:42 :
bien résumé, Valls n'a pas dépassé 3% aux primaires socialistes, il n'a pas l'envergure et il est né en Espagne ;
Comment les socialistes béni oui oui godillots (godillots tout comme ceux de l'UMP qui ont aidé Sarkozy à enfoncer la France et à fossoyer l'UMP) ont-ils pu lui accorder une confiance quelconque ?
Réponse de le 23/09/2014 à 8:38 :
Considerez-vous les gens "nes en Espagne" comme peu dignes de confiance ? Le racisme commence ici...
Réponse de le 24/09/2014 à 13:35 :
Je l'ai déjà écrit , la plupart de ces donneurs de leçon ne sont pas des natifs , mais des parachutés , ou bien de meme confession , ce sont des "strangers" , il ne s'agit pas de racisme !
a écrit le 22/09/2014 à 20:34 :
remettre l'ouvrage sur le métier, c'est bien mais peut mieux faire ! merci Angéla !
a écrit le 22/09/2014 à 19:14 :
"Angela Merkel félicite la France", écrivez-vous. C'est faux !!!
Relisez ce qu'elle a dit . on voit bien qu'elle n'a aucune confiance dans les explications données par M. Valls...
Réponse de le 22/09/2014 à 21:46 :
je viens d'écouter l'original. Merkel disait que la copie rendue par Valls comportait "eine beeindruckende Summe von Massnahmen" = une somme impressionante de mesures. Et non pas une somme de mesures impressionants. La difference est dans le détail....
a écrit le 22/09/2014 à 19:13 :
Des réformes qui affecteraient même de loin, la fonction publique et les assimilés sont impossibles pour les socialistes car il s'agit de leur "communauté". Quand aux assistés, ils casseraient tout. Les salariés du privé sont les esclaves des autres. Comment dire autrement? Il y aura des taxes. Point barre. Ce pays sécrète son poison: le socialo-étatisme.
Réponse de le 22/09/2014 à 20:37 :
Oui mais les réalités financières pourraient obliger le gouvernement a bouger avant la fin du quinquennat...et donner à Hollande sa chance d'imiter Schroder...Sinon c'est le marasme assure pendant des années
Réponse de le 23/09/2014 à 9:08 :
J'adore le commentaire de Polo. Bravo pour la clairvoyance. Ce que n'ont pas tous les français.
a écrit le 22/09/2014 à 19:06 :
'La France n'est pas l'enfant malade...' dixit Valls. Soit, mais on ne dit pas l'homme malade normalement ? C'est un lapsus révélateur... hein, maman Merkel ?
a écrit le 22/09/2014 à 19:00 :
La France reçoit un satisfecit du maître allemand. L'Europe ou la fin de la France... ( de a Grèce, de l'Espagne, du Portugal, de l'Italie... ). La fin de l'illusion démocratique en douceur et sous les applaudissements des européistes,les i... utiles, satisfaits de voter pour des députés sans pouvoirs, perdus dans leurs rêves qui font le lit des idéologues technocrates qui s'autoproclament "experts"....
Réponse de le 22/09/2014 à 21:49 :
picnic, je crois, ce n'est pas juste. Merkel a dit que le satisfecit doit venir de Bruxelles. Elle s'est bien gardée de froisser les francais ou de porter un jugement quelconque. Elle est fine diplomate, elle.
a écrit le 22/09/2014 à 18:25 :
oui les reformes structurelles peuvent être neutres fiscalement parlant mais elle prenne du temps il eut donc fallu donné le temps au Sud de le faire sans précipitation et le fait - l'allemagne elle même en est la preuve - que ces mêmes réformes sont plus faciles à mettre en oeuvre politiquement lorsque la croissance est là car cette dernière atténue les effets négatifs à court terme. L'Allemagne a pu ainsi profiter d'une conjoncture très favorable début 2000 pour exporter massivement, soutenir sa croissance poussive à l'époque. C'est - je crois - tout ce que demande les autres pays européens c'est à dire que l'Allemagne (et autres pays en équilibre budgétaire) lance réellement sa locomotive économique par une plus grande demande interne du premier marché d'Europe : leur demande interne étant en berne les investissements publics au point mort, ils n'ont plus que l'exportation pour soutenir la demande adressée à leurs entreprises.
Réponse de le 22/09/2014 à 23:26 :
Ben oui... mais les français ont préféré faire les 35h plutôt que des réformes !!!
a écrit le 22/09/2014 à 18:18 :
Il y a "beaucoup de possibilités de créer de la croissance sans argent supplémentaire" (Merkel)
Quiz .....une taxe sur l'air qu'on respire .... ou .... diminution des fonctionnaires et d' élus ?
Réponse de le 22/09/2014 à 19:54 :
Pourquoi UNE taxe ? Plusieurs, c'est la grande spécialité socialiste - voyez Hidalgo elle en a trouve une.
Réponse de le 22/09/2014 à 19:55 :
les deux mon général.
Réponse de le 22/09/2014 à 21:52 :
les "grands programmes de relance" par l'argent public n'ont JAMAIS portées des fruits. C'est un leurre syndicaliste et de fonctionnaire. Les allemands semblent l'avoir compris.q uand comprendrons-nous?
a écrit le 22/09/2014 à 18:11 :
Encore des mots de Dame Merkel pour pâlier les tensions dans son jardin : la récession, la désindustrialisation et la note de la France en descendant la pente, il faut un placebo allemand pour calmer les marchés, quand-même. Et pendant ce temps, la popularité de Hollande a descendu 3 points. Cherchez l'erreur.
Réponse de le 22/09/2014 à 18:21 :
la désindustrialisation de la France arrange l'Allemagne, ne soyez pas aussi naïf!
Réponse de le 22/09/2014 à 18:41 :
avec les 35H .... JE COMPRENDS LES ALLEMANDS !
Réponse de le 22/09/2014 à 21:54 :
@poujel: la désindustrialisation de la France n'arrange nullement les Allemands, ni les autres pays de l'Europe. Faut pas toujours croire qu'on nous veut du tord.
Réponse de le 22/09/2014 à 23:09 :
@tard...., pourtant l'Allemagne a tout a y gagner si nous n'avons quasiment plus d'industries... réfléchissez-y
a écrit le 22/09/2014 à 18:02 :
1 mot = Bredouille
a écrit le 22/09/2014 à 17:59 :
Le discours de Merkel, c'est le politiquement correct ou la diplomatie de façade. Ils doivent bien rire de notre faiblesse et notre incapacité à réformer ce pays.
a écrit le 22/09/2014 à 17:56 :
Manu est bredouille ! (en trois mots)
a écrit le 22/09/2014 à 17:40 :
chacun son tour, ...avec 10 ans de décalage.
a écrit le 22/09/2014 à 17:30 :
Sehr gut petit Franzoze, vous pouvoir continuer à rester avec ami allemand.
mais Achtung = économie et rigueur sont les mamelles de la politique économique von Deutschland!
Réponse de le 22/09/2014 à 22:22 :
oui, il est difficile d'admettre qu'on n'est plus la première adresse incontournable en Europe, votre message en temoigne. Mais 1. c'est un fait et il est inutile de lamenter dessus et 2. ce n'est pas la faute des Allemands ou des "autres", c'est bien la nôtre.
Assumons et mettons nous au travail. Vaut mieux.
a écrit le 22/09/2014 à 17:29 :
heureusement que "Mamie Merckel, donne de bons conseils à Valls"......Il ne se sera pas déplacé pour rien !
a écrit le 22/09/2014 à 16:59 :
Dommage d’être obligé d’aller à Berlin pour s’entendre dire ce que répète quotidiennement les entrepreneurs, les TPE, les PME !
Il faut :
- Revoir les seuils sociaux qui bloque le développement de l’emploi ;
- Simplifier le code du travail pour, non pas le vider de son contenu, mais en le remplaçant par le code suisse ou le code autrichien (tiens, les pays sans chômage !)
- Créer un nouveau CDI prévoyant, lors du départ de l’entreprise, que ce soit à l’initiative de l’employeur ou du salarié, une prime , par exemple de 10% du cumul des salaires nets depuis l’embauche (càd 1 an de salaire pour 10 ans d’ancienneté, quand même!) En contrepartie, comme pour les ruptures conventionnelles, pas de motivation à avoir pour la rupture.
Toutes ces mesures, elles ne couteraient RIEN au budget de l’état !
Réponse de le 22/09/2014 à 17:50 :
Sarko ne l a pas fait et c est pas évident a gauche
Voter Lemaire lol
Réponse de le 22/09/2014 à 17:58 :
Venez en suisse et vous comprendrez que la code du travail c'est rien. Par contre que nos patrons nous demande de faire des bons produits, à hautes valeurs ajoutées c'est sans doute là où on gagne par rapport à la France. Après je dis ça ... si ça plait aux frouzes de patron de faire de la me*** ça les regardent mais faut pas s'étonner que les entreprises françaises ferment.
Réponse de le 22/09/2014 à 18:23 :
Mitterrand la supprimer en 1982
Réponse de le 22/09/2014 à 18:29 :
@@lyon tout à fait juste. C'est la clé pour léconomie française et européenne en général. La compétivité prix n'a que peu d'avenir si on veut maintenir un haut niveau de salaire , de pouvoir d'achat de protection social et un point dans l'économie mondial. Sinon et bien acceptons de revenir au XIX ieme siècle et positionnons nous comme le bengladesh : le cout du travail y est très bas ! je ne sais pas si les bengladeshi sont très "heureux" au travail.
Réponse de le 22/09/2014 à 22:01 :
@lyon: entièrement d'accord, le problème est chez nous, pas chez les autres. Il faut enfin commencer à nous sortir de l'ère colbertiste et napoléonienne. Je me bats quotidiennement pour des contrats pour mon entreprise, mais l'argent est gagné dans mes 3 filiales en dehors de l'hexagone.
Réponse de le 22/09/2014 à 23:31 :
La clé, c'est que vous vous mettiez à votre compte pour faire comme vous dites !!!
Comme disait Ségolène (pourtant loin d'être mon idole, mais là, je la cite !) : y a les diseux et Ya les faiseux ... je crains que vous ne fassiez parti de la 1e catégorie !
a écrit le 22/09/2014 à 16:53 :
MDR.
a écrit le 22/09/2014 à 16:36 :
Top La Photo Qui Résume Tout !! La France Est Bien L’enfant Malade D’Europe ;)) !!

La France Est Avec Sa Copie Devant Les Allemands qu’ils Rejette.. ;)) !!
a écrit le 22/09/2014 à 16:03 :
Oui mais si après, il faut faire fondre un ou plusieurs fusibles à la TV, cela a un coût politique.
Mais oui, la croissance avec les dents dans une France forte, apaisée, libérée du travail pour beaucoup...dans la justice sociale et la solidarité.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :