Nicolas Sarkozy au plus bas dans les sondages

 |   |  291  mots
Les sondages montrant une chute des bonnes opinions à l'égard du chef de l'Etat se multiplient depuis son intervention télévisée de jeudi dernier.

Depuis sa prestation télévisée du jeudi 5 février, plusieurs sondages montrent une forte baisse de popularité du président de la république. Vendredi 6 fevrier, un sondage LH 2 pour nouvelobs.com a révélé que seulement 48% de la population française avait une opinion positive à l'égard de la  politique du chef de l'état. Selon le sondage CSA-Aujourd'hui en France paru le 6 fevrier, 52% des personnes interrogées n'auraient pas été convaincues par la prestation du président. Selon l'institut LH2, "les Français ne semblent pour l'instant pas satisfaits des réponses apportées".

Ces deux sondages ont été confortés lundi par ceux d'Opinion Way-Le Figaro-LCI et de Viavoice pour Libération. Pour le premier, 53% des Français sont convaincus par la prestation du président tandis que, pour le second, seulement 41% de la population française sont confiants envers la politique du chef de l'Etat.

Un dernier sondage Ipsos qui paraîtra ce jeudi 12 dans Le Point a dévoilé que le président de la république a déjà chuté de neuf points depuis début février pour atteindre 36% de popularité. Seulement 6% des personnes interrogées ont un jugement "favorable" du chef de l'Etat et 30% ont une opinion plutôt "favorable". 35% des personnes interrogées sont plutôt "défavorables" et 26% se disent "très défavorables".

En outre, le sondage Viavoice indique que 53% des Français jugent le moment opportun pour lancer des mouvements sociaux. Les syndicats ont été invités par Nicolas Sarkozy le 18 février pour étudier des mesures fiscales pouvant aider les Français, leur pouvoir d'achat et leur consommation. Mais les syndicats ont déjà annoncé un nouveau mouvement social de grande ampleur pour le 19 mars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le journalisme n'est pas gratuit. Je te conseille la version papier si tu as envi d'aller plus loin.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Expliquez-nous comment un sondage du Figaro selon lequel 53% des télespectateurs auraient été satisfaits des propos du Chef de l'Etat (et vous oubliez celui du Parisien avec un % analogue, sauf erreur), pourrait "conforter" deux sondages défavorables. Expliquez-nous encore si ces 2 sondages dont vous parlez, ont bien été réalisés auprès de gens qui ont suivi l'émission en direct. Expliquez-nous enfin, et c'est bien à La Tribune que je m'adresse, comment vous expliquez que la situation en France est moins mauvaise que celle des USA, de la GB, mais aussi de l'Allemagne, de l'Espagne et de l'Italie...et comment nous pouvons avoir tant de grêves (quand eux n'en n'ont pas) et tant d'insatifaits ? Je ne parle évidemment pas de ceux qui souffrent réellement d'ores et déjà et sont suffisamment nombreux pour ne pas en rajouter. C'est ce genre d'information qui serait utile. La Presse économique pourrait ainsi tenir tout son rôle. Et nous en avons bien besoin, merci.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Tout à fait d'accord avec le post de Marenut. On doit poser les bonnes questions et donner des informations d'autres pays européens afin d'avoir des éléments de comparaison. Ceci serait du vrai journalisme mais est ce encore possible, le copier-cller est souvent de rigueur.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Pour répondre à Marenut & benco les sondages ne sont qu'une source d'information je pense tout d'abord que la crise est perçue différemment selon sa région et selon sa fonction dans le monde du travail mais également dans la société. La crise est mondiale être plus ou moins "dedans" n'est pas l'essentiel, mais comment en sortir oui, et cela par le choix des bons moyens et des bons axes, en est une autre. Plus nos partenaires seront mal en point plus notre sortie sera difficile. La France n'a pas misé sur la finance partie plus "réservée" aux anglo-saxons ni sur le tout immmobilier l'Espagne grâce aux aides de l'UE, pour ce qui de l'Allemagne ses exédents lui permettent de mieux adapter ses finances à la crise. Pour l'Italie ses pb sont anciens et ne font que s'aggraver. La France est assez médiane dans ses choix mais elle a surtout son système social qui lui permet de vivre cette crise autrement que nos partenaires, tant mieux pour ceux qui sont dans des situations difficiles mais il faudra payer, la solidarité a un prix. Je ne crois pas que nos politiques souhaitent une vraie comparaison, d'ailleurs difficile car nos systèmes sont trés différents. La France tout d'abord un pays ou la langue de bois est en ébène mais également où les vérités sont cachées et le copinage est une des mamelles de notre pays. Un pays où les politiques de droite comme de gauche pour au moins 80% ne sont pas incompétents et bien loin de la connaissance réelle des dossiers sont à mettre au "crédit" d'une partie de la crise actuelle.
Les politiques pensent que nous sommes des ignorants pour comprendre. Je suis un libéral avec un côté social mais la prestation du Président pour ma part n'a pas été à la hauteur de l'évènement trop floue trop improvisée trop je "tape" partout sans expliquation de fond. Pour moi l'essentiel: comment je finance, par des taxes ou impôts supplémentaires provisoires ou non par le déficit si oui comment il sera remboursé quel sera la conséquence sur le budget des 10 ans à venir.....tout cela rien ni à droite ni à gauche qui pour cette dernière ne connait qu'une alternative de financement par le bouclier fiscal il faudrait que chacun le lise pour voir ce qu'il est vraiement plus d'un serait étonné entre la part "donné" aux riches par rapport à la part "donné" aux autres.Il est vrai que le mensonge est la VERITE pour TOUS les politiques.Bonne journée.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
tu parles trop nicolas ,c'est bien tu peux rester dans le secteur, et aller a dubai pour chanter souvenir ,souvenir.et nous cela nous fera des vacances.et notre pouvoir d'achat bordel rien en vue . on s'apauvri tous les ans .personne veut triple ma retraite et ma femme touche un smig toujours pas triple
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Ben ça, forcément! Les français attendent tout de l'Etat et de ses dirigeants, mais faut surtout pas se retrousser les manches pour s'en sortir! "Y'a qu'à augmenter les salires, les prestations sociales..." Bien sûr! Mais qui va payer? La collectivité, c'est à dire ceux qui bossent et qui produisent de la valeur (du PIB quoi!), mais qui à force d'être pressuré, sont de moins en moins nombreux... Le jour où tout le monde aura compris ça, nous arons fait un grand pas! Malheureusement, et comme je le dis souvent depuis longtemps, nos instances politiques d'opposition et la majorité des syndicats sont restés dans leur cadre dogmatique et figé, et font tout pour nous faire croire qu'ils ont raison et que les autres ont tort... Que j'aimerais pouvoir les rencontrer pour pointer toutes leurs contradictions!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si les sondages dégringolent, ce n'est pas parce que les Français sont des ignorants (ils savent compter l'argent sur leur compte en banque), c'est parce que ce président brouille tout, touche à tout, empêche le gouvernement de gouverner, n'aime personne, se méfie de tous et instrumentalise les forces de police et de gendarmerie pour protéger son image et sa communication. Il est devenu inaudible devant une situation économique très difficile, et il souffre (par sa faute) en plus des résultats de sa politique bling bling et de brutalité permanente. Il est temps qu'il parte.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je suis assez d'accord avec vous trois. Ce qu'il faut retenir de l'action du gouvernement c'est qu'il s'agit d'un plan de relance par l'investissement. Il n'y aura pas de dépenses récurrentes qui seront générées. C'est à mes yeux la différence majeure entre ce que propose la gauche et ce que fait la droite. Sachant que la relance par la consommation, ca ne fonctionne pas : ceci a été éprouvé par Mitterand et par Giscard. Quant au paquet fiscal dont il a été question, je pense aussi que les détracteurs de cette mesure feraient bien de se renseigner sur son contenu exact, notamment en ce qui concerne les droits de succession...
Bonne journée à tous
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est un peu normal, car si on suit le court des évènements, on est pas sans savoir que Sarkosy fait des choses peu reluisantes, qui sont capable de nuire à toute une carrière politique qui pourtant s'avérait prometteuse au départ. Comment les français peuvent-ils encore faire confiance à un président qui baise Christine Lagarde, le plus gros boudin de l'ouest ? Comment peut-on aujourd'hui jeter son dévolu sur un tel déchet ? Il ne faut aucunement respecter la dignité humaine en ce cas, donc parallèlement, avec de tels actes, on bavoue les droits de l'homme. Cocorico !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si Sarkosy s'essoufle; c'est que les gens commencent à en avoir raz le bol de l'entendre. Son plan de relance n'est pas complet. OK pour l'urgence du secteur automobile, mais pour le bâtiment, pillier de l'économie, c'est insuffisant. On ne comprend pas qu'un type sortit de l'ENA n'est pas capable de concevoir un plan de relance de plusieurs milliards pour le bâtiment afin de construire des logements HLM (ou maisons écologiques) afin que le prix des locations et des ventes dans le privé baisse. Autant faire d'une pierre deux coups : maintenir le bâtiment, et relancer la consommation des ménages par la baisse des loyers (la charge la plus lourde des familles).
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Personne n' est dupe face aux propos du nabot, et ce même au sein de sa famille. Le nabot est fini !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La baisse dans les sondages est surtout dûe à la façon de communiquer de Sarkozy. Nous avons besoin de charisme pour réduire l'effet du pessimisme ambiant et minant des médias sur les acteurs économiques.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La critique est aisée. Les sondages ne montrent pas forcément la valeur d'un président. Certes tout n'est pas parfait. Pour être bien vu dans les sondages, je pense qu'il faut surtout éviter de dire la vérité aux gens comme "les caisses sont vides" ou encore "il faut gérer mieux les caises de retraites" ou encore plus simplement "attention, la vie est dure, il faut travailler"
Pour ête bien vu, il faut distribuer des allocations en hausse constante, assister les irresponsables un maximum (comme l'américaine qui a fait 14 enfants et qui veut venir en France pour profiter de notre protection sociale sans pareille au monde), il faut aussi avoir l'ambition de loger tout le monde gratis dans des HLM neufs si possible.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Mais non Sarko, faut pas supprimer la taxe professionnelle ! Mais non Sarko, faut pas supprimer les départements ! Mais non Sarko, faut pas supprimer l'Etat, car il n'y qu'un anarchiste comme toi pour tourner le dos aux représentants du peuple de l'assemblée.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Normal cette baisse ,toutes ces promesses non tenues,et surtout fuir à l'etranger en pleine crise,les foyers qui ne demandent qu'à consommé mais y a pas de pouvoir d'achat.Renflouer des riches et des patrons qui ne pourront pas vendre leurs produits,c'est une vis sans fin.Mme LAGARDE dit aux français d'acheter, avec quoi?y a pas de cr&dits possible et les revenus insuffisants servents à payer les taxes et les factures de plus en plus onéreuses.A quand un "Referendum"Mr Sarkosy ,trop peur de perdre cette place en or?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Vous noterez que malgré ce taux de popularité défaillant, la ligne 14 est toujours à l'heure.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Le problème de la France c'est avant tout son manque de réactivité face aux changements en tout genre, et cela est dû à des institutions plus que poussièreuses notamment...
Il y a des changements qui s'imposent et les français n'acceptent tout simplement pas de se serrer la ceinture et de se bouger les fesses, et en ce moment c'est maintenant ou jamais...
Dès qu'un chef d'Etat ou autre dirigeant essaie de faire des réformes qui sont plus que nécessaires, c'est tout le monde dans la rue, c'est magnifique, les gens n'écoutent pas la moitié des mesures qu'ils préparent déjà les banderolles!!
En France, on veut que rien ne change, ben c'est bien, continuons comme ça au moins le mur, on est sûr de se le prendre... super esprit en France pour combattre les mauvais jours.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Encore des chiffres, toujours des chiffres. On leur fait dire ce que l'on veut aux chiffres. Moi aussi je peux balancer des chiffres comme ça. Mais au fait, combien d'entre vous ont déjà été sondés ?
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
La réponse est simple, on connait la partialité du Figaro.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On connait les limites du genre et la manière dont on "sonde". Pourtant la réalité n'est pas contestable: la crise engendre les craintes chez les moins privilégiés, donc les plus sensibles aux variations des événements. De grâce ne tapez pas sur eux, vous qui êtes sans peur...Quant à Sarko il trouvera toujours des gens pour le défendre, c'est souvent leur job.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
un aveugle voie ce qui se passe dans sont pays .le president ne voie rien sauf de donner au plus riches
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
FL tu dis "pour être bien vu dans les sondages il ne faut pas dire la vérité au peuple",
Sarkozy devrait donc exploser les 90 % de même pour Lagarde la/compétente.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
C'est vrai que N. Sarkozy est un excellent debater et un excellent comédien et que SUR LE MOMMENT certains peuvent être convaincus. Mais la réflexion, la lecture des commentaires, les discussions aidant, celui qui semblait convaincu sur le moment s'aperçoit qu'il s'est laissé abuser.
La communication a ses limites c'est ce qui doit nous rassurer tous.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
On peut le juger aux actes et aux résultats.
Il est nul, c'est simple.
A quoi a servi le soutien aux banques si Renault et Peugeot ne peuvent pas emprunter???
Comme Ségolène Royal l'indiquait, il fallait prendre une participation dans le capital des banques, comme l'ont fait les US, UK DE etc.
Qu'il parte maintenant !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Si la France était une vraie démocratie, elle aurait dans sa Constitution la possibilité de destituer un président qui s'avère être nuisible aux intérêts de son pays et nous aurions aussi dans notre code pénal: le crime de trahison économique. Sarkozy a hérité d'une situation déplorable qui était le produit de 40 ans d'insanité politique. Il eut fallut commencer par faire l'audit de la situation et dire aux français l'exacte vérité. Nous nous sommes fait berner par un cynique, arriviste comédien machiavélique, imbu de sa personne comme aucun de ses prédécesseurs ne l'a été. Les sondages et la personne Sarkozy m'indiferrent totalement; par contre le bilan de 2012 et l'héritage que cette honte va laisser aux enfants et à ceux qui suivront me rendent triste et m'inquiètent. Jean-Claude Meslin: simple retraité concerné
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Nicolas SArkozy, c'est le combat de la rationalité contre la démagogie populaire. D'un côté, il y a un homme qui dit au français : votre économie est paralysée par les dépenses de fonctionnement que l'on doit à Mitterrant, et d'un autre côté il y a celui qui est riche et qui n'en a pas honte parce que contrairement à beaucoup de gens dans ce pays, il n'a pas choisi son occupation par défaut. Etre avocat, être liberal, c'est être volontaire et optimisite parce que si on n'est pas les deux, 1 on n'aura jamais le cran d'exercer parce qu'il y aura tojours mieux que soit, et 2 on fait peur au gens. Donc je lis beaucoup de critique au président qui porte sur sa personne ( en fait j'imagine que ce sont des gens qui ont manqué decourage pour faire des choix difficile dans leur vie et ont râté quelque chose), parce qu'ilsvoudraient que le monde leur ressemble. Mais il y en a d'autre vous savez : les libéraux et ceux là comme à Nicolas Sarkozy, vous ne leur ferait jamais baisser les yeux vous entendez ? Parce que si jamais vous y arriviez ça serait trés grave pour le pays, ça veut dire qu'on refuse de vivre avec des gens différents, des gens indépendant d'esprit. Deuxièment, les critiques sur les réformes, beaucoup de gens éprouve un malaise en ce moment, c'est le malaise de ceux qui bien qu'ayant un travail sont en fait inactif intellectuellement pour diverse raison (bêtise, facilité, ou parce qu'ils ont été intimidé par le professeur étant petit et sont incpable de spontanéïté et d'esprit d'initiative) cett peur, c'est dêtre dans dernier wagon du train pour le XXI ème siècle. C'est ce qui arrive à tout ceux qui refuse d'agir. ET oui, il ne suffit pas de défiler dans les rue pour construire l'avenir. Le quinquennat de Nicolas Sarkozy est trés important. Et pour une fois on a un homme à la hauteur (pas un chirac, ou un mitterant et à la rigueur même Giscard n'aurait pas fait la moitié de ce qu'il fait), mais ça fout tellement les boules aux force du desepoir dans ce pays, que les médisant espèrent intimider encore le courage et l'abnegation des autres. Le courage c'est une force de caractère que n'a pas la moitier de ce pays. ... comme si il y avait quelque chose à gagner dans le fatalisme ! Vous l'aurez compris, je suis optimiste et plutôt satisfait pas Nicolas Sarkozy. En tout cas, il ne fait pas honte, et même je crois qu'il est meilleur qu'obama en ce moment parce qu'il a le premier soulever dans son discour devant le congré US que ce siècle aurait besoin de modifier le capitalisme financier, et qu'il a été le premier à faire des propositions sérieuses. Depuis 2 ans, les nouvelles idées viennent de france. La dynamique européenne vient de france. ET pas grâce aux socialiste !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
De quoi faire une syncope en lisant rem's du 16/2.Je pense qu'il ne gagne pas le smic !!! grace à Sarkosy,meme en travaillant à deux,on peut à peine payer son loyer.Chirac n'a rien fait c'est vrai,certains pensaient que le bon dieu arriverait,résultat c'est l'enfer et pour longtemps
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Qu'il est bête ce rem's!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je suis chômeur, je touche le rmi. je fais du droit. mais je ne troque pas mes idées pour du pognon.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
J'ai l'impression que notre cohesion sociale risque de se comporter comme un plat en 'PYREX': chacun veut trop pour soi, il va nous echapper et se casser.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
toujours la même chose ! "qu'il parte", il a "donné aux banques", "paquet fiscal" n'importe quoi. Il va rester car "élu", Il n'a pas "donné aux banques" mais prêter avec intérêt, "paquet fiscal" concerne des milliers de personnes qui en profitent avec les successions ou autres. Nous verrons tout ça en 2012 pendant ce temps je vois avec délice l'esprit gaucho complètement décalé et d'un autre âge, comme dernier exemple "la royal" qui reproche à Sarko d'aller en Irak et qui part au Brésil ! Allez gauche ou droite tant qu'il y a des amis et du bon pinard qu'est-ce qu'on s'en tape !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
En 2007, j'étais convaincu que Sarko était un mauvais, et je pensais aussi que Sego n'était pas à la hauteur. J'ai voté blanc, ce qui en France n'a malheureusement pas de sens. Force est de constater que le petit roquet n'est pas à la hauteur, malgré son arrogance et son coté bling-bling. en 2012, je vote contre lui quoiqu'il arrive, cela ne pourra pas être pire
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Réponse à rem's qui a écrit le 16/02/2009 à 14:37 :cher Frédéric Lefèbvre, n'ai pas honte de ton amour fou pour ton Nicolas Sarkozy chéri! Ce n'est pas la peine de prendre un pseudo pour lui déclarer une fois de plus ta flamme, assume courageusement ton choix et surtout pas de honte! D'ailleurs, la honte, sais-tu ce que c'est? Je ne le crois pas car tu vis dans un autre monde : la Sarkozie hystérique.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
je suis ecoeure dégouté par la politique du Tzarkosi on donne au riches et surtout aux escrocs notoires,savez vous que l'escroc Tapie a touché en catimini il y a 3 mois un chèque trésor public de 45 millions d'euros pour préjudice moral et ce n'est pas fini net ce moosieur va toucher la bagatelle de 110 millions d'euros net paye par le contribuable et octroyé par un tribunal arbitral d'opérette entache d'irrégularités choisis tout spécialement par le Prince Naboleon c'est une insulte au peuple et savez vous également que Nanard l'escroc est en train de chercher une magnifique villa sur les bords du lac de Geneve et est également en train de négocier son forfait fiscal avec les autorités Suisse pour s'installer dans le luxe en ayant puise dans nos poches!!!que l'on me démente si ce n'est pas la vérité quand on pense de quoi a été jalonne sa vie d'escroc Testut Terraillon Om Valencienne et j'en passe et toutes les souffrances que cela a engendre les bras m'en tombe!!!!!mais pour certains ceux qui savent retourner leurs vestes au bon moment les félons la vie est belle!!!!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
surtout ne rien changer tout est parfait le bateau coule a qui la faute .... la rue est au pouvoir..gardons nos privileges..vive les RTT ..les vacances...les manifs...nous sommes encore des GAULOIS
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Preter aux banques et aux industriels atomobiles, des interets substantiels. Reflechissez. Pourquoi ne pas octroyer tous les prets pour convrir tous nos problemes: cnam, retraite, unedic, deficit public... alors qu'on tient la poule aux oeufs d or. Vite avant que les allemands et anglais ne nous piquent nos idees. Heureusement qu on a elu un excellent financier, un cador de banquier... Arretez de travailler, confiez vos economies. Il va les multiplier, les faire croitre, les produire des petits.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Président, députés, c?est pas un métier, contrairement à ce qu?il a plu à NS de dire. S?il le croit, c?est qu?il le voit, comme tout travailleur voit d?abord son travail, comme une source de revenus et non comme une charge à remplir. Quand nos représentants « élus » vont-ils se réveiller ? Depuis 2007 nous savons que les décisions prises sont mauvaises, l?Europe n?annonce pas d?embellit en France avant 2011. Que faut-il pour qu?ils arrêtent tous de nous mentir et se retroussent les manches pour enfin réfléchir à nous offrir un avenir construit sur des bases autres que celles qui nous ont amené à aujourd?hui : violence et pauvreté. Sont-ils à ce point pervertis par l?illusion de l?argent, qu?ils ne conçoivent pas que le peuple a besoin d?un minimum pour vivre et d?un peu plus pour obtenir un peu de bien-être.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Destitution de ce provocateur incapable !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
@John Diffamation scandaleuse qui aurait dû être censurée!Utiliser des ragôts glauques ou ses fantasmes orduriers pour salir ses adversaires est indigne et vous dévoile!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
TENEZ-LES GUEUX ET FERMEZ-LA! Pas d'augmentations des minimas sociaux,encore moins de hausses de salaire pérennes,mais un soupoudrage de cacahuètes,pardon de "pourboires" de 200 euros,même pas toujours immédiats!Pendant ce temps,les taxes,les amendes,les impôts locaux que les collectivités locales seront forcées d'augmenter,par perte des taxes professionnelles......vont effacer l'impact de ces aumônes sur la consommation. et toujours pas de suppression des cadeaux fiscaux! ANTIDEMOCRATIQUE que les réponses aux problèmes des DOM,sociaux,économiques,dépendent des connaissances,préjugés,intérêts personnels d'un seul homme,sans régulation des pouvoirs législatifs! NARCISSISME IRESPONSABLE:En vacances à Megève,N Sarkosy s'est réjoui d'être Président de la République pendant la crise la plus importante depuis 1929!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je lie vraiment une agreesivité dans certain message, et je m'interroge sur la pertinence des "critiques". PAs trés intelligent. En démocratie, vous savez, on ne fait pas qu'attendre la prochaine election présidenttielle, il est aussi permi de faire des proposition qui fasse réflechir les lecteurs des forums aussi. Perso, je trouve que N.S reagit bien. On ne peut pas se remettre à faire du vent avec la fonction publique. et ça c'est tré evidemment une erreure du passé qu'il ne faut pas refaire. Secundo, la hausse du salaire. Mais une fois qu'on aurait augmenté le salaire en versant 500 euros ( ce qui est 1 un acte d'antirépublicanisme et qui serait ( et il ne faut pas douter de cela, car notre histoire en a été le témoin sous la 3ème république) mortel pour la démocratie elle même, car elle créerait un précédent que s'empresseraient de saisir les syndicats à chaque fois qu'il y aurait un problème ( et qui aboutirait véritablement à ne plus tenir compte de la situation du contribuable solvable ( dont la situation croyez le ou non) n'est souvent pas la plus rose non plus) et rendrait donc, l'état tout puissant. En réalité ce serait completment basculer dans une forme de totalitarisme niant toutes les liberté individuelle. Que la gauche encourage cela la condamne à mon avis pour les siècle et les siècle à ne pas être apte à diriger le pays. Qui voudrait vivre dans un pays, où sans concertation on prélève une fois, deux fois, trois fois...X fois, dans les bourses de gens qui de plus en plus privé du fruit de leur travail il en perde la volonté de travailler ? Contrairement à un remaque qu'on m'a faite "que si j'étais au smic je comprendrais" je repond exactement ceci. Non c'est vrai je ne suis pas au smic. Je suis au RMI. J'ai 26 ans, j'ai un master en droit privé, j'ai aussi une formation dejournaliste, deplus je maitrise parfaitement 2 langues et a de bonne notion dans un troisième. Et bien moi ce qui me préoccupe, c'est justement que j'arrive dans une société ou mes efforts comptent nuls. Je me retrouve en concurrence avec des vieux de 40 piges qui n'ont aucun dîplome, qui sont abonnés à la CGT, et qui dès la première semaine de travail voient si ils peuvent vous acquaparer dans leur escarcelle ou pas. Et si c'est pas possible alors Toute déclaration de générosité, union des travailleurs ou pas, ils font leur possible pour vous amener à faire des votes que votre patron va vous reprocher jusqu'au licenciement. Donc mon souci présent c'est pas de savoir si un smicar vas avoir du boulot, mais de savoir si tous les efforts que j'ai fourni depuis que je scolarisé vont être payant ou pas. Et de ce point de vue, je pense que dès la crise de dire au gens: dans les temps de malheur comme de bonheur, on n'obtient que la rétribution des efforts qu'on a frouni, je pense que c'est 1 légitime, et 2 trés trés juste. En plus de ça, les réforme que NS fait sont nécessaires. VOyez vous, moi, je les ait vue les profs à la fac et je sais ce qu'il font et ne font pas. Et je sais aussi que ce corporatisme est si facile et qu'il joue même contre les étudiants. Enfin, le plan de relance est le bon. LA france est reconstruite, mais il reste des investissement à faire ici ou là celon les besoin futur ( il ne s'agit pas de faire comme en union soviétique ou on produisait pour produire , et je ne suis pas dupe du capiltaisme non plus). Enfin, je crois que dans ces déclaration virulente que je lie, il y a surtout la frustration d'un aveu de faiblesse. J'ai eu des profs comme ça. Quoiqu'ils pouvaient dire, c'était toujours refusé par les elève ... mais ça c'était au collège! Et bien moi j'y voie l'aveu soit d'un esprit infantil : rendez vous compte, c'est le premier président qui dit : les actionnaires ne doivent pas être les seuls bénéficiaire des bénéfices. Je trouve cela encouragent. Et en plus il dit qu'il faut intéressé les travailleurs aux bénéfices de l'entreprises, et qu'en outre si rien ne se fait entre patron et syndicats alors l'ETAT LUI MEME PRENDRA PAR LA LOI LA DISPOSITION qui s'impose. Ce n'est pas une mesure pour la crise, mais quand on en sera sorti je ne vois pas comment on ne pourrait pas être les meilleur. Alors plutot que d'essayer de détruire des effort et de fatiguer la bonne volonté des citoyens qui comprennent une situation mais qui ne peuvent engloutir les principe de l'etat de droit vous feriez vraiment mieux de bien réflechir à cela. Que cette prétendue solidarité a une limite qui est psychologique : et c'est sur elle que les gens ont le sentiment de vivre dans un etat de droit ou pas. Alors que vous "luttiez" contre le patronat non pas pour demander des sous, mais de manière intelligente, c'est à dire pour demander des principes (comme par exemple une répartition des beneficices plus equitables) d'accord, mais il ne faut pas demander à des gens ce qu'il ne peuvent accorder sans se mettre eux même dans la panade. Et ça ne sert à rien de vitupérer sur N.S parce qu'il n'accordera rien qu'il ne détiennent sans enfreindre la constitution et la loi. Ha oui et aussi une chose : contrairement à ce qu'à pu croire une personne : je ne suis pas fréderique lefebvre, et je confirme : je ne troque pas mes idées, ma liberté, et mes echecs contre du pongnon. Bien à vous tous, car nous sommes dans la même barque. Alors de grâce cessez votre méchanceté gratuite sur NS qui ne christalise que la haine et marque les imaginations de gens qui ne se connaissent pas. Puissent-ils un jour vouloir sincérement se parler san agressivité.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Je lie vraiment une agreesivité dans certain message, et je m'interroge sur la pertinence des "critiques". PAs trés intelligent. En démocratie, vous savez, on ne fait pas qu'attendre la prochaine election présidenttielle, il est aussi permi de faire des proposition qui fasse réflechir les lecteurs des forums aussi. Perso, je trouve que N.S reagit bien. On ne peut pas se remettre à faire du vent avec la fonction publique. et ça c'est tré evidemment une erreure du passé qu'il ne faut pas refaire. Secundo, la hausse du salaire. Mais une fois qu'on aurait augmenté le salaire en versant 500 euros ( ce qui est 1 un acte d'antirépublicanisme et qui serait ( et il ne faut pas douter de cela, car notre histoire en a été le témoin sous la 3ème république) mortel pour la démocratie elle même, car elle créerait un précédent que s'empresseraient de saisir les syndicats à chaque fois qu'il y aurait un problème ( et qui aboutirait véritablement à ne plus tenir compte de la situation du contribuable solvable ( dont la situation croyez le ou non) n'est souvent pas la plus rose non plus) et rendrait donc, l'état tout puissant. En réalité ce serait completment basculer dans une forme de totalitarisme niant toutes les liberté individuelle. Que la gauche encourage cela la condamne à mon avis pour les siècle et les siècle à ne pas être apte à diriger le pays. Qui voudrait vivre dans un pays, où sans concertation on prélève une fois, deux fois, trois fois...X fois, dans les bourses de gens qui de plus en plus privé du fruit de leur travail il en perde la volonté de travailler ? Contrairement à un remaque qu'on m'a faite "que si j'étais au smic je comprendrais" je repond exactement ceci. Non c'est vrai je ne suis pas au smic. Je suis au RMI. J'ai 26 ans, j'ai un master en droit privé, j'ai aussi une formation dejournaliste, deplus je maitrise parfaitement 2 langues et a de bonne notion dans un troisième. Et bien moi ce qui me préoccupe, c'est justement que j'arrive dans une société ou mes efforts comptent nuls. Je me retrouve en concurrence avec des vieux de 40 piges qui n'ont aucun dîplome, qui sont abonnés à la CGT, et qui dès la première semaine de travail voient si ils peuvent vous acquaparer dans leur escarcelle ou pas. Et si c'est pas possible alors Toute déclaration de générosité, union des travailleurs ou pas, ils font leur possible pour vous amener à faire des votes que votre patron va vous reprocher jusqu'au licenciement. Donc mon souci présent c'est pas de savoir si un smicar vas avoir du boulot, mais de savoir si tous les efforts que j'ai fourni depuis que je scolarisé vont être payant ou pas. Et de ce point de vue, je pense que dès la crise de dire au gens: dans les temps de malheur comme de bonheur, on n'obtient que la rétribution des efforts qu'on a frouni, je pense que c'est 1 légitime, et 2 trés trés juste. En plus de ça, les réforme que NS fait sont nécessaires. VOyez vous, moi, je les ait vue les profs à la fac et je sais ce qu'il font et ne font pas. Et je sais aussi que ce corporatisme est si facile et qu'il joue même contre les étudiants. Enfin, le plan de relance est le bon. LA france est reconstruite, mais il reste des investissement à faire ici ou là celon les besoin futur ( il ne s'agit pas de faire comme en union soviétique ou on produisait pour produire , et je ne suis pas dupe du capiltaisme non plus). Enfin, je crois que dans ces déclaration virulente que je lie, il y a surtout la frustration d'un aveu de faiblesse. J'ai eu des profs comme ça. Quoiqu'ils pouvaient dire, c'était toujours refusé par les elève ... mais ça c'était au collège! Et bien moi j'y voie l'aveu soit d'un esprit infantil : rendez vous compte, c'est le premier président qui dit : les actionnaires ne doivent pas être les seuls bénéficiaire des bénéfices. Je trouve cela encouragent. Et en plus il dit qu'il faut intéressé les travailleurs aux bénéfices de l'entreprises, et qu'en outre si rien ne se fait entre patron et syndicats alors l'ETAT LUI MEME PRENDRA PAR LA LOI LA DISPOSITION qui s'impose. Ce n'est pas une mesure pour la crise, mais quand on en sera sorti je ne vois pas comment on ne pourrait pas être les meilleur. Alors plutot que d'essayer de détruire des effort et de fatiguer la bonne volonté des citoyens qui comprennent une situation mais qui ne peuvent engloutir les principe de l'etat de droit vous feriez vraiment mieux de bien réflechir à cela. Que cette prétendue solidarité a une limite qui est psychologique : et c'est sur elle que les gens ont le sentiment de vivre dans un etat de droit ou pas. Alors que vous "luttiez" contre le patronat non pas pour demander des sous, mais de manière intelligente, c'est à dire pour demander des principes (comme par exemple une répartition des beneficices plus equitables) d'accord, mais il ne faut pas demander à des gens ce qu'il ne peuvent accorder sans se mettre eux même dans la panade. Et ça ne sert à rien de vitupérer sur N.S parce qu'il n'accordera rien qu'il ne détiennent sans enfreindre la constitution et la loi. Ha oui et aussi une chose : contrairement à ce qu'à pu croire une personne : je ne suis pas fréderique lefebvre, et je confirme : je ne troque pas mes idées, ma liberté, et mes echecs contre du pongnon. Bien à vous tous, car nous sommes dans la même barque. Alors de grâce cessez votre méchanceté gratuite sur NS qui ne christalise que la haine et marque les imaginations de gens qui ne se connaissent pas. Puissent-ils un jour vouloir sincérement se parler san agressivité.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Monsieur rem's
Que vous ayez le culte du président de la république m'est totalement indifférent: en république chacun a le droit d'avoir son idole. Cependant comme votre mentor vous devriez faire preuve de modestie En effet, quand ,comme vous on possède un master de droit privé et que l'on parle plusieurs langues étrangères, il vaudrait mieux écrire correctement le français. Le message que vous souhaitez faire passer serait plus compréhensible.
C'est la première fois, et probablement la dernière, que je prends la plume pour répondre à un commentaire. Alors, la prochaine fois tenez compte du conseil de monsieur Poniatowski "Tournez sept fois la langue dans votre bouche avant de vous taire."
Avec les sincères salutations d'un homme de gauche.
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Arretez tous de râler et mettez vous au travail!!!
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
Sarkozy est un incompétent ! NEXT !
a écrit le 09/10/2009 à 13:41 :
A.D.A, décerne son prix virtuel, « Ecran de fumée politique 2009 », à : Le Figaro.fr !!!

Article citoyen complet, c?est sur A.D.A, c?est là :

http://rpubliquejetaime.typepad.fr/


Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :