L'Oréal affiche des résultats 2000 en très forte croissance

Des résultats historiques. Tel est le qualificatif que certains analystes apposent aux résultats annuels provisoires présentés hier soir par L'Oréal. L'an dernier, le bénéfice net opérationnel part du groupe a progressé de 24,2% pour atteindre 1,03 milliard d'euros en 2000. Ce chiffre est supérieur aux attentes des analystes : le consensus réalisé par Jacques Chahine Finance tablait sur un bénéfice net opérationnel de 987 millions d'euros. Mais surtout, il a progressé à un rythme plus soutenu qu'au premier semestre (+22,5%) et ce, en dépit de l'impact sur les comptes du groupe de l'intégration des sociétés acquises en 2000 (Carson, Matrix Essentials, Kiehl's).En outre, l'Oréal est parvenu à améliorer sa rentabilité, la marge opérationnelle s'établissant à 8,1% contre 7,7% en 1999. Le bénéfice net par action (BNPA) ressort à 1,52 euro par action, également en hausse de 24,2% alors que le résultat d'exploitation s'est accru de 20,4% sur la période et s'élève à 1,48 milliard d'euros, précise le groupe dans un communiqué. Saluant ces résultats, Lindsay Owen-Jones, Pdg du groupe de cosmétiques a déclaré : "l'Oréal réalise un record absolu en terme de croissance du résultat, la plus élevée depuis près de 20 ans". "Cette augmentation est notamment le fruit de l'amélioration des marges du groupe et des excellentes contributions des sociétés mises en équivalence", a-t-elle ajouté.Le 25 janvier dernier, l'Oréal publiait un chiffre d'affaires de 12,7 milliards d'euros, soit une progression de 17,9% par rapport à 1999. Les ventes du groupe ont particulièrement augmenté aux Etats-Unis (+14,1%) et "dans le reste du monde" (+19,3%), l'Europe affichant pour sa part une croissance plus modeste (+5,2%). La présence de l'Oréal en Amérique du Nord constitue un sujet de préoccupation pour les analystes qui redoutent que la performance commerciale du groupe fléchisse en 2001 compte tenu du ralentissement de la première économie mondiale. Désireux de mettre fin à de tels doutes, Michel Somnolet, vice-président chargé de l'administration et des finances, a déclaré jeudi matin que le ralentissement économique américain n'avait eu aucun impact sur les ventes de l'Oréal au quatrième trimestre 2000. Concernant les ventes 2001, M. Somnolet s'est déclaré confiant, soulignant que "le creux de la vague" était sans doute déjà passé.En proie à des prises de bénéfices en début de matinée jeudi, l'action l'Oréal s'est redressée à la mi-journée et affiche un gain de 3% à 84,2 euros en début d'après-midi. Son recul depuis le début de l'année est ramené à un peu plus de 7%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.