Fin de l'embellie à Wall Street

 |  | 552 mots
Les indicesL'indice composite de la bourse électronique Nasdaq a chuté de 127,53 points, soit 5,00% à 2.425,28 points et le DJIA, principal indicateur de Wall Street, a reculé de 91,20 points, soit 0,84% à 10.799,82 points vendredi. Le Standard and Poor's 500, un indice représentant un plus large éventail de valeurs, s'est établi en recul de 25,08 points (-1,89%) à 1.301,53 points. A Wall Street, 1,2 milliard d'actions ont changé de mains, tandis que sur le Nasdaq, 1,8 milliard d'actions ont été échangées. La tendanceLes marchés américains étaient déjà fébriles vendredi, lorsqu'est tombée la nouvelle de bombardements en Irak. A la veille d'un week-end de trois jours, en raison de la célébration lundi du President's Day, le Nasdaq chutait déjà de plus de 150 points, soit près de 6% vers 19H30 GMT, à son plus bas niveau depuis le 8 janvier. La forte hausse des prix à la production en janvier (+1,1% et +0,7% pour l'indice de base, hors énergie et alimentation) témoigne d'une apparente poussée de l'inflation. Si cette flambée des prix devait se confirmer, elle pourrait entraîner une baisse moins forte des taux par la Réserve fédérale, une perspective qui a pu elle aussi contribuer à déprimer les marchés. Les valeursLa bourse électronique, qui avait commencé à relever la tête au cours des dernières séances, a été brutalement rattrapée par les perspectives désastreuses du canadien Nortel et peu réjouissantes des américains Dell et Hewlett-Packard. Nortel, géant mondial des équipements de fibre optique pour les réseaux de télécommunications, a dégringolé de 32,77% à 20 dollars, après avoir annoncé jeudi soir une prévision de perte au premier trimestre, alors que les analystes attendaient un bénéfice. Le groupe a également abaissé de moitié, soit de 30% à 15%, ses prévisions de hausse du chiffre d'affaires pour l'ensemble de 2001, en raison du ralentissement économique "plus sévère que prévu" aux Etats-Unis. Les investisseurs ont alors vu resurgir leurs craintes d'une dépression dans le secteur des télécommunications. Nortel a entraîné avec lui le secteur des équipementiers de réseaux, leur faisant prendre une douche froide après leurs forts gains de la veille. L'AMEX Networking Index, représentatif du secteur, a cédé 11,40%. Figuraient parmi les plus gros perdants, Corning (-21,45% à 33 dollars), JDS Uniphase (-20,78% à 35-3/4 dollars) et Juniper Networks (-13,22% à 80 dollars). L'autre mauvaise nouvelle est venue des fabricants d'ordinateurs, qui continuent à souffrir d'un ralentissement des ventes de PC et ont de nouveau révisé à la baisse leurs prévisions pour les mois à venir. Dell a perdu 6% à 23,50 dollars. Compaq, son plus puissant concurrent sur le créneau des PC, a reculé de 8,79% à 21,80 dollars. Hewlett-Packard ne s'en est pas mieux tiré (-8,86% à 33,13 dollars). Parmi les valeurs traditionnelles, seules les pétrolières, le tabac et la grande consommation ont tiré leur épingle du jeu. La pharmacie, en revanche, faisait profil bas, dans le sillage de Schering-Plough qui a annoncé une prévision de bénéfice par action au 1er trimestre plus faible qu'attendu. Le titre a clôturé en recul de 14,63% à 41,25 dollars. Le marché obligataireSur le marché obligataire, les taux se sont détendus. Le rendement de l'obligation du Trésor à 10 ans a reculé à 5,103% contre 5,172% jeudi et celui de la ligne à 30 ans à 5,453% contre 5,487%. Ces rendements évoluent en sens inverse des prix.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :