L'inflation reste nettement au-dessus de 2% dans la zone euro

L'inflation continue d'être l'épine dans le pied de la reprise européenne. Mercredi, l'Office européen des statistiques Eurostat a indiqué que les prix avaient progressé sur un mois de 0,6% en mars dans la zone euro. En glissement annuel, le taux d'inflation des Douze s'établit à 2,5%, contre 2,4% en février. Compte tenu du très bas taux d'inflation du Royaume-Uni (1,7% sur douze mois), le taux d'inflation de l'union européenne en glissement annuel est de 2,3% en mars.Ce chiffre était attendu par les économistes et est conforme au consensus Reuters. La remontée des prix en Allemagne et en France laissait peu de place à la surprise. Il n'en reste pas moins que le taux d'inflation de mars reste largement au-delà de la limite fixée par le traité de Maastricht, soit 2% en rythme annuel.Dans le détail, la hausse des prix de l'énergie, liée à la remontée du prix du pétrole, s'établit à 1,2% sur un mois en mars, mais, en glissement annuel, l'évolution des prix énergétiques est négative (-1,5%). L'effet pétrole a donc été très marginal en mars, puisque que le taux d'inflation hors alimentation, tabac et énergie est le même que le taux global sur un mois (+0,6%) et sur un an (+2,5%). En fait, la hausse de mars est principalement due à l'envolée des prix de l'habillement (+4,1%). En revanche, les prix alimentaires sont restés stables (+0,1%) et les prix des services de communications ont reculé de 0,2%. Ces mauvais chiffres répétés de l'inflation alimentent les craintes de relèvement des taux de la BCE avant l'été. Le chef économiste de la BCE, Otmar Issing s'est voulu plutôt rassurant ce matin dans une conférence à Berlin. Pour lui, "les anticipations d'inflation à plus long terme, comme le montre les cours des marchés financiers ou les études économiques, restent fermement accrochées à des niveaux conformes à la définition de la stabilité des prix par la BCE". La BCE n'est donc pas inquiète quant à son objectif de 2%. La hausse du pétrole elle-même ne paraît pas catastrophique pour Otmar Issing. "Il n'y a aucune raison de tirer la sonnette d'alarme" a-t-il souligné. Otmar Issing a cependant confirmé que le taux d'inflation de la zone euro pour avril ne sera pas inférieur à 2% en rythme annuel et que "la zone euro reviendra à son potentiel de croissance (soit 2 à 2,5% par an, ndlr) plus tôt que prévu". Un relèvement rapide des taux par la BCE visant à ramener l'inflation à un niveau plus acceptable est donc probable aux yeux des marchés. En conséquence, l'euro s'est apprécié toute la matinée contre le dollar, d'autant que la perspective d'un relèvement des taux aux Etats-Unis. A 18h la monnaie unique atteignait 0,8888 dollar.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.