Cession en vue pour Philipp Holzmann

 |   |  338  mots
Le monde des affaires allemand est décidément bien tourmenté ces temps-ci. Après Kirch et MobilCom, revoilà en effet l'affaire Philipp Holzmann AG (PHAG) qui refait surface. L'entreprise de BTP de Francfort avait été sauvée de la faillite en 1999 par une intervention du chancelier Gerhardt Schröder. Effrayé par la perte possible de 70.000 emplois, le gouvernement allemand avait forcé les banques créancières du groupe à monter un plan de sauvetage.Deux ans et demi après, Philipp Holzmann s'est séparé d'un cinquième de ses effectifs et a annoncé une nouvelle perte nette pour 2001 "plus forte que prévu", qui, selon la presse allemande, s'élèverait à 237 millions d'euros. Devant ces nouvelles difficultés, les banques, qui sont devenues actionnaires de PHAG (et principalement la Deutsche Bank, qui possède 20% du capital), auraient mis en place un nouveau plan de sauvetage baptisé "Gazelle". Ce plan prévoirait, selon la Süddeutsche Zeitung, la séparation du groupe en deux entités. L'une reprendrait les risques immobiliers de PHAG, l'autre conserverait les activités BTP du groupe. La vente de la seconde entité devrait permettre de solder les pertes de la première. Un candidat s'est d'ailleurs déjà présenté pour la reprise du BTP de Philipp Holzmann, si le risque financier était écarté. Il s'agit du groupe de BTP de Mannheim, Bilfinger+Berger, qui a reconnu avoir "entamé des discussions". D'autres candidats seraient également en lice, selon la presse. On cite notamment le groupe français Vinci. Il faut dire que Philipp Holzmann AG, avec ses 6 milliards d'euros de chiffre d'affaires et sa bonne implantation aux Etats-Unis, est une proie alléchante. Du côté des marchés, le plan "Gazelle" ne semble pas séduire les investisseurs. A la clôture de la Bourse de Francfort, l'action Philipp Holzmann s'est effondré de -7,57% à 7,57 euros, tandis que son principal actionnaire la Deutsche Bank a perdu 0,46% à 73,73 euros et que son éventuel repreneur Bilfinger+Berger a vu son titre chuter de 1,04% à 23,7 euros.latribune.f

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :