Lourdes pertes pour Deutsche Telekom en 2001

 |  | 509 mots
Lecture 2 min.
Pour la première fois depuis son entrée en Bourse en 1997, l'opérateur historique allemand de téléphonie Deutsche Telekom a terminé l'année dans le rouge en 2001. L'ex-monopole allemand a annoncé ce matin une perte nette après éléments exceptionnels de 3,5 milliards d'euros pour l'exercice 2001. En 2000, le groupe avait présenté un bénéfice net de 5,9 milliards d'euros. Cette perte est supérieure à celle attendue par les analystes, qui prévoyaient une perte nette après éléments exceptionnels de 2,5 milliards. Le résultat d'exploitation est, en revanche, plus rassurant : l'Ebitda du groupe est en hausse de 17 % en 2001 à 15,1 milliards d'euros. De même, le chiffre d'affaire du groupe continue de progresser fortement, en hausse de 18,1 % sur 2001 à 48,3 milliards d'euros.Les marchés surveillaient particulièrement les résultats de la branche de téléphonie mobile de Deutsche Telekom, notamment après le rachat en 2001 de l'opérateur américain VoiceStream pour 21 milliards d'euros. L'Ebitda total de la division passe de 1,4 milliard d'euros en 2000 à 3,1 milliards en 2001, dépassant ainsi l'objectif du groupe qui était de doubler ce chiffre en 2001. En revanche, Voicestream affiche une perte nette de 444 millions d'euros (386 millions de dollars) pour un chiffre d'affaire de 1,3 milliard d'euros (1,1 milliard de dollars), en hausse de 63 % par rapport à 2000. La préoccupation majeure concernant l'opérateur allemand concerne son endettement. Le groupe cumule encore 62,1 milliards d'euros de dettes, le recul de cette dette au quatrième trimestre restant marginal (-4,8 %). Une des sources possibles d'argent frais s'est tarie le mois dernier avec l'abandon de l'offre de reprise des réseaux câblés du groupe par l'américain Liberty Media pour 5,5 milliards d'euros, repoussée par les instances de régulation allemandes (lire l'article ci-contre). Pour poursuivre son désendettement, Deutsche Telekom envisage actuellement de céder pour deux milliards d'euros supplémentaires d'actifs immobiliers. Et il évoque toujours son projet d'introduire en Bourse sa filiale de téléphonie mobile T-Mobile. L'opération pourrait lui rapporter 10 milliards d'euros, mais elle ne pourra être lancée que si le redressement des comptes de Voicestream est confirmé. Et, bien sûr, uniquement si les marchés financiers confirment la reprise engagée ces derniers jours. Concernant les perspectives pour 2002, Karl-Gerhardt Eick, directeur financier de Deutsche Telekom, a déclaré, lors d'une interview accordée à la chaîne allemande NTV, "espèrer" pour 2002 une croissance à deux chiffres de l'EBITDA et du chiffre d'affaires du groupe. Il a cependant refusé de formuler des prévisions à propos du résultat net 2002. Le chiffre de 7 milliards d'euros de pertes avait été avancé par le magazine allemand Kapital en janvier (cf. article ci-contre), tandis que le PDG du groupe, Ron Sommer, avait reconnu dans un entretien à un quotidien allemand que Deutsche Telekom pourrait afficher des pertes nettes "pendant des années" en raison des amortissements liées à ses acquisitions des dernières années, auxquels s'ajouteront les investissements liés à la téléphonie mobile de troisième génération (UMTS).En fin d'après-midi, le titre Deutsche Telekom perdait 1,64 % à 16,75 euros à Francfort.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :