Le marché apprécie la publication trimestrielle de Sanofi-Synthélabo

 |  | 430 mots
Si depuis le début de l'année, les investisseurs ont quelque peu délaissé la valeur défensive qu'est Sanofi-Synthélabo, ils semblent aujourd'hui reconsidérer leur position. Mercredi en fin de journée, le titre avance de 1,86% à 71,30 euros après avoir engrangé 2,34% la veille. Certes, l'action était récemment à ses plus bas annuels et les divers rebonds avortés dans les TMT peuvent inciter à un retour sur Sanofi. Mais ce mercredi, au dela des aspects techniques et sectoriels, le groupe a également séduit par la publication trimestrielle qu'il vient d'effectuer. Car les opérateurs peuvent mettre en avant trois motifs de satisfaction.En premier lieu, Sanofi a bien commencé l'année : le deuxième groupe pharmaceutique français - derrière Aventis - a annoncé une hausse de 19,5% de son chiffre d'affaires au premier trimestre, à 1,855 milliard d'euros. A données comparables, la hausse atteint encore 15,4%, la différence étant due aux variations des taux de change et au passage à une consolidation intégrale pour plusieurs filiales étrangères.Les ventes développées (incluant celles réalisées dans le cadre d'accords commerciaux avec des laboratoires concurrents) ont atteint 2,4 milliards d'euros sur les trois premiers mois de l'année, en croissance de 18,8% à données comparables.Sur le plan géographique, la hausse est particulièrement marquée aux Etats-Unis : les ventes y ont progressé de 18% à données comparables, contre 14% seulement en Europe et 9% au Japon. La concentration du portefeuille de produits commercialisés s'est accentuée, puisque les quinze premiers médicaments du groupe ont généré 67% des ventes, contre 63% au premier trimestre de l'an dernier.Autre source de confiance, Sanofi a apporté des réponses rassurantes sur le risque lié aux produits génériques. Le groupe a en effet confirmé que le brevet du Plavix n'expirerait qu'en 2011 aux Etats-Unis, en 2012 au Canada et en 2013 en Europe. "Le portefeuille de Sanofi-Synthélabo connaît une faible exposition face au risque que représentent les génériques, moins de 10% du portefeuille devrait être touché par l'expiration des brevets d'ici 2006", souligne dès lors Fideuram-Wargny.En conséquence, et c'est là le troisième et principal facteur d'optimisme du marché, le groupe a maintenu ses solides perspectives. "Malgré le plan d'action annoncé par Bristol-Myers Squibb, visant à réduire le niveau des stocks de Plavix et d'Avapro chez les grossistes américains, Sanofi-Synthélabo confirme que la croissance du résultat net part du groupe avant éléments exceptionnels et amortissements des écarts d'acquisition devrait être, sauf événements adverses majeurs, supérieure à 25% en 2002", conclut le communiqué.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :