Le CAC 40 finit de peu dans le rouge

Un dernier coup de collier n'aura pas suffi. Paris reste bloqué dans le rouge. A la clôture, le CAC 40 perd 0,37 % à 2.950 points. En séance, l'indice a perdu jusqu'à 1,45 %. A New York, le Dow Jones recule de 1,2 % mais le Nasdaq progresse de 0,78 %. Les investisseurs sont partagés. Le relèvement de la croissance du PIB américain au deuxième trimestre 2002, 1,3 % contre une précédente estimation de 1,1 %, n'a pas réellement rassuré. Car la statistique révèle aussi que les dépenses de consommation des ménages sont moins dynamiques que prévu (1,8 %, 0,1 point de moins que lors du précédent calcul). Autre statistique du jour : l'indice définitif de la confiance des consommateurs de l'Université du Michigan en septembre. Il est revu à 86,1, contre 86,2. Les analystes tablent sur un repli à 86.Plus forte baisse du CAC 40, Alcatel abandonne 6,44 % à 2,47 euros sous l'effet de prises de bénéfices. En trois jours, le titre du groupe de télécommunications avait repris 13 %. Il pâtit également de la réduction des dépenses de l'opérateur américain SBC et de la révision en baisse par Nortel de sa prévision de chiffre d'affaires. Les autres valeurs technologiques lui emboîtent le pas. STMicroelectronics perd 2,03 % à 14,99 euros. Thomson Multimédia lâche 4,15 % à 16,86 euros.France Télécom cède 1,38 % à 7,89 euros. Jean-Pierre Raffarin a confirmé, hier soir sur France 2, que le successeur de Michel Bon sera nommé au cours du conseil d'administration prévu le 2 octobre. Le Premier ministre a indiqué qu'il avait trois noms en tête, sans les citer. Selon les dernières rumeurs, Thierry Breton, le président de Thomson Multimédia fait toujours figure de favori. Les noms de Christian Blanc, ancien PDG d'Air France, de Noël Forgeard, président d'Airbus et de Nicolas de Tavernost, président de M6, circulent également.Vivendi Universal baisse de 1,06 % à 13,01 euros. Dans un entretien aux Echos, Xavier Couture, président du directoire de Canal +, estime que la chaîne perdra encore beaucoup d'argent cette année car " les pertes de Telepiù pèseront sur l'ensemble de l'exercice ". Jean-René Fourtou a annoncé hier que la chaîne italienne sera vendue dans les jours ou les semaines qui viennent.Accor prend 2,55 % à 31,34 euros. Goldman Sachs a placé le titre dans sa liste de " valeurs recommandées ". L'intermédiaire estime en outre que l'action du groupe hôtelier présente une valeur objective d'environ 45 euros.La plus forte hausse du CAC 40 revient à Bouygues : + 3,4 % à 25,83 euros. Sur le SRD, c'est Penauille qui réalise le meilleur score (+ 20,15 % à 4,95 euros, premier vrai rebond après une chute de 70 % en moins d'un mois) suivi par Infogrames (+ 14,55 % à 2,52 euros). Selon Les Echos, le groupe devrait soumettre au comité d'entreprise de mardi un projet de suppressions de 280 postes, soit près de 60% de son effectif en France. Depuis son plus bas du 24 septembre à 1,2 euro à la clôture, le titre de l'éditeur de jeux vidéo a repris 111 %.Axa monte de 0,73 % à 10,99 euros. Son président, Henri de Castries, estime dans le Wall Street Journal que le groupe est bien placé pour profiter d'un retour des investisseurs vers la qualité (flight to quality). Il juge notamment que la chute des marchés peut être perçue comme une opportunité. Il prévoit également une progression la demande pour les produits de gestion du risque, dopant ainsi les perspectives des activités vie et non vie.Nouveau rebondissement dans le feuilleton du mariage entre le Crédit Lyonnais (+ 0,11 % à 36,14 euros) et le Crédit Agricole (+ 2,85 % à 16,97 euros). Selon Les Echos, le ministère de l'Economie étudie de nouvelles options sur la cession de ses 9,5% dans le Lyonnais. Entre autres solutions avancées, un rachat par le Crédit Lyonnais de ses propres titres.Les valeurs liées à l'automobile sont entourées alors que le Mondial ouvre ses portes aujourd'hui. En hausse à l'ouverture, Peugeot cède 2,83 % à 38,45 euros, tandis que Renault accélère de 0,35 % à 45,26 euros. Selon un responsable du groupe cité par Reuters, la marque au losange devrait limiter le recul de ses ventes en Europe occidentale à 2% environ en 2002, contre un baisse moyenne estimée à 4-5% pour l'ensemble du marché.Galeries Lafayette chute de 11,54 % à 115 euros sur le recul de 14,3%, à 21,8 millions d'euros, de son bénéfice net au premier semestre.Enfin, Philip Morris plonge de 8,86 % à 39,29 euros. Le premier fabricant mondial de cigarettes a fortement revu en baisse ses prévisions de résultats pour 2002.Olivier PinaudCopyright Invest

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.