Pfizer confiant pour 2004

Pfizer rassure les observateurs. Certes, son bénéfice net a fortement reculé au quatrième trimestre à 602 millions de dollars, soit 79% de moins que lors des trois derniers mois de 2002. Réparti par action, ce profit s'élève à 8 cents, contre 46 cents voici un an. Mais cette dégringolade s'explique exclusivement par des charges exceptionnelles. L'une, de 1,54 milliard de dollars, vise à couvrir les frais juridiques liés à des plaintes concernant Warner-Lambert, une société acquise jadis par Pfizer. L'autre, de 1,84 milliard de dollars, est liée aux frais de la fusion avec Pharmacia. Si l'on exclut ces éléments exceptionnels - et c'est ce que regardent principalement les marchés - le trimestre semble plus que bon. Le bénéfice net ainsi retraité est en effet de 53 cents par action, soit 15,2% de plus qu'il y a un an. Le consensus réalisé par Thomson-First Call n'attendait pas mieux que 51 cents par action. Pfizer fait donc mieux que prévu, notamment en raison d'une excellente performance commerciale. Il est vrai que les grands produits de Pfizer (ses "blockbusters") ont réalisé de belles percées en termes de ventes. Au cours des trois derniers mois de l'année, le Lipitor, son anti-cholestérol vedette, le plus vendu dans le monde, a vu ses ventes augmenter de 14% à 2,65 milliards de dollars. Les antidépresseurs se sont très bien tenus : les ventes de Zoloft bondissent de 16%, celle du Geodon de 33%. Enfin, l'antibiotique Zithromax dépasse également les 30% de croissance annuelle à 35%. Seule déception, les ventes de Viagra, qui doit maintenant faire face à deux concurrents importants, ne gagnent que 4% sur un an à 509 millions de dollars.En tout, les ventes trimestrielles de Pfizer atteignent 14,2 milliards de dollars, soit une progression annuelle de 52%. Les analystes n'attendaient en moyenne que 13,64 milliards de dollars. Et cette belle performance s'ajoute à une vraie bonne nouvelle: Pfizer a annoncé que les économies liées à la fusion avec Pharmacia atteindront 3,4 milliards de dollars cette année, contre 3 milliards de dollars initialement prévus et 1,3 milliard de dollars en 2003. Si on ajoute à ces deux bons éléments la solidité du pipeline (produits en développement) du groupe, les marchés ont de quoi retrouver confiance dans Pfizer après une année 2003 où le doute s'était installé. D'ailleurs, le groupe prévoit pour l'année en cours une hausse de 22% de ses bénéfices avant exceptionnels. Un peu avant la mi-séance, le titre progressait de 1,74%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.