Sanofi pourrait lancer une offre hostile sur Aventis

La pression n'est pas retombé vendredi sur les deux valeurs pharmaceutiques françaises. Après l'annonce d'une fusion imminente faite jeudi par le quotidien allemand Handelsblatt et reprise par La Tribune, de nouvelles informations sont venues préciser la forme que pourrait prendre l'opération. Selon Les Echos, le Financial Times et Le Figaro, le "petit" Sanofi-Synthélabo pourrait décider de lancer une OPA hostile contre le "grand" Aventis. Le New York Times, de son côté, précise même que les dirigeants de Sanofi ont rencontré mardi dernier des conseillers afin d'examiner les modalités de cette offensive. L'offre devrait valoriser Aventis à quelques 60 milliards d'euros, soit une prime de 28,4% par rapport à la capitalisation actuelle du groupe franco-allemand, qui a déjà beaucoup monté ces jours-ci du fait des spéculations. Le quotidien américain précisait que Sanofi-Synthélabo pourrait lancer son offensive dès vendredi. Le Figaro, en revanche, a indiqué qu'un conseil d'administration de L'Oréal, le deuxième actionnaire de Sanofi à hauteur de 19,5%, devait se réunir samedi pour examiner l'opération. Selon les informations publiées jeudi par le Handelsblatt, L'Oréal envisagerait de rester dans l'actionnariat du nouveau groupe issu de la fusion, et même de monter dans son capital. Evidemment, le groupe de cosmétiques ainsi que les porte-parole des deux groupes pharmaceutiques ont refusé de commenter ces informations. "Nous ne sommes engagés dans aucune négociation", a-t-on répété chez Sanofi. De son côté, dans une interview à la Frankfurter Allgemeine Zeitung, le président d'Aventis, Igor Landau, a répété qu'aucune négociation n'était en cours, mais il n'a pas exclu une éventuelle fusion avec un autre géant pharmaceutique. S'exprimant cette fois dans Le Monde paru vendredi après-midi, le même Igor Landau a réfuté l'idée d'une OPA hostile. "Les fusions non sollicitées sont rarissimes en pharmacie", a-t-il souligné, réaffirmant que la priorité de son groupe est la croissance organique. Mais le New-York Times indique que le groupe de Strasbourg préparerait sa défense. Selon certaines sources de marché reprises par Reuters, Aventis pourrait ainsi faire appel à un "chevalier blanc" qui pourrait offrir un prix plus intéressant. Les noms des britanniques GSK et AstraZeneca, ainsi que celui de Procter & Gamble circulent actuellement sur les tables de marchés. Les deux titres britanniques ont d'ailleurs perdu vendredi respectivement 1,13% et 1,25%. Mais en fait, beaucoup estiment qu'Aventis préférera pousser Sanofi à parvenir à une fusion entre égaux. Une source a en tout cas confirmé à Reuters qu'Aventis avait engagé deux banques, Goldman Sachs et Morgan Stanley, pour organiser sa défense.Reste que, malgré toutes ces rumeurs, plusieurs questions demeurent en suspens, notamment celle du comportement de la Commission de Bruxelles. Les deux groupes ont en effet plusieurs médicaments présents sur les mêmes marchés et des problèmes de concurrence semblent donc évidents. Si la fusion a lieu, il faudra sans doute que le nouveau groupe cède certaines licences. De plus, si Merrill Lynch, dans une étude datée de jeudi, souligne les bénéfices possibles de la fusion en termes de synergies et de stratégie, il souligne que la structure capitalistique complexe de Sanofi pose problème.Ces informations ont bien sûr eu des conséquences sur le comportement des opérateurs boursiers. Jusqu'à vendredi, le scénario d'une fusion amicale avait permis aux deux titres de progresser de concert. Le scénario d'une OPA agressive a poussé les investisseurs à changer leur fusil d'épaule. Ils ont donc logiquement arbitré Aventis au détriment de Sanofi. L'action de la firme franco-allemande a ainsi gagné vendredi 1,68%, portant sa progression sur la semaine à 7,17%. De son côté, l'action Sanofi-Synthélabo a souffert, reculant de 6,93%.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.