Objectif de déficit réduit de 2 milliards d'euros en 2007 pour la Sécurité sociale

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale adopté ce matin en conseil des ministres prévoit que le déficit s'élèvera l'année prochaine à 8 milliards d'euros. Ce qui suppose une maîtrise accrue des dépenses de santé contre laquelle les médecins s'élèvent déjà.

Le conseil des ministres a approuvé ce matin le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) pour 2007. Construit dans une optique très volontariste, celui-ci prévoit une baisse de 2 milliards d'euros du déficit l'année prochaine, à 8 milliards. Ce qui suppose des efforts considérables, notamment en matière de dépenses de santé.

Selon Xavier Bertrand, le ministre de la Santé, ce budget "marquera une nouvelle étape décisive en 2007 dans le rétablissement des comptes, avec un objectif de réduction du déficit de l'ensemble des branches du régime général à -8 milliards d'euros, soit une nouvelle baisse de près de 2 milliards par rapport à 2006".

Les efforts à consentir pour attendre un tel objectif pèseront en premier lieu sur la branche maladie. Celle-ci devrait enregistrer l'année prochaine un déficit de 3,9 milliards d'euros, soit quatre fois moins que trois ans plus tôt. La branche famille, beaucoup plus modeste, contribuera également à l'assainissement des comptes, en réduisant de moitié son déficit 2006, à -0,7 milliard d'euros.

La branche vieillesse, à l'inverse, restera dans le rouge, et de plus en plus. Son déficit devrait en effet passer à 3,5 milliards d'euros, contre 2,4 milliards cette année et 1,9 milliard en 2005. La branche est frappée de plein fouet par l'évolution démographique qui se traduit par une progression rapide des départs à la retraite. Un phénomène amplifié par les nouvelles mesures permettant les départs anticipés des salariés ayant commencé à travailler très jeunes.

Si l'on est encore loin du retour des comptes de la Sécurité sociale à l'équilibre, la réalisation des objectifs ainsi fixés va déjà peser lourd sur le fonctionnement de l'assurance maladie l'année prochaine. L'objectif officiel de dépenses pour la branche (Ondam) est en effet fixé à une augmentation de 2,5% seulement l'année prochaine. Ce qui, compte tenu de la dérive naturelle des dépenses de santé, suppose un effort de maîtrise très soutenu. Selon Xavier Bertrand, "l'atteinte de cet objectif nécessitera un montant d'économies global tous régimes de 2,8 milliards d'euros".

Une telle perspective fait déjà hurler les professionnels de la santé. Ainsi, le syndicat de médecins libéraux, la CSMF, a vivement dénoncé ce matin le projet de PLFSS.
Leader dans la profession, le syndicat estime que les objectifs de dépense imposés aux médecins sont "irréalistes et intenables". Les dépenses de médecine de ville doivent en effet ne croître en 2007 que de 0,8%. Ce que les médecins trouvent particulièrement injuste, leurs efforts ayant contribué à la maîtrise des dépenses cette année et l'hôpital bénéficiant l'année prochaine d'enveloppes nettement plus généreuses. La CSMF réaffirme en conséquence son "opposition totale" au projet de PLFSS.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.