Le CAC 40 rebondit au-dessus des 4.800 points

 |   |  928  mots
Porté par une actualité des entreprises encourageante tant en Europe qu'outre-Atlantique, Paris confirme son rebond. Après une baisse de 1,7% en deux jours, le CAC 40 clôture en hausse de 0,88% à 4.814,09 points.

Paris se reprend après deux jours de baisse. Une actualité de ses entreprises favorable, ainsi qu'une salve de résultats encourageante outre-Atlantique, ont incité les investisseurs à revenir à l'achat après un recul de 1,7% en deux séances. Les trois quarts de l'indice participent du mouvement haussier, la moitié de ses valeurs progressant de plus de 1%.

Lafarge bondit après que CSFB a relevé son objectif de cours de 80 à 90 euros sur la valeur. Suez et Veolia progressent après l'annonce par Suez d'un relèvement de 15% de son dividende, de même que Renault et Suez après des relèvements de recommandation. Seule France Télécom est réellement à la traîne de l'indice avec un recul de plus de 1% au lendemain d'un rebond supérieur à 1%.

Les grands indices américains sont en hausse à Wall Street, les résultats meilleurs que prévu d'AMD, Pfizer et Merrill Lynch et des statistiques supérieures aux attentes rassurant après les déceptions d'Apple Computer et eBay. Les contre-performances de plusieurs grands noms de la cote comme Intel et Alcoa avaient récemment mis à mal les estimations de croissance des bénéfices, et mis un frein aux débuts prometteurs des marchés américains pour 2006.

A la clôture, le CAC 40 gagne 0,88% à 4.814,09 points. A Londres, le Footsie prend 0,52% à 5.693,2 points et, à Francfort, le Dax avance de 0,65% à 5.430,84 points. A New York, le Dow Jones gagne 0,08% à 10.863,68 points.

Les stocks de pétrole ont été annoncés en hausse la semaine dernière aux Etats-Unis, a annoncé le département de l'énergie EIA. Une surprise, alors qu'une baisse des réserves de brut était attendue. Par ailleurs, la hausse des stocks d'essence a été nettement plus forte que prévu. En revanche, les stocks de produits distillés, dont le fioul domestique, ont progressé à hauteur de 900.000 barils, là où une hausse de 2,3 millions de barils était espérée. La douceur des températures outre-Atlantique laisse entrevoir une baisse de la consommation de fioul domestique, mais les tensions au Nigeria et en Iran continuent de peser sur la tendance. Le baril de pétrole passe au-dessus des 66 dollars, à 66,20 dollars.

Sur le marché des changes, le dollar se reprend légèrement à 1,21,07 pour 1 euro à la faveur d'entrées nettes de capitaux toujours solides aux Etats-Unis et alors que la Fed a fait état d'une poursuite de l'expansion de l'économie américaine fin 2005.

Sur le plan économique, quatre statistiques américaines figuraient au programme de l'après-midi. Le département du Travail a annoncé une baisse de 36.000 à 271.000 des inscriptions hebdomadaires au chômage, leur niveau le plus bas depuis la semaine au 15 avril 2000. Les mises en chantier de logements ont certes chuté de 8,9% le mois dernier, mais elles affichent une progression de 5,6% en 2005, à 2,065 millions d'unités, soit la deuxième meilleure performance jamais enregistrée depuis la création de cette statistique, en 1972. L'indice de la Fed de Philadelphie de janvier doit encore être publié à 18 heures.

Bouygues progresse de 2,26% à 43,46 euros. Morgan Stanley a relevé son opinion sur le titre de " pondération en ligne " à " surpondérer ". Renault engrange 3,99 % à 75,50 euros alors que SG Securities est passée hier de " vendre " à " achat " sur la valeur.

Lafarge s'octroie 4,79% à 77,70 euros, CSFB a porté son objectif de cours de 80 à 90 euros.

Les valeurs technologiques se reprennent, les intervenants privilégiant le retour aux bénéfices annoncé par Advanced Micro Devices, le concurrent d'Intel, aux prévisions décevantes d'Apple et eBay. STMicroelectronics gagne ainsi 2,14% à 15,75 euros.

Arcelor monte de 1,25% à 21,12 euros. Le groupe sidérurgique a annoncé avoir relevé de 50 euros le prix de la tonne d'acier plat inoxydable livrable en février et mars en raison d'une forte demande.

Suez s'apprécie de 3,02% à 28,95 euros. Le groupe de services aux collectivités proposera à ses actionnaires de verser un dividende de 0,92 euro par action au titre de l'exercice 2005, en hausse de 15%.

Air France-KLM gagne 2,51% à 18,40 euros alors que l'allemand Lufthansa a annoncé attendre une croissance d'environ 40% de son bénéfice d'exploitation en 2005.

Euronext avance de 6,02% à 47 euros. Citigroup a relevé sa recommandation de " vente " à " achat " sur le titre et porté son objectif de cours de 31 à 51 euros. Par ailleurs, les banques tentent de mettre en oeuvre un pacte d'actionnaires afin de résister à la pression des fonds spéculatifs et de fédérer 10% du capital de la plate-forme boursière, écrit Les Echos. Un tel pacte leur permettrait de poser leurs conditions à un éventuel rapprochement avec Deutsche Börse.

BioMérieux s'octroie 3,91% à 45,20 euros. Le spécialiste des diagnostics in vitro a vu son chiffre d'affaires progresser de 6,9% à 993,6 millions d'euros en 2005. Hors effet de changes, la croissance ressort à 5,7%. Les ventes du quatrième trimestre se sont appréciées de 12,3% à 272,5 millions (+7,6% à taux de change constant). Pour 2006, le groupe table sur une croissance de son activité comprise entre 5% et 6% hors effet de changes.

Bic gagne 1,80% à 50,85 euros. Le fabricant de stylos et de rasoirs a dégagé un chiffre d'affaires de 1,38 milliard d'euros en 2005, en hausse de 9,2% (+6,5% à données comparables). Sur le seul quatrième trimestre, l'activité progresse de 14,8% à 359,7 millions (+6,4% en comparable). Bic confirme que la croissance annuelle de son résultat d'exploitation sera supérieure à celle de ses ventes.

Gemplus abandonne 4,48% à 2,13 euros. Le numéro un mondial des cartes à puces a annoncé que son chiffre d'affaires et sa marge d'exploitation 2005 devraient être inférieurs aux attentes en raison de problèmes de qualité sur certains produits. Axalto, duquel Gemplus doit se rapprocher, lâche 3,83% à 22,36 euros.

Enfin, LVMH monte de 1,59% à 76,70 euros. Le numéro un mondial du luxe doit publier son chiffre d'affaires 2005 après la clôture.


Ambroise Ecorcheville
Copyright Investir

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :