Entre 30.000 et 40.000 fonctionnaires de moins en 2008

Eric Woerth, ministre du Budget, a confirmé ce jeudi sur BFM que seul un fonctionnaire sur deux partant en retraite en 2008 sera remplacé.

1 mn

Eric Woerth, ministre du Budget, des Comptes publics et de la Fonction publique, compte bien mettre en oeuvre dès cette année une des nombreuses promesses du candidat Sarkozy : réduire le nombre de fonctionnaires, en ne remplaçant qu'un fonctionnaire sur deux qui part à la retraite. "On commencera dans le budget 2008, a annoncé Eric Woerth, ce jeudi sur la radio BFM. Et de préciser : "globalement 70.000 fonctionnaires partiront en retraite d'ici l'année prochaine (...), donc c'est un sur deux", ajoutant "30,35,40.000, c'est de cet ordre là". Le ministre a ajouté que "c'est l'intérêt" des 5 millions de fonctionnaires de procéder à une telle mesure.

Pour lui, il ne s'agit "pas d'une vision comptable, c'est aussi une façon de moderniser la fonction publique en offrant plus de pouvoir d'achat à la fonction publique" qui recevra "la moitié des économies réalisées". Selon le solde budgétaire 2006, les effectifs de fonctionnaires ont déjà été amputés de 9.500 emplois, contre 5.430 initialement programmés. Pour 2007, ce sont 15.000 suppressions d'emplois qui sont inscrites en loi de finances.

Les syndicats ont commencé à réagir aux propos du ministre. Pour FO, Jean-Claude Mailly demande "que la réforme de l'Etat soit examinée globalement" et non pas selon une simple "démarche comptable". "On est toujours dans une logique de gestion purement budgétaire", a ajouté Jacques Voisin (CFTC).

La France compte environ 5 millions de fonctionnaires répartis dans les trois fonctions publiques, d'Etat, territoriale et hospitalière.

1 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.