Résultats en hausse pour Dell mais tout juste en-deçà des attentes

 |   |  543  mots
Le fabricant informatique américain Dell a beau avoir publié jeudi soir un bénéfice net en hausse de 27% pour le troisième trimestre, cela reste très légèrement inférieur aux attentes des analystes. Le groupe mentionne plusieurs facteurs d'incertitude et affiche sa prudence pour l'ensemble de l'exercice.

Malgré un bénéfice net ressorti à 766 millions de dollars au troisième trimestre 2007, en hausse de 27% sur un an, soit 0,34 dollar par action, et une progression du chiffre d'affaires de 9% à 15,6 milliards de dollars, Dell déçoit les analystes qui s'attendaient à un bénéfice par action de 0,35 dollar, pour des revenus de 15,3 milliards.

Au cours du troisième trimestre, les ventes de PC de bureau, qui pèsent 30% des revenus, sont restées quasiment stables par rapport à la même période de l'an passé tandis que celles des ordinateurs portables (également 30% des revenus) ont augmenté de 19%. Les logiciels et les périphériques ont dégagé un chiffre d'affaires de 2,5 milliards de dollars, en hausse de 11%. Les autres activités (serveurs, stockage, services) progressent elles aussi de 8% chacune.

Par zone géographique, les ventes en Asie-Pacifique affichent la plus forte croissance (18%), tirées en particulier par la Chine, le Brésil et l'Inde. Croissance à deux chiffres aussi pour les revenus générés en Europe. La zone Amériques croît quant à elle de 5%.

L'année en cours s'avère décidément difficile entre ses parts de marché qui reculent, sa place de numéro un mondial volée par HP et des erreurs comptables ayant déclenché des enquêtes de la justice américaine. Le groupe a d'ailleurs annoncé en mai dernier la suppression d'environ 8.800 postes, soit 10% de ses effectifs mondiaux. Le groupe n'est pas rentré davantage dans les détails de cette restructuration. "Nous nous sommes embarqués cette année dans une stratégie de long-terme pour relancer la croissance", a rappelé le PDG dans le communiqué, "et nos résultats du troisième trimestre montrent de solides progrès". "Nous avons des marges de manoeuvre" pour les réductions de postes, a assuré le directeur financier en conférence téléphonique, citant "un certain nombre de couches" dans l'organisation qui peuvent être allégées.

Michael Dell, rappelé fin janvier aux commandes du groupe éponyme dont il est le fondateur, a pour sa part mis en avant les progrès réalisés sur les segments d'activité définis comme prioritaires: le grand public, les marchés émergents, les ordinateurs portables, les petites et moyennes entreprises (pour les appareils mobiles et les capacités de stockage). "Nous allons lancer plusieurs ordinateurs portables qui vont nous permettre de recapturer des parts de marché", a promis le PDG, qui participait pour la première fois depuis son retour chez Dell à une conférence d'analystes.

Comme à son habitude, Dell n'a pas livré de prévisions annuelles chiffrées, mais a indiqué poursuivre son remaniement stratégique, ce qui "pourrait impacter les performances du groupe". Dans son communiqué, Dell a cité comme éléments potentiellement adverses ses coûts de restructuration, des investissements et "une évolution saisonnière" de la demande grand public aux Etats-Unis et dans le reste du monde. Le groupe table sur une croissance des ordinateurs portables six fois plus rapide que les ordinateurs de bureau (PC) ces prochaines années, sur fond de boom de la high-tech mobile grand public et professionnelle.

Ces annonces mitigées sont très mal accueillies sur les marchés. Vendredi à l'ouverture, le titre Dell plongeait de 12,5% à 24,6 dollars.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :