La Société Générale pourrait jouer un "rôle majeur à moyen terme" dans la recomposition bancaire

 |   |  236  mots
C'est en tout cas l'ambition de son PDG, Daniel Bouton, qui vient de s'exprimer devant l'assemblée générale des actionnaires.

Le PDG de la Société Générale, Daniel Bouton, a estimé lundi que son groupe "pourra à moyen terme jouer un rôle majeur" dans la recomposition du paysage bancaire européen, tout en réaffirmant n'être "en négociations avec aucune banque". Le nom de l'italien UniCredit circule en bonne place depuis vendredi dans la liste des partenaires potentiels de SG.

"Une opération transformante n'est ni indispensable ni urgente", a ajouté Daniel Bouton lors de l'assemblée générale des actionnaires à Paris."Toutes les grandes banques européennes sont attentives à l'évolution de l'environnement, marqué par la naissance de très grands ensembles en Asie, le début de l'harmonisation bancaire en Europe et l'éventuelle recomposition du paysage bancaire européen déclenchée par les opérations possibles sur ABN Amro".

"Grâce à sa rentabilité, à sa capacité de croissance organique, à l'équilibre et au dynamise de ses métiers, Société Générale, comme toutes les banques européennes de taille similaire, pourra à moyen terme jouer un rôle majeur dans ces évolutions", a-t-il ajouté. Il a également estimé que "l'exercice 2006 a montré une fois de plus que Société Générale n'a pas nécessairement besoin de faire de grandes opérations pour créer de la valeur pour ses actionnaires", défendant la stratégie du groupe, "faite de croissance organique et d'acquisitions ciblées".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :