Nucléaire : la Corée du Nord se dit prête à un compromis

 |   |  304  mots
Le chef de la délégation nord-coréenne aux pourparlers multipartites sur le programme nucléaire de Pyongyang a déclaré vendredi à Pékin qu'il "essayait de trouver un compromis". Le projet d'accord programmerait le gel de la principale installation nucléaire de la Corée.

Quatre mois après l'explosion de la première bombe atomique nord-coréenne, Pyongyang est-il en train de revenir à des positions plus conciliantes ? La Corée du Nord a en tous cas exprimé vendredi sa volonté d'arriver à un "compromis", dans le cadre des pourparlers à six sur le programme nucléaire de Pyongyang, qui se tiennent actuellement à Pékin.

"Il y a des points d'accord mais aussi des litiges. Nous essayons de trouver un compromis", a déclaré Kim Kye-gwan, chef de la délégation nord-coréenne aux pourparlers, qui réunissent depuis 2003 six pays : la Chine, les deux Corée, les Etats-Unis, le Japon et la Russie. Son homologue américain, Christopher Hill, a indiqué avoir discuté avec la délégation nord-coréenne du projet d'accord rédigé par les chinois.

Selon les médias sud-coréens, ce texte prévoit que la Corée du Nord gèle dans les deux mois sa principale installation nucléaire, le réacteur de Yongbyon, situé à 90 kilomètres au nord de Pyongyang. Ce réacteur produit du plutonium susceptible d'être utilisé à des fins militaires. En échange, la Corée recevrait une aide énergétique.

Le chef de la délégation sud-coréenne Chun Yung-woo estime que ce projet devrait reprendre des mesures d'un accord de septembre 2005. Ce protocole prévoyait que la Corée du Nord abandonne ses programmes nucléaires en échange de garantie de sécurité, d'une assistance économique et d'une amélioration des relations bi-latérales avec Washington.

Les experts sont cependant sceptiques sur les intentions réelles de Pyongyang, soulignant que le gel du programme nucléaires n'équivalait pas à un démantèlement. Le réacteur de Yongbyon avait déjà été gelé, à la suite d'un accord signé en 1994 avec les Etats-Unis... pour être réactivé en 2002.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :