Grande braderie pour l'hôtel Royal Monceau

L'hôtel Royal Monceau à Paris, qui va se refaire une beauté sous la direction du designer Philippe Starck, vend meubles et accessoires aux enchères. La vente débute ce jeudi soir et dure jusqu'au 22 juin. Les mises à prix devraient débuter à 100 euros. Et tout doit disparaitre!

L'hôtel parisien quatre étoiles, Royal Monceau, situé au 37 avenue Hoche, qui a vu défiler dans ses murs Joséphine Baker, Michel Polnareff - qui, lorsqu'il habitait en France, y avait une chambre à l'année - Madonna ou Robert de Niro, vend tout ce qu'il contient, avant les 15 mois nécessaires aux travaux pour un changement total de décoration.

La fermeture de l'hôtel a eu lieu le 15 juin, le début des travaux devant officiellement débuter le 26 juin. Entre temps, deux opérations auront lieu afin de tourner la page du palace parisien. A partir de ce jeudi soir et jusqu'au 22 juin, l'hôtel va vendre ses meubles et accessoires (petites cuillères à thé, peignoirs, lampes,...) aux enchères. Puis une "demolition party" aura lieu le 26 juin, avec des artistes et chanteurs dont Thomas Dutronc, Micky Green ou le plasticien Xavier Veilhan, qui transformeront des chambres à leur goût et y improviseront des concerts.

En partie réhabilité en 2004 par le designer Jacques Garcia dans le style néo-classique qu'il affectionne, le Royal Monceau abrite néanmoins toujours des meubles accumulés au fil des décennies, depuis son ouverture en 1928. Son nouveau propriétaire, Alexandre Allard, 39 ans, un homme d'affaires qui a fait fortune dans l'internet et racheté l'hôtel en 2007, a "décidé de tout changer", pour un coût de 100 millions d'euros, selon un communiqué publié par la direction de l'hôtel.

Le Royal Monceau rouvrira à l'automne 2009 avec un nouveau décor "dans un style art déco revisité", au goût d'une clientèle plus jeune, plus familiale, ajoute la direction. Ce nouveau décor sera totalement conçu par Philippe Starck. Une première pour le désigner qui jusqu'à présent n'a jamais eu l'occasion de réaliser la totalité de la réhabilitation d'un établissement hôtelier. Ce sera également l'occasion pour l'hôtel de tenter de décrocher le label de la cinquième étoile. Un nouveau classement mis en place par le secrétaire d'Etat, chargé du Tourisme, Hervé Novelli, car en France le plus haut classement est le 4 étoiles luxe".

En attendant, tout doit disparaitre: pas moins de 2.360 lots seront ainsi vendus dans le cadre même de l'établissement, sous le marteau de la maison Cornette de St-Cyr. La vente globale est estimée à un million d'euros mais des centaines de lots ne devraient pas dépasser l'estimation de 100 euros (pour les gravures, les doubles rideaux, des plats, des seaux à glace...). Il faudra compter plutôt entre 200 et 300 euros pour des peignoirs portant la griffe de l'hôtel, des fauteuils, des coiffeuses, des commodes, tabourets de bar, etc.

Parmi les lots les plus chers se trouvent une commode XVIIIe estimée par les experts entre 10.000 et 12.000 euros, une table en marbre de style Louis XIV (de 25.000 à 30.000 euros), mais il y aura aussi des statues de marbre, des plaques de mosaïque de miroirs venant d'un palais indien - attention le démontage est à la charge de l'acheteur - et même une tente-jardin et sa structure de métal et de verre. Tout doit en effet disparaître !

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.