Mazda 6 : Une excellente routière japonaise, rivale des 508 et C5

 |   |  1138  mots
(Crédits : DR)
La marque japonaise fait de jolies voitures, originales, dotées d’excellents moteurs, sûres, confortables et très plaisantes à conduire. La Mazda 6, concurrente des Citroën C5, Peugeot 508, Volkswagen Passat, mérite amplement qu’on s’y intéresse.

Les lignes fluides, racées, très sculptées, sont originales et élégantes. Ce qui est rare sur une japonaise. Avec juste ce qu'il faut d'agressivité, mais sans ostentation. La Mazda 3 compacte, essayée récemment, était déjà séduisante. La Mazda 6, rivale des Citroën C5, Peugeot 508, Volkswagen Passat, Ford Mondeo, Opel Insignia, voire Mercedes C ou Audi A4, est encore plus réussie. L'intérieur est tout aussi bien présenté que l'extérieur. L'habitabilité et l'accessibilité sont accueillantes. On ne se sent nullement confiné et les passagers arrière peuvent allonger leurs jambes.

 

Qualité de finition

 

La planche de bord sobre et de bon goût dégage une belle impression de qualité. Les assemblages sont soignés, les matériaux aussi. Même s'ils ne sont pas aussi raffinés que ceux d'un haut de gamme allemand. L'absence de crissements de mobilier à bord rassure sur la rigueur de fabrication. On déplore en revanche des bruits de roulement et aérodynamiques gênants sur autoroute.

 

Tout est bien agencé à bord. On peste par contre sur cette molette centrale peu intuitive pour accéder aux divers menus de l'écran central. En revanche, une fois sélectionné le menu, on peut accéder aux sous-menus de façon tactile. Critiquons aussi l'impossibilité de passer en feux de route lorsque le levier est en position "allumage automatique". Aberrant.

Mazda 6 (arrière)mazda 6

 

Si la position de conduite ne pose aucun problème, déplorons quand même cette satanée « ambiance » intérieure obligatoirement noire ! Qui irait peindre son salon en noir avec des meubles uniformément noirs ? Quelle tristesse ! Il faut accéder à la version de pointe Sélection avec sièges en cuir pour pouvoir choisir des teintes plus claires. Mais, sur les trois premières versions (sur quatre) Harmonie, Elégance et Dynamique, il n'y a hélas aucun choix. Dommage.

 

Suspensions bien conçues

 

Chez Mazda, on se vante d'être une société d'ingénieurs. De fait, on sent que la voiture a été conçue par des amoureux de l'automobile. Les spécialistes des suspensions ont concocté des trains roulants très efficaces, avec une direction agréablement légère et un bel équilibre tenue de route-confort . Le toucher de route se révèle soyeux.

 

Les suspensions sont même moins fermes que naguère chez Mazda. Avec une souplesse de bon aloi. A condition d'opter pour les versions de « base », qui se contentent des jantes de 17 pouces avec des pneus à flancs assez hauts. A noter que si les pneus Toyo de la Mazda 3 nous avaient déçus, la monte Bridgestone de notre Mazda 6 était plus adaptée. Tout cela est satisfaisant, tant qu'on ne pousse pas la voiture dans ses retranchements. Car ce n'est nullement une sportive.

 

Si on accélère la cadence sur toute sinueuse et déformée, on se rend vite compte que le train avant, trop souple, flotte un peu. La voiture rebondit et manque alors de rigueur dans les virages. La direction, trop floue, n'arrange rien. On a alors du mal à cerner les limites d'adhérence. Bref, il ne faut pas trop lui en demander. Une Peugeot 508  (en version GT) est plus rigoureuse. Mais, pour la Mazda, c'est la rançon du confort.

Mazda 6 (intérieur)mazda 6

 

Diesel doux et sobre

 

Le moteur à gazole de 150 chevaux fait appel à une nouvelle technologie originale à taux de compression bas pour un diesel (14:1). Ici, pas question de réduire la cylindrée des moteurs. Au contraire, on a à faire à un gros moteur de 2,2 litres de cylindrée, qui permet de donner du répondant à une telle voiture. Une mécanique propre, puisqu'elle répond déjà aux futures normes Euro 6 et ce, sans traitement spécifique des oxydes d'azote. Ce moteur est suffisamment « vert » pour se passer du dispendieux traitement additionnel !

 

Le démarrage est un peu rugueux, comme sur bien des diesels. Mais, ensuite, la mécanique fait preuve d'une belle onctuosité. Souple, performante, docile, elle travaille parfaitement, aidée par un embrayage bien calibré et une boîte de vitesses assez fluide. Evidemment, le moteur se montre un peu anémique à bas régime. Mais, rien à voir avec le creux des « petits » diesels concurrents. Cette mécanique sophistiquée est en outre très sobre. Nous avons consommé 6,6 litres de gazole aux cents avec beaucoup de parcours urbains. C'est très peu pour une telle auto.

 Mazda 6 en version breakmazda 6

 

Rapport prix-équipements compétitif

 

Dès 29.300 euros (version Harmonie), Mazda offre donc une belle et grande voiture diesel, flatteuse et bien finie, sobre, agréable à conduire au quotidien, et dont les dimensions - un peu encombrantes - la font rivaliser avec des modèles de la catégorie supérieure des grandes routières. Qui plus est, l'équipement s'affiche complet à partir de la version Elégance, que nous recommandons. Plus chère de 900 euros à peine, elle offre notamment la climatisation automatique et le GPS en supplément. La grande Mazda 6 est proposée à moins de 3.000 euros de plus que la compacte Mazda 3, moins accueillante et, selon nous, moins réussie. Sauf à manquer de place dans son parking ou garage et ne pas vouloir payer plus cher, la Mazda 6 s'impose.

 

Vous pouvez choisir au même tarif le pratique et joli break prénommé « Wagon », étrangement plus court que la berline. Ce n'est pas un déménageur, mais son volume de coffre suffit. En revanche, paradoxalement, les passagers ont moins de place à l'arrière du fait d'un empattement raccourci! Il s'affiche à un prix encore plus intéressant par rapport aux concurrents. Le client alléché à juste titre par cette voiture pourra compter sur la réputation de fiabilité des modèles de la marque d'Hiroshima. En revanche, il faudra composer avec un réseau peu étendu en France et des pièces assez chères. Mais, on les change peu, vu la longévité traditionnelle des principaux organes mécaniques.

 

Rappelons que, dans les enquêtes de satisfaction auprès des consommateurs à travers le monde, les japonaises Mazda, Toyota, Lexus (Toyota), Honda, sont généralement aux premiers rangs, mais pas les Nissan! Les meilleures nippones se placent en tous cas loin devant les allemandes, contrairement à la légende.

 

Modèle d'essai : Mazda 6 2,2 Skyactiv-D Elégance: 30.200 euros

 

Puissance du moteur : 150 chevaux (diesel)

 

Dimensions : 4,87 mètres (long) x 1,84 (large) x 1,46 (haut)

 

Qualités : lignes flatteuses, qualité de finition, habitabilité intéressante, comportement routier (en conduite normale), confort soyeux, moteur agréable et sobre, réputation de fiabilité.

 

Défauts : intérieur noir triste, ordinateur de bord compliqué, moteur rugueux au démarrage, train avant flou (à la limite), bruits de roulement et aérodynamiques

 

Concurrentes : Citroën C5 HDi 140 Millénium+ : 31.450 euros ; VW Passat TDi 140 Confortline : 31.930 euros ; Peugeot 508 HDi 140 Allure : 32.600 euros 

 

Note : 15 sur 20

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 20/03/2014 à 12:58 :
Arretez de nous faire ch.. avec vos diesel !!
a écrit le 14/03/2014 à 22:44 :
Drole de remarque sur les suspensions les autre article dise le contraire sur la tenue sportive...

Enfin faut bien aidé les françaises...
Réponse de le 15/03/2014 à 0:26 :
Ecoutez, ecrivez deja francais avant de critiquer 4 fautes en 4 lignes.
cordialement
Réponse de le 15/03/2014 à 10:06 :
Ce n'est pas la question ici, mais merci de me l'avoir fait remarquer, je n'ai pas de problème à les reconnaitre.
Enfin ici, on parle technique pas orthographe.

Si on veut discuter d'autre chose que le sujet, vous ne savez pas compter donc car 4 lignes?? Sur 2
1,2,3,4...
Réponse de le 15/03/2014 à 17:29 :
S'il n'y avait que l'orthographe ...
La syntaxe et la grammaire, ça vous dit quelque chose ?
Réponse de le 16/03/2014 à 13:39 :
C'est bien continué...
Il ne faut pas se tracasser pour moi, resté dans votre GRANDE France et votre ouverture =0.
Il y a peu être une raison, c'est que ma langue maternelle est loin dans d'être le français et que si vous parliez déja comme moi une langue étrangère, on en reparlerait.
a écrit le 14/03/2014 à 22:10 :
Il faut être complet et citer l'avensis Toyota essence 147 chevaux qui ne consomme que 7l et est vendue actuellement 20.000 euros tout équipée! Très douce en essence elle ne balance pas ces poussières de gazole qui pourrissent notre air. C'est une des berlines préférées des européens. Ouvrez les yeux et respirez !!!
Réponse de le 29/07/2014 à 9:00 :
Vous avez bien raison, les moteurs à essence ont également bénéficié d'améliorations inconnues en France, merci le lobby du mazout...
Sans plaisanterie, un moteur 2.0l moderne consomme comme un diesel de même gabarit sans s'encrasser et sans les embrouilles lié au turbo et autre FAP. Et tout ça pour moins cher à l'achat et au garage... Seul l'usage peut faire la différence ( km/par an, proportion ville/route..) mais pour combien de temps ? Les pouvoirs publics évoquent ouvertement la hausse des taxes sur le diesel.
Concernant la marque, j'ai commandé la Mazda ( version 2.0l 165ch, consommation moyenne annoncé de 5,9l et réelle à 7 l sur spitmonitor ) à cause de l'âge de conception de la Toyota qui date une peu, mais on peut faire des bonnes affaires sur ces fins de série.
Cordialement
a écrit le 14/03/2014 à 21:54 :
Mais les japonais n'achètent que japonais. Alors tant qu'ils font ça, je ne serai jamais client d'une japonaise.
Réponse de le 16/03/2014 à 22:51 :
Dites donc aux constructeurs étrangers de fabriquer au Japon s'ils veulent y vendre plus.
a écrit le 14/03/2014 à 20:48 :
Une excellente voiture bien au-dessus d'une A4, elle même bien en-dessous d'une 508 et C5.
Réponse de le 25/03/2014 à 7:40 :
La meilleure berline en termes de tenue de route c'est la laguna 3 gt.
a écrit le 14/03/2014 à 17:49 :
Nous n'avons pas dit notre dernier mot...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :