Hollande séduit à San Francisco… et inaugure une nouvelle usine à gaz

 |   |  849  mots
L'accolade (hug) entre Carlos Diaz, l'instigateur du mouvement des pigeons (à droite) et François Hollande, a été le point d'orgue d'un voyage en Silicon Valley qui relevait plus de l'exercice de communication que de la diplomatie économique...
L'accolade (hug) entre Carlos Diaz, l'instigateur du mouvement des pigeons (à droite) et François Hollande, a été le point d'orgue d'un voyage en Silicon Valley qui relevait plus de l'exercice de communication que de la diplomatie économique... (Crédits : Reuters)
François Hollande en visite dans la Silicon Valley, a réussi son "coup de com'". Mais pour ce qui concerne les partenariats économiques et la promotion des startups françaises, c'est une autre paire de manches...

12 heures pour séduire...

Difficile d'ignorer que François Hollande a fait une visite éclair à San Francisco mercredi 12 février dans le cadre de sa visite d'Etat aux Etats-Unis ! En à peine 12 heures, le Président Français aura réussi un coup de communication magistral. Accompagné de plusieurs poids lourds de son gouvernement, dont Laurent Fabius, Arnaud Montebourg, Nicole Bricq et Fleur Pellerin, François Hollande a réussi à délivrer un message d'amour à des entrepreneurs qui n'en attendaient certainement pas tant.

Qu'on en juge : remise des clés par le maire de la Ville, déjeuner avec les poids lourds de la Silicon valley dont Jack Dorsey (Twitter) Eric Schmidt (Google) Sheryl Sandberg (Facebook), inauguration du French Tech Hub (mais c'est quoi donc…), rencontre avec des entrepreneurs français dont Carlos Diaz, le fondateur du mouvement des "pigeons", puis rencontre avec 2800 français installés sur place avant de reprendre l'avion pour Paris... Le Président n'a pas chômé !

Une très belle opération de communication

Et il faut être honnête: l'affaire a été menée avec talent et brio, par un Président très en forme, alors que très franchement, ce n'était pas gagné. Les Français de la baie de San Francisco, qui n'avaient pas vu un Président de la République depuis François Mitterrand il y a trente ans,  ne sont pas connus pour leurs amitiés à gauche. En politique, tout est souvent dans le rythme, l'agenda et cette petite dose d'épice qui fait que la sauce prend. Nous avons eu tout cela.

Le discours était très soigneusement calé pour séduire, à la fois lors de la rencontre organisée avec des entrepreneurs triés sur le volet et auprès de la communauté française, qui a reçu de belles phrases d'amour et a honoré le Président d'un bain de foule chaleureux, auquel il c'est livré avec un plaisir visible. Et le aujourd'hui fameux «hug » à Carlos Diaz, le fondateur du mouvement des pigeons, en guise de signe de paix, franchement,c'était très bien joué.

Des effets de manche mais…

 Mais voilà ! Derrière la façade et le très beau spectacle,une autre réalité se dessine. D'abord, le Président n'a pas abordé les sujets qui fâchent. Yahoo (affaire Dailymotion et retrait de France pour l'Irlande pour des raisons en grande partie fiscales) n'a pas été de la partie ; les affaires délicates de taxes avec Google n'ont pas été abordées ; et Netflix, la plateforme de vidéo en ligne, dont on attend potentiellement l'installation en France cet automne, n'a pas non plus été de la fête. Bref, on s'est contenté de communication pure et dure. C'est vrai que c'est avec courage que François Hollande a rencontré Carlos Diaz et lui a accordé une accolade qui restera l'un des grands moments de cette visite. Mais là encore, c'est d'abord une affaire de communication.

Les annonces du Président sont intéressantes, mais sans plus. Les mots d'amours sont utiles, les embrassades aussi, mais ils ne suffisent pas à faire une relation durable.

Une usine à gaz…de plus !

Enfin et surtout, l'inauguration du French Tech Hub n'a pas convaincu. La France est déjà dotée à San Francisco d'une multitude d'organismes la représentant, qui tentent de faciliter les affaires dans tous les sens : vers la France, depuis la France, entre Français, avec les Français, vers les régions, depuis les régions... Ils s'appellent Consulat Général, Chambre Franco-Américaine de Commerce, UBIFrance, Prime (Région Ile de France)…A croire que sur les 60.000 français travaillant dans la région, une bonne partie n'est là que pour supporter les autres. Bref, le dispositif est illisible et l'argent est saupoudré. Au lieu de simplifier, de rassembler sous un même toit l'ensemble de ses egos discordants, comme le fait par exemple la Suisse avec Swissnex, la France, une fois encore, se dote d'un dispositif de plus.

Le French Tech Hub, censée accompagner des startups françaises qui veulent avoir un pied en Silicon Valley, s'ajoute donc à tout cela. Il est d'ailleurs issu d'un dispositif ancien, HubTech21, rapidement repeint aux couleurs de ses nouveaux sponsors. L'histoire montre pourtant que les entreprises françaises qui ont une chance sérieuse de s'implanter en Silicon Valley se passent très bien de ce genre de services, à relativement faible valeur ajoutée. Il est bien plus efficace pour elles de se plonger directement dans le bain des incubateurs locaux, nombreux et très efficaces, qui vont en plus de leur donner directement accès à un réseau bien plus intéressant, leur permettre d'accéder à un niveau de support plus expérimenté. Bref, une usine à gaz de plus dont très franchement la scène française en Silicon Valley pouvait bien se passer.

On retiendra les mots d'amour, les accolades et le bain de foule inattendu pour le Président. Une très belle surprise. Et on oubliera sûrement bien vite le reste.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/02/2014 à 13:27 :
Bonne critique. Il manqué juste l'aletrnative, ne rien faire?
a écrit le 19/02/2014 à 8:28 :
Comme d'habitude dans ce pays, pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
a écrit le 18/02/2014 à 9:19 :
Les français adorent les usines à gaz !
a écrit le 18/02/2014 à 1:25 :
Je viens de prendre connaissance des 8 mesures de Hollande pour attirer les investisseurs étrangers, et je suis littéralement effaré, liquéfié...
a écrit le 18/02/2014 à 0:25 :
Hollande court après les rats pour revenir au navire...
a écrit le 17/02/2014 à 23:11 :
tradition francaise, ca remonte au moyen age . les anglais avaient besoin de 1000 fonctionnaires pour administrer les indes, les francais 50 fois plus pour adminstrer l algerie,10 fois plus petite..
a écrit le 17/02/2014 à 22:46 :
On est à la pointe. Les USA ne se rendent même pas compte qu'il y aura bientôt plus de fonctionnaires français sur le sol américain que sur notre propre sol. Encore 2 ou 3 ma mandats présidentiels et 5 ou 6 Hub à San Francisco, Malibu, Miami...et on impose notre constitution et nos systèmes politique, éducatif, judiciaire...aux américains. Bien joué François.
a écrit le 17/02/2014 à 21:55 :
Monsieur Hollande a quitté la voie de l'indifférence pour prendre celle des inimitiés profondes ; en cela, il se rapproche de son prédécesseur...
a écrit le 17/02/2014 à 18:37 :
Encore un truc foireux !!!
a écrit le 17/02/2014 à 18:35 :
En France il y a plus de gens à vivre au crochet des autres que ceux qui travaillent réellement en créant des richesses. Chacun essaye de se positionner pour tirer les ficelles à soit et justifier son salaire et sa position dans la hiérarchie. A la fin, les vrais investissements ne représentent qu'une infime partie de ce que coute le système pour investir et créer de la richesse! Vive la France et sa comète.
a écrit le 17/02/2014 à 18:31 :
C'est comme en France
les normes c'est 10 personnes qui sont là pour faire travailler 3 personnes!
Réponse de le 17/02/2014 à 21:57 :
ça doit être à peu près ça si l'on compte les acteurs du recrutement, de la formation-reclassement, du traitement du chômage, etc...
a écrit le 17/02/2014 à 18:23 :
Montebourg est-il un poids lourd du gouvernement ou boulet lourd du gouvernement. Je pense pour le plus grand incompétent du gouvernement.
Réponse de le 19/02/2014 à 8:34 :
Je partage tout à fait ce que vous dites au sujet de Montebourg. Non seulement il est incompétent (il n'a jamais travaillé dans une entreprise), mais, de plus, il a ue haute opinion de lui-même et son humour à 2 balles est nul !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :